Élections législatives bulgares de 2021
240 sièges de l'Assemblée nationale
(Majorité absolue : 121 députés)
Corps électoral et résultats
Inscrits 6 789 605
Votants 3 333 997
49,10 %  −3,5
Votes blancs et nuls 86 527
Boyko Borissov 2017-11-03.jpg GERB – Boïko Borissov
Voix 837 707
26,18 %
 −6,5
Sièges obtenus 75  −20
Снимка на Слави Трифонов.jpg ITN – Slavi Trifonov (en)
Voix 565 014
17,66 %
Sièges obtenus 51  +51
Kornelia Ninova in 2013.jpg BSPzB – Korneliya Ninova
Voix 480 146
15,01 %
 −12,2
Sièges obtenus 43  −37
Мустафа Карадайы.jpg DPS – Mustafa Karadayi
Voix 336 306
10,51 %
 +1,5
Sièges obtenus 30  +4
Atanas Atanasov 2011-06-19 portrait.jpg DB – Atanas Atanasov / Hristo Ivanov
Voix 302 280
9,45 %
Sièges obtenus 27  +27
Maya Manolova (portrait).jpg ISMV – Maya Manolova / Nikolay Hadzhigenov
Voix 150 940
4,72 %
Sièges obtenus 14  +14
Premier ministre
Sortant
Boïko Borissov
GERB

Les élections législatives bulgares de 2021 ont lieu le afin de renouveler les 240 membres de l'Assemblée nationale de la Bulgarie.

Durant l’année 2020, la tenue d’élections anticipées est jugée probable en raison d'un scandale immobilier touchant le gouvernement et de manifestations anti-corruption d’ampleur, mais le gouvernement parvient à écarter cette possibilité.

Le scrutin voit se maintenir en tête la coalition menée par le parti GERB du Premier ministre sortant, Boïko Borissov. Celle-ci observe cependant un net recul qui fragilise Borissov, dont les alliés nationalistes, qui se présentaient divisés, perdent toute représentation à l’Assemblée nationale.

À l'inverse, de nouveaux partis issus de la contestation anti-gouvernementale y font leur entrée, sans toutefois disposer de la cohésion idéologique nécessaire pour former un gouvernement de coalition et provoquer une alternance. De longues négociations pour la formation d'un gouvernement sont jugées probables, avec un possible recours à la convocation de nouvelles élections.

Contexte

Roumen Radev et Boïko Borissov, respectivement président de la République et Premier ministre, s’affrontent depuis plusieurs années.

Lors de l'élection présidentielle bulgare de 2016, le candidat indépendant Roumen Radev, soutenu par les sociaux-démocrates, est élu au second tour avec 59,35 % des voix, provoquant la démission du Premier ministre de centre droit Boïko Borissov. Après plusieurs mois de tentatives de formation d'une nouvelle coalition, les principaux partis bulgares s'accordent sur la nécessité de nouvelles élections[1].

Ces élections législatives organisées en mars 2017 voient arriver en tête le parti Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB) avec 32,65 % des suffrages et 95 sièges sur 240. Ce bon résultat permet à Boïko Borissov de conserver la fonction de Premier ministre, à la tête d'une coalition GERB-Patriotes unis[2].

Un scandale touchant d'importantes personnalités au sein du gouvernement ainsi que du GERB éclate cependant en . Le journal d'investigation Bivol.bg, en partenariat avec Radio Free Europe et l'ONG « Fond anti corruption » révèle en effet que Tsvetan Tsvetanov, le vice-président du GERB considéré comme le bras droit de Borissov, a acheté un appartement de haut luxe à un prix bradé de plus d'un quart de sa valeur réelle. Des soupçons de corruption prennent rapidement forme, tandis que le scandale s'étend à plusieurs membres haut placés du GERB, dont les ministres de la Justice, des Sports, de l’Énergie et de la Culture. Tous ayant acheté ces logements bradés à la même compagnie, Artex Engineering[3]. Le bureau du procureur général et la commission nationale anti-corruption ouvrent des enquêtes, tandis que l'ensemble des personnalités concernées démissionnent de leurs fonctions[4].

Manifestation le à Sofia.

