Formica yessensis
Description de cette image, également commentée ci-après
Tête de F. yessensis
Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Classe Insecta
Ordre Hymenoptera
Famille Formicidae
Sous-famille Formicinae
Genre Formica

Espèce

Formica yessensis
Wheeler, 1913

Synonymes

  • Formica truncicola var. yessensis Wheeler 1913
  • Formica rufa truncicola var. yessensis Forel, 1901
  • Formica truncicola yessensis: Ruzsky, 1926
  • Formica truncorum var. yessensis, Wheeler, 1933
  • Formica yessensis, Collingwood, 1976

Formica yessensis est une espèce de fourmis. Son nom japonais est « Ezo-akayama-ari »[1]. En français, elle peut être nommée « Fourmi rousse japonaise » car elle appartient au sous-genre Formica (Formica), communément appelé « fourmi rousse des bois ». Elle vit au Nord-Est du continent asiatique.

La longueur totale de l'ouvrière est de 4,5-7 mm, celle de la reine 9 à 12 mm. Sa tête, son mésosome, son pétiole et ses pattes sont jaunâtres à brun-rouge, sa partie dorsale étant un peu plus foncées. L'abdomen est noir, sa base un peu rougeâtre. Très semblable à Formica truncorum, elle s'en distingue par la quasi-absence de soies dressées sur les tibias postérieurs et le premier article de l'antenne. La bordure supérieure du pétiole est légèrement convexe à presque plate[1].

Formica yessensis est une espèce palearctique présente au Japon au sud-ouest d'Hokkaidō et au centre et au Nord d'Honshū, en Sibérie, au Nord-Est de la Chine continentale, dans la Péninsule coréenne et à Taiwan. Elle vit dans les sous-bois de conifères ou de chêne, plutôt en altitude[1].

Formica yessensis construit des dômes de 1 mètre de haut avec des aiguilles de conifères ou de l'herbe sèche. Elle est plutôt discrète et vit dans des endroits relativement bien isolés[1]. Elle élève des pucerons myrmécophiles sur le chêne Quercus dentata pour récolter leur miellat[2]. Elle est moyennement polygyne et polydôme. Cette espèce peut former des supercolonies dont la plus connue se situe sur la baie d'Ishikari à Hokkaidō. Elle comporte 45000 fourmilières qui s'étendent sur 2,3 km²[3]. Les reines n'étant pas particulièrement nombreuses par rapport aux ouvrières, il est probable que F. yessensis soit un parasite social temporaire, comme Formica lugubris. À Hokkaidō, la période d'activité va d'avril à octobre et le vol des sexués a lieu en août[4].

Notes et références

  1. a b c et d (en) Référence Japanese Ant Database Group : Formica yessensis Wheeler, 1913
  2. (en) F. Ito et S. Higashi, « An Indirect Mutualism between Oaks and Wood Ants Via Aphids », Journal of Animal Ecology, vol. 60,‎ , p. 463-470 (résumé)
  3. (en) Higashi, S. et K. Yamauchi, « Influence of a Supercolonial Ant Formica (Formica) yessensis Forel on the Distribution of Other Ants in Ishikari Coast », Japanese Journal of Ecology, vol. 29,‎ , p. 257-264 (résumé)
  4. (en) ITO Masao, IMAMURA Shinji, « Observations on the Nuptial Flight and Internidal Relationship in a Polydomous Ant, Formica (Formica) yessensis Forel », Journal of the Faculty of Science Hokkaïdo University Series VI. zoologie, vol. 19(3),‎ , p. 681-694 (résumé)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :