Élections législatives kirghizes d'octobre 2020
Les 120 sièges du Conseil suprême
Voir et modifier les données sur Wikidata
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 523 554
Votants 1 990 753
56,50 %  −2,4
Votes blancs et nuls 31 823
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Birimdik – Marat Amankulov
Voix 487 685
24,90 %
Sièges obtenus 46  +46
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Mekenim Kyrgyzstan – Mirlan Bakirov
Voix 475 372
24,27 %
Sièges obtenus 45  +45
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Kirghizistan – Kanatbek Isaïev
Voix 174 317
8,90 %
 −4
Sièges obtenus 16  −2
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Kirghizistan uni – Adakhan Madumarov
Voix 141 940
7,25 %
 +1,1
Sièges obtenus 13  +13
Assemblée élue
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Koubatbek Boronov
Indépendant
Élections annulées
Intérim de Sadyr Japarov

Les élections législatives kirghizes d'octobre 2020 ont lieu le afin de renouveler les 120 sièges du Conseil suprême du Kirghizistan.

Le scrutin est une victoire personnelle pour le président Sooronbaï Jeenbekov, qui bénéficie du soutien des trois formations arrivées en tête. Les résultats sont cependant entachés d'irrégularités, entrainant le soulèvement de la population et l'annulation du scrutin par la commission électorale le 6 octobre suivant.

Contexte

Les élections d'octobre 2015 sont remportées par le Parti social-démocrate du Kirghizistan du président Almazbek Atambaev qui, avec 27 % des voix, obtient 12 sièges de plus que lors de la précédente législature. Le parti d'opposition Respoublika Ata-jourt, issu de la fusion de ses deux composante, arrive second avec 20 %[1].

Les partenaires de coalition du Parti social-démocrate subissent quant à eux un important revers, avec l'effondrement du parti conservateur Ar-Namys qui n'obtient aucun siège et le résultat en baisse du parti de gauche Ata-Meken. Deux nouveaux partis font leur entrée au Parlement : Onuguu–Progress, libéral et pro-entreprises et le parti Bir-Bol, constitué de technocrates.

Une nouvelle coalition est formée par le parti social-démocrate avec Ata-Meken, le parti Kirghizistan et Onuguu-progress, ce qui permet à Temir Sarïev de se maintenir au poste de Premier ministre.

Après l'élection de Sooronbay Jeenbekov, le parti au pouvoir se scinde entre partisans du président actuel et de son prédécesseur Almazbek Atambaev, arrêté en 2018[2]. Alors que les partisans du nouveau président fondent le parti Birimdik (Unité)[3], le parti Sociaux-démocrates du Kirghizistan est ainsi lancé par les partisans de l'ancien président. Enfin, les deux mouvements composant Respoublika Ata-jourt se séparent[2].

Campagne

Le paysage politique est particulièrement modifié par rapport au précédent scrutin. Plusieurs partis ne participent pas dont Onuguu–Progress qui détenait 13 sièges dans l'assemblée sortante, tandis que deux des principales formations, le Parti social-démocrate et Respublika–Ata Zhurt connaissent des scissions, le premier donnant naissance au nouveau parti Unité (Birimdik) des partisans du président Jeenbekov. Au total, 16 partis sont habilités à participer au scrutin[3].

Système électoral

Bâtiment du parlement à Bishkek.

Le Conseil suprême (Zhogorku Kengesh) est un parlement unicaméral composé de 120 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal dans une unique circonscription nationale. Le vote a lieu via des listes fermées, avec un seuil électoral de 7 % des suffrages exprimés au niveau national, auquel s'ajoute un seuil de 0,7 % dans chacune des sept provinces du pays ainsi que dans les deux villes à statut spécial du pays, Bichkek et Och. À la suite d'une révision de la loi électorale en 2017, le seuil électoral avait été monté à 9 % au niveau national, avant d'être rétabli à 7 % par une nouvelle réforme courant 2020[2],[4]. Le système électoral possède la particularité de plafonner à 65 sièges le total que peut obtenir un parti, quel que soit ses résultats en part des voix[5]. Chaque liste doit présenter au moins 30 % de candidats de chacun des deux sexes, 15 % de moins de 35 ans, 15 % de candidats issus des minorités ethniques et au moins deux personnes handicapées[6].

Le 21 octobre 2019, les élections sont convoquées par la commission électorale centrale (CEC) cinq ans jour pour jour après le précédent scrutin[7].

