Maia Sandu
Illustration.
Maia Sandu en 2019.
Fonctions
Présidente de la république de Moldavie
(élue)
En attente d'investiture –
Élection 15 novembre 2020
Prédécesseur Igor Dodon
Première ministre de Moldavie[n 1]

(5 mois et 6 jours)
Président Igor Dodon
Gouvernement Sandu
Législature 10e
Coalition ACUM-PSRM
Prédécesseur Pavel Filip
Successeur Ion Chicu
Ministre de l'Éducation

(3 ans et 6 jours)
Président Nicolae Timofti
Premier ministre Vlad Filat
Iurie Leancă
Chiril Gaburici
Natalia Gherman (intérim)
Gouvernement Filat II
Leancă
Gaburici
Prédécesseur Mihail Șleahtițchi
Successeur Corina Fusu
Biographie
Date de naissance (48 ans)
Lieu de naissance Risipeni (RSS moldave)
Nationalité Moldave
Parti politique PLD (2012-2015)
PAS (depuis 2016)
Diplômée de John F. Kennedy School of Government
Profession Économiste
Religion Christianisme orthodoxe

Maia Sandu
Premiers ministres de Moldavie
Présidents de la république de Moldavie

Maia Sandu, née le à Risipeni, est une femme d'État moldave.

Ministre de l'Éducation de 2012 à 2015, présidente du Parti action et solidarité (PAS) depuis 2016, elle est battue au second tour de l’élection présidentielle de 2016 par le candidat pro-russe Igor Dodon.

Après avoir été Première ministre du au , elle se présente à l’élection présidentielle de 2020 et l’emporte avec 57,72 % des voix face au président sortant. Elle est la première femme élue à cette fonction.

Situation personnelle

Famille

Maia Sandu naît et grandit dans le village de Risipeni, dans le raion de Fălești, en Moldavie soviétique. Sa mère, Emilia Sandu, est professeur de musique, et son père, Grigorie Sandu, est vétérinaire. Elle a une sœur. Elle parle anglais, roumain, russe et espagnol[1].

Formation

Maia Sandu étudie l'économie et le droit entre 1989 et 1994 à l'Académie d'études économiques de Moldavie. De 1995 à 1998, elle étudie les relations internationales à l'Académie d'administration publique de Moldavie, en obtenant une maîtrise en relations internationales, puis, de 2009 à 2010, à la John F. Kennedy School of Government (États-Unis), où elle obtient une maîtrise en administration publique[2].

Carrière professionnelle

De 1994 à 1998, Maia Sandu est directrice adjointe du ministère de l’Économie. De 1998 à 2005, elle travaille au bureau de la Banque mondiale en Moldavie puis devient, en 2006, directrice de la Direction générale des politiques macroéconomiques et des programmes de développement du ministère de l’Économie.

En 2007, elle est nommée coordinatrice de programme au Programme des Nations unies pour le développement en Moldavie et consultante auprès du gouvernement sur la réforme de l’administration publique centrale. De 2010 à 2012, elle est conseillère au bureau exécutif de la Banque mondiale, à Washington, pour les relations avec les pays de l’ancien bloc de l'Est et de l’ancienne URSS.

Ces expériences lui permettent de prendre la mesure de la nécessité d’aligner les normes juridiques et les pratiques économiques de la Moldavie, pour assurer sa prospérité, sur les normes et les pratiques européennes, dans les limites permises par la situation géopolitique du pays (située entre deux superpuissances dont les zones d’influence se touchent ici, la Moldavie appartient à la zone d’influence russe[3] et fait partie de la CEI issue de l’URSS[4],[5], mais se trouve aux frontières orientales de l’UE et de l’OTAN : comme telle, elle est aussi membre du partenariat pour la paix de l’OTAN depuis le et du Partenariat oriental de l’UE depuis 2009[6], et elle signe un accord d’association avec l’UE le ).

Parcours politique

Ministre de l'Éducation

Du au , elle est ministre de l'Éducation publique dans les gouvernements successifs de Vlad Filat, Iurie Leancă, Chiril Gaburici et Natalia Gherman[7]. Elle fait installer des centaines de caméras dans les centres d’examens du baccalauréat afin de lutter contre les achats de bonnes notes[8]. Selon Transparency International, le montant des pots-de-vin versés dans l'éducation au cours des deux premières années de son ministère a diminué de 50 %[9].

Le , lors d'un symposium organisé par le Parti libéral-démocrate de Moldavie (PLDM), Maia Sandu et Natalia Gherman (alors Vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères depuis le , et Premier ministre par intérim) déclarent adhérer aux principales orientations de ce parti[10] qui a toujours fait partie de coalitions pro-européennes et pro-roumaines (qui, après avoir été unionistes, sont devenues en très grande majorité indépendantistes, mais tentent toujours d'alléger la tutelle russe : on y trouve aussi le parti libéral PLM et le parti démocrate PDM)

Élection présidentielle de 2016

En , Maia Sandu et ses partisans créent le Parti action et solidarité (PAS), dont elle devient présidente. Elle est ensuite candidate à l'élection présidentielle en octobre-novembre de la même année pour la coalition pro-européenne « Action et solidarité »[11] et recueille 38,4 % des suffrages à l'issue du premier tour, derrière le candidat pro-russe Igor Dodon qui obtient 47,9 % des suffrages. Au second tour, ce dernier s'impose par 52,11 % des voix.

Première ministre

Maia Sandu en juillet 2019.

