Michel Robin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sociétaire de la Comédie-Française
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Nationalité
Formation
École Charles Dullin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Autres informations
Membre de
Distinctions

Michel Robin est un acteur français, né le à Reims, et mort le . Il a été sociétaire de la Comédie-Française de 1996 à 2009.

Biographie

Michel Robin naît en 1930 à Reims[1]. Il s’inscrit aux cours Charles Dullin, puis entre dans la troupe de Roger Planchon et dans la compagnie Renaud-Barrault, où il interprète Samuel Beckett et Bertolt Brecht.

Il fait de nombreuses apparitions au cinéma, de Qui êtes-vous, Polly Maggoo ? de William Klein en 1966 jusqu’à Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet en 2004, en passant par L'Hôtel de la plage de Michel Lang en 1978, La Chèvre de Francis Veber en 1981, Stan the Flasher de Serge Gainsbourg en 1990 et Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet en 2001 ; c’est dans L’Invitation de Claude Goretta, où il incarne un modeste employé de bureau, que toute la saveur de son talent se révèle.

Il fait également de nombreuses apparitions à la télévision, notamment dans quelques épisodes de la série Les Enquêtes du commissaire Maigret, et dans tous les épisodes de la version française de Fraggle Rock. Il est apparu dans les huit premières saisons (quinze épisodes) de la série Boulevard du Palais (personnage d’Isy).

Il obtient le grand prix d’interprétation du jury du festival de Locarno, en 1979 pour Les Petites Fugues d’Yves Yersin, ainsi que le Molière du meilleur second rôle pour La Traversée de l'hiver de Yasmina Reza.

Michel Robin meurt le à l’âge de 90 ans, après avoir contracté la Covid-19[2],[3]. Pour célébrer son quatre-vingt-dixième anniversaire, AgoraVox a publié le dernier un entretien accordé le — dix jours avant sa mort —, et dans lequel il déclare :

« J’assume mon âge, même si je ne réalise pas que j’aurai 90 ans. J’ai toujours 5 ans d’âge mental. Je préférerais avoir 50 ans, mais j’aime être vivant. Je continue de rêver, d’écouter de la musique […], surtout la nuit, toutes fenêtres ouvertes. J’ai du mal à me projeter au-delà de 95 ans. Il me semble que, alors, je serai peut-être quand même vieux[4]. »

Distinctions