Résultats

Les résultats ci-dessous correspondent à ceux de 98,14 % des voix, le dépouillement ayant été interrompu par la crise post-électorale.

Résultats préliminaires des législatives kirghizes de 2020[8],[9]
Kyrgyzstan Supreme Council 2020.svg
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Birimdik 487 685 24,90 Nv[a] 46 Increase2.svg 46
Mekenim Kyrgyzstan[b] 475 372 24,27 Nv[c] 45 Increase2.svg 45
Kirghizistan 174 317 8,90 Decrease2.svg 4,0 16 Decrease2.svg 2
Kirghizistan uni 141 940 7,25 Increase2.svg 1,1 13 Increase2.svg 13
Mekenchil 136 276 6,96 Nv 0 Steady.svg
Respoublika 115 288 5,89 -[d] 0 -[d]
Ata-Meken 80 279 4,10 en diminution 3,6 0 en diminution 11
Yyman Nuru 66 747 3,41 Nv 0 Steady.svg
Bir Bol 60 305 3,08 en diminution 5,4 0 en diminution 12
Chon kazat 46 568 2,38 Nv 0 Steady.svg
Zamandash 42 862 2,19 en diminution 0,5 0 Steady.svg
Sociaux-démocrates 42 460 2,17 Nv[a] 0 Steady.svg
Réforme 32 795 1,67 Nv[a] 0 Steady.svg
Sécurité pour la patrie 12 468 0,64 Nv 0 Steady.svg
Le centre 4 395 0,18 Nv 0 Steady.svg
Parti des vétérans 3 459 0,18 Nv 0 Steady.svg
Aucun d'entre eux 35 714 1,80 Increase2.svg 1,0
Votes valides 1 958 930 98,40
Votes blancs ou invalides 31 823 1,60
Total 1 990 753 100 - 120 en stagnation
Abstention 1 532 801 43,50
Inscrits/Participation 3 523 554 56,50

Analyse

Le président Sooronbay Jeenbekov.

Le scrutin est marqué par de nombreuses accusations d'achat de voix et d'irrégularités électorales, tout en restant libre et pluraliste, une exception en Asie centrale. Les résultats voient une plus grande dispersion des suffrages, qui conduit à l'élimination de plusieurs partis échouant à atteindre le seuil électoral de 7 %. Seul quatre partis obtiennent ainsi une représentation au parlement, contre six aux élections précédentes[10].

Il s'agit d'une importante victoire pour les partis favorables au président pro-russe Sooronbaï Jeenbekov. Le parti Unité (Birimdik), issu de l'implosion du Parti social-démocrate et conduit par le frère cadet du président, Asylbek Jeenbekov, arrive en tête, suivi de près par la coalition des partis Ata-jourt-Ma Patrie le Kirghizistan (Mekenim Kyrgyzstan), dont le second est lié à une famille d’oligarches proches du pouvoir, les Matraïmov, ainsi que le parti Kirghizistan, qui soutient également Jeenbekov[10].

Enfin, le parti nationaliste Kirghizistan uni parvient de justesse à franchir le seuil électoral, dépassant de peu un autre parti nationaliste, le Parti patriotique, qui échoue de peu à obtenir des représentants[10].

Suites

Almazbek Atambaev

Les résultats du scrutin, accusés de fraude et d'achat massif de voix débouchent sur des manifestations au cours desquelles les manifestants prennent le Parlement, les bâtiments de l'administration présidentielle et le siège du gouvernement[11],[12], puis libèrent de sa prison l'ancien président Almazbek Atambaev, accusé de corruption selon des motifs jugés motivés politiquement par ses partisans et lui même[13]. L'ancien Premier ministre Sapar Isakov et l'ancien chef d'état-major Farid Niyazov sont également libérés dans la foulée[14].

Les manifestants réclament la démission du chef de l'État et la tenue de nouvelles élections. Le 6 octobre, affirmant que la situation est « sous contrôle », ce dernier annonce avoir demandé à la commission électorale d'examiner les plaintes pour irrégularités, voire d'annuler le scrutin, ce qu'elle fait le jour même[15].

