Coupe du monde
de rugby à XV 2007
Description de l'image Rugby World cup 2007.png.
Généralités
Sport Rugby à XV
Organisateur(s) IRB et FFR
Édition 6e
Lieu(x) Drapeau de la France France
Drapeau de l'Écosse Écosse
Drapeau du pays de Galles Pays de Galles
Date au
Participants 20 équipes (phase finale)
94 équipes (éliminatoires)
Matchs joués 48 matches
Affluence 2 263 331 spectateurs
Site(s) douze stades

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Angleterre Angleterre (1)
Vainqueur Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud (2)
Finaliste Drapeau : Angleterre Angleterre
Troisième Drapeau : Argentine Argentine
Meilleur(s) marqueur(s) Drapeau : Afrique du Sud Bryan Habana (8 essais)
Meilleur(s) réalisateur(s) Drapeau : Afrique du Sud Percy Montgomery (105 pts)

Navigation

La Coupe du monde de rugby à XV 2007 (sixième édition) se déroule du 7 septembre au en France, au pays de Galles (quatre matches dont un quart de finale) et en Écosse (deux matches). Il s’agit de la troisième phase finale de la compétition se disputant sur le sol européen. Le pays organisateur a été choisi en avril 2003.

De septembre 2004 à novembre 2006, les sélections nationales de 86 pays participent à une phase de qualification, dans le but de désigner les onze équipes disputant le tournoi final en compagnie de la France, qualifiée d’office en tant que pays organisateur, ainsi que des huit autres nations qualifiées d'office à la faveur de leurs résultats à l'édition de 2003.

La Coupe du monde est remportée par l'Afrique du Sud pour la deuxième fois en s'imposant à l'Angleterre dans un match sans essai.

Préparation de l'événement

Choix du pays organisateur

vue de la tour Eiffel.
La tour Eiffel fête la Coupe du monde de rugby à XV 2007

Deux nations[1] sont en lice pour l'obtention de l'organisation de la Coupe du monde : l'Angleterre, déjà organisatrice en 1991, et la France qui, à deux reprises, a déjà accueilli quelques matches des phases finales (huit en 1991, lors de la Coupe du monde organisée par l'Angleterre et huit autres en 1999, lors de l'édition organisée par le pays de Galles).

Les dossiers de candidature sont radicalement différents[2].

Le projet de l'Angleterre

Vue de l'extérieur d'une boutique. Les murs proches de celle-ci sont décorés par des silhouettes d'actions de rugby.
Boutique officielle de la Coupe du monde de rugby à XV 2007.

Le comité d'organisation anglais[3] souhaite s'écarter du système de quatre poules de cinq avec phases finales à élimination directe, considéré comme limitant les affrontements vraiment compétitifs, et présente un projet radicalement neuf[2] : il compte deux phases finales séparées (tournoi à deux vitesses). D'un côté, un tournoi « élite », dit « Super Eight » regroupe les seize nations principales. Par ailleurs, un tournoi regroupe trente-deux « petits » pays (devant les coûts engendrés, ce nombre passe ensuite à vingt) et les éliminés du tournoi élite sont reversés dans le tournoi secondaire à l’issue de la première phase. Le tournoi Super Eight doit comprendre quatre poules de quatre, qualifiant chacune deux équipes pour deux nouvelles poules de quatre équipes. Les qualifiés conservent les points acquis en première phase contre l’autre qualifié (comme pour le championnat du monde de handball masculin 2007). Les deux premiers de chacune de ces deux poules sont ensuite qualifiés pour les demi-finales[4].

Sportivement, le titre de champion du monde a plus de valeur selon le comité d’organisation anglais : pour l'emporter, le vainqueur a ainsi dû jouer au moins six matches contre des ténors (deux en première phase, deux en deuxième, deux en phase finale), au lieu de quatre ou cinq avec le système habituel[4]. Ce système a aussi selon eux l’avantage de multiplier des matches rentables tout en limitant le nombre de matches sans réel intérêt sportif qui se terminent par des scores larges (comme en 1995, lorsque la Nouvelle-Zélande bat le Japon 145 à 17, record de l’épreuve[5]), et de réaliser des bénéfices supplémentaires substantiels (de ce point de vue, ce système n’est pas sans rappeler celui de la Ligue des champions de football). Les Anglais ont mis en avant le fait qu’ils comptent réaliser cent quarante millions de livres, le double de ce qui est alors prévu pour la future Coupe du monde 2003[6], soit bien plus que le projet français.

