Article labellisé du jour

Protestations de la foule lors de l'expulsion de la Compagnie de Jésus de ses locaux de la rue de Sèvres, le 30 juin à Paris. Tiré de La Ilustración Española y Americana.

L'expulsion des congrégations de 1880 est un événement politique qui se déroule en France, durant la Troisième République, et qui consiste en la dispersion des congrégations religieuses masculines non autorisées. Ces expulsions font suite à la signature, le , de deux décrets par le gouvernement de Charles de Freycinet, et plus précisément par Charles Lepère, ministre de l'Intérieur, et Jules Cazot, ministre de la Justice. Le premier prévoit la suppression de la Compagnie de Jésus (Jésuites) sur le territoire français, et le second met en demeure les autres congrégations non autorisées de demander une autorisation légale sous peine de subir le même sort que les Jésuites.

Ces décrets sont publiés dans le contexte de l'installation de la République. Cet affermissement du régime est marqué par un anticléricalisme militant de la part des républicains modérés et des radicaux et par une volonté de soustraire l'enseignement à l'influence des congrégations, brocardées en « milice romaine » et accusées d'être des ferments de contre-révolution.

L'application du premier décret entraîne dès le l'éviction des Jésuites de tous leurs établissements. Les autres congrégations ayant refusé de déposer les demandes d'autorisation par solidarité avec la Compagnie de Jésus, Charles de Freycinet — qui ne désire pas réellement les faire expulser — entame des négociations pour obtenir leur ralliement déclaratif à la République. La révélation de ces tractations secrètes par le journal La Guienne provoque sa démission et l'arrivée au pouvoir de Jules Ferry. Ce dernier fait appliquer le second décret avec sévérité, entraînant l'expulsion des autres congrégations masculines non autorisées. La plupart des membres des congrégations s'étant barricadés dans leurs locaux, l'usage de l'armée est plusieurs fois requis par les préfets et les expulsions donnent lieu à des scènes parfois violentes, incluant l'ouverture de portes à la hache ou la destruction de serrures.

L'application des décrets rencontre un mouvement d'opposition non négligeable. Contestés devant les juridictions civiles, ils font également l'objet de discussions et d'incidents à la Chambre des députés et au Sénat. Des groupes de fidèles et de militants catholiques assistent aux expulsions pour acclamer les religieux et conspuer les forces de l'ordre. Enfin, plusieurs centaines de magistrats et de fonctionnaires chargés de faire exécuter les décrets présentent leur démission, heurtés dans leurs convictions personnelles.

L'expulsion des congrégations provoque la dispersion de 6 589 religieux. Si certains choisissent de continuer à mener une vie en communauté par petits groupes, dans les maisons mises à dispositions par des laïques, d'autres prennent le chemin de l'exil pour reconstituer leur congrégation à l'étranger comme en Espagne, destination principale des congréganistes. Le retour des religieux dans leurs établissements se fait peu à peu dans les années suivantes à l'occasion de la politique de détente qui s'installe entre le Saint-Siège et le gouvernement français à partir de 1885, détente qui conduira finalement au Ralliement de 1893. Néanmoins, les républicains ne renoncent pas à leur entreprise de laïcisation de l'éducation ; le déclin de l'enseignement congréganiste est amorcé et le coup fatal lui sera porté par la suppression des congrégations enseignantes en 1904, soit vingt-quatre ans après l'expulsion de 1880.

Actualités

nothumb

Événements en cours : Protestations consécutives à la mort de George Floyd · Pandémie de Covid-19 · Invasion de criquets · Épidémie de dengue · Crise présidentielle au Venezuela · Guerre civile yéménite · Guerre civile libyenne · Guerre civile syrienne    Championnat du monde de snooker


Nécrologie : Saïd Amara, Leon Fleisher, Zhaqsylyq Üshkempirov (· Hélène d'Almeida-Topor, Wilford Brimley, Emil Ciocoiu, Alex Dupont, Vitold Kreyer (· Dominique Aulanier, André Darrieussecq, Jocelyne Khoueiry, Gilles Lapouge, Alan Parker, Stephen Tataw, Joan Mari Torrealdai, Miodrag Živković (· J.M.A. Biesheuvel, Herman Cain, Lee Teng-hui, Lionel Rocheman ()

Le saviez-vous ?

Éphéméride du 3 août