Ludovic Orban
Illustration.
Ludovic Orban en 2019.
Fonctions
Premier ministre de Roumanie
En fonction depuis le
(7 mois et 29 jours)
Président Klaus Iohannis
Gouvernement Orban I et II
Législature 8e
Coalition PNL
Prédécesseur Viorica Dăncilă
Président du Parti national libéral
En fonction depuis le
(3 ans et 16 jours)
Prédécesseur Raluca Turcan (intérim)
Alina Gorghiu
Député

(8 ans)
Élection 30 novembre 2008
Réélection 9 décembre 2012
Circonscription Bucarest
Ministre des Transports

(1 an, 8 mois et 17 jours)
Premier ministre Călin Popescu-Tăriceanu
Gouvernement Popescu-Tăriceanu
Prédécesseur Radu Berceanu
Successeur Radu Berceanu
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Brașov (Roumanie)
Nationalité Roumain
Parti politique PNL
Fratrie Leonard Orban
Diplômé de Université de Brașov

Ludovic Orban
Premiers ministres de Roumanie

Ludovic Orban [ˈludovik ˈorban][a] est un homme d'État roumain membre du Parti national libéral (PNL), né le à Brașov. Il est Premier ministre de Roumanie depuis le .

Élu local à Bucarest entre 1992 et 1997 puis à partir de 2004, il est secrétaire d'État de 1999 à 2001. En 2007, il est nommé ministre des Transports. Il quitte ce poste en 2008, année de son élection à la Chambre des députés. En 2009, il est désigné premier vice-président du PNL, poste dont il est relevé en 2010 ; il occupe entre 2014 et 2015 la présidence du groupe des députés du parti.

Entre 2009 et 2011, puis en 2016, il est vice-président de la Chambre. Il se retire alors temporairement de la vie politique, en raison d'accusation de trafic d'influence qui seront finalement abandonnées, renonçant donc à se présenter à la mairie de la capitale pour la troisième fois, ainsi qu'à un troisième mandat parlementaire. Il devient président du PNL en 2017 après la lourde défaite du parti aux élections législatives.

Il devient Premier ministre en , après le renversement de la sociale-démocrate Viorica Dăncilă. Il est à son tour renversé par une motion de censure trois mois plus tard mais se maintient finalement au pouvoir, la gauche ne s'y opposant pas dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

Famille et vie privée

Il naît en à Brașov, dans le centre de la Roumanie communiste. Il est issu d'une famille hongro-roumaine, son père étant hongrois et sa mère roumaine[1].

Marié et père d'un enfant, il est le frère cadet de Leonard Orban, premier commissaire européen roumain[1].

Formation et vie professionnelle

Il étudie à la faculté des techniques de construction de Mașini, rattachée à l'université de Brașov, dont il ressort diplômé en 1988. Cinq ans plus tard, il achève son cursus de science politique à l'École nationale d'études politiques et administratives (SNSPA) de Bucarest[2].

Parcours politique

Débuts

Ludovic Orban adhère au Parti national libéral (PNL) en 1992[3].

Il siège au conseil du premier district de Bucarest entre 1992 et 1996, puis du troisième district jusqu'en 1997. En 2004, il devient premier adjoint au maire de la capitale roumaine. Entre 2002 et 2010, il préside la section bucarestoise du parti libéral[1],[3].

En 1999, il est nommé secrétaire d'État, une fonction qu'il occupe jusqu'en 2001. Il dirige d'abord le département de l'Information publique du gouvernement pendant un an, puis l'Agence nationale de la Fonction publique[2].

Ministre et député

Ludovic Orban est nommé ministre des Transports le , lors d'un remaniement du gouvernement de Călin Popescu-Tăriceanu consécutif à la rupture de la coalition au pouvoir. Il assume cette fonction jusqu'à la fin du gouvernement, le . Aux élections législatives du 30 novembre précédent, il est élu à la Chambre des députés dans la circonscription de Bucarest[1].

Dans les mois qui suivent sa prise de fonction, il est impliqué dans un accident de la circulation à proximité du palais Cotroceni. Ayant perdu le contrôle de son véhicule, il emboutit une autre voiture et blesse légèrement une personne. Orban et la victime quittent ensemble le lieu de l'accident, puis le conducteur se dénonce 30 heures plus tard aux forces de l'ordre. Il perd alors son permis de conduire, mais n'est pas poursuivi en justice[1].

Vice-président du PNL

En 2009, le nouveau président du PNL Crin Antonescu le nomme premier vice-président du parti. Il le révoque un an plus tard, après qu'Orban a publiquement critiqué la formation de l'Union sociale-libérale (USL), une alliance électorale réunissant le Parti social-démocrate (PSD) et le Parti national libéral. Se réclamant du centre droit, il estime en effet qu'il n'est pas bon d'effacer ainsi le clivage entre la droite et la gauche[2].

Il se présente deux fois aux élections municipales à Bucarest, visant le poste de maire de la capitale, en 2008 puis 2012. Il est chaque fois défait face au social-démocrate Sorin Oprescu. Lors de sa seconde candidature, il postule sans le soutien du PNL, puisque Oprescu bénéficie de l'investiture de l'USL[2].

Il est par deux fois vice-président de la Chambre des députés, entre 2009 et 2011, puis en 2016[2].

En , il est élu président du groupe parlementaire du PNL à la Chambre en remplacement de George Scutaru (ro) par 43 voix favorables, soit le double de son unique adversaire, Mihai Voicu (ro)[4]. En , il est remplacé par Eugen Nicolăescu (ro), qui le défait par 43 votes contre 42, après avoir été la cible de critiques des dirigeants du PNL au sujet de ses opinions divergentes avec la ligne officielle du parti[5].

Mise en cause judiciaire

En 2016, il renonce à se présenter pour la troisième fois aux élections municipales à Bucarest et aux élections législatives en raison d'une enquête de la Direction nationale anticorruption le visant[6],[7].

En , la Haute Cour de cassation et de justice l'acquitte du chef de trafic d'influence[8].

Président du PNL

Après une tentative infructueuse en 2014 face à Alina Gorghiu, il est élu président du PNL le . Il est désigné l'année suivante candidat du PNL pour la fonction de Premier ministre en vue des prochaines élections législatives prévues en 2020[9].

Premier ministre

Formateur

Le , après le renversement du gouvernement Dăncilă par une motion de censure, le président Klaus Iohannis annonce la nomination d'un nouveau Premier ministre d'ici au , affirmant que le prochain gouvernement devrait être issu du PNL. Celui-ci soutient la candidature d'Orban[10].

Le , il est formellement chargé de former un gouvernement par le président Iohannis. Il a dix jours pour obtenir la confiance du Parlement roumain[11]. Tandis que Pro Romania a exprimé son refus de soutenir un tel gouvernement, l'Union sauvez la Roumanie (USR) — qui plaide pour des législatives anticipées — et l'Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR), disent ne pas exclure un possible soutien parlementaire conditionnel à ce gouvernement[12].

Il signe par la suite deux accords de coopération, le premier avec l'USR validant la tenue d'élections anticipées après l'élection présidentielle et le deuxième avec l'Alliance des libéraux et démocrates (ALDE) — ancienne alliée du Parti social-démocrate (PSD) et conduite par l'ex-président du PNL Călin Popescu-Tăriceanu — qui interdit l'intégration d'autres partis au futur cabinet, excluant de facto la nomination évoquée de ministres issus du Parti Mouvement populaire (PMP), dont le soutien n'est pas considéré comme acquis[13].

Premier gouvernement

Il présente le la composition de son gouvernement, constitué de 17 membres, dont 16 ministres et une vice-Première ministre. Le Parlement fixe la date du vote de confiance au , et non au comme il l'avait proposé[14]. Le jour du scrutin, l'équipe qu'il propose recueille 240 voix favorables, soit sept de plus que la majorité requise. Il est alors investi en même temps que son cabinet, ce qui lui permet de désigner le nouveau commissaire européen roumain et d’être théoriquement à la tête du pays jusqu'aux prochaines élections législatives, prévues fin 2020[15].

Son exécutif est renversé le par une motion de censure déposée par l'opposition sociale-démocrate, qui s'oppose au projet de loi de réforme du Code électoral prévoyant le rétablissement du scrutin à deux tours pour l'élection des maires. La motion recueille 261 suffrages favorables, soit 28 de plus que le minimum requis[16].

Le , Orban est chargé de former un nouveau gouvernement[17]. Le projet de réforme du système électoral et la reconduction d'Orban sont une stratégie du président Iohannis pour obtenir des législatives anticipées[18],[19]. Le , Orban annonce une composition gouvernementale identique à celle votée en [20]. Le vote de confiance est prévu pour le [21]. Celui-ci est reporté du fait du quorum non atteint. Le jour même, la Cour constitutionnelle demande à Iohannis de nommer un autre Premier ministre[22]. Le 26 février, le ministre des Finances Florin Cîțu est chargé de former un gouvernement[23]. Le 12 mars, jour du vote d'investiture, il retire sa candidature[24].

Dans le cadre de la pandémie de maladie à coronavirus, les différents partis rallient la proposition de ne pas tenir d'élections anticipées et privilégient la mise en place d'un gouvernement de plein exercice[25]. Par ailleurs, la Cour constitutionnelle décide que le délai de 60 jours avant la tenue d'un scrutin anticipé commence le jour de la nomination de Cîțu. Enfin, un consensus des partis est nécessaire avant toute dissolution, même si deux candidatures à la fonction de Premier ministre sont rejetées[26].

Second gouvernement

Le 13 mars, Ludovic Orban est de nouveau chargé de former un gouvernement[27]. Il annonce une composition identique à celle de son gouvernement formé en novembre[28]. Le Parlement, réuni en séance commune le 14 mars, vote la confiance au gouvernement Orban II. Cette investiture, à peine minuit après la désignation d'Orban, constitue un record depuis la chute du communisme. L'assermentation des ministres, prévue le soir même au palais Cotroceni, est soumise à des mesures sanitaires particulières dans la mesure où la plupart des ministres se sont placés en confinement après qu'un député du PNL a été testé positif au Covid-19[29].