L'opposition revendique quant à elle la prise du pouvoir et nomme Sadyr Japarov, lui aussi libéré de prison, au poste de Premier ministre, ainsi que Kursan Asanov à celui de ministre de l'Intérieur[16],[15]. L'opposition affirme également avoir pris le contrôle des forces de sécurité et du parquet[17]. Plus tard dans la journée, un Conseil de coordination est mis en place par sept partis d'opposition : Ata Meken, Respublika, Kirghizistan uni, le SDPK, Zamandash et Bir Bol[18]. Dans la soirée, le Premier ministre sortant Koubatbek Boronov démissionne, et Myktybek Abdyldayev est élu président du Conseil suprême[19]. Sadyr Japarov est ensuite élu formellement Premier ministre par intérim par le Parlement[20]. Sa nomination est cependant contestée par le Conseil de coordination[21] et le Conseil de coordination populaire qui nomine à sa place Tilek Toktogaziev[22]. Il annonce des législatives dans les deux à trois mois[21].

Le 8 octobre, alors que le président demeure introuvable[23], une partie des députés lancent une procédure de destitution[24]. Après avoir exclu de démissionner[25], il en accepte le principe à condition qu'un nouveau gouvernement soit approuvé[26].

Le 9 octobre, les partis Respoublika, Ata-Meken, Bir Bol et Réforme désignent Ömürbek Babanov, arrivé second durant la dernière présidentielle, comme candidat au poste de Premier ministre et Toktogaziev comme premier vice-Premier ministre[27]. Cet accord reçoit également le soutien de l'ancien président Atambaev[28]. Peu après, Toktogaziev est blessé lors de heurts entre ses partisans et ceux de Japarov et transporté inconscient à l'hôpital[29]. L'état d'urgence est décrété dans la foulée[28].

Le 10 octobre, Sadyr Japarov est confirmé au poste de Premier ministre par un vote du Conseil suprême[30]. L'élection de Japarov est cependant contestée par une partie des députés[31]. Almazbek Baatyrbekov a été nommé Premier ministre par intérim par le président Jeenbekov[32]. Le décret de nomination de Japarov est envoyé le 13 octobre au président pour signature[33]. Celui-ci le retourne au Parlement[34].

Sa désignation est de nouveau approuvée par le Parlement le 14 octobre[35] et le président signe son décret de nomination dans la foulée[36]. Alors que Japarov réclame sa démission immédiate, le président Jeenbekov annonce démissionner une fois les nouvelles législatives tenues[37],[38]. Il démissionne finalement le lendemain[39]. Dans la soirée du 15 octobre, arguant que le président du Parlement a décliné le poste, Japarov annonce assurer l'intérim à la tête de l'État[40].

Notes et références

Notes

  1. a b et c Issu d'une scission du Parti social-démocrate
  2. Ata-jourt a fusionné au sein de Mekenin en août 2020.
  3. Liste commune de deux partis : Ata-jourt, en coalition avec Respoublika aux précédentes élections, et un nouveau parti, Mekenin Kirghizistan
  4. a et b En coalition avec Ata-jourt aux précédentes élections

