Le bâtiment où fut signé l'armistice de 1953 (actuel musée de la paix de Corée du Nord).
Le document original de l'armistice, en coréen.

L'armistice de Panmunjeom (en anglais « Korean Armistice Agreement »[1], en coréen : 한국 전쟁 휴전 협정) est signé le entre la Corée du Nord et la Chine d'une part, et l'Organisation des Nations unies d'autre part, dans le village de Panmunjeom, situé du côté nord-coréen de la zone démilitarisée (DMZ), aujourd'hui disparu. Celui-ci met fin officiellement à la guerre de Corée, bien que la Corée du Sud ne l'ait jamais signé et que les deux parties soient ainsi toujours techniquement en guerre, aucun traité de paix n'ayant été par ailleurs ratifié.

L'accord prévoit la création d'une zone démilitarisée (la DMZ) de quatre kilomètres de large de part et d'autre de l'ancienne ligne de front qui coupe le 38e parallèle nord (ligne de démarcation avant-guerre), fixant ainsi de manière plus stricte la frontière qui scinde la Corée en deux pays distincts. Bien que la plupart des troupes et toutes les armes lourdes soient censées avoir été retirées de la DMZ, celle-ci est restée en réalité lourdement militarisée par les deux parties depuis la fin des combats en 1953.

Une Joint Security Area (« zone commune de sécurité ») placée sous le contrôle de l'ONU et servant aux négociations inter-coréennes, créée par cet accord débute à 350 mètres à l'est du village au-delà de la rivière Sachon qui marque la frontière avec la Corée du Sud sur environ 1,5 km dans ce secteur.

Contexte historique

Le front se stabilise en 1951, après la contre-attaque des forces onusiennes contre la Corée du Nord. Dès lors, la Chine, voyant là un tournant du conflit, déploie l'« armée des volontaires du peuple chinois » (中国|人民|志愿|军, 中國|人民|志願|軍)[2] afin d'aider la Corée du Nord. Celle-ci ne connaît qu'un succès limité et le conflit se transforme en une guerre de positions. Le , Jacob Malik, délégué permanent de l’URSS aux Nations-Unies, insère dans un discours un passage où il suggère une négociation sur la base d'un retour à la situation antérieure : un tel scénario avait débouché deux ans plus tôt sur la levée du blocus de Berlin[3].

Dès le , les délégués des deux camps se rencontrent à Kaesong, à proximité de l’ancienne ligne de démarcation, mais les négociations entreprises sont infructueuses. Après le décès de Staline survenu le , les négociations aboutissent enfin à Panmunjeom.

La signature a lieu dans un bâtiment[4] situé sur le côté nord de la route menant de Kaesong à Séoul, en face du modeste village de Panmunjeom qui n'existe plus aujourd'hui et qui se tenait sur le côté sud de l'axe routier.

Représentants des parties