Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne les gardiens de but de football. Pour les positions similaires dans d'autres sports collectifs, voir Gardien de but.
Henri Beau, gardien de but français lors de France-Corinthians FC, le 16 avril 1904 au Parc des Princes.
Gardien de but chargé par un joueur rival (en 1905).
Arrêt d'un gardien de but, face à un attaquant.
Plongeon d'un gardien de but.

Au football, le gardien de but (ou gardien, goal, portier) est le joueur chargé de protéger le but de son équipe, de manière que le ballon n'en franchisse pas la ligne. Il a le privilège - dans la surface de réparation - de pouvoir utiliser toutes les parties du corps, contrairement aux joueurs de champ. Il peut aussi évoluer sur tout le terrain, alors avec les mêmes restrictions que les autres joueurs. S'il touche le ballon intentionnellement de la main ou du bras hors de sa surface de réparation, il est, comme le seraient tous les autres joueurs, coupable d'une faute d'anti-jeu et, passible d'une sanction (carton jaune ou rouge).

Dernier rempart entre le ballon et le but de son équipe, le gardien occupe donc un poste essentiel. Historiquement, il joue de plus en plus en position de libero (dernier défenseur, donc vers la fin de sa surface de réparation) quand tout danger est écarté.

Spécificités du gardien de but et tendances

Il doit se distinguer de ses coéquipiers par un maillot différent.

Outre ses qualités physiques (détente, réflexes), son caractère et son savoir-faire ont un rôle important : il doit pouvoir faire preuve d'autorité (crier pour réorganiser sa défense lors d'une offensive adverse, pour placer son mur avant un coup franc, etc.) et s'imposer (sorties aériennes au cours d'un corner). On a ainsi souvent l'image d'un gardien « bouillonnant », avec par exemple l'Allemand Oliver Kahn.

Tendances

  • Son rôle a évolué ces dernières années, pour accompagner un football de plus en plus rapide. Il doit savoir relancer proprement et précisément, des deux pieds si possible, en jeu court ou long, et être le premier contre-attaquant si possible. Son rôle a surtout changé au niveau de la technique balle au pied et de la précision de ses relances.

Équipement spécifique

Outre les chaussures à crampon et les protège-tibias communs à tous les joueurs, le gardien dispose de quelques accessoires spécifiques destinés à lui faciliter la tâche :

  • les gants : indispensables, ils servent à la fois de protection aux mains contre les ballons de forte puissance (ou pour les dégagements aux poings) et de support permettant une meilleure prise de balle qu'à mains nues et par différents temps (souvent grâce à un revêtement en latex) ;
  • les maillot et/ou pantalon/short rembourrés : ces vêtements sont rembourrés aux endroits les plus susceptibles de faire mal à la retombée d'un plongeon, à savoir les coudes, les genoux, le haut des cuisses, etc. ;
  • des genouillères/coudières (matelassées ou double peau) : pour atténuer les traumatismes des articulations. Elles sont notamment utilisées sur les terrains en mauvais état (cailloux ou mauvaises herbes). Les genouillères sont fortement recommandées pour les entrainements et en match chez les jeunes ;
  • le casque : assez rare, il est néanmoins utilisé par le gardien tchèque Petr Čech depuis le 20 janvier 2007 en raison d'une fracture du crâne causée par un choc lors d'un match le 14 octobre 2006. Avec cet accident (qui touche également Carlo Cudicini qui avait remplacé Čech lors du match), des gardiens professionnels se sont déclarés non opposés au port systématique ou recommandé du casque (entre autres, l'Allemand Jens Lehmann). Ce casque en textile et mousse est homologué par la FIFA ;
  • une casquette : fort utile quand le soleil est de face voire rasant et quand des projecteurs sont dirigés vers les buts. La casquette protège aussi d'une pluie forte, offrant un confort visuel et évitant d'avoir à s'essuyer le visage avec les gants matelassés peu commodes.

