Élection présidentielle portugaise de 1991
le
Type d’élection Élection présidentielle
Corps électoral et résultats
Inscrits 8 202 812
Votants 5 098 768
62,16 %  −13,2
Votes exprimés 4 917 854
Votes blancs 112 877
Votes nuls 68 037
Mário Soares 2003.jpeg Mário Soares – PS
Voix 3 459 521
70,35 %
 +44,9
Basilio Horta na Exponor.jpg Basílio Horta – CDS
Voix 696 379
14,16 %
Defaut.svg Carlos Carvalhas – PCP
Voix 635 373
12,92 %
Président de la République
Sortant Élu
Mário Soares
PS
Mário Soares
PS

L’élection présidentielle portugaise de 1991 (en portugais : Eleições presidenciais portuguesas de 1991) s'est tenue le , afin d'élire le président de la République pour un mandat de cinq ans.

Le scrutin a vu la très large réélection du président de la République socialiste sortant Mário Soares

Contexte

Depuis 1986, le pays vit dans une situation de cohabitation. Élu difficilement président de la République au second tour lors de l'élection de 1986, le socialiste Mário Soares, précédemment deux fois chef du gouvernement, est contraint de composer avec le Premier ministre libéral Aníbal Cavaco Silva.

Ce dernier, arrivé au pouvoir à la tête d'un gouvernement minoritaire lors des élections législatives de 1985, a été confortablement reconduit au scrutin parlementaire anticipé de 1987, ayant obtenu la majorité absolue des voix et des sièges à l'Assemblée de la République, une première depuis la révolution des Œillets de 1974.

À l'occasion des élections européennes de 1987, qui se tenaient le même jour que les législatives anticipées, les libéraux du Parti social-démocrate (PPD/PSD) ont pleinement profité de la dynamique impulsée par le chef de l'exécutif en surpassant largement les socialistes.

En revanche, les élections locales de 1989 n'ont pas marqué un succès du parti au pouvoir, les socialistes parvenant à remporter notamment les deux plus grandes villes du pays, Lisbonne et Porto.

Du fait de l'effondrement du Centre démocratique et social (CDS), la scène politique se trouve divisée entre un bloc de droite, largement dominé par le PPD/PSD, et un bloc de gauche, dans lequel cohabitent le Parti socialiste (PS) et le Parti communiste portugais (PCP). S'ils sont capables de s'allier localement, il n'en est rien au niveau national.

Mode de scrutin

Le président de la République (en portugais : Presidente da República Portuguesa) est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois consécutivement. Tout candidat doit justifier auprès du Tribunal constitutionnel d'au moins 7 500 et d'au plus 15 000 parrainages d'électeurs inscrits sur les listes électorales.

L'élection se déroule selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Si un candidat remporte au premier tour la majorité absolue des suffrages exprimés, il est proclamé élu. Si ce n'est pas le cas, les deux candidats ayant remporté, après désistements éventuels, le plus grand nombre de suffrages sont autorisés à se présenter à un second tour, au plus tard le vingt-et-unième jour suivant. Celui qui remporte le plus grand nombre de voix est alors élu. Ce cas de figure ne s'est présenté qu'une seule fois, lors de l'élection présidentielle de 1986.

Campagne

Candidats

Les candidats sont présentés dans l'ordre déterminé par tirage au sort[1].

Candidat Parti Remarque
Basílio Adolfo de Mendonça Horta da Franca Partido do Centro Democrático Social (CDS) Ancien ministre du Commerce
Mário Alberto Nobre Lopes Soares Partido Socialista (PS)
Partido Social Democrata (PPD/PSD)
Président de la République
Carlos Alberto do Vale Gomes Carvalhas Partido Comunista Português (PCP) Ancien secrétaire d'État
Carlos Manuel Marques da Silva União Democrática Popular (UDP)

Résultats

Voix

Élection présidentielle portugaise de 1996
Inscrits 8 202 812
Abstentions 3 104 044 37,84 %
Votants 5 098 768 62,16 %
Bulletins enregistrés 5 098 768
Bulletins blancs ou nuls 180 914 3,55 %
Suffrages exprimés 4 917 854 96,45 %
Candidat Parti Suffrages Pourcentage
Mário Soares Parti socialiste 3 459 521 70,35 %
Basílio Horta Centre démocratique et social 696 379 14,16 %
Carlos Carvalhas Parti communiste portugais 635 373 12,92 %
Carlos Marques Union démocratique populaire 126 581 2,57 %

Analyse

Avec un score supérieur à 3 450 000 voix en sa faveur, le président de la République Mário Soares établit le record de suffrages pour un candidat à la présidentielle. Il en va de même pour son résultat en pourcentage, qui dépasse de justesse les 70 %. L'absence de candidat libéral et le soutien tacite que lui a apporté Aníbal Cavaco Silva lui ont permis d'atteindre ces sommets. Il arrive ainsi en tête dans les dix-huit districts portugais, même ceux du sud favorables aux communistes, ainsi que dans les Açores et à Madère, deux fiefs libéraux. Enfin, contrairement au scrutin de 1986, il n'est absolument pas handicapé par les autres présences de gauche, quand bien même le candidat communiste Carlos Carvalhas parvient à un score à deux chiffres.

Malgré l'absence de candidat à droite et la présence de trois candidatures à gauche, l'ancien ministre Basílio Horta, comptant parmi les fondateurs du CDS, échoue très largement. Ses presque 700 000 constituent en effet le pire score d'un candidat disposant du soutien des chrétiens-démocrates. Il a toutefois dû composer avec l'absence de soutien du Parti social-démocrate, alors que les deux partis ont toujours fait candidature commune depuis 1976. Comble de l'échec de la droite portugaise, il ne devance le représentant du PCP que de 60 000 suffrages, tandis qu'il accuse un retard de 2 800 000 voix sur le chef de l'État sortant.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes