Mouvement social contre la réforme des retraites en France de 2019-2020
Description de cette image, également commentée ci-après
Manifestation à Besançon, le .
Informations
Date
Localisation Drapeau de la France France
Caractéristiques
Organisateurs Syndicats français
Participants 806 000 (ministère de l'Intérieur le )
1,8 million (CGT le )
(journées de manifestations les plus suivies)
Revendications Abandon du projet de réforme des retraites du gouvernement Philippe
Types de manifestations manifestations, grèves, blocages

Entre décembre 2019 et février 2020, la France connaît un mouvement social contre la réforme des retraites.

Il s’agit du mouvement social le plus important en France depuis les manifestations contre la réforme des retraites de 2010.

Contexte

Inscrite dans le programme électoral de 2017 du président de la République française Emmanuel Macron[1], la réforme des retraites est lancée avec la nomination, en septembre 2017, de Jean-Paul Delevoye comme haut-commissaire à la réforme des retraites. En janvier 2018, le président Macron demande que l'ensemble des textes de la réforme des retraites soit finalisé d'ici l'été 2019.

Le 16 avril 2018, Jean-Paul Delevoye engage un cycle de consultation des représentants des syndicats et du patronat. Une ébauche du nouveau système est présentée aux partenaires sociaux le 10 octobre 2018[2]. Au cours du premier semestre 2019, une phase de concertation a lieu avec les partenaires sociaux et les experts : elle débouche sur un rapport, qui est remis au Premier ministre, Édouard Philippe, le 18 juillet 2019[3].

Le rapport Delevoye est censé inspirer un projet de loi devant être soumis au Conseil des ministres et à l'Assemblée nationale en janvier 2020[4]. C'est le mois précédant cette présentation que le mouvement social contre la réforme commence.

Dès le 13 septembre 2019 un mouvement social important contre la réforme des retraites touche la RATP[5], dont la mise en concurrence prévue pour les bus remet en question le statut des salariés[6].

Déroulement

Actions

Des responsables de la CGT, notamment son secrétaire général Philippe Martinez, manifestant contre le projet de réforme (le 24 septembre 2019, avant le lancement du mouvement social).

Le mouvement est lancé par une intersyndicale regroupant la CGT, FO, la FSU et Solidaires, ainsi que quatre organisations étudiantes et lycéennes (UNEF, FIDL, MNL et UNL)[7],[8]. La CFE-CGC participe également aux réunions et appelle à participer à la première manifestation, puis annonce attendre le discours d'Édouard Philippe, prévu le 11 décembre[8]. Dans l'attente des annonces du gouvernement sur le contenu de la réforme, la CFDT et l'UNSA ne participent pas au mouvement, bien qu'une partie de leurs organisations adhérentes se mobilisent dès le début de celui-ci (CFDT Cheminots, UNSA Ferroviaire, UNSA Fonction publique et UNSA RATP)[9],[10]. Des Gilets jaunes se joignent également au mouvement et participent à des actions conjointement avec les syndicats.

La contestation commence avec une forte mobilisation syndicale le , qui se poursuit les jours suivants[11]. En particulier, l'ensemble des syndicats représentatifs de la SNCF et de la RATP appellent à un mouvement de grève reconductible[12]. Les manifestations réunissent entre 806 000 (chiffres du ministère de l'Intérieur) et 1 500 000 (chiffres de la CGT) personnes en France[13]. 55,6 % des employés de la SNCF sont en grève (85,7 % des conducteurs, 73,6 % des contrôleurs et 57 % des aiguilleurs) selon la direction de l'entreprise[14]. Dans l'Éducation nationale, le ministère annonce un taux de grévistes de 51,2 % dans le primaire et de 42,3 % dans le secondaire, les syndicats évoquant pour leur part des taux de 70 à 75 %[15]. La direction de EDF évalue le pourcentage de grévistes à 43,9 % tandis que la CGT évoque le chiffre de 85 % à 100 % dans certains secteurs[15]. Dans la fonction publique, le ministère annonce des taux de 32,8 % pour la fonction publique de l'État (45 % selon la CGT), 18,9 % dans la fonction publique hospitalière et 13,8 % dans la fonction publique territoriale[16].

C'est la plus forte mobilisation depuis l'élection du président de la République Emmanuel Macron, en 2017[17], et la plus forte mobilisation depuis 2010[18].

Lors des manifestations, à Paris et dans d'autres villes, des affrontements éclatent entre forces de l'ordre et membres de la mouvance autonome regroupés en black blocs[19],[20]. Bien que moins importants que ceux régulièrement observés lors des manifestations des Gilets jaunes[20], ces incidents sont suivis d'accusations de violences policières[21] et des protestations du SNJ, qui accuse les policiers d'entraver le travail des journalistes et d'avoir blessé plusieurs d'entre eux[22].

Le 10 décembre, de nombreuses manifestations ont lieu dans toute la France, même si la participation est plus faible que le 5 décembre : 339 000 manifestants selon le gouvernement, 885 000 d'après les syndicats[23]. Le taux de grévistes est de 24,7 % à la SNCF (77,3 % des conducteurs, 55,4 % des contrôleurs et 23,9 % des aiguilleurs)[24]. Dans l'Éducation nationale, le ministère annonce un taux de grévistes de 12,4 % dans le primaire et de 19,4 % dans le secondaire (les syndicats évoquent des taux de 30 et 62 %[24]). La direction de EDF annonce 26,9 % de grévistes[24]. Dans la fonction publique, le ministère annonce des taux de 10,3 % pour la fonction publique de l'État, 5,5 % dans la fonction publique hospitalière et 3,6 % dans la fonction publique territoriale[24].

Manifestants à Paris le (journée de mobilisation record avec 1,8 million de participants en France selon la CGT, 615 000 selon le ministère de l’Intérieur)[25].

Le discours d'Édouard Philippe annonçant les grandes lignes de la réforme est globalement mal accueilli par les partenaires sociaux[26], à l'exception du MEDEF[27], de la CPME[28] et de la FNSEA[29] (les deux autres grandes organisations agricoles, la Coordination rurale et la Confédération paysanne se montrent plus critiques[29]). La CFE-CGC, hostile à la réforme mais qui attendait la prise de parole du Premier ministre, annonce rejoindre la journée de grève et de manifestation organisée par l'intersyndicale le 17 décembre[30]. Les autres organisations du « pôle réformiste », la CFDT, la CFTC et l'UNSA, ainsi que la FAGE, appellent également à la mobilisation le 17 décembre, sans rejoindre l'intersyndicale[31],[32]. Leurs revendications sont en effet distinctes de celles des autres syndicats : favorables au principe d'une retraite universelle à points, ils s'opposent essentiellement à l'« âge pivot » et militent pour une plus grande prise en compte de la notion de pénibilité dans la réforme[31],[32].

Les manifestations organisées le 17 décembre rassemblent entre 615 000 et 1 800 000 manifestants. Le taux de grévistes à la SNCF est de 32,8 % (75,8 % des conducteurs, 59,2 % des contrôleurs et 34 % des aiguilleurs)[33]. Le ministère de l'Éducation nationale recense 25 % d'enseignants grévistes dans le primaire et 23,3 % dans le secondaire tandis que les syndicats évoquent des taux de 50 et 60 %[33]. Le ministère de la fonction publique annonce 15,7 % de grévistes dans la fonction publique de l'État, 11,8 % dans la fonction publique hospitalière et 4,7 % dans la fonction publique territoriale[34].

Cortège de manifestants parisien le .

Le mouvement de grève à la SNCF et à la RATP se poursuit pendant les vacances scolaires.

Une quatrième journée nationale de manifestations est organisée le 9 janvier 2020 et rassemble entre 452 000 et 1 700 000 manifestants[35]. Quelques affrontements et dégradations émaillent certains cortèges, en particulier à Paris, avec 36 blessés (dont seize policiers) et 27 arrestations[35]. Ils sont suivis, comme après la manifestation du 5 décembre et lors du mouvement des Gilets jaunes, d'accusations de violences policières[36],[37]. Le parquet de Paris ouvre notamment une enquête, confiée à l'IGPN, après un tir de LBD40[38]. Le taux de grévistes à la SNCF est de 32,9 % (66,6 % des conducteurs, 57,6 % des contrôleurs et 37,4 % des aiguilleurs)[39]. Il est de 18,8 % dans le primaire (40 % selon les syndicats) et de 16,5 % dans le secondaire (50 % selon les syndicats) pour les personnels de l'Éducation nationale[40]. La direction d'EDF annonce 25,5 % de grévistes[35]. Les taux communiqués par le ministère de la fonction publique sont de 12 % dans la fonction publique de l'État, 5,2 % dans la fonction publique hospitalière et 3,7 % dans la fonction publique territoriale[41].

Le 10 janvier, la grève devient le conflit social le plus long de l'histoire de la SNCF avec 37 jours de grève consécutifs. Le record du nombre de jours de grève pour un même mouvement social à la SNCF était de 29 jours pour une grève continue (en 1986-1987) et de 36 jours pour une grève « intermittente » (en 2018)[42].

Le , le Premier ministre Édouard Philippe annonce le retrait provisoire de l’« âge d’équilibre » de 64 ans.

Le lendemain, alors que l'intersyndicale organise une nouvelle journée nationale de manifestations, qui rassemblent entre 149 000 et 500 000 participants[43], Édouard Philippe annonce le retrait « provisoire » de l'« âge d'équilibre » (ou « pivot »), dans l'attente d'une conférence sur l'équilibre et le financement des retraites, lors de laquelle un éventuel accord entre les partenaires sociaux pourrait intervenir, puis être repris dans la loi pour remplacer la mesure initiale[44]. Les syndicats de salariés CFDT, CFTC et UNSA, ainsi que les organisations patronales MEDEF et U2P, font part de leur satisfaction tandis que l'intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires et FSU, et organisations de jeunesse UNEF, FIDL, MNL et UNL) ayant appelé aux grèves et manifestations continue à réclamer le retrait de l'ensemble du projet de loi[44],[45].

La sixième journée nationale de manifestations, le 16 janvier, mobilise 187 000 à 556 000[a] personnes[46]. La direction de la SNCF annonce 10,1 % de grévistes (30,5 % des conducteurs, 18 % des contrôleurs et 13,4 % des aiguilleurs)[47]. Ils sont 6,6 % dans le primaire et 6,8 % dans le secondaire, selon le ministère de l'Éducation nationale[46].

Le 17 janvier, une majorité des conducteurs du métro votent la reprise du travail à partir du lundi suivant, contraints, selon l'UNSA RATP, par « des raisons pécuniaires »[48]. Le syndicat appelle dans un communiqué à « réorienter le mouvement illimité pour s’engager sur une autre forme d’action » et à une journée de grève à l'occasion de la septième journée nationale de manifestations le 24 janvier[48]. Le 22 janvier, le mouvement de grève devient le plus long de l'histoire de la RATP avec 49 jours de grève consécutifs (48 jours en 1988-1989)[49], bien que, dans les faits, seule la ligne 13 du métro soit encore perturbée de manière notable[50].

Afin de montrer la persistance de l'opposition à la réforme, malgré l'essoufflement du mouvement de grève dans les transports en commun, les actions « médiatiques » se multiplient[51],[52]. Elles prennent la forme de représentations publiques pour l'Opéra de Paris[51],[53], de jets de blouses, de robes d'avocats ou de cartables, selon les professions[52], du jet ou du piétinement de manuels scolaires périmés[54],[55], de manifestations nocturnes aux flambeaux[56], de coupures de courant[57], d'intrusions au siège de la CFDT[58], de la perturbation d'une représentation théâtrale à laquelle assiste Emmanuel Macron[59], ainsi que des épreuves du nouveau baccalauréat[60].

La septième journée de mobilisation nationale, le , rassemble entre 249 000 et 1 300 000 manifestants[61]. Le taux de grévistes dans l'Éducation nationale est de 13 à 40 %, selon les sources[61]. La CFE-CGC annonce le même jour qu'elle suspend sa participation aux manifestations, sans sortir de l'intersyndicale[61].

108 000 personnes manifestent la huitième journée (), 121 000 la neuvième (), et 92 000 la dixième (), selon le ministère de l'Intérieur[62],[63],[64]. Les syndicats n'annoncent pas d'estimation nationale pour ces journées[62],[63],[64].

Après la décision du gouvernement d'engager sa responsabilité sur le texte discuté en première lecture à l'Assemblée nationale, selon la procédure de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution, l'intersyndicale (sauf la CFE-CGC) appelle, au début du mois de mars, à des manifestations et des rassemblements, en particulier devant les préfectures et sous-préfectures[65].

