Bagdad
(ar) بغداد
5628442718 b10fc2c47f o.jpg
قبة جامع الحيدر خانة.jpg
Administration
Pays Drapeau de l'Irak Irak
Province Bagdad
Maire Zekra Alwach
Démographie
Gentilé Bagdadien[1]
Population 10 710 350 hab. (2012, estimation)
Densité 9 445 hab./km2
Géographie
Coordonnées 33° 20′ 00″ nord, 44° 26′ 00″ est
Altitude 46 m
Superficie 113 400 ha = 1 134 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Irak
Voir sur la carte administrative d'Irak
City locator 11.svg
Bagdad
Géolocalisation sur la carte : Irak
Voir sur la carte topographique d'Irak
City locator 11.svg
Bagdad

Bagdad ou Baghdad (en arabe : بغداد, baġdād, /baɣˈdaːd/ Écouter) est la capitale de l’Irak et de la province de Bagdad. Elle est située au centre-Est du pays et est traversée par le Tigre. Ses habitants sont appelés « Bagdadiens »[1].

Avec une aire urbaine comprenant en 2012 une population estimée à 10 millions d’habitants, c’est la plus grande ville d’Irak ainsi que la deuxième ville la plus peuplée du monde arabe et du Moyen-Orient (derrière Le Caire en Égypte). C'est un carrefour de communications aériennes, routières et ferroviaires d'une grande importance stratégique pour ce pays.

Les origines de la ville actuelle remontent au moins au VIIIe siècle, avec probablement la présence de plusieurs petits foyers d'habitat antérieurs datant de la période préislamique. Elle fut la capitale de l'Empire abbasside à partir du VIIIe siècle et un centre de culture et de connaissance très important pendant des siècles, jusqu’au milieu du XIIIe siècle. Bagdad est, depuis 2003, le centre d’un violent conflit en raison de la guerre d’Irak. Elle est devenue une ville d'enclaves fortifiées régies par les soldats de l'armée irakienne, les officiers de la police fédérale, les agents de police locaux et les agents de sécurité privés.

Étymologie

L’origine du nom « Bagdad » et sa signification sont disputées : les auteurs arabes classiques, suivis par les écrivains modernes, penchent pour une origine persane, l'explication la plus souvent avancée étant que le mot signifie « donné par Dieu » en persan antique[2] ; la haute estime des Abbassides pour la culture persane pourrait expliquer l’adoption d’un nom d'origine perse pour la capitale d’un califat arabe. Cependant, l’étymon assyro-araméen « forteresse de l’aigle » a également été proposé.

Ce nom est à l’origine du mot baldaquin, qui désigne d’abord la soie de Bagdad (Baldac ou Baudac au Moyen Âge), puis une tenture de lit.

La ville fut officiellement nommée Madīnat as-Salām (la cité de la paix) par son fondateur, le calife Al-Mansour. Elle était également connue sous les noms de Madīnat al-Anwār (« cité des Lumières »), ʿĀsimat ad-Dunyā (« capitale ou centre du monde ») la ville ronde[3] et la ville d’Al Mansour[4].

Géographie

Site

Bagdad se trouve sur les rives du Tigre qui est sa première source d'eau, à l'endroit où celui-ci se rapproche le plus de l'Euphrate, distant d'une trentaine de kilomètres à l'ouest de la ville.

Le terrain sur lequel la ville fut construite est d'origine alluviale. Plat et de faible altitude il est sujet à de nombreuses inondations périodiques.

Problème de l'eau

Considérée sous l'aspect géopolitique et hydrologique, la Mésopotamie regroupe deux pays, l'Irak et la Syrie. La caractéristique du bassin mésopotamien réside en l'origine éloignée de ses eaux fluviales, qui prennent leur source dans les montagnes turques et iraniennes. La situation géographique de l'Irak le rend vulnérable puisqu'il est encerclé par des pays (Turquie, Syrie, Iran) capables de lui couper son approvisionnement en eau. C'est ainsi que la question de l'eau est dans la politique extérieure de Bagdad au cœur de tensions incessantes[5]. Après la guerre sur l'Irak le problème de l'eau s'est aggravé. Dans certains quartiers l’eau courante n’est pas disponible plus de deux heures par jour. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) mène, depuis de nombreuses années, d'importants projets pour améliorer l'accès à l'eau potable, y compris une distribution quotidienne, par camion-citerne, à des milliers de déplacés internes près de Madinat al-Sadr (Sadr City), à Bagdad. Après des années de négligence, le réseau d’eau a également souffert de dommages plus récents dus aux vibrations causées par les bombes et le passage des tanks. Des estimations récentes de l'Organisation des Nations unies (ONU) montrent que près de 94 % de l’eau de Bagdad est perdue pour cause de fuites. La distribution d’eau, les sanitaires, l’électricité et les services de santé dans le centre et le sud de l’Irak ont été particulièrement frappés par les pillages et les mises à sac lors des semaines chaotiques qui ont suivi la chute de l’ancien gouvernement.