Le choix de la France par l'IRB

Logo de la FFR, hôte de la Coupe du monde 2007

La Fédération française de rugby à XV (FFR), de son côté, propose un format plus classique, semblable à celui de la phase finale de 2003 (et donc avec vingt pays répartis en quatre poules de cinq au lieu de seize dans le projet Anglais). Cette formule a selon la France, deux avantages : d'une part, elle permet d'ouvrir plus largement la compétition aux équipes moins fortes ce qui les aidera, en se confrontant aux meilleures, à progresser. D'autre part, elle permet une meilleure couverture mondiale avec un plus grand nombre d'équipes qualifiées et une meilleure représentation de chaque continent[réf. nécessaire]. Le , l'IRB confie pour la première fois l'organisation de la Coupe du monde de rugby à XV à la France seule, par une écrasante majorité de 18 votes à 3[7].

Les raisons de ce choix sont multiples. En particulier l'option anglaise génère l'organisation des matches de trente-six équipes, ce que personne, hormis l'Angleterre, la France et peut-être le Japon, ne peut faire dans le monde du rugby actuel. Cela condamne les autres nations à l'avenir. La France a aussi fait campagne sur son attachement traditionnel à la défense du rugby amateur et à l'ouverture de la discipline à d'autres régions du globe. Syd Millar, vice-président de l'IRB, affirme pour sa part que le projet français est « le meilleur pour le développement du rugby[8] ».

Enfin, la FFR accepte de « délocaliser » quatre matches à Cardiff (pays de Galles), dont un quart de finale (c'est le même procédé qu'en 1999 quand la France obtient un quart de finale à domicile et sept autres matches, lors de la Coupe du monde organisée par le pays de Galles), et deux autres à Édimbourg (Écosse), une stratégie payante en nombre de voix au moment du vote.

Villes et stades

Les douze stades réservés n'ont pas subi d'importants travaux de rénovation, la plupart ayant accueilli la Coupe du monde de football 1998. Deux stades hors de France (au pays de Galles et en Écosse) ont été retenus.

Saint-Denis Cardiff (pays de Galles) Édimbourg (Écosse) Marseille Bordeaux
Stade de France
Capacité prévue : 81 338
Millennium Stadium
Capacité prévue : 74 500
Murrayfield Stadium
Capacité prévue : 67 130
Stade Vélodrome
Capacité prévue : 60 032
Stade Chaban-Delmas
Capacité prévue : 34 694
Coup d'envoi.jpg Millennium Stadium Cardiff 2006.jpg Murrayfield cs.JPG Stade vélodrome Olympique de Marseille Montpellier HSC Septembre 2009.jpg Panorama Chaban-Delmas.jpg
Paris Lens
Parc des Princes
Capacité prévue : 48 527
Stade Félix-Bollaert
Capacité prévue : 41 229
Paris-Parc-des-Princes.jpg Bollaert vide.jpg
Lyon Nantes Toulouse Saint-Étienne Montpellier
Stade de Gerland
Capacité prévue : 41 842
Stade de la Beaujoire
Capacité prévue : 38 285
Stadium Municipal
Capacité prévue : 35 575
Stade Geoffroy-Guichard
Capacité prévue : 35 616
Stade de la Mosson
Capacité prévue : 32 950
Stade-Gerland-RWC2007.JPG Stade de la Beaujoire.jpg StadiumToulouse3.JPG Stade-GeoffroyGuichard-RWC2007.JPG Australie-Fidji.4.JPG

Acteurs de la Coupe du monde

Équipes qualifiées

Le tirage au sort des groupes de Qualifications pour la Coupe du monde de rugby à XV 2007 a eu lieu le à Dublin (Irlande). 86 nations des six confédérations sont inscrites pour onze places disponibles pour le tournoi final (en plus des huit qualifiés d'office dont la France, pays organisateur). Les qualifiés d'office sont l'Afrique du Sud , l'Angleterre (tenante du titre T), l'Australie, l’Écosse, la France, l'Irlande, le pays de Galles et la Nouvelle-Zélande du fait que ces équipes sont allées en quarts de finale de la dernière Coupe du monde en 2003.

La phase de qualification débute le 4 septembre 2004 à Andorre entre l'équipe représentant la principauté et la Norvège[9]. Elle se termine le 24 mars 2007 avec la qualification du Portugal aux dépens de l'Uruguay lors d'un barrage[10], les Tonga s'étant peu avant aussi qualifiés en barrage face à la Corée du Sud.

Sélections qualifiées par confédération, nombre d'apparitions en Coupe du monde
Carte Europe (FIRA-AER)
9 places dont une au pays hôte
Amérique du Sud (CONSUR)
1 place
Afrique (CAR)
2 places
Planisphère représentant les pays dont les équipes participent aux qualifications de la Coupe du monde 2007
Équipes participant aux qualifications pour
la Coupe du monde 2007
Océanie (FORU)
5 places
Amérique du Nord, Antilles, Caraïbes

(NACRA)
2 places

Asie (ARFU)
1 place