Élections des gouverneurs américains de 2018
Type d’élection Élections des gouverneurs américains
Postes à élire 36 gouverneurs d'État des États-Unis
trois gouverneurs de territoire des États-Unis
GOP logo.svg Parti républicain
Sièges obtenus 21  −7
US Democratic Party Logo.svg Parti démocrate
Sièges obtenus 17  +8
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Indépendants
Sièges sortants 2
Gouverneurs sortants par État
Carte
  •      Parti démocrate : rééligible pour un nouveau mandat
  •      Parti démocrate : limite de mandat ou retrait
  •      Parti républicain : rééligible pour un nouveau mandat
  •      Parti républicain : limite de mandat ou retrait
  •      Indépendant : rééligible pour un nouveau mandat
  •      Pas d'élection

Les élections des gouverneurs ont lieu le dans 36 États et trois territoires. Les dernières élections ont eu lieu en 2014 pour tous les États sauf trois.

Les gouverneurs du New Hampshire et du Vermont ont un mandat de deux ans, leurs dernières élections de gouverneur ont eu lieu en 2016 ainsi que pour l'Oregon où des élections anticipées ont eu lieu pour remplacer John Kitzhaber qui a démissionné en .

Plusieurs États ont des limites de mandats, ainsi plusieurs gouverneurs ne sont pas éligibles pour une réélection : deux démocrates et 14 républicains, tous ayant été élus en 2010.

Gouverneurs entrants et sortants

Le tableau ci-dessous résume les gouverneurs sortants et les candidats au poste de gouverneur et aux primaires.

Résumé des élections par État ou territoire
État ou territoire Gouverneur sortant Première élection Éligible à une réélection Candidat à sa réélection Gouverneur élu Gain
R D
Etats Alabama Kay Ivey 2017 Oui Oui Kay Ivey
Alaska Bill Walker 2014 Oui Oui Mike J. Dunleavy +1
Arizona Doug Ducey 2014 Oui Oui Doug Ducey
Arkansas Asa Hutchinson 2014 Oui Oui Asa Hutchinson
Californie Jerry Brown 2010[1] Non NC Gavin Newsom
Caroline du Sud Henry McMaster 2017 Oui Oui Henry McMaster
Colorado John Hickenlooper 2010 Non NC Jared Polis
Connecticut Dan Malloy 2010 Oui Non Ned Lamont
Dakota du Sud Dennis Daugaard 2010 Non NC Kristi Noem
Floride Rick Scott 2010 Non NC Ron DeSantis
Géorgie Nathan Deal 2010 Non NC Brian Kemp
Hawaï David Ige 2014 Oui Oui David Ige
Idaho Butch Otter 2006 Oui Non Brad Little
Illinois Bruce Rauner 2014 Oui Oui J.B. Pritzker -1 +1
Iowa Kim Reynolds 2017 Oui Oui Kim Reynolds
Kansas Jeff Colyer 2018 Oui Non Laura Kelly -1 +1
Maine Paul LePage 2010 Non NC Janet Mills -1 +1
Maryland Larry Hogan 2014 Oui Oui Larry Hogan
Massachusetts Charlie Baker 2014 Oui Oui Charlie Baker
Michigan Rick Snyder 2010 Non NC Gretchen Whitmer -1 +1
Minnesota Mark Dayton 2010 Oui Non Tim Walz
Nebraska Pete Ricketts 2014 Oui Oui Pete Ricketts
Nevada Brian Sandoval 2010 Non NC Steve Sisolak -1 +1
New Hampshire Chris Sununu 2016 Oui Oui Chris Sununu
Nouveau-Mexique Susana Martinez 2010 Non NC Michelle Lujan Grisham -1 +1
New York Andrew Cuomo 2010 Oui Oui Andrew Cuomo
Ohio John Kasich 2010 Non NC Mike DeWine
Oklahoma Mary Fallin 2010 Non NC Kevin Stitt
Oregon Kate Brown 2016 Oui Oui Kate Brown
Pennsylvanie Tom Wolf 2014 Oui Oui Tom Wolf
Rhode Island Gina Raimondo 2014 Oui Oui Gina Raimondo
Tennessee Bill Haslam 2010 Non NC Bill Lee
Texas Greg Abbott 2014 Oui Oui Greg Abbott
Vermont Phillip Scott 2016 Oui Oui Phillip Scott
Wisconsin Scott Walker 2010 Oui Oui Tony Evers -1 +1
Wyoming Matt Mead 2010 Non NC Mark Gordon
Territoires Guam Eddie Calvo 2010 Non NC Lou Leon Guerrero -1 +1
Îles Vierges des États-Unis Kenneth Mapp 2014 Oui
Îles Mariannes du Nord Ralph Torres 2015[note 1] Oui
Total gains sièges -7 +8

Situation par État

Alabama

Élection du gouverneur de l'Alabama de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Portrait-Governor-Kay-Ivey.jpg Kay Ivey – Parti républicain
Voix 1 019 568
59,6 %
Walter Maddox May 2011 (cropped).jpg Walt Maddox (en) – Parti démocrate
Voix 691 670
40,4 %
Gouverneur de l'Alabama
Sortante Élu
Kay Ivey
Parti républicain
Kay Ivey
Parti républicain

En avril 2017, Kay Ivey devient gouverneur de l’État en succédant à Robert Bentley, démissionnaire, dont elle était le lieutenant-gouverneur[2],[3].

La gouverneure Ivey dispose de fonds de campagne importants, de nombreux soutiens politiques et d’une forte popularité (à 67 % d’opinions favorables). Durant la primaire républicaine, elle affronte le maire de Huntsville Tommy Battle, l’évangéliste Scott Dawson et le sénateur de l’Alabama Bill Hightower. Ivey refuse de participer aux débats[2]. Le , elle remporte la primaire dès le premier tour avec 56 % des voix[4].

La primaire démocrate est également remportée dès le premier tour. Le maire de Tuscaloosa Walt Maddox (52 %) bat l’ancienne juge de la Cour suprême de l’Alabama Sue Bell Cobb (30 %)[5]. Si les deux candidats sont longtemps donnés au coude-à-coude[2], Maddox reçoit avant la primaire le soutien de l’Alabama Democratic Conference, la principale organisation politique afro-américaine de l’État[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans un État conservateur qui n’a pas élu de gouverneur démocrate depuis vingt ans, Ivey fait figure de grande favorite[2],[4]. Populaire, elle se permet même de refuser de débattre avec Maddox, qui tente alors de la lier aux scandales de corruption touchant le Parti républicain local[6].

Alaska

Élection du gouverneur de l'Alaska de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Senator Mike Dunleavy.jpg Mike J. Dunleavy – Parti républicain
Voix 120 673
52,9 %
Mark Begich, official portrait, 112th Congress.jpg Mark Begich – Parti démocrate
Voix 98 885
43,3 %
Bill Walker.jpg Bill Walker – Indépendant
Voix 4 493
2,0 %
Gouverneur de l'Alaska
Sortant Élu
Bill Walker
Indépendant
Mike J. Dunleavy
Parti républicain

En 2014, Bill Walker est élu en tant qu’indépendant avec un co-listier démocrate, Byron Mallott[7]. Durant son mandat, l’Alaska connaît des difficultés économiques[8].

Le gouverneur indépendant compte d’abord se présenter dans la primaire démocrate, mais l’entrée en lice de l’ancien sénateur Mark Begich l’incite à se retirer[9]. Le duo Walker-Mallott choisit alors de se présenter en récoltant le nombre de signatures requis pour les indépendants. Begich obtient l’investiture démocrate après une primaire sans opposant[7],[9].

Le sénateur d’État Mike Dunleavy remporte la primaire républicaine avec environ 62 % des suffrages, battant notamment l’ancien lieutenant-gouverneur Mead Treadwell (32 %)[10].

Pour les républicains, les candidatures de Walker et Begich permettent de diviser le camp démocrate au profit de Dunleavy. Au cours de la campagne, Mallott démissionne de son poste de lieutenant-gouverneur pour des propos « inappropriés », non révélés au public. Le , à trois jours du début du vote anticipé, Walker annonce qu’il suspend sa campagne et apporte son soutien à Begich contre Dunleavy. Son nom reste cependant sur les bulletins de vote[8].

Arizona

Élection du gouverneur de l'Arizona de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Doug Ducey by Gage Skidmore 10.jpg Doug Ducey – Parti républicain
David Garcia by Gage Skidmore.jpg David Garcia (en) – Parti démocrate
Gouverneur de l'Arizona
Sortant
Doug Ducey
Parti républicain

Le républicain Doug Ducey a été élu gouverneur en 2014. Candidat à un nouveau mandat, il affronte l’ancien secrétaire d’État Ken Bennett, un candidat davantage conservateur avec peu de ressources financières[11]. Ducey fait campagne sur l’économie et la sécurité à la frontière mexicaine. Il remporte la primaire avec plus de deux tiers des suffrages[12].

La primaire démocrate oppose le sénateur Steve Farley, la dirigeante du YWCA Kelly Fryer et le professeur de l’université d'État de l'Arizona David Garcia[13]. Garcia se retrouve en tête des enquêtes d’opinion ; des millions de dollars sont alors dépensés en publicités négatives contre lui par le camp républicain[14]. Le , il obtient effectivement la nomination démocrate en rassemblant 49 % des voix, devant Farley (35 %) et Fryer (17 %)[12].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les démocrates semblent avoir une chance de remporter le siège, grâce à un mouvement de mécontentement des professeurs en Arizona et une mobilisation des électeurs progressistes opposés à Donald Trump[13]. Cependant, les républicains se réjouissent de la victoire de Garcia, favorable à une couverture santé universelle et opposé à l’ICE[15]. À la fin du mois d’août, Ducey peut également compter sur d’importants fonds de campagne (plus de 3 millions de dollars) contrairement à Garcia qui ne dispose que de 150 000 dollars[16]. Ducey fait campagne sur le thème de « sécuriser le futur de l’Arizona », évoquant à la fois l’économie florissante de l’État et le contrôle de la frontière mexicaine. Au début du mois d’octobre, le gouverneur apparaît en position de force dans les sondages (malgré quelques résultats serrés en septembre)[17].

Arkansas

Élection du gouverneur de l'Arkansas de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Asa Hutchinson.jpg Asa Hutchinson – Parti républicain
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Jared Henderson – Parti démocrate
Gouverneur de l'Arkansas
Sortant
Asa Hutchinson
Parti républicain

Le républicain Asa Hutchinson, gouverneur de l’Arkansas depuis 2014, est candidat a un deuxième mandat. Plutôt populaire, il doit toutefois affronter une candidate plus à droite lors de la primaire républicaine : Jan Morgan, une journaliste télé connue pour avoir déclaré son magasin d’armes « zone sans musulman »[18]. Le , Hutchinson bat Morgan avec environ 70 % des suffrages[19].

Chez les démocrates, Jared Henderson — ancien dirigeant de l’association Teach For America (en) — remporte la primaire avec 63 % des voix face à la coiffeuse Leticia Sanders[19].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans un État où Hutchinson et le président Trump sont populaires, le gouverneur sortant domine largement les sondages[20].

Californie

Élection du gouverneur de la Californie de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Gavin Newsom official photo (cropped).jpg Gavin Newsom – Parti démocrate
Voix 5 088 296
60,2 %
John H. Cox.jpg John H. Cox – Parti républicain
Voix 3 358 997
39,8 %
Gouverneur de Californie
Sortant Élu
Jerry Brown
Parti démocrate
Gavin Newsom
Parti démocrate

Le gouverneur démocrate sortant Jerry Brown ne peut pas se représenter. Il est alors élu depuis 2010, après deux premiers mandats entre 1975 et 1983[21].

Dès son entrée dans la course, le lieutenant-gouverneur de Californie et ancien maire de San Francisco Gavin Newsom est considéré comme le favori de l’élection. Trois autres principaux démocrates sont candidats : l’ancien maire de Los Angeles Antonio Villaraigosa, le trésorier d’État John Chiang et l’ancienne super-intendante de l’instruction publique Delaine Eastin. Du côté républicain, les principaux candidats sont le député républicain Travis Allen et l’homme d’affaires John H. Cox[22].

