République des Îles Marshall

(mh) Aolepān Aorōkin M̧ajeļ

(en) Republic of the Marshall Islands

Drapeau
Drapeau des Îles Marshall.
Blason
Armoiries des Îles Marshall.
Devise en marshallais : Jepilpilin ke ejukaan[1] (« Réalisation grâce à un effort conjoint »)
Hymne en anglais : Forever Marshall Islands (« Îles Marshall pour toujours »)
Fête nationale
· Événement commémoré Entrée en vigueur de la Constitution ()
Description de l'image Marshall Islands on the globe (small islands magnified) (Polynesia centered).svg.
Administration
Forme de l'État République unitaire présidentielle-parlementaire en libre association avec les États-Unis
Président David Kabua
Parlement Nitijeļā
Langues officielles Marshallais, anglais
Capitale Delap-Uliga-Darrit

7° 05′ N, 171° 23′ E

Géographie
Plus grande ville Delap-Uliga-Darrit
Superficie totale 181 km2
(classé 186e)
Superficie en eau Négligeable
Fuseau horaire UTC +12
Histoire
Indépendance des États-Unis
Fin de la tutelle
des États-Unis
Démographie
Gentilé Marshallais
Population totale (2018) 75 684 hab.
(classé 186e)
Densité 392 hab./km2
Économie
PIB nominal (2017) 177 millions US$
IDH (2017) 0,708[2]
Monnaie Dollar américain (USD​)
Divers
Code ISO 3166-1 MHL, MH​
Domaine Internet .mh
Indicatif téléphonique +692

Les Îles Marshall ou Marshall, en forme longue la république des Îles Marshall, en marshallais M̧ajeļ et Aolepān Aorōkin M̧ajeļ, en anglais Marshall Islands et Republic of the Marshall Islands, sont un État de Micronésie, en Océanie, dont l'indépendance a été reconnue en 1990.

Cet archipel situé dans le Sud-Ouest de l'océan Pacifique nord, à l’est des îles Carolines, au nord-nord-ouest des îles Gilbert, au sud et sud-sud-est de Wake et à l'est-sud-est des Mariannes du Nord, est formé d'îles volcaniques et d’atolls coralliens. Il s'est fait connaître du monde entier comme site d'essais nucléaires (aériens et souterrains) des États-Unis dans les années 1950 et 1960.

Nom

Le nom « îles Marshall », avec une minuscule à « îles », désigne l'archipel (au sens géographique) alors que le nom « Îles Marshall », avec une majuscule à « Îles », correspond au nom politique du pays (politique). La forme longue du nom de l'État est « République des Îles Marshall ».

Elles portent le nom de John Marshall, un de leurs découvreurs, et font partie des quelques États, comme la Colombie, les Îles Cook, la Bolivie ou l'Arabie saoudite, à porter le nom d'une personne.

Histoire

Plusieurs îles et atolls ont conservé des séquelles de guerre à la suite de la Seconde Guerre mondiale (ici, île Namu ou Namur). Il subsiste encore aujourd'hui des mines dans certaines îles inhabitées et des munitions immergées non explosées.
Ivy Mike, premier test de la Bombe H le sur l'atoll de Enewetak.

On connaît peu de choses sur l’histoire ancienne de ces îles. Il y a 5 000 ans (3000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan. Vers 2000 av. J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Célèbes et Timor et, de là, les autres îles de l'archipel indonésien. Vers 1500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au-delà, les îles du Pacifique. Les Austronésiens sont sans doute les premiers navigateurs de l'histoire de l'humanité.

Le , l'explorateur espagnol Alonso de Salazar est le premier Européen à apercevoir les Ralik et les Ratak, mais celles-ci restent très peu visitées jusqu'en 1788, date à laquelle le capitaine britannique John Marshall les traverse par hasard à nouveau, de concert avec le capitaine Thomas Gilbert. C'est l'amiral estonien, au service du tsar, Johann Adam von Krusenstern, qui leur donne leur nom moderne d'îles Marshall vers 1820, confirmé la même année par le capitaine français Louis Isidore Duperrey. Toutefois, jusqu'au milieu du XIXe siècle, on leur donne encore alternativement le nom d'îles Mulgraves.

Une société de commerce allemande colonise les îles en 1885, puis elles intègrent le protectorat de la Nouvelle-Guinée allemande quelques années après. Le , les Japonais débarquent sur ces îles et les administrent comme territoire sous mandat des îles du Pacifique accordé par la Société des Nations le .

Lors de la Seconde Guerre mondiale, certains des atolls sont l'enjeu de violents combats entre les forces japonaises et américaines. Les États-Unis envahissent les îles () qui sont placées sous leur tutelle en 1947 (). Dès la fin de la guerre, les États-Unis commencent à effectuer des essais nucléaires qui continuent jusque dans les années 1960. Beaucoup de Marshallais souffrent des niveaux élevés de rayonnement radioactifs et des réclamations de dédommagements sont toujours en cours[3],[4].

Le , la république des Îles Marshall signe un accord d'association libre avec le gouvernement américain. Cet accord devient effectif le , avec la dissolution de l'ancienne tutelle. L'indépendance formelle date du , date à laquelle le Conseil de sécurité des Nations unies ratifie la fin de la tutelle.