La pandémie de Covid-19 au printemps 2020 interrompt l'examen de la loi et le mouvement d'opposition à celle-ci.

Taux de grévistes

Les taux de grévistes diffèrent selon les directions et les syndicats, ce qui suscite un débat dans l’Éducation nationale, le ministère comptabilisant le pourcentage de grévistes sur l'ensemble des professeurs, tandis que les syndicats comptabilisent uniquement les grévistes parmi les enseignants devant faire cours[66].

Taux de grévistes à l’Éducation nationale
professeurs des écoles (ministère)[67] professeurs des écoles (SNUIpp FSU[68]) professeurs de lycée et collège (ministère) professeurs de lycée et collège (SNES FSU)
5 décembre 2019 51,2 % 70 % 42,3 % ?
10 décembre 2019 12,4 % 30 % 19,4 % 62 %
17 décembre 2019 25,1 % 50 % 23,3 % 65 %
9 janvier 2020 18,8 % 40 % 16,5 % 50 %
14 janvier 2020 4,4 % ? 4,2 % ?
16 janvier 2020 6,6 % ? 6,8 % ?
24 janvier 2020 15,8 % 40 % 10,3 % ?

La SNCF communique régulièrement le nombre de grévistes (à l'exception des week-end et jours fériés), au contraire de la RATP[69], qui réalise néanmoins un pointage en interne[70].

Taux de grévistes à la SNCF (en %) Taux de grévistes à la SNCF (en %)
Date Conducteurs Contrôleurs Aiguilleurs Total
[14] 85,7 73,6 57,0 55,6
[71] 87,2 80,0 45,3 31,8
[71] 77,3 58,4 21,9 17,0
[24] 77,3 55,5 23,9 24,7
[72] 73,5 49,9 20,2 15,5
[73] 71,6 49,3 20,5 17,3
[74] 66,8 44,4 19,9 13,3
[75] 61,0 41,0 17,3 11,2
[33] 75,8 59,2 34,0 32,8
[76] 65,8 43,8 22,7 13,6
[77] 60,5 34,3 17,3 11,7
[78] 58,3 32,7 14,5 9,5
[79] 47,7 27,8 12,3 9,2
[80] 49,3 29,4 12,6 9,8
[81] 42,1 24,0 13,8 9,6
[82] 38,8 22,3 11,2 8,5
[83] 32,5 18,1 9,3 7,1
[84] 37,9 19,2 9,7 7,7
Date Conducteurs Contrôleurs Aiguilleurs Total
[85] 33,9 18,2 10,5 6,9
[86] 31,2 16,2 9,8 6,2
[87] 36,5 19,1 10,7 6,3
[88] 35,3 19,9 11,4 6,6
[89] 38,0 24,3 12,2 6,8
[39] 66,6 57,6 37,4 32,9
[90] 47,3 36,3 24,3 10,2
[91] 22,5 11,9 8,6 4,3
[92] 24,8 14,9 10,6 6,0
[93] 22,4 13,4 10,4 4,7
[47] 30,5 18,0 13,4 10,1
[94] 19,0 12,9 9,9 4,6
Taux de grévistes à la RATP (en %)
Date Conducteurs métro Total
[70] 85 55
[70] 80 40
[70] 70 30
[70] 60 14

Nombre de participants aux manifestations

Tableau présentant le nombre de manifestants
Date Toute la France Paris
CGT Ministère
de l'Intérieur
Source CGT Occurrence Ministère
de l'Intérieur
Source
1 500 000 806 000 [95] 250 000 40 500[b] 65 000 [98]
885 000 339 000 [99] 180 000 27 000 31 000 [100]
1 800 000 615 000 [25] 350 000 72 500 76 000 [101]
1 700 000 452 000 [35] 370 000 44 000 56 000 [102]
500 000 149 000 [43] 150 000 23 000 21 000 [43]
556 000[a] 187 000 [46] 250 000 28 000 23 000 [46]
1 300 000 249 000 [61] 400 000 39 000 31 000 [61],[103]
[c] 108 000 [62] 180 000 [c] 13 000 [62]
[c] 121 000 [63] 130 000 [c] 15 000 [63]
[c] 92 000 [64] 50 000 [c] 7 800

Plusieurs instituts de sondages réalisent des enquêtes pour mesurer le soutien au mouvement dans la population. Ils sont présentés ci-dessous, par ordre alphabétiques des instituts.