Références

  1. (en) « IPU PARLINE database: KYRGYZSTAN (Jogorku Kenesh), Last elections », sur ipu.org (consulté le 26 novembre 2015).
  2. a b et c (en) Bruce Pannier, « The Biggest Party In Kyrgyzstan Continues To Splinter Amid Infighting », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, rferl (consulté le 21 juin 2020).
  3. a et b « Kirghizstan : 16 partis en course pour les élections parlementaires », sur Novastan Français, (consulté le 5 octobre 2020).
  4. (en) « THE CONSTITUTIONAL LAW (amended as of 23/04/2015) », sur www.legislationline.org (consulté le 21 décembre 2019).
  5. (en) « rapport du conseil de l'Europe, page 4 », sur Reuters, (consulté le 3 juin 2015).
  6. (en) « THE CONSTITUTIONAL LAW On Presidential and Jogorku Kenesh Elections in the Kyrgyz Republic », sur www.legislationline.org (consulté le 21 décembre 2019).
  7. (en) « Kyrgyzstan sets date of parliamentary elections - China.org.cn », sur www.china.org.cn, (consulté le 28 novembre 2019).
  8. (en) « Информационная избирательная система », sur newess.shailoo.gov.kg (consulté le 4 octobre 2020).
  9. (en) « Информационная избирательная система », sur newess.shailoo.gov.kg (consulté le 5 octobre 2020).
  10. a b et c « Législatives au Kirghizstan : victoire des partis proches du président prorusse (résultats préliminaires) », sur TV5MONDE, (consulté le 5 octobre 2020).
  11. (en) "Kyrgyzstan election: Sunday's results annulled after mass protests", BBC News, 6 octobre 2020
  12. « Kirghizistan: des manifestants envahissent le siège du gouvernement (média) », sur RFI, RFI, (consulté le 6 octobre 2020).
  13. (en) « Ex-Kyrgyz president Atambayev released from detention center », sur TASS (consulté le 6 octobre 2020).
  14. (en) « Opposition in Kyrgyzstan claims power after storming government buildings », sur Gulf-Times, gulftimes, (consulté le 6 octobre 2020).
  15. a et b « Kirghizistan : les résultats des législatives annulés après des affrontements », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 6 octobre 2020).
  16. (en) Olga Dzyubenko, Vladimir Pirogov, « Opposition in Kyrgyzstan claims power after storming government buildings », sur U.S., Reuters, (consulté le 6 octobre 2020).
  17. « Le Kirghizstan secoué par une contestation post-électorale », sur Les Echos, (consulté le 6 octobre 2020).
  18. (ru) « LIVE: ЦИК отменила результаты выборов в парламент, чиновников смещают с их должностей. Что происходит после захвата Белого дома », sur KLOOP.KG - Новости Кыргызстана, kloop.kg,‎ (consulté le 6 octobre 2020).
  19. (en) Reuters Staff, « Kyrgyz PM Boronov resigns, new speaker named: report », sur U.S., Reuters, (consulté le 6 octobre 2020).
  20. (ro) « Sadyr Japarov nominated for Prime Minister », sur akipress.com (consulté le 6 octobre 2020).
  21. a et b « Kirghizstan: la crise politique se poursuit, le président sous pression », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le 7 octobre 2020).
  22. (en) « Tilek Toktogaziev: I was elected acting head of Government », sur 24.kg.
  23. (en) « Kyrgyz leader missing as power vacuum persists », sur France 24, FRANCE24.English, (consulté le 9 octobre 2020).
  24. Andrew Osborn, Olga Dzyubenko, « Russia says Kyrgyzstan is in chaos and needs stabilising », sur FR, Reuters, (consulté le 9 octobre 2020).
  25. « Asie centrale – Le président kirghize prêt à démissionner », sur Tribune de Genève (consulté le 9 octobre 2020).
  26. « Kirghizistan: le président se déclare «prêt à démissionner» », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 9 octobre 2020).
  27. (en) « Four parties nominate Omurbek Babanov for post of Prime Minister », sur 24.kg.
  28. a et b Reuters, « Kirghizistan: Etat d'urgence à Bichkek, l'armée chargée de ramener l'ordre », sur Challenges, (consulté le 10 octobre 2020).
  29. (en) « Riots in Bishkek: Tilek Toktogaziev injured on Ala-Too square », sur 24.kg.
  30. « Kirghizistan : l’ancien président de nouveau arrêté, un nouveau premier ministre nommé », sur Le Monde,
  31. « La légitimité du nouveau Premier ministre fait débat », sur Le Matin, lematin.ch, (consulté le 12 octobre 2020).
  32. (pt) « First Deputy Prime Minister Almazbek Batyrbekov performs PM's duties - AKIpress News Agency », sur akipress.com (consulté le 12 octobre 2020).
  33. (en) « Parliament's resolution approving Sadyr Japarov's government arrives in President's Administration - AKIpress News Agency », sur akipress.com (consulté le 13 octobre 2020).
  34. (es) « President Jeenbekov to return resolution approving Sadyr Japarov as PM to Parliament », sur akipress.com (consulté le 13 octobre 2020).
  35. (en) « Parliament of Kyrgyzstan approves Sadyr Japarov as Prime Minister », sur akipress.com (consulté le 14 octobre 2020).
  36. (ru) Baktygul OSMONALIEVA, « President signs decree appointing Sadyr Japarov as Prime Minister of Kyrgyzstan », sur 24.kg, www.24.kg, (consulté le 14 octobre 2020).
  37. (en) « Sadyr Japarov on meeting with President Jeenbekov: He will resign, last moments in talks remain », sur akipress.com (consulté le 15 octobre 2020).
  38. (en) « President Jeenbekov to resign after parliamentary elections - press secretary », sur akipress.com (consulté le 15 octobre 2020).
  39. (ru) Darya PODOLSKAYA, « President of Kyrgyzstan resigns », sur 24.kg, www.24.kg, (consulté le 15 octobre 2020).
  40. « Le Premier ministre du Kirghizistan revendique avoir pris les fonctions présidentielles », sur Libération.fr, Libération (consulté le 15 octobre 2020).