Climat

Le climat désertique de Bagdad en fait l'une des plus chaudes régions du monde pendant l'été, surtout quand le vent du golfe Persique souffle (on atteint environ 45 °C en juillet). En hiver, la pluviosité est de 136 mm[6] et le thermomètre oscille en moyenne entre 6 et 18 °C en décembre, et entre 4 et 16 °C en janvier. Il y a une douzaine de jours de gel par an, avec des températures parfois assez basses (minimum de −6 °C)[7].

En rouge la température, et en bleu les précipitations.

Histoire

Califat abbasside

Bagdad entre 767 et 912.

Madīnat as-Salām fut fondée ex nihilo au VIIIe siècle, en 762, par le calife abbasside Abou-Djaafar Al-Mansur et construite en quatre ans par 100 000 ouvriers[8]. Selon les historiens arabes, il existait à son emplacement plusieurs villages pré-islamiques, dont l'un s'appelait Bagdad. Ce nom est cité dans le Talmud, de deux siècles antérieur[9]. Cependant, selon l'historien Thierry Murcia, l'édition du Talmud de Babylone serait plus tardive que ce que l'on envisage actuellement. Elle remonterait seulement à la deuxième moitié du VIIIe siècle voire au début du IXe siècle de notre ère. Murcia estime d'ailleurs que « ce travail éditorial aurait même pu avoir été achevé dans la ville même de Bagdad »[10], ce qui pourrait expliquer les mentions répétées de cette métropole dans le corpus de textes rabbiniques. Après la prise du pouvoir par les Abbassides au détriment des Omeyyades de Damas en 750, l'emplacement est choisi pour y fonder la capitale du califat. Même si, à partir du Xe siècle, elle a pour rivales dans cette fonction, d'abord Le Caire (avec la dynastie des Fatimides), puis Cordoue avec le nouveau califat des Omeyyades, elle joue le rôle d'une des capitales de l'islam et le restera jusqu'au milieu du XIIIe siècle.

La Bagdad des Abbassides était une ville ronde dont les dimensions ont fait l'objet de la part des auteurs arabes de nombreuses estimations différentes. Son diamètre était probablement de 2 534 m[11]. Elle possédait quatre portes : la porte de Syrie au nord-ouest, la porte de Bassora au sud-ouest, la porte de Koufa au sud-est et la porte du Khorasan au nord-est[12]. Elle était protégée par un fossé de vingt mètres de large et une double enceinte circulaire qui, en plus des quatre portes, comportait 112 tours. Le palais, la mosquée et les casernes se trouvaient au centre, tandis qu'un ou deux anneaux d'habitations étaient situés entre les deux remparts. La ville ronde était dominée par le dôme vert du palais, de 48,36 mètres de haut. Ce dôme qui fit la gloire de Bagdad se serait effondré en 941 à cause de la foudre. Des faubourgs furent aussi édifiés extra-muros, dont le quartier du Karkh, au sud de la ville ronde, où étaient notamment situés les marchés. La ville ronde fut assez rapidement abandonnée par le calife et ses administrations, et des palais furent construits dans les faubourgs. Dès 773, Al-Mansur édifia au nord-est un nouveau palais, Al-Khuld, dont le nom rappelait le paradis.

Comme la ville devenait une énorme agglomération, dont la populace remuante inspirait la méfiance du calife, en 774, Al-Mansur transféra les marchés vers un nouveau quartier au sud de la Ville Ronde, qui fut appelé Al-Karkh, entre les canaux Sarat et Isa. Sous son règne également, on construisit sur la rive orientale du Tigre un camp militaire pour son fils, auquel il emprunta son nom, ʿAskar Al-Mahdi ou « camp d'Al-Mahdi », dans le quartier que l'on appela plus tard Al-Rusafa[13].