Depuis 2012, tous les candidats se présentent au sein d’une seule élection primaire quel que soit leur parti ; le Parti républicain risque alors de se retrouver exclu de l’élection générale, derrière les favoris démocrates Newsom et Villaraigosa[23]. Cependant, Cox remonte progressivement dans les sondages grâce au soutien du président Donald Trump. Lors de la primaire du , Newsom et Cox sont qualifiés pour l’élection générale avec respectivement 33 % et 26 % des suffrages. Ils devancent Villaraigosa (13,5 %), Allen (10 %), Chiang (9 %) et Eastin (3 %)[22].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En Californie, un État profondément démocrate, Newsom devance largement Cox dans les intentions de vote et fait davantage campagne pour les démocrates engagés dans des scrutins locaux[24],[25].

Caroline du Sud

Élection du gouverneur de Caroline du Sud de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
South Carolina Governor Henry McMaster (cropped).jpg Henry McMaster – Parti républicain
Voix 915 984
54 %
Smith Headshot (cropped).jpg James E. Smith Jr. (en) – Parti démocrate
Voix 780 756
46 %
Gouverneur de Caroline du Sud
Sortant Élu
Henry McMaster
Parti républicain
Henry McMaster
Parti républicain

Le républicain Henry McMaster accède au poste de gouverneur en janvier 2017, après la nomination de Nikki Haley comme ambassadeur des États-Unis aux Nations unies[26].

McMaster arrive en tête de la primaire républicaine du avec 42,3 % des voix, devant l’homme d’affaires et vétéran John Warren à 27,8 %. Aucun candidat ne rassemblant la majorité absolue des voix, un second tour est organisé. Entre les deux tours, l’avocate Catherine Templeton et le lieutenant-gouverneur Kevin Bryant, arrivés en 3e et 4e position, apportent leur soutien à Warren[26]. McMaster reçoit cependant le soutien du président Trump qui participe à un meeting à ses côtés. Le , McMaster et sa colistière Pamela Evette remportent le second tour de la primaire avec plus de 53 % des suffrages[27].

La primaire démocrate est remportée dès le premier tour par le représentant de Caroline du Sud James Smith, soutenu par l’establishment démocrate dont Joe Biden et Jim Clyburn. Il devance l’avocate en droit de la concurrence Marguerite Willis et le consultant en technologie Phil Noble. Smith choisit sa collègue Mandy Powers Norrell comme lieutenant-gouverneur sur son ticket[28].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les candidats interrompent leur campagne plusieurs mois durant le passage de l'ouragan Florence. Bien que McMaster soit considéré comme le favori de l’élection, celle-ci devient la plus chère de l’histoire de l’État[29].

Colorado

Élection du gouverneur du Colorado de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Walker Stapleton (cropped).JPG Walker Stapleton (en) – Parti républicain
Jared Polis official photo (cropped).jpg Jared Polis – Parti démocrate
Gouverneur du Colorado
Sortant
John Hickenlooper
Parti démocrate

Après deux mandats, le démocrate centriste sortant John Hickenlooper ne peut pas se représenter[30],[31].

La primaire démocrate voit s’affronter l’ancien sénateur d’État Mike Johnston, l’ancienne trésorière d’État Cary Kennedy, le lieutenant-gouverneur Donna Lynne et le représentant Jared Polis[31]. Polis remporte la primaire avec 44 % des suffrages, devant Kennedy (25 %) et Johnston (23 %)[32].

Du côté républicain, le trésorier d’État Walker Stapleton devient vite le favori de la primaire devant l’ancien maire de Parker Grego Lopez, l’ancien représentant local Victor Mitchell et l’homme d’affaires Doug Robinson. Il rassemble 48 % des voix devant Mitchell (30 %), Lopez (13 %) et Robinson (9 %)[33].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans l’État pivot du Colorado, l’élection générale voit donc s’affronter un membre de l’aile gauche du Parti démocrate (Polis) et un républicain aligné sur les positions de Donald Trump (Stapleton). Polis est cependant donné légèrement favori dans un État qui n’a pas élu de gouverneur républicain depuis plus d’une décennie[30].

Connecticut

Élection du gouverneur du Connecticut de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
NedLamont2006.jpg Ned Lamont – Parti démocrate
Voix 687 949
49,2 %
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Bob Stefanowski – Parti républicain
Voix 647 772
46,3 %
Gouverneur du Connecticut
Sortant Élu
Dan Malloy
Parti démocrate
Ned Lamont
Parti démocrate

Le gouverneur démocrate sortant Dan Malloy ne se représente pas. Il est alors considéré comme l’un des gouverneurs les plus impopulaires du pays[34].

Le principal candidat démocrate est l’homme d’affaires Ned Lamont qui s’est fait connaître en battant le sénateur sortant Joseph Lieberman lors de la primaire démocrate de 2006 ; Liberman gagna l’élection générale en tant qu’indépendant. En 2018, il reçoit le soutien du Parti démocrate du Connecticut et remporte la primaire démocrate avec 83 % face au maire de Bridgeport Joseph P. Ganim[34].

L’homme d’affaires Bob Stefanowski remporte la primaire républicaine avec 29 % des voix, devant quatre autres candidats dont l’ancien maire de Danbury Mark D. Boughton (21 %), soutenu par le Parti républicain local[34]. Stefanowski avait choisi de ne pas participer à la convention du Parti républicain et avait commencé à diffuser des publicités en sa faveur dès le début de la campagne, lui permettant de gagner en notoriété[35].

Après les primaires, Stefanowski compte s’attaquer au bilan de Malloy tandis que Lamont s’attaque à celui du président Donald Trump[35]. L’élection voit également la candidature de l’indépendant Oz Griebel, qui participe à l’un des débats télévisés avec Lamont et Stefanowski[36]. Bien qu’il soit un ancien républicain, Griebel semble plus populaire auprès des démocrates que des républicains[37]. Pour l’élection générale, Lamont est en tête des enquêtes d’opinion devant Stefanowski, Griebel arrivant loin derrière[37].

Dakota du Sud

Élection du gouverneur du Dakota du Sud de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kristi L. Noem 113th Congress.jpg Kristi Noem – Parti républicain
Voix 172 894
51 %
Billie Sutton Headshot (cropped).jpg Billie Sutton – Parti démocrate
Voix 161 416
47,6 %
Gouverneur du Dakota du Sud
Sortant Élu
Dennis Daugaard
Parti républicain
Kristi Noem
Parti républicain

Le gouverneur républicain sortant Dennis Daugaard ne peut pas se représenter après deux mandats[38].

Deux élus quarantenaires sont candidats à l’investiture républicaine : la représentante fédérale Kristi Noem et le procureur général Marty Jackley. Noem domine longtemps les sondages mais l’écart se resserre à l’approche de la primaire[39]. Le , elle remporte la primaire républicaine avec 56 % des voix contre 44 % pour Jackley[40]. La primaire démocrate est remportée par le sénateur d’État Billie Sutton, ancien cowboy de rodéo professionnel[41], qui n’a pas d’opposant face à lui[42].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans un État conservateur qui n’a pas élu de gouverneur démocrate depuis 1974[42], Noem est considérée comme la favorite pour l’élection de novembre[41]. Cependant, la candidature de Sutton gagne peu à peu du terrain auprès des électeurs. Opposé à l’avortement et soutien du droit de port des armes à feu, le démocrate met en avant son histoire personnelle : il est paralysé des jambes depuis un accident de rodéo en 2007. Sutton fait également campagne sur le besoin de changement à Pierre, après plusieurs scandales politiques. Accusée de ne pas prendre son adversaire au sérieux, Noem finit par attaquer son opposant au moins d’octobre, l’estimant moins indépendant qu’il ne le prétend[43].

Floride

Élection du gouverneur de Floride de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ron DeSantis, Official Portrait, 113th Congress (cropped 2).jpg Ron DeSantis – Parti républicain
Voix 4 075 876
49,6 %
Andrew Gillum Official Photo (cropped).png Andrew Gillum – Parti démocrate
Voix 4 042 207
49,2 %
Gouverneur de Floride
Sortant Élu
Rick Scott
Parti républicain
Ron DeSantis
Parti républicain

Élu depuis 2010, le gouverneur républicain Rick Scott ne peut pas se représenter. Il choisit de se porter candidat au Sénat des États-Unis[44].

Le commissaire à l’agriculture de Floride Adam Putnam est longtemps considéré comme le favori de la primaire républicaine. Le président Donald Trump apporte cependant son soutien au représentant Ron DeSantis. DeSantis prend alors la tête des sondages, notamment porté par un meeting du président à Tampa à la fin du mois de juillet[45]. Putnam remonte toutefois dans les enquêtes d’opinion à l’approche de la primaire[46]. Le , DeSantis devance Putnam d’environ 20 points avec 57 % des voix[47].

Durant l’année qui précède la primaire démocrate, l’ancienne représentante Gwen Graham et l’ancien maire de Miami Beach Philip Levine sont donnés au coude-à-coude, suivis par le maire de Tallahassee Andrew Gillum et l’homme d’affaires Chris King. L’entrée dans la course du milliardaire Jeff Greene à deux mois des élections rabat les cartes : il dépense des millions contre les deux favoris et Gillum voit sa côte augmenter[48]. Soutenu par Bernie Sanders, George Soros et Tom Steyer, Gillum remporte finalement la primaire avec 34 % des suffrages contre 31 % pour la favorite Graham[47].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Début septembre, DeSantis désigne la représentante de Miami Jeanette Nuñez comme colistière ; Gillum choisit quant à lui King (cinquième de la primaire démocrate) pour le poste de lieutenant-gouverneur[49]. Dans les mois qui suivent la primaire les enquêtes d’opinion donnent une légère avance à Gillum, le plus souvent dans la marge d'erreur[50],[51]. La campagne prend peu à peu une tournure brutale : Gillum accuse DeSantis de racisme (en raison de ses liens avec des groupes d’extrême droite) tandis que DeSantis accuse Gillum de corruption (pour avoir notamment accepté des billets gratuits pour la comédie musicale Hamilton de la part d’un lobbyiste)[52].

Géorgie

Élection du gouverneur de Géorgie de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
David Perdue and Brian Kemp (cropped).jpg Brian Kemp (en) – Parti républicain
Voix 1 976 214
50,3 %
Stacey Abrams 2012 (cropped).jpg Stacey Abrams – Parti démocrate
Voix 1 918 064
48,8 %
Gouverneur de Géorgie
Sortant Élu
Nathan Deal
Parti républicain
Brian Kemp
Parti républicain

Le gouverneur républicain sortant Nathan Deal ne peut pas se présenter à un nouveau mandat[53].

Au mois de mai, le lieutenant-gouverneur Brian Cagle — soutenu par Deal — arrive largement en tête de la primaire républicaine avec 39 % des voix. Puisqu'il échoue à réunir une majorité absolue des suffrages, un deuxième tour est organisé face au secrétaire d’État Brian Kemp (26 %). Durant l’entre-deux tours, des enregistrements de Cagle sont diffusés : il y estime que la primaire est le concours « de qui sera le plus fou » et admet avoir soutenu « de mauvaises politiques publiques » pour empêcher un rival de lever des fonds. Donald Trump apporte par ailleurs son soutien à Kemp[53],[54]. En juillet, Kemp remporte très largement le second tour avec 69 % des suffrages contre seulement 31 % pour Cagle[53].

Du côté démocrate, un seul tour suffit. L’ancienne leader démocrate de la Chambre des représentants de Géorgie Stacey Abrams devance facilement sa collègue Stacey Evans en rassemblant environ trois quarts des voix. Elle est la première personnalité afro-américaine à obtenir la nomination d’un des deux grands partis pour le poste de gouverneur de Géorgie[55].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les sondages donnent les deux candidats dans un mouchoir de poche. Durant la campagne, Kemp est critiqué pour avoir mené une politique visant à durcir l’exercice droit de vote, notamment pour les minorités, et pour le conflit d’intétêt entre sa candidature et son poste de secrétaire d’État (qui surveille la bonne tenue des élections)[56].