Lors des élections législatives du , le PAS se présente avec la Plateforme vérité et dignité (DA) dans l'alliance Acum (« maintenant ») qui termine à la troisième place en obtenant 26,84 % des voix et 26 sièges de députés. Après plus de trois mois de tractations infructueuses pour constituer un nouveau cabinet, un accord est passé le 8 juin suivant entre le PSRM et ACUM pour former un nouveau gouvernement avec Maia Sandu comme Premier ministre[12]. Le lendemain cependant, la Cour constitutionnelle conteste le processus et suspend le président de la République Igor Dodon de ses fonctions pour les transférer au Premier ministre sortant Pavel Filip[13]. Ce dernier annonce alors la dissolution du Parlement et de nouvelles élections pour le suivant[14]. Le , le président Dodon annule la dissolution du Parlement[15]. Le , Filip annonce la démission du gouvernement mais continue de réclamer des législatives anticipées[16].

Maia Sandu en réunion avec le vice-président des États-Unis, Mike Pence (Maison-Blanche, ).

Un désaccord sur une réforme du mode d'élection du procureur de la République, voulue par la Première ministre, mène le au dépôt par le Parti des socialistes d'une motion de censure, qui est votée le , avec le soutien des démocrates, par 63 voix sur 101. Les différentes formations politiques disposent alors de trois mois pour s'entendre sur un nouveau gouvernement, faute de quoi le Parlement sera dissous, entraînant des élections législatives anticipées[17],[18].

Le , Ion Chicu est chargé de former un gouvernement[19]. Le gouvernement Chicu est approuvé le lendemain par le Parlement[20].

Élection présidentielle de 2020

Candidate à l'élection présidentielle de 2020, elle est de nouveau confrontée au président sortant Igor Dodon, qui brigue un second mandat[21]. Arrivée à la surprise générale en tête du premier tour le , elle l’emporte largement au second alors que les sondages prévoyaient des résultats serrés : le , elle obtient ainsi 57,7 % des suffrages exprimés, et devient la première femme élue à cette fonction[22]. Elle doit ce bon score aux Moldaves vivant à l’étranger, qui se sont beaucoup plus mobilisés qu’en 2016 et qui ont voté en sa faveur à hauteur de 93 %[23]. L'issue du scrutin est perçu comme une baisse de l'influence russe dans le pays, à laquelle s’ajoute la réputation d'« incorruptible » de la candidate pro-européenne, dont la probité personnelle fait l'objet d'un « quasi-consensus », contrairement au président sortant, visé par plusieurs accusations de corruption[24].

Présidente de la République

Élue le 15 novembre 2020, elle sera investie présidente de la République le 23 décembre 2020.

Notes et références

Notes

  1. Contestée par Pavel Filip, dans le cadre de la crise constitutionnelle moldave de 2019.

Références

  1. (ro) « Maia Sandu despre familie, copilărie și femeile din Moldova. „Noi, femeile trebuie să venim să facem ordine”. Interviu VIDEO » (consulté le 12 mars 2020)
  2. Diplômes et notes de Maia Sandu
  3. Michel Foucher, « L’Union européenne au défi de ses frontières : Un espace politique à géométrie variable », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  4. [1]
  5. Valentin Krylov dans Ziarul de Gardă [2]
  6. « Partenariat oriental », sur le site du Service européen pour l'action extérieure
  7. (ro) « Maia Sandu (PAS) - date biografice », sur Radio Europa Liberă (consulté le 12 mars 2020)
  8. « Maia Sandu, l’incorruptible Moldave », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 12 mars 2020).
  9. (en-US) Theodoros Benakis, « Interview with Maia Sandu: Why Moldova can no longer blackmail the EU », sur European Interest, (consulté le 12 mars 2020).
  10. Maia Sandu și Natalia Gherman au devenit membri PLDM sur unimedia.md
  11. « Moldavie : 1re présidentielle en 20 ans », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  12. « Moldavie: nouveau gouvernement sur fond de crise politique », sur RTL Info,
  13. « Le président moldave, Igor Dodon, relevé de ses fonctions », sur zonebourse.com, .
  14. « Moldavie: dissolution du parlement et appel à des élections », sur L'Avenir,
  15. BFMTV, « Moldavie: le président refuse la dissolution du Parlement, le pays a deux gouvernements », sur BFMTV (consulté le 11 juin 2019)
  16. « La Moldavie est-elle sortie de sa paralysie institutionnelle? - Europe - RFI », sur RFI (consulté le 14 juin 2019).
  17. « Nouvelle crise en Moldavie, le gouvernement pro-européen censuré », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2019).
  18. « Moldovan Socialists Topple Govt in No-Confidence Vote », sur Balkan Insight (consulté le 12 novembre 2019).
  19. « Moldova leader nominates former finance minister as PM candidate », sur euronews (consulté le 14 novembre 2019)
  20. « Moldovan parliament approves Ion Chicu as new prime minister », sur U.S. (consulté le 14 novembre 2019).
  21. « L’élection présidentielle moldave dominée par l’affrontement entre prorusses et pro-européens », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020).
  22. « En Moldavie, la proeuropéenne Maia Sandu remporte la présidentielle et promet de lutter contre la corruption », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 16 novembre 2020).
  23. (ro) « Alegeri Prezidențiale - rezultate », sur pv.cec.md (consulté le 1er novembre 2020)
  24. « Moldavie: la pro-européenne Sandu remporte la présidentielle », sur actu.orange.fr, (consulté le 16 novembre 2020).

Annexes

Article connexe