Sous Harun al-Rashid, cinquième calife de la dynastie abbasside, les membres de la famille des Barmakides occupaient le poste de vizir. Jafar fit bâtir sur la rive orientale du Tigre au sud-est de Bagdad un palais qui devait jouer un rôle important dans le développement ultérieur de la ville.

En 813, le califat était déchiré par une guerre civile entre les deux fils d'Harun al-Rashid, Al-Amin et Al-Ma'mūn. Elle se termina par le siège de Bagdad (en) par les forces d'Al-Ma'mūn. Il dura quatorze mois. Face à la défense acharnée de la population, les assiégeants détruisirent une grande partie de la ville ronde, qui ne s'en releva jamais.

À partir de Al-Muʿtasim (833-842), les califes abbassides achetèrent des esclaves turcs, appelés ghulams, pour se constituer une armée dont il attendaient plus de loyauté que de leurs partisans khorassaniens. Entre ces troupes turbulentes et la population de Bagdad les heurts étaient fréquents. Ce calife décida donc de déplacer sa capitale vers Samarra. En 865, le calife d'Al-Musta`in, qui se trouvait de plus en plus sous la tutelle des Turcs, quitta Samarra et retourna à Bagdad. Les Turcs ne l'entendirent pas de cette oreille et choisirent al-Mutazz comme nouveau calife. Bagdad fut à nouveau assiégée. Le gouverneur de la ville, Mohammed ibn Abadalla ibn Tahir, fit fortifier la ville et enrôla tous les habitants dans sa défense. Affamée et excédée par la durée du siège, la population manifesta son mécontentement et des émeutes éclatèrent. Le gouverneur Tahir, tout en protestant de sa fidélité à Al-Musta`in, entama des négociations avec les Turcs. En 866, 'Al-Musta`in fut destitué puis exécuté.

Le départ du calife n'avait pas entamé la vitalité commerciale et l'éclat intellectuel de Bagdad, où, le calife Al-Mutamid revint définitivement en 892. Il s'installa dans l'ancien palais de Jafar le Barmakide. Après sa construction, il avait été cédé à Al-Manum, qui le donna à son tour à un de ses principaux serviteurs, Al-Hasan ibn Sahl (en). Il prit alors le nom de palais Hasani. Il fut ensuite occupé par sa fille Buran, veuve d'Al-Mamun, jusqu'au retour à Bagdad d'al-Mutamid. À ce palais vinrent s'en ajouter d'autres : al-Firdus (« paradis »), al-Taj (« couronne ») ainsi qu'al-Thuraya (« Pléiades »), relié au palais al-Hasani par un couloir souterrain. Cet ensemble devint au fil du temps le Dar al-Khalifa (« demeure du Califat »).

C'est à Bagdad qu'est fondée en 832 la plus ancienne maison de la sagesse (Bayt al-hikma), sous le règne d'Al-Mamun. C'est un établissement particulièrement actif, spécialisé dans la traduction d'ouvrages en grec, pehlevi et syriaque. Des savants y viennent de tout l'Empire abbasside, facilitant l'introduction de la science perse, grecque et indienne dans le monde arabo-musulman de cette époque. Astronomes, mathématiciens, penseurs, lettrés, traducteurs, la fréquentent, et parmi eux, al-Khwarizmi, Al Jahiz, al Kindi, Al-Hajjaj ibn Yusuf ibn Matar et Thābit ibn Qurra[14].

Elle devient la plaque tournante du grand commerce :

Bagdad importe également des esclaves (slaves, turcs, africains) et des matières premières (bois de construction, fer) et exporte des matières premières (alun) et des produits de l'artisanat (tissus, objets de verre et de métal, entre autres).

Certains historiens de la démographie considèrent Bagdad comme la première ville au monde à avoir atteint une population d’un million d'habitants entre les VIIIe et IXe siècles (la capitale chinoise Chang'an (Xi'an), terminus de la route de la soie, était également une très grande ville à cette époque). Affaiblie par des troubles politiques, sa place de « ville la plus peuplée au monde » lui est probablement ravie par Cordoue au Xe siècle[15]. On estime la population de l'ancienne « capitale » des Francs, Aix-la-Chapelle, à environ 10 000 habitants à la même époque.