Hawaï

Élection du gouverneur d'Hawaï de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Governor David Ige (cropped 2).jpg David Ige – Parti démocrate
Voix 244 814
62,7 %
Andria Tupola (cropped).png Andria Tupola – Parti républicain
Voix 131 604
33,7 %
Gouverneur d'Hawaï
Sortant Élu
David Ige
Parti démocrate
David Ige
Parti démocrate

En 2014, David Ige est élu gouverneur avec avoir battu le sortant Neil Abercrombie durant la primaire démocrate[57]. En janvier 2018, il est à son tour concurrencé par une autre personnalité démocrate, la représentante Colleen Hanabusa[58]. Quelques jours après cette annonce, une alerte concernant une attaque par missile est envoyée à l’ensemble des habitants d’Hawaï[58] ; Ige met plus de 38 minutes avant d'annoncer qu'il s'agit d'une erreur[59]. À la suite de cet événement, le gouverneur se trouve distancé par Hanabusa dans les sondages[59]. Au fil des mois, la colère concernant la fausse alerte redescend et Ige est crédité pour sa gestion des inondations à Kauai et des éruptions du Kīlauea[58]. Il reprend la tête des sondages en juillet[59] et remporte la primaire démocrate avec 50,2 % des suffrages contre 43,4 % pour Hanabusa[60].

La primaire républicaine est remportée par Andria Tupola, qui dirige la minorité républicaine à la Chambre des représentants d'Hawaï[61]. Elle rassemble 53 % des voix contre 33,7 % pour l’ancien sénateur local John Carrol et 8,8 % pour Ray L'Heureux, ancien président de l’association Pearl Harbor[60],[61].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Après la primaire, Ige voit sa popularité spectaculairement remonter dans l’électorat hawaïen[62], augmentant ainsi ses chances de victoire dans cet État démocrate.

Idaho

Élection du gouverneur l’Idaho de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Brad Little - 7-1-09 (16140613632) (cropped).jpg Brad Little – Parti républicain
Voix 360 081
60 %
PauletteJordanIF7a.jpg Paulette Jordan – Parti démocrate
Voix 227 720
37,9 %
Gouverneur de l’Idaho
Sortant Élu
Butch Otter
Parti républicain
Brad Little
Parti républicain

Après trois mandats de gouverneur, le républicain Butch Otter ne se représente pas[63].

Au cours de la primaire républicaine, s’affrontent l’homme d’affaires Tommy Ahlquist, le représentant du Freedom Caucus Raúl Labrador et le lieutenant-gouverneur Brad Little, soutenu par le gouverneur sortant[63]. Little décroche la nomination en rassemblant 37,3 % des suffrages, devant Labrador à 32,6 % et Ahlquist à 26,2 %[64].

La primaire démocrate est remportée par la représentante locale Paulette Jordan. Avec 58,4 % des voix[64], elle devient la première femme à être nommée par l’un des deux grands partis pour le poste de gouverneur[63]. Sa victoire face à l’homme d’affaires A.J. Balukoff, candidat du parti en 2014, est considérée comme une surprise[63].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans cet État républicain, Little est considéré comme le favori de l’élection de novembre[63].

Illinois

Élection du gouverneur de l'Illinois de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Bruce Rauner 2016 cropped (a).jpg Bruce Rauner – Parti républicain
J.B. Pritzker Chicago Hack Night 53 (cropped) (cropped).png J. B. Pritzker – Parti démocrate
Gouverneur de l'Illinois
Sortant
Bruce Rauner
Parti républicain

Élu en 2014, le républicain Bruce Rauner est candidat à second mandat. Il est concurrencé sur sa droite par la représentante locale Jeanne Ives, qui l’estime insuffisamment conservateur, notamment sur les questions d’avortement et d’immigration[65]. Le gouverneur remporte la primaire de justesse avec environ 51 % des suffrages contre 49 % pour Ives[66]. Rauner doit principalement sa victoire au comté de Cook et à la région d’East Saint Louis. Ives le devance dans un tiers des comtés de l’État, notamment dans la banlieue de Chicago (les « collars counties ») et les comtés au sud de Springfield[67].

La primaire démocrate voit s’affronter trois principaux candidats : le sénateur Daniel Biss, l’homme d’affaires Chris Kennedy (fils de Robert F. Kennedy) et le milliardaire J. B. Prtizker. Ce dernier dépense plus de 70 millions de dollars de sa fortune personnelle et reçoit le soutien de nombreux dirigeants du Parti démocrate local. Il remporte la primaire avec 45 % des voix devant Bliss (27 %) et Kennedy (24 %). Prtizker réalise ses meilleurs scores dans le sud de l’État tandis que Bliss remporte deux comtés étudiants (Champaign et McLean)[67].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

À l’issue de la primaire, les commentateurs s’attendent à ce que ce duel entre multimillionnaires devienne l’élection la plus chère de l’histoire pour un poste de gouverneur[65]. En octobre, Pritzker avait transféré plus de 146 millions de sa fortune personnelle dans ses fonds de campagne, un record national. Le gouverneur sortant a quant à lui injecté 68 millions sur son compte de campagne. Dans les sondages, Rauner – qui n’a remporté sa primaire que de justesse – est aisément distancé par Pritzker[68].

Iowa

Élection du gouverneur de l'Iowa de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kim Reynolds by Gage Skidmore (cropped).jpg Kim Reynolds – Parti républicain
Voix 662 634
50,4 %
Fred Hubbell (cropped).jpg Fred Hubbell (en) – Parti démocrate
Voix 623 105
47,4 %
Gouverneur de l'Iowa
Sortante Élu
Kim Reynolds
Parti républicain
Kim Reynolds
Parti républicain

La républicaine Kim Reynolds devient gouverneure de l’Iowa lorsque la nomination de Terry Branstad au poste d’ambassadeur des États-Unis en Chine est confirmée par la Sénat en mai 2017. L’ancien maire de Cedar Rapids, Ron Corbett, souhaite se présenter durant la primaire républicaine, mais il lui manque huit signatures (sur 4 005) pour y participer[69]. Le , Reynolds remporte donc la primaire républicaine sans opposant face à elle[70].

La primaire démocrate oppose le sénateur local Nate Boulton (qui suspend sa campagne après des accusations d’attouchements sexuels), l’infirmière et syndicaliste Cathy Glasson, l’homme d’affaires Fred Hubbell (en), le médecin et ancien président du Parti démocrate de l’Iowa Andy McGuire, le membre de l'administration locale et fédérale John Norris et l’ancien maire d’Iowa City Ross Wilburn[70]. Les rares sondages donnent Hubbell en tête[71]. Profitant de larges fonds de campagne et de l’abandon de Boulton, il remporte la primaire avec plus de 55 % des voix[72].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Lors de l’élection générale, Hubbell s’attaque à la privatisation de Medicare et aux restrictions à l’avortement décidées sous l’administration Branstad-Reynolds. La gouverneure met notamment en avant les baisses d’impôts et ses réformes en matière de formation professionnelle[70]. Comme d’autres États du Midwest, l’Iowa semble rebasculer vers les démocrates après avoir viré à droite lors des précédents scrutins. Au mois de septembre, Hubbell distance Reynolds dans plusieurs sondages même si les candidats restent dans un mouchoir de poche[73].

Kansas

Élection du gouverneur du Kansas de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Senator Laura Kelly (cropped).png Laura Kelly – Parti démocrate
Voix 489 337
47,8 %
Kris Kobach Kansas, Secretary of State (13419571233) (cropped).jpg Kris Kobach (en) – Parti républicain
Voix 443 346
43,3 %
Orman52414D4-536 (1).jpg Greg Orman (en) – Indépendant
Voix 66 163
6,5 %
Gouverneur du Kansas
Sortant Élu
Jeff Colyer
Parti républicain
Laura Kelly
Parti démocrate

Le républicain Jeff Colyer sert pendant sept ans comme lieutenant-gouverneur du Kansas avant d’accéder au poste de gouverneur fin 2017, lorsque Sam Brownback démissionne pour devenir ambassadeur[74].

Lors de la primaire républicaine, Colyer affronte principalement le secrétaire d’État Kris Kobach, notamment connu pour avoir présidé la commission sur les supposées fraudes électorales lors de l’élection présidentielle de 2016 (la commission est dissoute sans avoir donné de résultats). Kobach reçoit le soutien de Donald Trump. Le , au soir de l’élection, Kobach et Colyer sont au coude-à-coude[74]. Une semaine après les élections Colyer reconnaît sa défaite face à Kobach qui l’emporte avec 128 543 voix, soit seulement 345 de plus que Colyer[75].

La primaire démocrate est remportée par la sénatrice d’État Laura Kelly, leader démocrate au sein de la commission du budget. Elle rassemble environ 51 % des suffrages et devance notamment l’ancien maire de Wichita Carl Brewer et l’ancien secrétaire à l’Agriculture Joshua Svaty[76].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans cet État traditionnellement républicain, les démocrates pensent avoir une chance de remporter l’élection grâce aux crises budgétaires de l’ère Brownback et à l’image clivante de Kobach[75]. La candidature de l’indépendant modéré Greg Orman, soutenu par les démocrates lors de l’élection sénatoriale de 2014, devrait cependant profiter au candidat républicain[74]. Durant la campagne, d’importantes personnalités républicaines locales apportent leur soutien à Kelly : les anciens gouverneurs Bill Graves et Mike Hayden (en) ainsi que la sénatrice Nancy Kassebaum[77]. Les sondages donnent Kelly et Kobach au coude-à-coude, loin devant Orman à environ 10 %[78],[79].

Maine

Élection du gouverneur du Maine de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Shawn Moody.jpg Shawn Moody (en) – Parti républicain
Janet Mills Maine AG 2013.jpg Janet Mills – Parti démocrate
Gouverneur du Maine
Sortant
Paul LePage
Parti républicain

Le républicain Paul LePage ne peut pas se représenter après deux mandats. Gouverneur controversé, LePage n’a jamais été élu avec une majorité absolue des suffrages. Les primaires pour lui succéder se tiennent le . Pour la première fois de l’histoire des États-Unis, le vote alternatif est utilisé à l’échelle d’un État ; la Cour suprême du Maine estime cependant que ce système ne pourra pas être utilisé pour l’élection générale de novembre[80].

La primaire républicaine oppose le président du groupe républicain à la Chambre des représentants du Maine Ken Fredette, le président du groupe républicain au Sénat Garrett Mason, l’ancienne commissaire à la santé Mary Mayhew et Shawn Moody[81], candidat indépendant en 2010[82]. Les quatre républicains entendent poursuivre la politique menée par LePage mais seul Moody est soutenu par plusieurs proches du gouverneur dont son épouse et sa fille[81]. Moody remporte l’élection dès le premier tour avec environ 56 % des voix, devant Mason (23 %), Mayhew (15 %) et Fredette (6 %)[83].

Chez les démocrates, sept candidats se présentent : les deux favoris, l’avocat Adam Cote et la procureure générale Janet Mills, ainsi que Donna Dion, Mark Dion, Mark Eves, Diane Russell et Betsy Sweet. Avant les élections, deux candidats de la gauche du parti demandent à leurs électeurs de placer l’autre en deuxième position : Sweet et l’ancien président de la Chambre des représentants Eves. Mills arrive en tête du premier tour avec 33 % des suffrages, contre 28 % pour Cote, 16 % pour Sweet et 14 % pour Eves[81]. Au quatrième tour, Mills est finalement désignée avec 54,1 % des voix face à Cote[82].

Outre Moody et Mills, deux candidats indépendants figurent sur les bulletins de vote : la trésorière de l’État Terry Hayes et le consultant en développement économique Alan Caron[84]. Ces deux candidats de centre gauche sont supposés prendre des voix à Mills, qui distance cependant Moody dans plusieurs enquêtes d’opinion réalisés durant le mois d’octobre[73].

Maryland

Élection du gouverneur du Maryland de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Denton Visitor Center Groundbreaking (27264387634) (cropped).jpg Larry Hogan – Parti républicain
Ben Jealous by Gage Skidmore.jpg Ben Jealous – Parti démocrate
Gouverneur du Maryland
Sortant
Larry Hogan
Parti républicain

En 2014, le républicain Larry Hogan remporte par surprise le poste de gouverneur dans cet État majoritairement démocrate. Durant son mandat, sa popularité dépasse les 70 % d’opinions favorables. Il décroche la nomination républicaine pour un second mandat sans opposition[85].

La primaire démocrate voit s’affronter de nombreux candidats, dont les deux principaux sont le county executive de Prince George Rushern L. Baker III, soutenu par l’establishment du Parti démocrate local, et Ben Jealous, ancien président de la NAACP et candidat de la gauche du parti. Parmi les autres candidats, on trouve le sénateur Richard S. Madaleno Jr., l’entrepreneur Alec Ross, l’avocat Jim Shea, l’assistante de Michelle Obama Krish Vignarajah et le county executive de Baltimore Kevin Kamenetz, décédé durant la campagne[86]. Jealous remporte la primaire avec 40 % des voix, devant Baker (29 %), notamment grâce à ses bons scores dans la région de Baltimore[87].

Si l’État compte deux fois plus de démocrates que de républicains, la popularité de Hogan (y compris parmi les démocrates) rend l’élection compliquée pour Jealous[85],[86].

Massachusetts

Élection du gouverneur du Massachusetts de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Charlie Baker official photo (cropped).jpg Charlie Baker – Parti républicain
Voix 1 770 130
66,9 %
Jay Gonzalez, 2017 (cropped 2).jpg Jay Gonzalez – Parti démocrate
Voix 874 789
33,1 %
Gouverneur du Massachusetts
Sortant Élu
Charlie Baker
Parti républicain
Charlie Baker
Parti républicain

Le républicain modéré Charlie Baker est candidat à un second mandat. Crédité pour son travail avec la législature du Massachusetts (démocrate) et ses prises de distance avec Donald Trump, il est populaire malgré le penchant démocrate de l’État[88].

Lors de la primaire républicaine, le pasteur Scott Lively — notamment connu pour ses positions hostiles aux personnes LGBT — attaque Baker, qu’il considère comme un faux républicain (« RINO »)[88]. Le gouverneur remporte la primaire mais Lively rassemble 36 % des voix[89]. Du côté démocrate, l’ancien directeur du budget de l’État Jay Gonzalez décroche la nomination avec un peu moins de 65 % des suffrages face à Bob Massie, un entrepreneur et militant écologiste[90].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En raison de la popularité de Baker, les démocrates ne lèvent que peu de fonds. À l’issue des primaires, la campagne du gouverneur dispose 6,3 millions de dollars contre 366 000 pour Gonzalez[90]. Les sondages donnent alors le républicain largement en tête[91].

Michigan

Élection du gouverneur du Michigan de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Gretchen Whitmer 2011 (cropped).jpg Gretchen Whitmer – Parti démocrate
Voix 2 261 450
53,3 %
President Donald Trump with Bill Schuette (cropped).jpg Bill Schuette – Parti républicain
Voix 1 857 530
43,8 %
Gouverneur du Michigan
Sortant Élu
Rick Snyder
Parti républicain
Gretchen Whitmer
Parti démocrate

Après deux mandats de gouverneur, le républicain Rick Snyder ne peut prétendre à un troisième mandat.

Le procureur général Bill Schuette reçoit le soutien du président Donald Trump et remporte largement la primaire républicaine face au lieutenant-gouverneur Brian Calley, soutenu par le gouverneur sortant[92]. Avec environ 51 % des voix, Schuette devance Calley (25 %), le sénateur Pat Colbeck (13%) et le médecin Jim Hines (11%)[93].

L’ancienne présidente du groupe démocrate au Sénat du Michigan Gretchen Whitmer remporte la primaire démocrate avec 52 % des suffrages face à Abdul El-Sayed, ancien directeur de la santé de Détroit soutenu par Bernie Sanders (30 %), et l’homme d’affaires Shri Thanedar (18 %). Whitmer avait reçu le soutien des principaux syndicats locaux et de nombreux élus du Michigan, dont le maire de Détroit[93].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Après les primaires, Snyder annonce qu’il n’apportera son soutien à aucun candidat pour l’élection générale[94]. À partir de l’été, de nombreux sondages donnent une confortable avance à Whitmer[73],[95]. L’avance de la candidate démocrate, attaquée dans de nombreuses publicités, semble cependant se réduire à l’approche des élections[96].

Minnesota

Élection du gouverneur du Minnesota de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tim Walz official photo (cropped 2).jpg Tim Walz – Parti démocrate
Voix 1 392 969
53,9 %
Jeff Johnson (cropped).jpg Jeff Johnson – Parti républicain
Voix 1 097 721
42,4 %
Gouverneur du Minnesota
Sortant Élu
Mark Dayton
Parti démocrate
Tim Walz
Parti démocrate

Le démocrate sortant Mark Dayton, élu de justesse en 2010 et facilement réélu en 2014, n’est pas candidat à un troisième mandat[97].

Trois principaux candidats s’affrontent pour l’investiture démocrate : la représentante d’État Erin Murphy, la procureure générale du Minnesota Lori Swanson et le représentant fédéral Tim Walz. Murphy reçoit le soutien du DFL tandis que Swanson fait campagne sur son action au sein du gouvernement et que Walz se présente comme le plus modéré des trois. Avec 42 % des voix, Walz remporte la primaire devant Murphy (32 %) et Swanson (25 %)[98].

La primaire républicaine voit s’opposer l’ancien gouverneur Tim Pawlenty et le candidat républicain de 2014, le conseiller du comté de Hennepin Jeff Johnson. Pawlenty entre tard dans la course mais lève d’importants fonds et devient le favori. À la surprise générale, Johnson devance Pawlenty de 9 points en rassemblant 53 % des voix[98]. Pour certains analystes politiques, l’ancien gouverneur paie son manque de soutien à Donald Trump et son passé de lobbyiste[99].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Après les primaires, Walz est considéré comme la favori du scrutin[100]. L’association des gouverneurs républicains décide alors d’annuler plusieurs millions de dollars de publicité en septembre[101]. Johnson remonte cependant dans les sondages au cours du mois d’octobre[100],[101].

Nebraska

Élection du gouverneur du Nebraska de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Pete Ricketts (39834208574) (cropped).jpg Pete Ricketts – Parti républicain
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Bob Krist – Parti démocrate
Gouverneur du Nebraska
Sortant
Pete Ricketts
Parti républicain

Le républicain sortant Pete Ricketts est candidat à un second mandat. Il obtient facilement la nomination républicaine en rassemblant plus de 80 % des voix face à Krystal Gabel, qui a principalement fait campagne pour la légalisation du cannabis médical[102].

La primaire démocrate voit s’affronter le professeur et homme d’affaires Tyler Davis, le pilote et sénateur local Bob Krist (républicain jusqu’en 2017) et l’activiste Vanessa Ward. Krist remporte la primaire avec environ 60 % des suffrages[102].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Nevada

Élection du gouverneur du Nevada de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Steve Sisolak (cropped) (cropped)1.jpg Steve Sisolak – Parti démocrate
Voix 479 854
49,4 %
Adam Laxalt by Gage Skidmore (cropped).jpg Adam Laxalt – Parti républicain
Voix 440 035
45,3 %
Gouverneur du Nevada
Sortant Élu
Brian Sandoval
Parti républicain
Steve Sisolak
Parti démocrate

Le gouverneur républicain sortant Brian Sandoval ne peut pas se représenter[103] après deux mandats.

Le procureur général d'État Adam Laxalt devient vite le favori du camp républicain, après les non-candidatures de Dean Heller et Mark Amodei[103]. Le , il remporte très largement la primaire avec plus de 71 % des suffrages. Son plus proche opposant, le trésorier du Nevada Dan Schwartz, n’obtient que 9 % des voix[104].

La primaire démocrate voit s’opposer le président de la commission du comté de Clark, Steve Sisolak, à une autre commissaire du comté Chris Giunchigliani. Cette dernière accuse Sisolak d’être trop modéré[105]. Sisolak dépense plus de six millions de dollars tandis que Giunchigliani reçoit l’aide d’Emily's List et de la National Education Association. Alors que les candidats sont donnés au coude-à-coude, Sisolak devance sa collègue de 11 points (50 % contre 39 %[104]) notamment grâce à son avance dans le comté de Clark[103].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Malgré la large victoire de Laxalt aux primaires, Sandoval — populaire — refuse d’apporter son soutien au candidat républicain[106] ; il avait estimé quelques mois plus tôt qu’il ne peut pas « soutenir un candidat qui cherche à défaire tout ce [qu’il a] fait ces sept dernières années »[107]. Si l’État n’a pas élu de gouverneur démocrate au XXIe siècle, l’élection générale entre Laxalt et Sisolak s’annonce serrée[103]. Les sondages apportent des résultats très différents, donnant jusqu’à quatre points d’avance à l’un ou l’autre des candidats. Les résultats du Nevada, État connu pour être difficile à sonder, devraient dépendre en grande partie du taux de participation de l’électorat hispanique[73].

New Hampshire

Élection du gouverneur du New Hampshire de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Christopher T Sununu.jpg Chris Sununu – Parti républicain
Voix 302 509
52,8 %
MollyKelly (cropped).jpg Molly Kelly – Parti démocrate
Voix 262 174
45,8 %
Gouverneur du New Hampshire
Sortant Élu
Chris Sununu
Parti républicain
Chris Sununu
Parti républicain

Le républicain Chris Sununu est candidat à un deuxième mandat de gouverneur. Il est réinvesti par le Parti républicain, sans opposant[108].

La primaire démocrate voit s’opposer l’ancienne sénatrice d’État Molly Kelly et l’ancien maire de Portsmouth Steve Marchand. Kelly reçoit le soutien de l’establishment démocrate local tandis que Marchand fait campagne sur sa gauche. Kelly remporte la primaire avec environ 65 % des voix[109].

Sununu, l’un des gouverneurs les plus populaires du pays, est considéré comme le favori de l’élection de novembre[109].

New York

Élection du gouverneur de New York de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Marc Molinaro (cropped 2).jpg Marcus Molinaro – Parti républicain
Andrew Cuomo 2014 (cropped).jpg Andrew Cuomo – Parti démocrate
Gouverneur de l'État de New York
Sortant
Andrew Cuomo
Parti démocrate

Le démocrate Andrew Cuomo est candidat à un troisième mandat. Lors de la primaire démocrate, il est concurrencé sur sa gauche par l’actrice Cynthia Nixon, principalement connue pour son rôle dans Sex and the City. Les sondages donnent le gouverneur largement en tête des intentions de vote[110]. Nixon reçoit cependant le soutien du Working Families Party et pourrait se présenter à l’élection générale même en perdant la primaire démocrate[111]. Au terme d’une campagne délétère, Cuomo remporte la primaire rassemblant près de deux tiers des suffrages[112]. Nixon annonce qu’elle ne fera pas campagne après sa défaite et le Working Families Party apporte finalement son soutien à Cuomo au début du mois d’octobre[113].

Cuomo est par ailleurs concurrencé par l’ancienne maire démocrate de Syracuse Stephanie Miner, qui se présente en tant qu’indépendante, et Howie Hawkins, candidate du Part vert américain[111]. Du côté républicain, Marcus J. Molinaro (county executive modéré du comté de Dutchess) est désigné candidat en mai 2018[114].