Sondage Elabe - Attitude à l'égard du mouvement (en %)
Date Soutien Sympathie Indifférence Opposition Hostilité Soutien
Sympathie
Opposition
Hostilité
[104] 35 30 12 14 9   65 23
[105] 37 27 12 15 9 64 24
[106] 26 27 17 17 13 53 30
[107] 34 24 12 17 13 58 30
[108] 28 26 10 19 17 54 36
[109] 31 23 9 20 17 54 37
[110] 28 25 9 21 17 53 38
[111] 25 22 14 20 20 47 40
Sondage Elabe - Souhait sur la suite du mouvement (en %)
Date Arrêt Poursuite Sans opinion
[108] 51 47 2
[109],[d] 63 36 1
[111] 53 46 1
Sondage Harris interactive - Attitude à l'égard du mouvement (en %)
Date Soutient Ne soutient pas Indifférent
[112] 67 26 7
[112] 69 24 7
[112] 68 27 5
[113] 59 33 8
[114] 62 32 6
[115] 62 30 8
[116] 60 32 8
[117] 60 31 9

Selon un sondage Harris interactive réalisé le 16 décembre, 69 % des Français souhaitent une trêve de la grève au moment des fêtes de Noël, 58 % de ceux soutenant le mouvement ayant le même souhait[114]. Interrogés sur la possibilité de circuler en train pendant cette période, 13 % se déclarent confiants, 33 % inquiets et 54 % répondent qu'ils ne comptaient de toute façon pas prendre le train[114].

Sondage Ifop - Attitude à l'égard du mouvement (en %)
Date Soutien Sympathie Indifférence Opposition Hostilité Soutien
Sympathie
Opposition
Hostilité
[118] 27 19 21 18 15   46 33
[118] 36 20 15 16 13 56 29
[118] 33 20 17 18 12 53 30
[119] 34 20 16 17 13 54 30
[120] 33 21 16 17 13 54 30
[121] 31 20 15 19 15 51 34
[122] 25 19 19 18 19 44 37
[123] 28 19 18 21 14 47 35
[124] 30 19 17 19 15 49 34
[125] 31 19 18 18 14 50 32
[126] 29 22 16 19 14 51 33

Une étude Ifop réalisée le 7 décembre 2019 montre que la responsabilité des blocages est majoritairement attribuée au gouvernement « qui a tardé à présenter son projet » plutôt qu'aux syndicats[118]. Selon une autre enquête réalisée le 13 décembre, 37 % des Français pensent que l'importance de l'enjeu justifie que la grève se poursuive pendant les fêtes (contre 55 % d'un avis opposé)[127]. Si le mouvement se poursuit pendant cette période, 46 % pensent que la responsabilité en reviendra au gouvernement, 35 % aux syndicats et 19 % autant à l'un qu'aux autres[127]. Un sondage Ifop réalisé fin janvier 2020 mesure une légère majorité « comprenant » les actions « coup de poing », bien qu'elle ne soient approuvées que par une faible minorité[128].

Un sondage Ipsos réalisé les 6 et 7 janvier 2020 mesure un soutien de 50 % au mouvement[129].

Sondage Odoxa - Opinion à l'égard du mouvement (en %)
Date Tout à fait
justifié
Plutôt
justifié
Plutôt pas
justifié
Pas du tout
justifié
Justifié Injustifié
[130] 32 34 22 12   66 34
[131] 33 35 20 12 68 32
[132] 36 32 20 12 68 32
[133] 36 30 22 12 66 34
[134] 31 30 24 15 61 39
[135] 31 30 24 15 61 39
[136] 33 33 21 13 66 34
Sondage Odoxa - Souhait sur la suite du mouvement (en %)
Date Arrêt Poursuite Sans opinion
[135] 57 42 1
[136] 57 43 0
[137] 56 43 1

En cas de blocages importants causés par le mouvement, une enquête Odoxa du 4 décembre 2019 relève que 60 % des personnes interrogées considèrent que la responsabilité en reviendrait davantage au gouvernement plutôt qu'aux syndicats[131]. Deux semaines plus tard cette proportion est de 57 %, tandis que 66 % s'expriment en faveur d'un arrêt du mouvement pendant les fêtes[133].

