École antique de Nîmes
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaines d'activité
Siège social
Pays
Organisation
Fondateur
Gustave Domjean (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Présidente
Dominique Darde (d) (depuis années 1990)Voir et modifier les données sur Wikidata
Publication
Site web
Identifiants
RNA
SIREN
OpenCorporates

L’École antique de Nîmes est une société savante fondée à Nîmes en 1920. Elle a son siège au musée archéologique de Nîmes, dont elle contribue à enrichir la bibliothèque.

L’École antique, qui a le statut d'une association loi de 1901, a pour objet la diffusion des connaissances concernant l'archéologie et l'histoire de la région de Nîmes de la préhistoire au Moyen Âge. Elle organise des conférences et des visites de sites et de musées ; ces activités se présentent sous la forme de deux sessions : une session d'hiver avec une conférence mensuelle ; une session d'été regroupée sur une semaine en juillet. Elle publie chaque année[1] le Bulletin de l'École antique de Nîmes, qui reprend souvent le texte des conférences.

Histoire

L'initiative de la création de l'École antique de Nîmes revient à Gustave Domjean, adjoint à l'instruction publique et aux beaux arts de la municipalité ; en 1917, il chargea Félix Mazauric, conservateur des musées archéologiques, d'en préciser le projet, mais ce dernier mourut le [2]. En 1920, Gustave Domjean fit aboutir le projet, qui bénéficia du soutien et du prestige d'Émile Espérandieu, élu en 1919 à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, qui venait de se retirer à Nîmes et de succéder à Mazauric à la tête des musées archéologiques de la ville[3].

Elle a été croquée par Gustave Lafage[4] dans l'hebdomadaire satirique Le Cri de Nîmes :

« Et d'abord il n'y a pas de bancs. [...]
Curieuse école où l'on ne travaille que pendant les vacances.
Elle ouvre ses portes quand les autres ferment les leurs.
D'ailleurs il n'y a pas de porte[5]. »

Membres

Présidents

[...]

Émile Espérandieu, troisième président[6].