Du 23 au 27 octobre se déroule l'affaire des colis piégés, plusieurs colis contenant des bombes artisanales sont envoyés de manière coordonnée à des figures anti-Trump à travers les États-Unis. Cuomo est l'une des personnalités visées. Le colis est intercepté et désamorcé par la police le 24 octobre[115]. Le 26 octobre, le principal suspect de l'envoi du colis, qui serait un partisan de Trump de 58 ans dénommé Cesar Altieri Sayoc Jr, est arrêté par le FBI à Plantation (Floride)[116].

Nouveau-Mexique

Élection du gouverneur du Nouveau-Mexique de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Michelle Lujan Grisham official photo (cropped 2).jpg Michelle Lujan Grisham – Parti démocrate
Voix 392 216
57,1 %
Steve Pearce official photo (cropped 2).jpg Steve Pearce – Parti républicain
Voix 294 878
42,9 %
Gouverneur du Nouveau-Mexique
Sortante Élu
Susana Martinez
Parti républicain
Michelle Lujan Grisham
Parti démocrate

La républicaine Susana Martinez, plutôt impopulaire, ne peut pas se présenter à un troisième mandat[117].

Le représentant fédéral Steve Pearce, membre du Freedom Caucus, est le seul candidat républicain[118]. La primaire démocrate voit s’opposer sa collège Michelle Lujan Grisham, l’homme d’affaires Jeff Apodaca (fils du gouverneur Apodaca) et le sénateur Joseph Cervantes. Ces deux derniers attaquent Lujan Grisham pour ses liens avec une société d’assurance santé controversée. Soutenue par de nombreux syndicats et associations, elle remporte cependant la primaire démocrate avec 66 % des voix contre 22 % pour Apodaca et 12 % pour Cervantes[119].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Grâce à l’absence d’adversaire durant sa primaire, Pearce débute la campagne avec plus de fonds que sa rivale démocrate[119]. Dans un État qui compte davantage de démocrates que de républicains, il est cependant handicapé par la mauvaise santé économique de l’État ainsi que l’impopularité de Donald Trump et de Martinez[118]. Pearce fait campagne sur les questions économiques tandis que Lujan Grisham met en avant son expérience au sein de l’administration du Nouveau-Mexique. La démocrate arrive en tête dans l’ensemble des sondages réalisés dans l’État[120].

Ohio

Élection du gouverneur de l'Ohio de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
2011MikeDewineHiResWeb (cropped).jpg Mike DeWine – Parti républicain
Voix 2 187 619
50,7 %
Richard Cordray official portrait (cropped 2).jpg Richard Cordray – Parti démocrate
Voix 2 005 627
46,4 %
Gouverneur de l'Ohio
Sortant Élu
John Kasich
Parti républicain
Mike DeWine
Parti républicain

Le gouverneur républicain sortant John Kasich ne peut pas se représenter[121].

Les deux candidats pour l’investiture républicaine sont le procureur général Mike DeWine et le lieutenant-gouverneur Mary Taylor. Parmi les candidats initiaux se trouvaient le secrétaire d’État Jon Husted, qui est devenu le colistier de DeWine, et Jim Renacci, finalement candidat au Sénat. Taylor accuse DeWine d’être trop libéral et remonte dans les sondages face au favori ; DeWine contre-attaque en critiquant Taylor pour son manque de soutien à Donald Trump en 2016. Le , DeWine remporte la primaire avec 60 % des suffrages face à Taylor[122].

La primaire démocrate voit s’affronter deux principaux candidats, issus de la gauche du parti : l’ancien directeur du Bureau américain de protection des consommateurs Richard Cordray et l’ancien représentant Dennis Kucinich[121]. Cordray reçoit l’investiture démocrate en rassemblant 62,3 % des voix contre 22,9 % pour Kucinich[123]. Il arrive en tête dans tous les comtés de l’Ohio sauf deux, remportés par le sénateur d'État (en) de Youngstown Joe Schiavoni[124].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le duel entre DeWine et Cordray est le « match retour » de l’élection du procureur général de l’Ohio de 2010, au cours de laquelle DeWine a battu le sortant Cordray[124]. Durant la campagne, les tickets DeWine-Husted et Cordray-Sutton sont donnés au coude-à-coude dans les intentions de vote[125].

Oklahoma

Élection du gouverneur de l'Oklahoma de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Kevin Stitt – Parti républicain
Voix 643 987
54,3 %
Drewedmondson (cropped).jpg Drew Edmondson – Parti démocrate
Voix 500 430
42,2 %
OKLP Chair Chris Powell (cropped).jpg Chris Powell – Parti libertarien
Voix 40 768
3,4 %
Gouverneur de l'Oklahoma
Sortant Élu
Mary Fallin
Parti républicain
Kevin Stitt
Parti républicain

La gouverneure sortante, la républicaine Mary Fallin, ne peut pas se représenter[126]. Elle est l’un des gouverneurs les plus impopulaires du pays[127].

Les trois principaux candidats de la primaire républicaine sont l’ancien maire d’Oklahoma City Mick Cornett, crédité pour la revitalisation de la ville, le lieutenant-gouverneur Todd Lamb, soutenu par l’establishment local et d’abord donné favori, et l’homme d’affaires Kevin Stitt de Tulsa, qui lève d’importants fonds de campagne en se présentant comme un outsider[126]. Le , Cornett arrive en tête de la primaire avec 29 % des voix, suivi par Stitt (24 %) qui devance de justesse Lamb. Ce dernier aurait notamment souffert de l’impopularité du gouvernement sortant. Viennent ensuite le pasteur Dan Fisher (8 %), l’inspecteur Gary Jones (6 %) et l’avocat Gary Richardson (4 %)[128]. Aucun candidat n’obtenant 50 % des suffrages, un second tour est organisé. Stitt attaque l’ancien maire pour son manque supposé manque d’intérêt pour les zones rurales et son faible soutien au président Trump. Le , il remporte le second tour de la primaire avec 54,6 % des voix contre 45,4 % pour Cornett[129]. Cornett n’arrive en tête que dans le centre de l’État[130], autour d’Oklahoma City.

La nomination démocrate est quant à elle attribuée au premier tour à l’ancien procureur général de l’Oklahoma Drew Edmondson[130] qui bat l’ancienne sénatrice d’État Connie Johnson avec 61 % des suffrages[128]. La primaire libertarienne est remportée au second tour par Chris Powell (59 % des voix)[130].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Malgré le caractère conservateur de l’Oklahoma, Stitt ne devance Edmondson que de quelques points dans les intentions de vote, notamment plombé par l’impopularité du gouvernement républicain de Mary Fallin[73].

Oregon

Élection du gouverneur de l'Oregon de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kate Brown in 2017 (cropped).jpg Kate Brown – Parti démocrate
Voix 885 232
50 %
Knute Buehler Candidate.jpg Knute Buehler – Parti républicain
Voix 776 558
43,9 %
Gouverneur de l'Oregon
Sortante Élu
Kate Brown
Parti démocrate
Kate Brown
Parti démocrate

La démocrate Kate Brown devient gouverneure de l’Oregon en 2015 après la démission de John Kitzhaber et est élue pour terminer son mandat en 2016[131]. Candidate à un nouveau mandat en 2018, elle remporte facilement la primaire démocrate[132] avec plus de 80 % des voix[131].

Chez les républicains, le représentant d’État Knute Buehler dispose de loin des fonds de campagne les plus importants. Il est cependant critiqué sur sa droite par Sam Carpenter et le vétéran Greg Wooldridge, qui l’accusent de ne pas être assez conservateur ; il est notamment favorable au droit à l’avortement et à des restrictions concernant le port d’armes à feu. Buehler décroche l’investiture avec 47 % des suffrages devant Carpenter (29 %) et Woolridge (19 %)[132].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

À l’approche de l'échéance de novembre, l’élection est considérée comme serrée avec de nombreux électeurs indécis. Les sondages donnent cependant une légère avance à la démocrate sortante[133],[134].

Pennsylvanie

Élection du gouverneur de Pennsylvanie de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Scott Wagner - Pennsylvania Gubernatorial Candidate 2018 (cropped).jpg Scott Wagner – Parti républicain
Governor Tom Wolf official portrait 2015 (cropped2).jpg Tom Wolf – Parti démocrate
Gouverneur de Pennsylvanie
Sortant
Tom Wolf
Parti démocrate

Le gouverneur démocrate sortant Tom Wolf est candidat à un deuxième mandat. Il ne rencontre pas d’opposition durant sa primaire. Il partage cependant le ticket démocrate avec John Fetterman ; le lieutenant-gouverneur sortant Mike Stack étant battu lors de la primaire[135].

La primaire républicaine oppose l’avocate d’affaires modérée Laura Ellsworth, le consultant retraité conservateur Paul Mango et le sénateur du comté de York Scott Wagner. Ellsworth et Mango sont tous les deux implantés dans la région de Pittsburgh. Wagner reçoit le soutien du Parti républicain de Pennsylvanie et remporte la primaire du avec 46 % des voix devant Mango (36 %) et Ellsworth (18 %). Jeff Bartos est désigné pour le poste de lieutenant-gouverneur[135].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Wolf domine largement son adversaire républicain dans les sondages[136],[137]. Durant la campagne, Wagner fait polémique lors qu'il prévient dans une vidéo qu'il va « piétiner tout le visage [du gouverneur] avec ses crampons de golf »[137],[138].

Rhode Island

Élection du gouverneur de Rhode Island de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Gina Raimondo.png Gina Raimondo – Parti démocrate
Voix 196 046
52,7 %
Allan Fung.jpg Allan Fung – Parti républicain
Voix 138 858
37,4 %
Gouverneur de Pennsylvanie
Sortant Élu
Gina Raimondo
Parti démocrate
Gina Raimondo
Parti démocrate

La démocrate Gina Raimondo a été élue en 2014 avec quatre points d’avance sur le maire républicain de Cranston Allan Fung[139].

Candidate à sa réélection, Raimondo est plutôt impopulaire : elle n’a jamais obtenu plus de 50 % d’opinions favorables durant son mandat[139]. Elle affronte l’ancien secrétaire d’État Matt Brown qui mène une campagne progressiste et l’attaque pour ses liens avec Wall Street[140]. Raimondo remporte cependant la primaire avec une confortable avance, rassemblant 57 % des voix devant Brown (33,5 %)[139] et l’ancien représentant local Spencer Dickinson[141].

Du côté républicain, Fung est concurrencé par Patrica Morgan, cheffe du groupe minoritaire à la Chambre des représentants de Rhode Island[140]. Il déroche à nouveau la nomination avec 56 % des suffrages face à Morgan (40 %)[139] et l’ancien sénateur d’État Giovanni Feroce[141].

Les sondages donnent les candidats au coude-à-coude[140]. Toutefois, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump Joe Trillo se présente en tant qu’indépendant et risque de faire perdre des voix à Fung[139]. Le président du Parti modéré Bill Gilbert est également candidat, son prédécesseur avait réuni plus de 21 % des voix en 2014[141].

Tennessee

Élection du gouverneur du Tennessee de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Bill Lee – Parti républicain
Voix 1 330 197
59,6 %
Karl Dean 2007.jpg Karl Dean – Parti démocrate
Voix 860 442
38,5 %
Gouverneur du Tennessee
Sortant Élu
Bill Haslam
Parti républicain
Bill Lee
Parti républicain

Le gouverneur républicain Bill Haslam n’est pas éligible à un troisième mandat[142].

La primaire républicaine oppose quatre principaux candidats : la représentante fédérale Diane Black, l’homme d’affaires et commissaire du département de l’économie de l’État Randy Boyd, le président de la Chambre des représentants du Tennessee Beth Harwelll et l’homme d’affaires Bill Lee. Alors que Black et Boyd sont considérés comme les favoris, leurs attaques l’un contre l’autre laissent Lee se faire connaître des électeurs et progresser dans les sondages[143]. Le , Lee remporte facilement la primaire avec 36,8 % des voix contre 24,3 % pour Boyd, 23,0 % pour Black et 15,3 % pour Harwell[144].