Le , le gouvernement des Îles Marshall dépose simultanément au greffe de la Cour internationale de justice des requêtes introductives d’instance contre neuf États : les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, l'Inde, le Pakistan, la Corée du Nord, Israël et le Royaume-Uni. Il les accuse de « ne pas s’acquitter de leurs obligations relatives à la cessation de la course aux armes nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire ». La Cour a toutefois indiqué qu'elle n'avait admis que les plaintes contre le Royaume-Uni, le Pakistan et l'Inde, car ces trois États ont accepté par le passé la « compétence obligatoire » de la CIJ, ce qui n'est pas le cas des autres États nommés[5].

En 2018, le pays devient le premier au monde à lancer une cryptomonnaie légale[6].

Politique

Le régime politique des Îles Marshall est de type constitutionnel. Le Président de la République des Îles Marshall est à la fois le chef de l'État et le chef du gouvernement. Le président est élu parmi et par les membres du parlement (Nitijela); il nomme son propre cabinet.

Les Îles Marshall revendiquent l'atoll américain de Wake.

Subdivisions

Administrativement, les Îles Marshall sont divisées en 34 municipalités :

Géographie

Carte des Îles Marshall

Le pays est constitué de 30 atolls et d'environ 1 100 îles dont les plus importantes forment deux groupes disposés en chaînes parallèles : la chaîne de Ratak (du soleil levant) constitués de dix-huit îles principales situées à l'est et où se trouve le centre administratif Majuro ; et la chaîne de Ralik (du soleil couchant) constitués de quatorze îles situés à l'ouest dont Bikini, Eniwetok et Kwajalein, le plus grand atoll du monde (si l'on tient compte du lagon intérieur).

Les deux tiers de la population du pays vivent sur l'atoll Majuro, où se trouve la capitale, et sur Ebeye. Les îles extérieures sont peu peuplées à cause des faibles possibilités d'emploi et de développement économique.[réf. nécessaire]

Le climat des Îles Marshall est chaud et humide, avec une saison des pluies de mai à novembre. Les îles sont parfois sur le passage des ouragans.

Les îles Marshall sont particulièrement vulnérable au changement climatique. L’élévation du niveau de la mer provoque de fortes marées qui inondent les rivages. La multiplication des moustiques à cause de la chaleur et de l’humidité est à l'origine d'une épidémie de dengue en 2019. Les typhons sont de plus en plus intenses[7].

Économie

L'aide gouvernementale des États-Unis est le soutien principal de cette minuscule économie insulaire. En vertu du contrat de libre association, les États-Unis fournissent approximativement 65 millions de dollars d'aide annuelle. La production agricole est effectuée essentiellement dans de petites exploitations. Les produits agricoles commercialisés les plus importants sont la noix de coco, les tomates, les melons et les fruits de l'arbre à pain.

L'industrie se limite à l'artisanat et à la transformation du poisson et du coprah. L'industrie du tourisme, qui est actuellement une modeste source de devises étrangères et emploie moins de 10 % de la main-d'œuvre, dispose d'un potentiel important. Les îles ont peu de ressources naturelles, et les importations dépassent de loin des exportations.

Le chômage touche près d'un tiers de la population active[Quand ?].

En 1999, des négociations étaient en cours pour un accord prolongé avec les États-Unis. La réduction des effectifs du gouvernement, la sécheresse, une baisse dans la construction et le déclin du tourisme et des investissements étrangers dus aux difficultés financières asiatiques ont fait chuter le PIB en 1996-1998.

Les Îles Marshall font partie des grands pavillons de complaisance depuis 2001 lorsque sa flotte atteint à cette date les 11,7 millions de tonnes de port en lourd contre 2,1 millions de tonnes en 1994[8]. Il est l'un des plus importants dans les années 2010 puisqu'y sont immatriculées, en mars 2017, 3 244 unités pour 223,762 millions de tonnes de port en lourd la mettant au second rang mondial des flottes marchandes mondiales[9] contre 2 580 unités pour 175,345 millions de tonnes de port en lourd (3e rang mondial) au 1er janvier 2015[10]. De nombreux yachts de luxe sont enregistrés aux Îles Marshall.

En janvier 2014, le pays figure sur la liste française des paradis fiscaux[11] et sur la liste grise des paradis fiscaux non coopératifs de l’OCDE[12].

Le 6 janvier 2020, les Îles Marshall sont retirées de la liste française des paradis fiscaux par arrêté ministériel [13].

Forces armées

Le pays n'a pas d'armée. La défense du territoire est assurée par les États-Unis.

Démographie

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.
Répartition de la population aux Îles Marshall.

Les Marshallais sont à l'origine des Micronésiens qui ont émigré d'Océanie (sud-est des îles Salomon ou nord du Vanuatu probablement) il y a plusieurs milliers d'années (2 000 ans environ). Bien que l'anglais soit une langue officielle et soit largement parlé, le marshallais est employé par le gouvernement. Le marshallais est une langue de la famille austronésienne et groupe océanien, sous-groupe micronésien (autrefois dite malayo-polynésienne). On en distingue deux dialectes : le ratak et le ralik, correspondant aux deux archipels principaux.

Les Îles Marshall abritaient 70 983 habitants en 2014, contre 63 174 en 2008.

Pratiquement tous les Marshallais sont chrétiens ; la plupart d'entre eux sont protestants.

Villes de plus de 2 000 habitants

Seule quatre villes dépassent les 2 000 habitants :