Un sondage Odoxa publié le 23 janvier relève que 60 % des Français rejettent les « actions ciblées » (coupures de courant ponctuelles, blocages de raffinerie, intrusion dans les locaux d’autres syndicats ou encore perturbation de déplacements du président), jugées violentes et antidémocratiques[137]. 45 % estiment que l'usage de la force par la police et la gendarmerie lors des manifestations était excessif, 43 % proportionné et 11 % insuffisant[137].

Selon un sondage OpinionWay publié le 18 décembre, 55 % des Français estiment que les syndicats ont tort de poursuivre la grève pendant les vacances de Noël[138].

Conséquences

Le 5 décembre, de très fortes perturbations ont lieu dans les transports en commun, notamment à la RATP (onze des seize lignes du métro restent fermées à Paris et seules les 1 et 14, automatisées, conservent un fonctionnement normal), à la SNCF (avec seulement 10 % des TGV, 10 % des Transiliens et 20 % des TER en circulation) et à Air-France (30 % des vols annulés)[139].

Lundi 9 décembre, 631 kilomètres d'embouteillages sont enregistrés en région parisienne, un record d'embouteillage matinal hors intempéries[140]. Le lundi suivant, 630 kilomètres de bouchons sont comptabilisés[141].

Le 11 décembre, après une semaine de grève, les perturbations restent importantes sur le réseau RATP (dix lignes du métro restent fermées), avec de très légères améliorations sur les lignes 4, 7, 8 et 9, ainsi que sur le réseau bus et tramway[142],[143]. Le nombre de trains en circulation à la SNCF reste également faible avec 25 % des TGV, 20 % des Transiliens et 30 % des TER en circulation[143].

En raison de la journée d'actions prévue le 17 décembre et de la persistance de la grève dans les transports, plusieurs universités reportent les examens de fin de premier semestre[144].

Après deux semaines de grève, huit lignes du métro restent fermées sur le réseau RATP tandis que 50 % des RER A et un tiers des RER B circulent, uniquement en heure de pointe[145]. La moitié des bus et deux tiers des tramways sont en circulation[145]. La SNCF fait circuler un TGV sur trois, 25 % des Transiliens et 40 % des TER[145].

Le jour de Noël, le trafic reste très perturbé sur les réseaux SNCF et RATP[146]. Le lendemain, début de la quatrième semaine de grève, la moitié des TGV, 20 % des Transiliens et 40 % des TER circulent[147]. À la RATP, cinq lignes du métro sont fermées depuis le début du mouvement (3 bis, 5, 6, 7 bis et 13), les autres restant très perturbées, à l'exception des deux lignes automatiques[147]. Deux tiers des bus et la quasi-totalité des tramways circulent[147].

Le 2 janvier 2020, début de la cinquième semaine de grève à la SNCF et à la RATP, la moitié des TGV et des TER ainsi que 30 % des Transiliens sont en circulation[148]. Les RER A et B circulent toute la journée, avec, au mieux, la moitié des trains en heure de pointe[149]. Les lignes 1 et 14 du métro fonctionnent normalement tandis que la 7 bis reste fermée[149]. Les treize autres lignes n'ouvrent qu'en heure de pointe avec une fréquence de une rame sur cinq à une rame sur deux[149]. La circulation des tramways est quasi-normale et trois-quarts des bus roulent[149]. À la fin de cette cinquième semaine, veille d'une nouvelle journée de manifestations, 75 % des TGV, 60 % des TER et 50 % des Transiliens circulent[150]. Les lignes du métro sont toutes ouvertes[150]. La fréquence de circulation sur l'ensemble du réseau RATP (métro, bus et trawmay) est globalement similaire à celle du début du mois[150].

Après six semaines de grève, la totalité des tramways RATP, 80 % des TGV, des TER et des bus RATP, ainsi que 75 % des Transiliens sont en circulation[151]. Les RER A et B circulent toute la journée avec une fréquence de un train sur deux[151]. Sur les seize lignes du métro, deux circulent normalement, trois sont ouvertes sur l'ensemble de l'horaire habituel avec une fréquence de une à deux rames sur trois, six sur l'ensemble de la journée avec une fréquence de 25 à 80 % et cinq uniquement aux heures de pointe avec une fréquence de 20 à 50 %[151].