La primaire démocrate est remportée par l’ancien maire de Nashville Karl Dean. Avec environ 75 % des suffrages, il devance largement le chef des démocrates à la Chambre des représentants locale Craig Fitzhugh (20 %) et l’infirmière Mezianne Vale Payne (5 %)[145].

Dans un État conservateur où Donald Trump a réuni 61 % des voix en 2016, Lee fait figure de favori. Dean mise cependant sur son expérience et certains démocrates espèrent que la candidature de Phil Bredesen au Sénat l’aide auprès des électeurs[142].

Texas

Élection du gouverneur du Texas de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Greg Abbott 2015.jpg Greg Abbott – Parti républicain
Voix 4 638 582
55,8 %
Lupe Valdez (cropped).jpg Lupe Valdez – Parti démocrate
Voix 3 528 705
42,5 %
Gouverneur du Texas
Sortant Élu
Greg Abbott
Parti républicain
Greg Abbott
Parti républicain

Le gouverneur républicain sortant Greg Abbott est candidat à un second mandat. Le , il remporte la primaire républicaine avec environ 90 % des suffrages face à trois candidats[146]

Chez les démocrates, le shérif du comté de Dallas arrive en tête de la primaire avec 43 % des voix, devant Andrew White (fils du gouverneur Mark White) à 27 % et sept candidats peu connus[147]. Valez remporte le second tour le avec 53 % des suffrages. Elle est alors la première femme hispanique ou homosexuelle à recevoir l’investiture d’un grand parti pour le poste de gouverneur du Texas[147],[148]. Elle réalise ses meilleurs scores autour de Dallas et le long de la frontière mexicaine tandis que White arrive largement en tête dans son fief de Houston[147].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Abbott est considéré comme le favori de l’élection générale grâce à sa popularité, ses importants fonds de campagne (plus de 40 millions de dollars) et la tradition républicaine du Texas[147],[148].

Vermont

Élection du gouverneur du Vermont de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Phil Scott 2017 (cropped).jpg Phil Scott – Parti républicain
Voix 151 190
55,4 %
Christine Hallquist (cropped).jpg Christine Hallquist – Parti démocrate
Voix 110 276
40,4 %
Gouverneur du Vermont
Sortant Élu
Phil Scott
Parti républicain
Phil Scott
Parti républicain

Élu en 2016, le républicain Phil Scott est candidat à un second mandat. Avant les primaires, il s’attire les critiques de la droite conservatrice en signant des mesures restreignant le port des armes à feu[149]. Il bat cependant facilement son opposant Keith Stern en rassemblant deux tiers des voix[150].

La candidate démocrate Christine Hallquist, ancienne PDG de Vermont Electric Cooperative[149], remporte la primaire avec environ 40 % des suffrages[150]. Ses deux principaux concurrents, James Ehlers et Brenda Siegle[151], sont tous les deux à 18 %[149]. Parmi les candidats de la primaire, on trouve également le jeune Ethan Sonneborn qui profite de l’absence d’âge minimum pour se présenter à l’élection ; malgré ses 14 ans, il rassemble plus de 4 000 bulletins sur un programme progressiste[151],[152]. Hallquist devient la première personne transgenre à remporter la primaire d’un grand parti pour un poste de gouverneur aux États-Unis[149],[152].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Critique de Donald Trump et libéral sur les sujets de société, Scott est apprécié dans l’État progressiste du Vermont. Il arrive en tête des intentions de vote. La tâche de Hallquist est également compliquée par l’histoire : aucun gouverneur sortant n’a été battu depuis 1962 au Vermont[153].

Wisconsin

Élection du gouverneur du Wisconsin de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tony Evers (cropped).jpg Tony Evers (en) – Parti démocrate
Voix 1 323 545
49,6 %
Scott Walker by Gage Skidmore 4.jpg Scott Walker – Parti républicain
Voix 1 292 969
48,4 %
Gouverneur du Wisconsin
Sortant Élu
Scott Walker
Parti républicain
Tony Evers (en)
Parti démocrate

Le républicain Scott Walker est élu gouverneur du Wisconsin en 2010. Il sort vainqueur d’une procédure de recall en 2012 et remporte un deuxième mandat en 2014. Il est à nouveau candidat en 2018[154]. Il obtient facilement la nomination républicaine, rassemblant plus de 90 % des suffrages face à Robert Meyer[155].

Chez les démocrates, Tony Evers domine les sondages avant les primaires. Supérintendant des écoles du Wisconsin depuis 2009, il est le seul des huit candidats démocrates à être élu à l’échelle de l’État[156]. Evers remporte la primaire avec 42 % des voix, loin devant son plus proche adversaire le président du syndicat des pompiers du Wisconsin Mahlon Mitchell (16 %)[157].

Avant les élections, Walker tente d’adoucir son image réputée clivante, en mettant l’accent sur son engagement en faveur de l’éducation ainsi que sur le faible taux de chômage de l’État (moins de 3 %). Il semble cependant en danger : il est en effet peu populaire et les démocrates ont remporté plusieurs élections partielles dans le Wisconsin en 2017[154]. Evers arrive en tête de la plupart des sondages réalisés après l’été[73].

Wyoming

Élection du gouverneur du Wyoming de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Mark Gordon Headshot.jpg Mark Gordon (en) – Parti républicain
Mary A. Throne at Campbell County League of Women Voters' General Election Candidates' Forum in Gillette, Wyoming (cropped).jpg Mary Throne (en) – Parti démocrate
Gouverneur du Wyoming
Sortant
Matt Mead
Parti républicain

Le gouverneur républicain sortant Matt Mead ne peut pas se représenter[158], malgré sa popularité[159].

Durant les deux semaines précédant la primaire républicaine, le trésorier de l’État Mark Gordon et l’homme d’affaires Foster Friess dominent les sondages[159]. Gordon fait campagne sur son expérience au sein du gouvernement de Mead et son travail dans son ranch familial tandis que Friess, grand donateur conservateur, est soutenu par Donald Trump le jour de l’élection[160],[161]. Gordon remporte la primaire avec 33 % des voix, devant Friess (26 %), l’avocat Harriet Hageman (21 %) et l’homme d’affaires Sam Galeotos (13 %)[159]. Les démocrates désignent quant à eux l'ancienne membre de la Chambre des représentants du Wyoming Mary Throne[161].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En raison du penchant conservateur du Wyoming, le Parti républicain est favori pour conserver le poste de gouverneur[158].

Guam

Élection du gouverneur de Guam de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Raymond S. Tenorio.jpg Ray Tenorio – Parti républicain
Leon Guerrero-Tenorio 2018 (cropped).jpg Lourdes Leon Guerrero – Parti démocrate
Gouverneur de Guam
Sortant
Eddie Calvo
Parti républicain

Le républicain sortant Eddie Calvo ne peut pas se présenter à un nouveau mandat[162].

Le lieutenant-gouverneur Ray Tenorio est sans opposant lors de la primaire républicaine. 84 % des votants participent cependant à la primaire démocrate. Celle-ci est remportée justesse par Lou Leon Guerrero, présidente de la banque de Guam, et son colistier Joshua Tenorio (260 voix d’avance). Avec 32,1 % des suffrages, ils devancent le ticket du sénateur Frank Aguon Jr. (31,1 %), celui de l’ancien gouverneur Carl Gutierrez (21,9 %) et celui du sénateur Dennis Rodriguez (14,7 %)[163].

Îles Vierges des États-Unis

Élection du gouverneur des îles Vierges des États-Unis de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Albert Vickers Bryan Jr. – Parti démocrate
Kenneth Ezra Mapp.png Kenneth Mapp – Indépendant
Gouverneur des îles Vierges des États-Unis
Sortant
Kenneth Mapp
Indépendant

Le gouverneur sortant, l’indépendant Kenneth Mapp, est candidat à un deuxième mandat avec Osbert Potter en tant que lieutenant-gouverneur[164].

La primaire démocrate est remportée par le ticket de l’ancien président de l’Autorité de développement économique Albert Bryan et du sénateur Tregenza Roach qui, avec environ 40 % des voix, devance deux autres tickets dans un contexte de faible participation. Outre Bryan et le gouverneur sortant, donné favori, de nombreux candidats indépendants se présentent : Soraya Diase Coffelt, Foncie Donastorg, Janette Millin Young, l’économiste Warren Mosler et Molito A. Smith Jr.[164].

Îles Mariannes du Nord

Élection du gouverneur des îles Mariannes du Nord de 2018
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ralph Torres.jpg Ralph Torres – Parti républicain
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Juan N. Babauta – Indépendant
Gouverneur des îles Vierges des États-Unis
Sortant
Ralph Torres
Parti républicain

Le républicain Ralph Torres accède au poste de gouverneur en 2015 après le décès d’Eloy Inos. Candidat à un second mandat, il choisit le président du Sénat local Arnold I. Palacios comme lieutenant-gouverneur. Il affronte l’ancien gouverneur Juan N. Babauta devenu indépendant et dont la colistière est le docteur Rita A. Sablan[165].