Au xe siècle, sous l'effet des incendies et des inondations récurrents, sans parler du déménagement des califes, la ville unifiée se transforme en une série de quartiers semi-autonomes séparés par des terrains vagues, des ruines et des jardins. Ce phénomène s'accompagne d'un clivage religieux, certains quartiers étant chiites, d'autres sunnites. Vers le milieu du siècle, sous le règne de califes faibles et reclus dans leurs palais, Bagdad fut livré à l'anarchie et aux affrontements confessionnels entre chiites et sunnites. En 945, un prince bouyide chiite originaire du Daylam, s'empara de la ville et mit le calife Al-Mustakfi sous tutelle. Il devint amîr al-umarâ' (« émir des émirs ») et prit le titre honorifique de Mu`izz ad-Dawla (« réconfort de la dynastie »). Il se fit construire un palais dans le quartier dépeuplé de Shamasiya sur la rive orientale du Tigre. Il fit également construire sur les sites de l'ancien palais Khuld, un hôpital, le Bimaristan Adudi, qui devint le plus célèbre du monde musulman de l'époque[16]. Un de ses successeurs, Adhud ad-Dawla, bâtit un complexe encore plus somptueux, dont les jardins s'étendaient jusqu'au Tigre. Les conflits confessionnels se poursuivirent. Au cours d'une émeute particulièrement violente, en 1051, la mosquée chiite de Kadhimiya, abritant les restes du septième et du neuvième imam chiite, fut incendiée par les sunnites[17]. En 1055, le Turc seldjoukide Toghrul-Beg, sollicité par le calife, chassa sans beaucoup de mal, la dynastie bouyide, minée par les dissensions internes. Après avoir pris le titre de sultan, les Seldjoukides portèrent relativement peu d'intérêt à leur nouvelle possession. Ils désignèrent un gouverneur de Bagdad, où ils résidèrent rarement. Ils prirent le contre-pied des Bouyides et appuyèrent les sunnites. L'affaiblissement progressif des Seldjoukides incita les califes de la fin du XIIe siècle à réaffirmer leur autorité. En 1157, le sultan Muhammad, irrité par les velléités d'indépendance du calife Al-Muqtafi vint assiéger Bagdad. Au bout de près de trois mois, face à la défense énergique de la ville, il leva le siège[18]. L'événement marqua la fin de la domination seldjoukide à Bagdad.

À la fin du XIe siècle, Bagdad était formée de deux grandes parties :

  • sur la rive est du Tigre, les habitants de Rusafa, s'installèrent plus au sud, où se forma un nouveau quartier, Muktadiya, à proximité des palais califaux. L'ensemble fut doté d'une enceinte par Al-Mustazhir en 1095. En 1221, le calife An-Nasir rénova les fortifications auxquelles il flanqua des bastions. Une seule porte est encore conservée : Bab al-Wastani dont la tour mesure 14,5 mètres de haut pour une circonférence de 56 mètres[19] ;
  • sur la rive ouest, il ne restait pratiquement plus de trace de la ville ronde, à l'exception de la grande mosquée. Khark, par contre, continuait à prospérer.
Le siège de Bagdad par les Mongols en 1258.

Le déclin de Bagdad s'accentua lorsqu'elle fut ravagée par les Mongols de Houlagou Khan en 1258, après un siège de 20 jours du 20 janvier jusqu'au 10 février, épisode de la bataille de Bagdad. La ville tout entière fut désarmée et sa population massacrée. Le Bayt al-Hikma, ou maison de la sagesse, fut pillé et son contenu jeté dans le Tigre : traités philosophiques, livres d'art, de poésie et d'histoire, ouvrages scientifiques et mathématiques — la richesse intellectuelle de plusieurs siècles. On dit que quand le pillage mongol prit fin, le Tigre était noir d'encre. Le calife Al-Musta'sim fut tué par les envahisseurs[20]. Cet événement constitua une rupture dans l'histoire de Bagdad, qui cessa définitivement d'être le siège du califat.

Des Mongols aux Ottomans

La ville n'était plus que l'ombre d'elle-même mais survécut. Jusqu'en 1339, elle fit partie du domaine de la dynastie mongole des Ilkhanides. Le célèbre voyageur Ibn Battûta a laissé une description de la ville à cette époque. Ensuite Hassan Bozorg, le fondateur de la dynastie des Jalayirides, s'y installa. La ville fut prise deux fois par Tamerlan, la première fois en 1393 sans subir trop de dommages. En 1401, en revanche, il fit massacrer tous les habitants, n'épargnant que les hommes de religion. De 1410 à 1507, Bagdad tomba entre les mains des Turcomans du Mouton noir et des Turcomans du Mouton blanc. Jamais la ville n'était tombée aussi bas. L'historien égyptien Al-Makrizi écrivit en 1437 qu'elle ne méritait pas le nom de ville[21]. En 1444, un voyageur vénitien, Nicolo de Conti, la confondit, comme d'autres européens, avec Babylone.