Dans ce contexte de pandémie, l'une des premières mesures du nouveau gouvernement est d'interdire les rassemblements de plus de 50 personnes[30].

Le 16 avril 2020, les élections locales sont reportées sine die[31].

Notes et références

Notes

  1. Prononciation en roumain standard retranscrite phonémiquement selon la norme API

Références

  1. a b c d et e (en) « Who is Romania’s newly appointed prime minister? », Romania Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2019).
  2. a b c d et e (ro) « Cine este Ludovic Orban, noul premier desemnat al României și al optulea preşedinte post-decembrist al PNL », Digi 24,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2019).
  3. a et b (ro) Cătălina Mihai et Sebastian Rotaru, « Cine sunt miniștrii propuși de Ludovic Orban », Euractiv,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2019).
  4. (ro) « Ludovic Orban a fost ales liderul grupului PNL din Camera Deputatilor », Hotnews.ro,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2019).
  5. (ro) « Ludovic Orban a pierdut funcția de lider de grup al deputaților PNL », Digi 24,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2019).
  6. (ro) « Ludovic Orban intră în cursa pentru Primăria Capitalei. Cristian Buşoi a anunţat că ACCEPTĂ DECIZIA PNL Bucureşti de a schimba CANDIDATUL », EVZ,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2018).
  7. (ro) « Ludovic Orban anunta ca nu mai candideaza la Parlament », sur inpolitics.ro, (consulté le 16 mars 2018).
  8. (ro) « Ludovic Orban, achitat în dosarul privind banii pe care i-ar fi cerut în campania electorală pentru alegerile locale din 2016 / Raluca Turcan: Ne bucurăm pentru achitarea lui Ludovic Orban », mediafax.ro,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2018).
  9. (ro) « PNL a decis: Ludovic Orban, premier, Klaus Iohannis, candidat al liberalilor pentru prezidențialele din 2019 », sur activenews.ro, .
  10. (en) « Romanian president says to appoint PM-designate by Oct. 15 », sur reuters.com, (consulté le 19 octobre 2019)
  11. « Le conservateur libéral Ludovic Orban appelé à diriger la Roumanie », sur libération.fr, (consulté le 19 octobre 2019)
  12. (en) « Romanian President Nominates PNL's Ludovic Orban as Premier », sur Balkan Insight, (consulté le 15 octobre 2019)
  13. (en) « Opposition parties slowly rally behind new liberal Govt. in Romania, but vote remains uncertain », Romania Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2019).
  14. (ro) « Calendarul propus de Orban a fost respins. Votul pentru învestirea Guvernului se va da în ultima săptămână de campanie electorală », Hotnews,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2019).
  15. « Roumanie : le gouvernement minoritaire de Ludovic Orban obtient la confiance du Parlement », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2019).
  16. (en) « Romania’s Liberal Government falls after no-confidence motion. What comes next? », Romania Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2020).
  17. « Roumanie: le Premier ministre déchu chargé de former le nouveau gouvernement », sur www.lalibre.be, (consulté le 7 février 2020).
  18. La-Croix.com, « Roumanie, le gouvernement libéral chute mais espère des élections législatives anticipées », lacroix.journal, (consulté le 7 février 2020).
  19. (en) « President Iohannis: Chance of early elections just dropped below 50pct - Nine O' Clock », sur Nine O' Clock, nineoclockromania, (consulté le 26 février 2020).
  20. (ro) « Ludovic Orban anunta oficial lista ministrilor: Guvernul e acelasi », sur Ziare.com, (consulté le 10 février 2020).
  21. « Le Parlement roumain doit voter le nouveau cabinet Orban le 24 février », sur lepetitjournal.com (consulté le 13 février 2020).
  22. (en) « Romania’s Constitutional Court asks president to designate different PM », sur Romania Insider (consulté le 24 février 2020).
  23. (en) « Romania's president nominates finance minister to head govt - SFChronicle.com », sur SFChronicle.com, (consulté le 26 février 2020).
  24. (ro) Radio Europa Liberă, « Administrația Prezidențială: Florin Cîțu și-a depus mandatul de premier desemnat », sur Europa Liberă România, romania.europalibera (consulté le 12 mars 2020).
  25. (en) « Romania’s PM-designate steps aside to let current PM get new mandate », sur Romania Insider (consulté le 12 mars 2020).
  26. (en) « Early elections scenario in Romania deferred by Constitutional Court decision », sur Romania Insider (consulté le 12 mars 2020).
  27. (en) « Romania president asks interim PM Orban to form government », sur The Mighty 790 KFGO (consulté le 13 mars 2020).
  28. « Orban.pdf », sur www.cdep.ro (consulté le 14 mars 2020).
  29. (en) « Romania’s Parliament votes new Govt. in record time to deal with coronavirus crisis », Romania Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2020).
  30. « Les députés roumains votent la confiance à Orban dans un contexte bouleversé », sur Boursorama, (consulté le 18 mars 2020).
  31. (en) « Romania postpones local elections », sur www.themayor.eu (consulté le 1er mai 2020).

Voir aussi

Articles connexes