Notes et références

Notes

  1. A succédé au gouverneur décédé en tant que lieutenant-gouverneur

Références

  1. A aussi été gouverneur entre 1975 et 1983.
  2. a b c et d (en) John Sharp, « In Alabama primary, one big question: Is Kay Ivey unbeatable? », sur al.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  3. a et b (en) The Associated Press, « Kay Ivey takes the Republican primary for governor, moving on to the general election », sur whnt.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  4. a et b (en) Sean Sullivan, « Alabama Gov. Kay Ivey avoids a GOP runoff; will face Maddox in November », sur washingtonpost.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  5. (en) Howard Koplowitz, « Sue Bell Cobb calls for Democratic unity after losing gubernatorial primary to Walt Maddox », sur al.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  6. (en) John Sharp, « In Alabama governor's race, Walt Maddox banks on voters recognizing a link between Ivey and Bentley », sur al.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  7. a et b (en) The Associated Press, « Alaska primary apparently sets stage for 3-way governor's race », sur cbsnews.com, (consulté le 24 août 2018).
  8. a et b (en) Kirk Johnson, « Bill Walker, Governor of Alaska, Suspends Campaign Amid Sinking Polls », sur nytimes.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  9. a et b (en) The Associated Press, « The Latest: Walker submits signatures for general election », sur kansascity.com, (consulté le 24 août 2018).
  10. (en) Annie Zak et Tegan Hanlon, « Dunleavy cruises to GOP pick for governor », sur alaskajournal.com, (consulté le 24 août 2018).
  11. (en) Anita Snow, « Gov. Doug Ducey to Face off Against David Garcia in Race for Arizona Governor », sur time.com, (consulté le 31 août 2018).
  12. a et b (en) The Associated Press, Bret Jaspers et Steve Goldstein, « Doug Ducey, David Garcia Win Arizona Primaries For Governor », sur kjzz.org, (consulté le 31 août 2018).
  13. a et b (en) Maria Polletta, « Governor’s race: Ducey wins Republican primary; Garcia nabs Democratic nomination », sur azcentral.com, (consulté le 31 août 2018).
  14. (en) Howard Fisher, « Republican Governors target Garcia in Arizona race », sur azdailysun.com, (consulté le 31 août 2018).
  15. (en) Amber Phillips, « Winners and losers from the Arizona and Florida primaries », sur washingtonpost.com, (consulté le 31 août 2018).
  16. (en) Maria Polletta, « Arizona governor's election: Democrats trail far behind Gov. Doug Ducey in fundraising », sur azcentral.com, (consulté le 31 août 2018).
  17. (en) Richard Ruelas et Maria Polletta, « Arizona Republic poll: Gov. Doug Ducey leads Democrat David Garcia », sur azcentral.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  18. (en) « Governor wins Arkansas GOP primary for 2nd term », sur katv.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  19. a et b (en) Associated Press, « Gov. Hutchinson wins Republican primary Tuesday », sur 23 mai 2018 (consulté le 13 septembre 2018).
  20. (en) « Poll: Hutchinson has commanding lead in Arkansas governor's race », sur katv.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  21. (en) Paul Rogers, « Internal affairs: Is Jerry Brown’s political career really ending? », sur mercurynews.com, (consulté le 22 août 2018).
  22. a et b (en) Jeff Daniels, « Democrat Gavin Newsom, Republican John Cox to face off in November general election for California governor », sur cnbc.com, (consulté le 22 août 2018).
  23. (en) Alex Seitz-Wald, « California's GOP is collapsing. Is that a sign for Republicans nationwide? », sur nbcnews.com, (consulté le 22 août 2018).
  24. (en) Adam Nagourney et Tim Arango, « For Gavin Newsom, a Stealth Run for California Governor », sur nytimes.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  25. (en) Paige Austin, « Cox Surges While Newsom Looks Down Ballot », sur patch.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  26. a et b (en) Tim Smith, « Gov. Henry McMaster and Pam Evette call for unity upon GOP nomination for governor », sur greenvilleonline.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  27. (en) Jonathan Martin, « Trump Helps Boost Two Preferred Candidates While Progressive Democrats Gain », sur nytimes.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  28. (en) Maayan Schechter, « Landslide: State Rep. James Smith wins SC Democratic primary for governor », sur thestate.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  29. (en) Andy Shain, « Late money surge puts McMaster ahead of Smith in most expensive SC governor’s race ever », sur postandcourier.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  30. a et b (en) James Anderson, « Polis, Stapleton to face off for Colorado governor's seat », sur foxnews.com, (consulté le 23 août 2018).
  31. a et b (en) John Frank et Natalie Weber, « Jared Polis wins Democratic primary for Colorado governor », sur denverpost.com, (consulté le 23 août 2018).
  32. (en) « Jared Polis Wins Democratic Primary In 2018 Colorado Governor’s Race », sur denver.cbslocal.com, (consulté le 23 août 2018).
  33. (en) Anna Staver, « Walker Stapleton wins the Republican nod for governor, takes quick aim at Democratic foe Jared Polis », sur denverpost.com, (consulté le 23 août 2018).
  34. a b et c (en) Lisa W. Foderaro, « In Connecticut, Ned Lamont Scores a Decisive Win, and Jahana Hayes Moves Closer to History », sur nytimes.com, (consulté le 22 août 2018).
  35. a et b (en) Associated Press, « Lamont, Stefanowski win primaries in race for Connecticut governor », sur abc7ny.com, (consulté le 22 août 2018).
  36. (en) Neil Vigdor, « Five Things We Learned From The Latest Gubernatorial Debate », sur courant.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  37. a et b (en) Conor Johnson, « Lamont remains on top in new CT Gov poll », sur yaledailynews.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  38. (en) The Associated Press, « South Dakota conservatives look to next governor for wins », sur argusleader.com, (consulté le 22 août 2018).
  39. (en) Jonathan Ellis, « South Dakota primary analysis: How Noem galloped to victory in the final two weeks », sur argusleader.com, (consulté le 22 août 2018).
  40. (en) Sean Sullivan, « Noem wins in South Dakota, seeks to become state’s first female governor », sur washingtonpost.com, (consulté le 22 août 2018).
  41. a et b (en) The Associated Press, « Rep. Kristi Noem wins South Dakota GOP governor primary », sur wtop.com, (consulté le 22 août 2018).
  42. a et b (en) John Verhovek, « 'The right Democrat can win': South Dakota gubernatorial candidate Billie Sutton », sur abcnews.go.com, (consulté le 22 août 2018).
  43. (en) Dan Merica, « South Dakota hasn't had a Democratic governor in decades. Republicans fear that could change. », sur edition.cnn.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  44. (en) The Associated Press, « Florida governor Rick Scott to challenge for Democrat-held Senate seat », sur theguardian.com, (consulté le 24 août 2018).
  45. (en) Ana Ceballos, « An overview of GOP's primary race for Fla. governor: Adam Putnam vs. Ron DeSantis », sur naplesnews.com, (consulté le 24 août 2018).
  46. (en) Anthony Man, « Ron DeSantis, Adam Putnam tied in Republican primary race, poll shows », sur sun-sentinel.com, (consulté le 24 août 2018).
  47. a et b (en) Alex Seitz-Wald, « Bernie Sanders-backed Democrat Gillum to take on Trump-endorsed Republican DeSantis in Florida gov race, NBC News projects », sur nbcnews.com, (consulté le 29 août 2018).
  48. (en) James Call, « Graham, Levine, Gillum sprint to the finish in Florida Democratic governor primary », sur tallahassee.com, (consulté le 24 août 2018).
  49. (en) Eillin Delapaz, « Gillum Picks King, DeSantis Chooses Nuñez for Lt. Governor », sur news.wjct.org, (consulté le 26 octobre 2018).
  50. (en) Ryan Nicol, « Another poll, another lead for Andrew Gillum; PPP pegs him up 4 points over Ron DeSantis », sur floridapolitics.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  51. (en) Emily Birnbaum, « Gillum holds razor-thin lead in Florida race », sur thehill.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  52. (en) Patricia Mazzei et Lisa Lerer, « Andrew Gillum and Ron DeSantis Trade Attacks Over Corruption and Racism in Florida Debate », sur www.nytimes.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  53. a b et c (en) Joseph Ax, « Trump-backed candidate wins Republican primary for Georgia governor », sur reuters.com, (consulté le 22 août 2018).
  54. (en) Eric Bradner, « Trump-backed Brian Kemp wins GOP nomination in Georgia governor's race, CNN projects », sur edition.cnn.com, (consulté le 22 août 2018).
  55. (en) Jonathan Martin et Alexander Burns, « Stacey Abrams Wins Georgia Democratic Primary for Governor, Making History », sur nytimes.com, (consulté le 22 août 2018).
  56. (en) Erin Durkin, « Georgia: voter suppression allegations roil governor's race », sur theguardian.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  57. (en) « Democrat David Ige elected Hawaii governor », sur bizjournals.com, (consulté le 30 août 2018).
  58. a b et c (en) « Ige to face Tupola in general election after victory over Hanabusa », sur hawaiinewsnow.com, (consulté le 30 août 2018).
  59. a b et c (en) Adam Shaw, « Hawaii's false missile alert looms large in close Democratic primary », sur foxnews.com, (consulté le 12 août 2018).
  60. a et b (en) State of Hawaii Office of Elections, « Primary Election 2018 – State of Hawaii – Statewide Final Summary Report », sur elections.hawaii.gov, (consulté le 30 août 2018).
  61. a et b (en) The Associated Press, « The latest: Tupola wins GOP primary for Hawaii governor », sur businessinsider.com, (consulté le 30 août 2018).
  62. (en) Cameron Easley, « Q3 2018 Rankings: America’s Most and Least Popular Governors », sur morningconsult.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  63. a b c d et e (en) Betsy Z. Russell, « It’s Paulette Jordan vs. Brad Little for Idaho governor », sur spokesman.com, (consulté le 16 mai 2018).
  64. a et b (en) Idaho Secretary of State, « May 15, 2018 Primary Election Results: Statewide Totals », sur sos.idaho.gov (consulté le 31 août 2018).
  65. a et b (en) Julie Bosman et Jonathan Martin, « Gov. Bruce Rauner and J.B. Pritzker to Face Off in Illinois », sur nytimes.com, (consulté le 22 août 2018).
  66. (en) Tanveer Ali, « MAP: Compare Bruce Rauner’s primary victory to Trump, Clinton 2016 Illinois vote », sur chicago.suntimes.com, (consulté le 22 août 2018).
  67. a et b (en) Kyle Bentle et Jonathon Berlin, « Race for Governor: Mapping Pritzker's dominant night and Rauner's close call », sur chicagotribune.com, (consulté le 22 août 2018).
  68. (en) Associated Press, « Pritzker pumps $146M of his cash into Illinois governor bid », sur washingtonpost.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  69. (en) Stephen Gruber-Miller, « Ron Corbett won't appeal ruling blocking him from GOP primary ballot », sur desmoinesregister.com, (consulté le 27 août 2018).
  70. a b et c (en) Brianne Pfannenstiel et Kevin Hardy, « Fred Hubbell wins Democratic nomination to run against Republican Gov. Kim Reynolds », sur desmoinesregister.com, (consulté le 27 août 2018).
  71. (en) James Q. Lynch, « Governor hopefuls make final push ahead of June 5 primary election », sur thegazette.com, (consulté le 27 août 2018).
  72. (en) David Weigel, « Fred Hubbell wins Democratic nod for Iowa governor », sur washingtonpost.com, (consulté le 27 août 2018).
  73. a b c d e et f (en) Louis Jacobson, « Democratic Governors Now Have a Chance to Become the Majority », sur governing.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  74. a b et c (en) Mitch Smith, « In Kansas, Another Close Race, as Kobach and Colyer Remain Deadlocked », sur nytimes.com, (consulté le 23 août 2018).
  75. a et b (en) Alex Dobuzinskis, « Trump ally Kobach wins Republican governor primary in Kansas », sur reuters.com, (consulté le 23 août 2018).
  76. (en) « Laura Kelley locks down nomination as Democrat », sur joplinglobe.com, (consulté le 23 août 2018).
  77. (en) Hunter Woodall, « Another former GOP governor of Kansas just endorsed Dem Laura Kelly over Kris Kobach », sur mcclatchydc.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  78. (en) Jonathan Shorman, « Polls show a virtual tie in race for Kansas governor », sur kansascity.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  79. (en) John Holt, « Kelly, Kobach locked in dead heat in Kansas governor race, new poll says », sur fox4kc.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  80. (en) Amber Phillips, « Maine is making history Tuesday with a whole new way of voting », sur washingtonpost.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  81. a b et c (en) Kevin Miller et Scott Thistle, « Shawn Moody takes Republican nomination for governor, as Mills and Cote lead Democratic field », sur pressherald.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  82. a et b (en) Kevin Miller, « With 54%, Janet Mills wins Democratic nomination in race for Maine governor », sur pressherald.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  83. (en) « Shawn Moody projected winner of Republican primary for governor », sur wgme.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  84. (en) Scott Thistle, « With primary voting over, independents running for governor set to seek attention – and spend money », sur pressherald.com, (consulté le 17 septembre 2018).