En 1507, Bagdad fut occupée par les Safavides persans. Elle tomba ensuite entre les mains des Ottomans : Soliman le Magnifique s'en empara en 1534. Bagdad se révolta contre eux en 1623 puis, au cours de la Troisième guerre turco–séfévide (1623-1639), soutint un long siège, et ne fut prise qu'en 1638 par Mourad IV. Ce siège, qui dura 39 jours et mobilisa des dizaines de milliers d'hommes[22] eut un retentissement jusqu'en France, puisqu'il apparaît dans le premier numéro de la Gazette de Théophraste Renaudot : il est l'acte final du conflit entre Ottomans et Perses.

Après 1638, en effet, les guerres entre les Ottomans et les Safavides connurent une longue trêve. Entre 1638 et 1704, Bagdad fut gouvernée par 34 pachas, presque tous incompétents ou cruels. Réduite à l'état de bourgade insignifiante aux confins de l'Empire ottoman, perpétuellement menacée par les tribus bédouines des environs, elle ne comptait plus qu'une quinzaine de milliers d'habitants. En 1704, un homme énergique, Hassan Pacha, fut nommé gouverneur de Bagdad. Il entreprit d'acheter de jeunes esclaves pour en faire une armée de Mamelouks. Il eut tôt fait de mettre au pas les tribus bédouines et d'étendre son pouvoir de Mossoul au nord à Bassora au sud. Son fils, Ahmed, lui succéda en 1723, au grand dépit du gouvernement de Constantinople qui n'exerçait plus qu'une autorité nominale sur Bagdad. En 1733, Ahmed dut faire face à une menace grave : le nouveau maître de la Perse, Nâdir Châh, vint mettre le siège devant Bagdad, comptant sur la famine pour forcer la ville à se rendre. Elle ne dut son salut qu'à l'arrivée d'une armée de secours ottomane. Une nouvelle tentative perse en 1744 se solda également par un échec. Après la mort d'Ahmed, le pouvoir des mamelouks, qui occupaient tous les postes importants, dura jusqu'en 1831. Au mois de mars de cette année Bagdad fut touchée par une épidémie de peste, suivie en avril d'une crue du Tigre particulièrement dévastatrice, qui emporta une partie des murailles et 7 000 maisons. Entre la moitié et les deux-tiers de la population disparurent[23]. Le sultan Mahmud II profita de l'occasion pour restaurer l'autorité de la Sublime Porte. Les mamelouks furent exterminés et un gouverneur nommé directement par Constantinople.

Plan de Bagdad en 1854.
Midhat Pacha

Au sein de l'Empire ottoman, qui cherchait à se réformer, Bagdad commença elle-même à se moderniser. La population s'accrut peu à peu. En 1853, elle était évaluée à 60 000 personnes, en 1877 à 70 ou 80 000 et à la fin du XIXe siècle à 100 000. Les puissances européennes commençaient à s'y intéresser : un résident britannique nommé par la Compagnie britannique des Indes orientales s'y était installé dès 1798. En 1862, les Britanniques créèrent une compagnie de bateaux à vapeur qui assurait la liaison entre Bagdad et Bassora sur le Tigre. Sous le gouvernement éclairé de Midhat Pacha, une ligne de tramway relia Bagdad à Kadhimiya. Ce pacha créa également la première maison d'édition et le premier journal de Bagdad, ainsi que des écoles. Il mit également sur pied un conseil municipal élu. Une décision malheureuse pour le patrimoine de Bagdad fut la démolition des murailles séculaires de la ville en 1868, pour en faire des boulevards qui ne virent jamais le jour.

Au cours de la Première Guerre mondiale les Ottomans s'engagèrent dans le conflit aux côtés des Allemands. Après qu'un corps expéditionnaire britannique eut subi une terrible défaite à Kut en 1916, le gouverneur de Bagdad décida de tracer à travers le lacis de ruelles de la rive orientale une large artère (à peu près) droite, afin de faciliter le mouvement des troupes. Cette artère, que l'on appela plus tard la rue Rachid, transforma radicalement le paysage de la ville[24].

