Ferdinand Bloch-Bauer
Image dans Infobox.
Ferdinand Bloch-Bauer vers 1935.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Feuerhalle Simmering (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Ferdinand BlochVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Bloch-Bauer urn-grave.jpg
Monument funéraire contenant les urnes de la famille Bloch-Bauer à Vienne, situé dans l'enceinte du crematorium de Simmering.
Photo du château de Panenské Břežany.
Château de Panenské Břežany (en allemand : Jungfern-Breschan) près de Prague.
Photo du 18 Elisabethstraße (Vienne).
Résidence temporaire à Vienne, Elisabethstraße 18.

Ferdinand Bloch-Bauer[a], né le à Jungbunzlau en Tchéquie, est un fabricant de sucre austro-tchèque et un amateur d'art. Il épouse, en 1899, Adele Bloch-Bauer, qui devient la muse de son ami Gustav Klimt. Son épouse meurt prématurément en 1925. En 1938, contraint à l'exil après l'Anschluss, il meurt, peu de temps après la guerre, le , à Zurich en Suisse sans avoir pu récupérer les portraits de son épouse réalisés par Klimt.

Jeunesse et éducation

Ferdinand Bloch est né à Mladá Boleslav (Tchéquie) en 1864. Il est le troisième fils du fabricant de sucre et banquier juif David Bloch (1820-1892)[1]. Il fréquente l'académie commerciale de Prague et suit des cours de finance à Berlin. Il travaille ensuite pour l'entreprise familiale qui, sous sa direction, devient une grande entreprise européenne.

Mariage avec Adele Bauer et amitié avec Klimt

En 1899, à l'âge de 35 ans, Ferdinand Bloch rencontre Adele Bauer, âgée à l'époque de 18 ans et fille de Moritz Bauer (1840-1905), directeur général de la Wiener Bankverein, une banque viennoise, et président des chemins de fer orientaux. Ils se marient avant la fin du mois de décembre de la même année. Adele Bloch-Bauer souffre de deux mortinaissances et son troisième enfant meurt le lendemain de sa naissance. En 1917, le couple et celui que forme sa sœur Thérèse Bloch-Bauer avec Gustav Bloch, le frère de Ferdinand, décident de prendre tous deux le nom de famille Bloch-Bauer.

Ferdinand Bloch-Bauer et son épouse sont des personnalités respectées de la fin de siècle à Vienne et de la Première République autrichienne. Dans leurs locaux situés au 10 de la Schwindgasse, dans le 4e arrondissement de Vienne, Wieden, puis au 18 de la Elisabethstraße (de), dans la ville intérieure, des personnalités de la politique, de l'économie et de la culture telles que Karl Renner, Julius Tandler et Stefan Zweig fréquentent les lieux, avec lesquels Adele Bloch-Bauer, intellectuellement très vive et encline à la social-démocratie, entretient des contacts intensifs.

Le couple entretient une relation particulière avec le peintre autrichien Gustav Klimt, pour lequel Adele pose souvent et que Ferdinand soutient financièrement. Le palais de la famille Bloch-Bauer, dans la Elisabethstraße, contient plusieurs tableaux de Klimt, comme le Portrait d'Adele Bloch-Bauer I ou le Pommier I, qui avaient été commandé par Ferdinand Bloch-Bauer.

En 1909, Ferdinand Bloch-Bauer acquièrent les domaines de « Jungfern Breschan » et d'Odolena Voda en Bohême, où il vit dans le château inférieur et abrite ses collections d'art. Après l'effondrement de la monarchie des Habsbourg, il opte pour la nationalité tchécoslovaque en 1918/1919 et conserve ce domaine près de Prague comme résidence principale.

Mort d'Adele Bloch-Bauer et expulsion

Le , Adele Bloch-Bauer meurt d'une méningite et demande dans son testament que son mari lègue ses tableaux de Klimt à la Galerie nationale autrichienne après sa mort. Après 1945, la République d'Autriche fonde sa revendication de propriété sur ce passage, affirmant qu'il contient une disposition contraignante. Dans la procédure d'homologation au nom de son épouse décédée, Ferdinand Bloch-Bauer déclare que les tableaux en question avaient de toute façon toujours été sa propriété (implicitement : son épouse ne pouvait donc pas en disposer). Des tableaux importants sont ainsi transférés à la future Österreichische Galerie Belvedere pendant l'ère nazie sans l'autorisation de Bloch-Bauer, même de son vivant.

Ferdinand Bloch-Bauer respecte partiellement le souhait de sa femme et donne certains tableaux avant même sa mort. En 1927, le Nordböhmisches Gewerbemuseum (de) (musée du commerce de Bohème du Nord) acquiert une collection de peintures et de dessins de Bloch. Après l'Anschluss, que Bloch-Bauer tente d'éviter en soutenant les opposants nazis, il est expulsé par les nazis et doit laisser tous ses biens derrière lui. Sa propriété de Jungfern Breschan est confisquée après l'occupation nazie du "reste de la Tchécoslovaquie" ; le château inférieur devient le siège du protectorat nazi de Bohême-Moravie entre 1939 et 1942.

Ferdinand Bloch-Bauer s'enfuit d'abord à Prague, puis à l'automne 1938 à Zurich en passant par Paris, où il vit à l'hôtel Belle Rive et meurt appauvri le . Son corps est incinéré au crématorium de Sihlfeld D, comme il l'avait souhaité dans son testament. Son urne est enterrée à Vienne, à côté de celle de son épouse, dans la tombe familiale, dans le columbarium du crematorium de Simmering.[2].

Litige juridique sur les peintures de Klimt

Dans son testament, Ferdinand Bloch-Bauer lègue les tableaux aux enfants de son frère, Gustav Bloch. Un conflit juridique entre les héritiers et la République d'Autriche suit pendant de nombreuses années et se termine en 2006 par la restitution à Maria Altmann et à ses cohéritiers des tableaux confisqués par les nazis. Elle est la dernière nièce survivante.

Honneur