Gestes techniques

Avoir de bons réflexes et de la détente ne garantissent pas l'inviolabilité du but (balle renvoyée en plein milieu d'adversaires déchaînés devant un but vide...). Au cours d'un match, le gardien peut être amené à réaliser certains gestes techniques, qu'ils lui soient ou non exclusivement réservés. Voici un aperçu des principaux gestes presque toujours exécutés par le gardien :

  • pour saisir au mieux la balle, il est conseillé de donner une forme en W ou en triangle aux doigts autour du ballon (les pouces jouent un rôle prépondérant). Cela évite par exemple que le ballon, glissant ou trop puissant, ne passe à travers des mains écartées. Dans la mesure du possible, placer le corps sur la trajectoire du ballon, en plus des mains, est une assurance supplémentaire ;
  • on peut aussi former une « niche » avec les bras et une partie du ventre pour y réceptionner sûrement la balle ;
  • le gardien peut bien sûr recevoir une passe de ses coéquipiers. Cependant, si la passe est effectuée avec le pied, il ne peut pas se saisir du ballon avec les mains ;
  • le gardien réalise aussi la traditionnelle « claquette » qui consiste à claquer le ballon en dehors de la cage à l'aide d'une main.

Sorties marquantes

Comme indiqué plus haut, le gardien de but est parfois amené à prendre le risque de sortir, que ce soit pour chercher une balle aérienne lors d'un corner ou pour chercher le ballon dans les pieds d'un attaquant isolé et trop avancé. Le risque de cette action, en plus de la possibilité du contournement du gardien par l'attaquant, est notamment physique. Voici quelques actions qui ont plus ou moins marqué le football.

Thomson et English

Le 5 septembre 1931, le jeune gardien du Celtic Glasgow, John Thomson, âgé de 22 ans seulement, percuta très violemment, lors d'un Old Firm (le derby opposant le Celtic aux Rangers), le genou de Sam English, attaquant des Rangers. Transporté à l'hôpital, il décéda quelques heures plus tard. Ce choc a définitivement marqué l'histoire du football écossais et des Old Firm.

Schumacher et Battiston

Le 8 juillet 1982 à Séville, au cours de la demi-finale de la Coupe du monde opposant la France à l'Allemagne de l'Ouest, Patrick Battiston se présente seul devant les buts de l'allemand Harald Schumacher. Ce dernier sort rageusement et, après le tir de Battiston (un lob qui manque de peu le cadre), vient le percuter violemment au visage avec sa hanche. Battiston s'écroule, il reste sonné pendant plusieurs minutes et perd même deux dents lors du choc. Le gardien n'est pas averti par l'arbitre néerlandais Charles Corver[1].

Coup du scorpion

René Higuita est devenu célèbre lors du match amical entre l'équipe d'Angleterre et la Colombie (0-0) à Wembley le 6 septembre 1995. Sur un centre-tir de l'anglais Jamie Redknapp et alors que le ballon se dirige vers son but, Higuita plonge vers l'avant et propulse le ballon hors de la surface à l'aide de ses talons. Cet arrêt spectaculaire fut baptisé le coup du scorpion.

Blessure de Cech

Le 14 octobre 2006, lors d'un match Chelsea contre Reading, Petr Čech, gardien tchèque, est blessé à la tempe lors d'une collision avec Stephen Hunt à la première minute de jeu. Sorti sur son côté droit, il se couche et saisit la balle mais sa tempe est violemment heurtée par le genou de son adversaire. Il ne rejouera qu'à partir du 20 janvier 2007, avec un casque destiné à empêcher une autre blessure qui pourrait être fatale. Au cours du même match que celui qui vit l'accident arrivé à Cech, c'est son remplaçant, Carlo Cudicini, qui subit un choc (avec Ibrahima Sonko) lors d'un corner, alors qu'il avait repoussé la balle du poing. Inconscient, il est évacué peu avant la fin du match. Ce sera finalement John Terry qui terminera le match en tant que gardien.

Gardiens de but célèbres