Le scandale est un coup dur pour le gouvernement Borissov, dont la perception devient entachée d'une aura de corruption généralisée. La popularité du parti au pouvoir chute à 13 %, et celle du Premier ministre à 28 %[3]. Des élections anticipées sont alors jugées probables, notamment par le président Roumen Radev, qui les juge alors inévitables[5]. La possibilité d'une tenue du scrutin à l'automne 2019 en même temps que les élections municipales est évoquée[3]. Le , les élections sont finalement fixées au [6], avant d'être décalées au à la mi janvier[7].

En juillet et , Borissov est confronté à d’importantes manifestations anti-gouvernementales[8], qui l'amènent à remanier son gouvernement le pour remplacer plusieurs ministres, dont les contestés ministres des Finances et de l'Intérieur[9]. Le , il suggère de démissionner en échange du maintien de son parti au pouvoir jusqu'aux législatives[10]. Le , il réitère cette proposition en échange de la convocation d'une assemblée constituante pour rédiger une nouvelle Constitution, et propose de réduire le nombre de parlementaires, et de limiter les pouvoirs du Premier ministre et du parquet[11]. La proposition est rejetée par le président de la République, par les manifestants, par l'opposition parlementaires et les partenaires de coalition du GERB[12],[13].

Les achats de vote sont courants dans la vie politique bulgare et concernent traditionnellement entre 5 et 19 % des suffrages. Ces voix devraient tenir un rôle encore plus important lors de ces élections en raison de la hausse attendue de l’abstention[14].

Système électoral

L'Assemblée nationale (en bulgare : Народното събрание) est composée de 240 sièges pourvus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal avec listes fermées dans 31 circonscriptions électorales de quatre à 16 sièges. Après décompte des suffrages, la répartition est faite au plus fort reste de Hare entre les listes de candidats ayant atteint le seuil électoral de 4 % des suffrages exprimés au niveau national[15],[16],[17].

Lors du référendum de 2016, les Bulgares se sont prononcés sur plusieurs propositions dont l'élection des membres du Parlement au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Malgré un résultat favorable à plus de 70 %, la proposition a été déclarée légalement non contraignante, le quorum n'ayant pas été atteint. Le seuil de 20 % de participation ayant néanmoins été dépassé, le Parlement bulgare doit à l'avenir être amené à se prononcer sur ce changement de mode de scrutin[18].

Résultats

Résultats préliminaires des législatives bulgares de 2021[19]
Bulgarie Assemblée nationale 2021 Français.svg
Partis ou coalitions Voix % +/- Sièges +/-
Coalition GERB-SDS[a] 837 707 26,18 en diminution 6,47 75 en diminution 20
Il y a un tel peuple (ITN) 565 014 17,66 Nv. 51 en augmentation 51
BSP pour la Bulgarie (BSPzB) 480 146 15,01 en diminution 12,18 43 en diminution 37
Mouvement des droits et des libertés (DPS) 336 306 10,51 en augmentation 1,52 30 en augmentation 4
Coalition Bulgarie démocratique (DB) 302 280 9,45 en augmentation 6,57[b] 27 en augmentation 27
Debout ! Mafia dehors ! (ISMV) 150 940 4,72 Nv. 14 en augmentation 14
VMRO - Mouvement national bulgare (VMRO-BND) 116 434 3,64 -[c] 0 en diminution 12[d]
Unification nationale bulgare (BNO) 94 515 2,95 Nv. 0 en stagnation
Renaissance (B) 78 414 2,45 en augmentation 1,37 0 en stagnation
Coalition patriotique[e] 75 926 2,37 en diminution 1,78[f] 0 en diminution 21[g]
Républicains pour la Bulgarie (RzB) 42 057 1,31 Nv. 0 en stagnation
Mouvement des candidats indépendants 16 868 0,53 Nv. 0 en stagnation
Union nationale Attaque (Ataka) 15 659 0,49 -[c] 0 en diminution 6[h]
Alternative pour la renaissance bulgare (ABV) 14 798 0,46 en diminution 1,09 0 en stagnation
Renaissance de la mère patrie 13 182 0,41 Nv. 0 en stagnation
Autres partis[i] 59 047 1,82 - 0 en stagnation
Indépendants 428 0,01 en diminution 0,14 0 en stagnation
« Aucun de ces choix » 47 749 1,47 en diminution 0,80
Suffrages exprimés 3 247 470 97,40
Votes blancs et nuls 86 527 2,60
Total 3 333 997 100 - 240 en stagnation
Abstentions 3 455 608 50,90
Inscrits / Participation 6 789 605 49,10

Analyses

Sièges remportés par parti par circonscription.