  85. a et b (en) Erin Cox et Luke Broadwater, « Ben Jealous wins Maryland Democratic primary race for governor », sur baltimoresun.com, (consulté le 24 août 2018).
  86. (en) Doug Donovan, « By the numbers: How Ben Jealous beat out Rushern Baker in primary race for governor », sur baltimoresun.com, (consulté le 24 août 2018).
  87. a et b (en) Bob Slasberg et The Associated Press, « Massachusetts Incumbent Governor Charlie Baker Wins Republican Primary », sur time.com, (consulté le 10 septembre 2018).
  88. (en) Quincy Walters, « Scott Lively's 'Surprising' Vote Totals Signal Some Mass. GOPers Will Align With The Far-Right To Ditch Baker », sur wbur.org, (consulté le 10 septembre 2018).
  89. a et b (en) Matt Murphy, « Jay Gonzalez prevails in Dem primary, promises ‘clear choice’ in race against Gov. Charlie Baker », sur telegram.com, (consulté le 10 septembre 2018).
  90. (en) Matt Murphy, « Baker agrees to three debates », sur metrowestdailynews.com, (consulté le 10 septembre 2018).
  91. (en) Astead W. Herndon, « Whitmer and Schuette Win Michigan Governor’s Nominations », sur nytimes.com, (consulté le 22 août 2018).
  92. a et b (en) Jonathan Oosting et Beth LeBlanc, « Whitmer, Schuette win Michigan governor primaries », sur detroitnews.com, (consulté le 22 août 2018).
  93. (en) Phil Dawson, « Rick Snyder won't endorse Bill Schuette for Michigan governor », sur freep.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  94. (en) Devin Culham, « Whitmer leads Schuette in multiple Michigan gubernatorial polls », sur metrotimes.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  95. (en) Paul Egan, « Free Press poll: Schuette and GOP gaining ground on Whitmer, Dems », sur freep.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  96. (en) Kyle Potter, « For now, Mark Dayton content to be on the sidelines for 2018 election », sur twincities.com, (consulté le 31 août 2018).
  97. a et b (en) Dave Orrick, « It’s Walz vs. Johnson after stunning upset of Pawlenty », sur twincities.com (consulté le 31 août 2018).
  98. (en) Dan Balz, « For Pawlenty, defeat in Minnesota in a party dominated by Trump », sur washingtonpost.com, (consulté le 31 août 2018).
  99. a et b (en) Geoffrey Skelley, « Governors Update: After Flirting With Trump In 2016, These Three States Are Looking Blue Again », sur fivethirtyeight.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  100. a et b (en) John Gizzi, « Poll: Republican Jeff Johnson in Striking Distance of Minnesota Governorship », sur newsmax.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  101. a et b (en) Fred Knapp, « Ricketts, Krist set to compete for governorship in November », sur netnebraska.org, (consulté le 13 septembre 2018).
  102. a b c et d (en) Colton Lochhead, « Race to be next Nevada governor appears to be a toss-up », sur reviewjournal.com, (consulté le 31 août 2018).
  103. a et b (en) Colton Lochhead, « Adam Laxalt, Steve Sisolak will vie to be Nevada’s next governor », sur reviewjournal.com, (consulté le 31 août 2018).
  104. (en) Jonathan Hunt, « 2 Democrats in bruising primary battle for Nevada governor’s seat », sur foxnews.com, (consulté le 31 août 2018).
  105. (en) James DeHaven, « Laxalt on his (sometimes icy) relationship with Sandoval: 'I hope to earn his vote' », sur rgj.com, (consulté le 31 août 2018).
  106. (en) « Sandoval Passes on Endorsement of Laxalt », sur kkoh.com, (consulté le 31 août 2018).
  107. (en) Holly Ramer, « Gay Councilor, Former Single Mom Highlight New Hampshire Primary Wins For Democrats », sur time.com, (consulté le 12 septembre 2018).
  108. a et b (en) Sydney Ember, « Molly Kelly Wins in New Hampshire and Will Face Sununu for Governor’s Seat », sur nytimes.com, (consulté le 12 septembre 2018).
  109. Agence France-Presse, « Cynthia Nixon réduit l'écart avec le gouverneur sortant de New York », sur lepoint.fr, (consulté le 30 août 2018).
  110. a et b (en) Shane Goldmacher, « Stephanie Miner to Make Independent Bid to Challenge Cuomo », sur nytimes.com, (consulté le 30 août 2018).
  111. « New York : l'ex-actrice Cynthia Nixon battue par le gouverneur sortant Andrew Cuomo », sur france24.com, (consulté le 17 septembre 2018).
  112. (en) Jon Campbell, « Andrew Cuomo accepts Working Families Party nod, clears Cynthia Nixon from ballot », sur democratandchronicle.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  113. (en) Lisa W. Foderaro, « Republicans Choose Their Alternative to Gov. Cuomo: Marcus Molinaro », sur nytimes.com, (consulté le 30 août 2018).
  114. « Des colis explosifs visent des figures anti-Trump en pleine campagne électorale », sur nouvelobs.com, (consulté le 24 octobre 2018)
  115. « Etats-Unis : ce que l'on sait de l'homme arrêté dans l'affaire des colis piégés », sur francetvinfo.fr, (consulté le 26 octobre 2018)
  116. (en) Matthew Reichbach, « Martinez still unpopular among NM voters, poll finds », sur nmpolitics.net, (consulté le 7 septembre 2018).
  117. a et b (en) Morgan Lee, « Ties to Donald Trump haunt lone GOP candidate for New Mexico governor », sur denverpost.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  118. a et b (en) Andrew Oxford, « Lujan Grisham rolls to victory in Dems’ gubernatorial primary », sur santafenewmexican.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  119. (en) Tripp Stelnicki, « New Mexico gubernatorial candidates enter final stretch », sur santafenewmexican.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  120. a et b (en) Gregory Krieg, « Progressive surge on display in Ohio's Cordray-Kucinich primary », sur edition.cnn.com, (consulté le 23 août 2018).
  121. (en) Andrew J. Tobias, « Mike DeWine wins Republican primary in Ohio governor's race », sur cleveland.com, (consulté le 23 août 2018).
  122. (en) Rich Exner, « Dennis Kucinich lost Cuyahoga County, but won Cleveland: Cuyahoga gubernatorial vote analysis », sur cleveland.com, (consulté le 23 août 2018).
  123. a et b (en) Carl Weiser, Michael Nyerges et Mark Wert, « See where Richard Cordray and Mike DeWine coasted, and where they struggled », sur cincinnati.com, (consulté le 23 août 2018).
  124. (en) Nick Swartsell, « Election Guide: Ohio Governor: Cordray vs. DeWine vs. Gadell-Newton vs. Irvine », sur citybeat.com, (consulté le 26 octobre 2018).
  125. a et b (en) Sean Murphy, « Cornett in GOP runoff for Oklahoma governor; 2nd spot close », sur seattletimes.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  126. (en) « Least popular governor? Study claims Gov. Fallin holds 19% approval rating », sur kfor.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  127. a et b (en) Chris Casteel, « Cornett, Stitt head to runoff after Lamb concedes in GOP primary », sur newsok.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  128. (en) Chris Casteel, « Stitt to face Edmondson in governor's race », sur newsok.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  129. a b et c (en) Barbara Hoberock et Michael Overall, « Kevin Stitt beats Mick Cornett for GOP gubernatorial nomination, will face Drew Edmondson in November general election », sur tulsaworld.com, (consulté le 7 septembre 2018).
  130. a et b (en) Hillary Borrud, « Oregon Governor Cruises to Primary Win », sur governing.com, (consulté le 22 août 2018).
  131. a et b (en) Jeff Mapes, « Republican Buehler Nominated To Face Brown In Oregon Governor's Race », sur opb.org, (consulté le 22 août 2018).
  132. (en) Jeff Mapes, « Poll Shows Brown Holds Slight Lead In Oregon Governor's Race », sur opb.org, (consulté le 27 octobre 2018).
  133. (en) Aubrey Wieber et Paris Achen, « Governor race called a 'tossup' », sur mailtribune.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  134. a et b (en) Steve Esack, « Scott Wagner wins Republican primary for Pennsylvania governor », sur mcall.com, (consulté le 12 septembre 2018).
  135. (en) Chris Brennan, « Poll: ‘Blue wave’ may swamp Republican nominees for governor, U.S. Senate in Pa. », sur www2.philly.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  136. a et b (en) Liam Stack, « Republican Candidate in Pennsylvania Threatens to ‘Stomp All Over’ Opponent’s Face », sur nytimes.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  137. (en) Candy Woodall, « Scott Wagner to Pennsylvania Gov. Tom Wolf: 'I'm going to stomp all over your face with golf spikes' », sur usatoday.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  138. a b c d et e (en) Ian Donnis, « Raimondo Scores Big Win In RI Primary; Fung Vanquishes Morgan », sur ripr.org, (consulté le 17 septembre 2018).
  139. a b et c (en) Luke Barr, « Democrat Raimondo, Republican Fung sail to victory in Rhode Island Gubernatorial primary », sur abcnews.go.com, (consulté le 17 septembre 2018).
  140. a b et c (en) Eric Ostermeier, « Rhode Island On the Verge of Impressive Non-Major Party Gubernatorial Streak », sur editions.lib.umn.edu, (consulté le 17 septembre 2018).
  141. a et b (en) Joey Garrison et Dave Boucher, « How Karl Dean and Bill Lee plan to win Tennessee's race for governor », sur wbir.com, (consulté le 10 septembre 2018).
  142. (en) Mark Hemingway, « Could Underdog Bill Lee Surprise in the Tennessee GOP Primary? », sur weeklystandard.com, (consulté le 10 septembre 2018).
  143. (en) Blake Farmer et Chas Sisk, « Bill Lee Stuns Field, Wins GOP Nomination To Be Tennessee Governor », sur nashvillepublicradio.org, (consulté le 10 septembre 2018).
  144. (en) Joey Garrison, « Karl Dean wins Democratic nomination for Tennessee governor in landslide », sur tennessean.com, (consulté le 10 septembre 2018).
  145. (en) Patrick Svitek, « Valdez, White headed to runoff in Democratic gubernatorial primary », sur texastribune.org, (consulté le 10 septembre 2018).
  146. a b c et d (en) Patrick Svitek et Brandon Formby, « Lupe Valdez becomes first openly gay and first Latina candidate to win a major party nomination for Texas governor », sur texastribune.org, (consulté le 10 septembre 2018).
  147. a et b (en) Maegan Vazquez, « Texas Democrat who would be state's first lesbian and Latina governor wins primary », sur edition.cnn.com, (consulté le 10 septembre 2018).
  148. a b c et d (en) Associated Press, « Vermont primary elections: Highlights from the Democratic and Republican races », sur burlingtonfreepress.com, (consulté le 22 août 2018).
  149. a et b (en) Anne Galloway et Katy Savage, « Scott wins Republican race, but Stern takes 32 percent of the vote », sur vtdigger.org, (consulté le 22 août 2018).
  150. a et b « Etats-Unis : une démocrate pourrait devenir la première gouverneure transgenre », sur lemonde.fr, (consulté le 22 août 2018).
  151. a et b (en) Chris Riotta, « Vermont primary: Christine Hallquist makes history as transgender candidate becomes Democrat governor nominee as Bernie Sanders is also victorious », sur independent.co.uk, (consulté le 22 août 2018).
  152. (en) Wilson Ring, « A GOP favorite faces a Democratic groundbreaker in Vermont », sur washingtonpost.com, (consulté le 27 octobre 2018).
  153. a et b (en) Tara Golshan, « The race to unseat Wisconsin Gov. Scott Walker, Democrats’ white whale, explained », sur vox.com, (consulté le 22 août 2018).
  154. (en) Catherine Garcia, « Wisconsin GOP Gov. Scott Walker to face Democrat Tony Evers in November election », sur theweek.com, (consulté le 22 août 2018).
  155. (en) Scott Bauer, « Evers wins Democratic primary, will face Walker », sur startribune.com, (consulté le 22 août 2018).
  156. (en) Arthur Thomas, « Evers’ victory lowers the stakes for Foxconn in November », sur biztimes.com, (consulté le 22 août 2018).
  157. a et b (en) John Verhovek, « Gordon, Throne will face off in Wyoming gubernatorial race; Dunleavy projected as GOP gov candidate in Alaska », sur abcnews.go.com, (consulté le 22 août 2018).
  158. a b et c (en) Nick Reynolds, « Gordon wins Republican primary for Wyoming governor », sur trib.com, (consulté le 22 août 2018).
  159. (en) David Weigel, « Wyo. State Treasurer Mark Gordon projected to win gubernatorial nomination, beating Trump-endorsed Foster Friess, other Republicans », sur washingtonpost.com, (consulté le 22 août 2018).
  160. a et b (en) Jeremy W. Peters, « Wyoming Republicans Snub Trump-Endorsed Candidate for Governor », sur nytimes.com, (consulté le 22 août 2018).
  161. (en) Anna Fifield, « Some in Guam push for independence from U.S. as Marines prepare for buildup », sur washingtonpost.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  162. (en) Haidee V Eugenio, « Leon Guerrero's 260-vote lead over Aguon could trigger recount; Bordallo to lose seat », sur guampdn.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  163. a et b (en) Bill Kossler et Bernetia Akin, « Bryan-Roach Sweep Gubernatorial Race in Democratic Primary; Turnout Low », sur stthomassource.com, (consulté le 17 septembre 2018).
  164. (en) Jonathan Perez, « Torres vs. Babauta: The race is on », sur pacificislandtimes.com, (consulté le 17 septembre 2018).

Articles connexes