Du mandat britannique à la chute de la monarchie

Entrée des Britanniques à Bagdad le 11 mars 1917.

Le , un corps expéditionnaire britannique entre à Bagdad, capitale de la Mésopotamie (l'Irak actuel), et en chasse les Turcs ottomans[25]. Lors de la conférence de San Remo (1920), la Grande-Bretagne reçoit un mandat de la part de la Société des Nations pour administrer trois vilayets ottomans (Bagdad, Bassora et Mossoul).

En 1921, Bagdad est déclarée capitale du nouveau royaume d'Irak.

Troupes britanniques à Bagdad sur les bords du Tigre en juin 1941.

En avril 1941, Rachid Ali al-Gillani, un politicien antibritannique, comptant sur l'appui allemand, fit un coup d'État. Les Britanniques ripostèrent en envoyant un corps expéditionnaire qui atteignit Bagdad le 31 mai. Dans la nuit du 1er juin, un violent pogrom éclata dans la capitale. Au cours de ces événements, connus sous le nom de Farhoud, quelque 200 Juifs furent tués, de façon souvent horrible.

Dans les années 1950, de nombreux projets architecturaux ou urbanistiques virent le jour grâce à la manne pétrolière. Certains aboutirent, comme le Musée national d'Irak conçu dans les années 1930 par l'architecte allemand Werner March, qui fut réalisé une vingtaine d'années plus tard. D'autres ne furent jamais exécutés, comme le projet de Le Corbusier pour une cité olympique, dont seul le gymnase fut finalement construit sous Saddam Hussein, ou encore les plans de Frank Lloyd Wright pour un nouveau Bagdad.

Corps mutilé d'Abd al-Ilah traîné dans les rues de Bagdad après le coup d'État de 1958.

Le , la monarchie fut renversée lors d'un coup d'État dirigé par le général Kasem. Le roi Fayçal II fut tué ainsi que toute la famille royale. Les corps mutilés du prince héritier Abd al-Ilah et du Premier ministre Nouri Saïd furent exhibés dans les rues de Bagdad[26].

De l'avènement de la république à la chute de Saddam Hussein

En 1968, un coup d'État permet au Parti Baas de s'emparer du pouvoir. En 1979, Saddam Hussein devint président. Au cours de la guerre Iran-Irak (1980-1988), Bagdad se trouvait loin de la zone de combats, mais, à partir de 1985, au cours de la « guerre des villes », elle fut touchée par des missiles sol-sol iraniens, qui sapèrent le moral de la population.

Un hélicoptère de l'U.S. Army volant au-dessus de Bagdad.
Carte des zones de sécurité commune à Bagdad en août 2007.

Après la guerre d'Irak le problème de l'eau s'est aggravé. Dans certains quartiers l’eau courante n’est pas disponible plus de deux heures par jour. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) mène, depuis de nombreuses années, d'importants projets pour améliorer l'accès à l'eau potable.

Durant l'opération liberté irakienne, après 21 jours de bombardements, les forces américaines, après avoir rencontré une faible résistance aux portes de Bagdad, prennent le contrôle de la ville à partir du . Cela est symbolisé par une statue géante de Saddam Hussein renversée par un char américain en direct devant les médias. Le jour même, des pillages commencent, notamment au musée national d'Irak, dans les hôpitaux et les bâtiments administratifs[27].

L'après Saddam

A partir de 2003, la ville est touchée depuis par des attentats et la violence, ce qui a conduit à ce que certains comparent à une épuration ethnique, les membres des diverses communautés chiites et sunnites se regroupant dans des quartiers à part.

Éducation

La Mustansiriya Madrasah fut fondé en 1227 par le calife Al-Mustansir. L'édifice fut rebaptisé université al-Mustansiriyah en 1963. Il s'agit de la plus grande université d'Irak et de la seconde plus importante du monde arabe.

Le collège de Bagdad, fondé en 1932, est un lycée d’élite pour les garçons âgés de 11 à 18 ans.

Avant que survienne la guerre du Golfe, la ville accueillait plusieurs écoles internationales dont :

  • École française de Bagdad ;
  • Deutsche Schule Bagdad ;
  • Baghdad Japanese School (バグダッド日本人学校).

Universités

Outre l'université Al-Mustansiriya, la ville accueille aussi d'autres universités :