La participation s'avère plus élevée que prévue dans le contexte d’une troisième vague de la pandémie de Covid-19[20]. La coalition de Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie et de l'Union des forces démocratiques arrive largement en tête avec plus d'un quart des suffrages exprimés. Ce résultat masque cependant un fort recul de la formation — qui avait recueilli un tiers des suffrages aux précédentes élections —, un résultat attribué aux effets des scandales de corruption ayant émaillé la fin de la législature, cumulés à des résultats économiques décevants[20],[21]. Ses alliés nationalistes du VMRO - Mouvement national bulgare et du Front national pour le salut de la Bulgarie, unis en 2017 sous la bannière de Patriotes unis, se présentent divisés et échouent tout deux à franchir le seuil électoral de 4 %, perdant ainsi toute représentation à l'Assemblée nationale[22]. Le Premier ministre Boïko Borissov sort ainsi très affaibli du scrutin, qui conduit à la perte de la majorité absolue des sièges que détenait son gouvernement[23].

Le chanteur et présentateur télévisé Slavi Trifonov, dirigeant du parti ITN, arrivé deuxième du scrutin.

En parallèle, le scrutin voit la forte percée surprise des formations populistes issus de la récente contestation antigouvernementale et qui se sont engagées à ne pas former de coalition avec Borissov. Le parti Il y a un tel peuple (ITN) du chanteur et présentateur de télévision Slavi Trifonov décroche la deuxième place. Bien que novice en politique, les résultats de son mouvement permettent à Trifonov de se positionner en « faiseur de rois », excepté en faveur de Borissov, dont il est l'un des critiques les plus virulent[21]. La coalition Debout ! Mafia dehors !, dont la dirigeante Maya Manolova affirme vouloir « bouter la mafia hors du gouvernement et des finances publiques », parvient elle aussi à franchir le seuil électoral des 4 %[24]. Plusieurs formations extra-parlementaires réunies au sein de Bulgarie démocratique bénéficient également de ce mouvement de voix, opéré au détriment de la plupart des partis traditionnels.

Outre le recul du parti du Premier ministre et la défaite des nationalistes, la montée de ces nouveaux partis se fait notamment au détriment de la coalition BSP pour la Bulgarie, qui perd près de la moitié de sa part des suffrages, seul le Mouvement des droits et des libertés de la minorité turque parvenant à se maintenir à un niveau similaire à celui de 2017[25],[22].

Le manque de cohésion idéologique des formations sorties victorieuses du scrutin et leur opposition à une alliance avec celle arrivée en tête au milieu d'un parlement fragmenté conduit à une période de flou post-électoral. De longues négociations sont jugées probables, avec en cas d'échec la perspective de nouvelles élections anticipées[21],[26].

Conséquences

Les propositions de formation d'un gouvernement de technocrates indépendants avancées par Boïko Borissov sont rejetées par Il y a un tel peuple (ITN), BSP pour la Bulgarie (BSPzB) et Debout ! Mafia dehors ! (ISMV). Son parti étant arrivé en tête, le Premier ministre sortant revendique alors la tache de former un nouveau gouvernement, se déclarant prêt à soutenir une coalition dirigé par ITN afin de doter le pays d'un gouvernement pour faire face à la pandémie. Borissov juge lui-même les chances de formation d'une telle coalition peu probable, réitérant sa proposition de rédaction d'une nouvelle Constitution assortie d'un changement de système électoral avant tout retour aux urnes[27].

