Moussa Traoré
Illustration.
Moussa Traoré en 1989.
Fonctions
Président de la République du Mali[N 1]

(22 ans, 4 mois et 7 jours)
Premier ministre Mamadou Dembélé
Président du gouvernement Yoro Diakité (provisoire)
Prédécesseur Modibo Keïta
Successeur Amadou Toumani Touré
(président du Comité de transition pour le Salut du peuple, de facto)
Alpha Oumar Konaré (indirectement)
Biographie
Nom de naissance Moussa Traoré
Date de naissance
Lieu de naissance Kayes (Afrique-Occidentale française)
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Bamako (Mali)
Nationalité malienne
Parti politique UDPM
Entourage Modibo Diarra (beau-fils)
Religion Islam

Moussa Traoré
Présidents de la République du Mali

Moussa Traoré, né le à Sébétou dans la région de Kayes et mort le à Bamako, est un militaire et un homme d'État malien, président de la République de 1968 à 1991.

Biographie

Formation scolaire

Issu d'une famille malinké, Moussa Traoré est le fils d'un ancien soldat de l'armée française. Il s'y engage en 1954. Il fait ses études à l’École des enfants de troupe de Kati (qui deviendra le Prytanée militaire de Kati) puis rejoint l'école d'officiers de Fréjus en France en 1960[1]. Il en sort major de sa promotion[2].

Parcours militaire

Moussa Traoré est nommé sous-lieutenant en 1961, puis lieutenant en 1963. Il part au Tanganyika (l’actuelle Tanzanie) en qualité d’instructeur auprès des combattants de mouvements de libération. Il est ensuite nommé instructeur à l’École militaire interarmes de Kati.

Présidence de 1968 à 1991

Le , Moussa Traoré participe au coup d’État qui renverse le président socialiste Modibo Keïta. Il devient président du Comité militaire de libération nationale, puis président de la République le [3],[4].

Toutes les activités politiques sont alors interdites[3]. Un régime policier est mis en place sous la direction du colonel Tiécoro Bagayoko. Des agents de renseignements vont dans les écoles pour écouter les cours des professeurs (le milieu scolaire et universitaire est en majorité hostile au régime militaire). Le socialisme économique de l’ancien président Modibo Keïta est abandonné.

En 1971, il accuse son Premier ministre Yoro Diakité de tentative de coup d'état et le fait incarcérer à la prison de Taoudeni où il meurt deux ans plus tard de mauvais traitement[4].

En 1972-1973, une sécheresse importante s’abat sur le Mali. L’aide internationale arrive mais l’argent est détourné.[réf. nécessaire]

Le , il fait adopter par référendum (99 % des voix) une constitution qui fonde la Seconde République, imposant un parti unique, une assemblée nationale et un président élu tous les 5 ans au suffrage universel[4]. En 1976, il fonde l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), parti unique[3],[4], ainsi que l’Union nationale des femmes du Mali et l’Union nationale des jeunes du Mali, organisations auxquelles respectivement toutes les femmes et tous les jeunes doivent alors adhérer.

Le , l’ancien président Modibo Keïta meurt de façon suspecte en détention à l’âge de 62 ans, entraînant une forte mobilisation populaire : des milliers de personnes se rendent à ses obsèques, auxquelles participent également des délégations officielles de pays voisins (notamment Guinée et Côte d’Ivoire). Le régime militaire réagit violemment en procédant à de nombreuses arrestations, mais Moussa Traoré est obligé d’expliquer à Radio-Mali les raisons de la mort de Modibo Keita, due selon lui à « un œdème aigu des poumons »[4], mais ces explications ne convainquent personne[réf. nécessaire].

Le , Moussa Traoré fait arrêter Tiécoro Bagayoko et Kissima Doukara, respectivement directeur de la Sûreté nationale et ministre de la Défense, qu’il accuse de préparer un complot.

Lors des premières élections de la seconde république en 1979, Moussa Traoré est l'unique candidat à la présidentielle[4].

Il propose d’aller vers une ouverture politique ce qui lui permet d’acquérir le soutien de certains intellectuels comme Alpha Oumar Konaré qui acceptera le poste de ministre des Arts et de la Culture pendant quelques années.

En 1980, des manifestations étudiantes sont réprimées. Leur chef Abdoul Karim Camara, dit « Cabral », décède sous la torture, le [4].

En 1982, il est promu général d’armée.

En 1990 sont fondés le Congrès national d’initiative démocratique (CNID) par l’avocat Mountaga Tall et l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA) par Abdramane Baba. Ces deux associations vont avec l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) et l’Association malienne des droits de l'homme (AMDH) combattre le régime de Moussa Traoré et exiger le multipartisme.

Le coup d’État de 1991

Le , une manifestation à Bamako composée de milliers d'étudiants est réprimée par les armes, faisant plus de 200 morts. Le soulèvement se poursuit jusqu'au 24 mars[5]. Le , un coup d’État militaire mené par le lieutenant colonel Amadou Toumani Touré renverse Moussa Traoré[3]. Le Comité de transition pour le salut du peuple est mis en place avec le colonel Touré à sa tête.

Après la présidence

Moussa Traoré est emprisonné à la prison de Markala. En , lors d'un procès qualifié de Nuremberg malien, il est condamné à la peine de mort pour crimes de sang commis entre janvier et par un tribunal de Bamako[6]. Il est incarcéré ainsi que tous les membres de sa famille, dont son petit-fils de 6 ans qui a purgé une peine de 14 mois[7]. Il est le premier chef d'État africain à devoir répondre de ses actes devant la justice de son pays[8]. Ayant été condamné à mort, ainsi que son épouse Mariam, Moussa Traoré est déchu de ses droits civiques, et ne peut donc plus voter. Il considère cependant avoir été condamné pour des crimes qu'il n'a pas commis, et avoir été la victime d'un complot politique. Pour lui, le massacre du a été orchestré par l'opposition politique et les socialistes français qui auraient fait venir des mercenaires au Mali afin de le déstabiliser[9]. Il est ainsi gracié en 1997[10].

Le président Alpha Oumar Konaré commue sa peine pour « crimes économiques » en prison à vie le puis, en , le gracie[3],[2]. Il est accusé d'avoir détourné pendant son règne plus de 2 milliards de dollars d'argent public[8].

Le Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR) est un parti politique malien qui se réclame de Moussa Traoré[9].

Cheick Modibo Diarra, ancien Premier ministre du Mali, est marié à sa fille[11]. Moussa Traoré vit depuis sa libération dans une grande villa du quartier Djikoroni-Para à Bamako offerte par le gouvernement malien[7],[8].

Il est jusqu'à sa mort considéré comme un « sage ». Il reçoit ainsi quelques jours avant sa mort les colonels ayant mené le coup d'État de 2020 au Mali[5].

Prix et récompenses