Notes et références

Notes

  1. Composée des Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB) et de l'Union des forces démocratiques (SDS).
  2. Comparé aux résultats de la coalition Oui, Bulgarie !, qui fait maintenant partie de la DB.
  3. a et b Au sein de la coalition Patriotes unis lors des dernières élections.
  4. À la dissolution de la coalition Patriotes unis, le VMRO détenait 12 sièges.
  5. Composée de Volya et du Front national pour le salut de la Bulgarie (NFSB).
  6. Comparée aux résultats de Volya lors de la dernière élection.
  7. Volya disposait de 12 sièges, et le NFSB, ancien membre de la coalition Patriotes unis, détenait 9 sièges.
  8. À la dissolution de la coalition Patriotes unis, l'Union nationale Attaque disposait de 6 sièges.
  9. 15 partis, moins de 0,30% chacun.

Référence

  1. « Bulgarie. Des élections législatives anticipées prévues au printemps », sur Ouest France, .
  2. « Des nationalistes dans le nouveau gouvernement bulgare », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2017).
  3. a b et c Trust in Bulgaria’s ruling Gerb plunges as apartments scandal unfolds
  4. Tsvetan Tsvetanov quitte le gouvernement après un scandale immobilier
  5. Bulgaria’s president says early parliamentary election inevitable
  6. (en) « Parliamentary elections are going to be held on March 28, 2021 », sur Искра.бг,‎ (consulté le 11 août 2020).
  7. (bg) Здравка Андонова, « Президентът насрочи парламентарните избори на 4 април », sur Dnevnik,‎ (consulté le 15 janvier 2021).
  8. « Manifestations en Bulgarie: les barrages ont repris à Sofia », sur RFI, (consulté le 11 août 2020).
  9. « Bulgaria's parliament approves government reshuffle amid protests », sur www.aljazeera.com (consulté le 11 août 2020).
  10. « Bulgarie : cible de manifestations depuis des mois, le Premier ministre envisage de se retirer », sur RTBF Info, (consulté le 11 août 2020).
  11. Reuters, « Bulgarie: Le Premier ministre offre sa démission contre une révision de la Constitution », sur Challenges, (consulté le 17 août 2020).
  12. « Bulgarie : le Premier ministre propose une nouvelle Constitution pour calmer les manifestants », sur euronews, (consulté le 17 août 2020).
  13. « La nouvelle constitution refusée par les manifestants », sur www.lematin.ch, (consulté le 17 août 2020).
  14. « Les Bulgares aux urnes, Borissov en quête d’un quatrième mandat », sur Le Journal de Montréal,
  15. « Reforming Electoral System in Bulgaria – Factors, Actors and Failures », sur ecpr.eu (consulté le 30 mars 2021)
  16. « IFES Election Guide | Elections: Bulgaria Parliament 2014 », sur www.electionguide.org (consulté le 30 mars 2021)
  17. (la) « IFES Election Guide », sur www.electionguide.org (consulté le 30 mars 2021).
  18. (en) « After a Day of Uncertainty, Bulgaria Voting System Referendum Falls Through », sur Novinite, .
  19. (uz) « Резултати :: Парламентарни избори 4 април 2021 », sur results.cik.bg (consulté le 5 avril 2021).
  20. a et b « Bulgarie : le premier ministre, Boïko Borissov, arrivé en tête des législatives, aura du mal à former une coalition », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 7 avril 2021).
  21. a b et c « Balkans. Législatives en Bulgarie : Borissov en tête mais très affaibli », sur Courrier international, (consulté le 7 avril 2021).
  22. a et b « La Bulgarie dans l'incertitude face à un Parlement morcelé », sur TV5MONDE, (consulté le 7 avril 2021).
  23. « Bulgarie : "Fatigué d'être le seul responsable", le Premier ministre sortant "propose la paix" à ses opposants entrés au parlement », sur franceculture.fr (consulté le 7 avril 2021).
  24. Romain Mazenod, « Percée populiste aux législatives en Bulgarie », sur euronews, (consulté le 7 avril 2021).
  25. Georgi Gotev, « Élections. Un vent de changement souffle sur la Bulgarie », sur euractiv.fr, (consulté le 7 avril 2021).
  26. « Bulgarie: Borissov isolé au sein d’un Parlement morcelé », sur lefigaro.fr (consulté le 7 avril 2021).
  27. Bulgarian PM Seeks Coalition Government But Says Effort 'Unlikely To Succeed'

Articles connexes