Entre le 17 et le 21 janvier, le trafic revient progressivement à la normale sur les réseaux SNCF et RATP[48],[152],[153],[154].

En décembre et en janvier, des agents FNME-CGT de Enedis et RTE provoquent des coupures de courant touchant des dizaines de milliers de foyers, ainsi que des cliniques, des casernes de pompiers, des feux de circulation et un site Seveso[155],[156],[157]. Des personnes sont bloquées dans des ascenseurs et des accidents de la circulation se produisent[57]. La CGT revendique ces actions en affirmant qu'elles sont ciblées sur les bâtiments publics, les locaux de partis politiques ainsi que des grands magasins, mais que le maillage du réseau peut entrainer des « dommages collatéraux »[156],[157]. Elle annonce également mener d'autres actions comme le passage en heure creuse ou la désactivation de compteurs Linky[156],[157].

La grève nationale des avocats, qui commence le 6 janvier, entraîne le report de plusieurs dizaines de milliers de procès, dont des procès d'assises, qui sont souvent reprogrammés plus d'un an après la date à laquelle ils devaient initialement se tenir[158],[159],[160],[161].

Débat sur la conduite du mouvement

Un premier type d’analyse, très représenté dans les médias, considère que la CFDT est la grande gagnante du mouvement, même si elle n’a pas participé à toutes les actions. Michel Noblecourt, éditorialiste du Monde, estime que Philippe Martinez est « un colosse aux pieds d’argile » du fait de la radicalisation de la CGT et de l’échec inéluctable du mouvement[162]. Il voit « derrière la contestation contre la réforme des retraites, un parfum d’anarcho-syndicalisme »[163].

Les chercheurs Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot analysent la difficulté à étendre la grève reconductible dans le secteur privé : les directions des organisations membres de l’intersyndicale se sont heurtés aux déserts syndicaux, aux faiblesses de leur implantation et au rétrécissement de l’activité des militants syndicaux du privé. Pour eux, « les syndicats n’ont plus la puissance suffisante pour entraver le fonctionnement du cœur du capitalisme français, celui des sociétés du CAC 40, largement internationalisées »[164].

Karel Yon note l’influence du mouvement des Gilets jaunes dans la détermination des grévistes. Pour lui, ce mouvement « montre que la grève reste possible et qu’elle constitue une pièce décisive du répertoire de l’action syndicale »[165]

Laurent Frajerman insiste sur les différences de mobilisation et de culture de lutte selon les secteurs professionnels. Il présente l'insistance sur la grève reconductible comme une « résurgence du mythe de la grève générale »[166]. Dans le cas des enseignants, il estime que la mobilisation exceptionnelle du 5 décembre ne s’est pas prolongée car les assemblées générales ont réuni peu de monde et que les grévistes occasionnels ne se sont pas sentis concernés par les modalités d’action trop dures proposées par l’intersyndicale, qui a tout fait pour minorer les temps forts hebdomadaires[167].

Notes et références

Notes

  1. a et b Il s'agit du nombre compté par les organisateurs dans une trentaine de villes dont Paris[46]. La CGT n'a pas donné de chiffre national incluant l'ensemble des manifestations.
  2. Le comptage a été perturbé et ne prend probablement pas en compte la totalité des manifestants[96],[97].
  3. a b c d e et f Pas d'estimation pour cette journée.
  4. La question porte spécifiquement sur la période des fêtes de fin d'année.

Références

  1. Programme d’Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle de 2017, p. 13.
  2. « Chronologie des évènements de la mise en œuvre de la réforme des retraites Année 2018, », sur Les clés du social, .
  3. « Chronologie des évènements de la mise en œuvre de la réforme des retraites Année 2019 », sur Les clés du social, .
  4. [1].
  5. N.Be., G.L. avec la rédaction du Parisien, « Grève RATP : Jusqu’à 380 km de bouchons à 18h », sur leparisien.fr, (consulté le 11 décembre 2019)
  6. Ouest France avec AFP, « La concurrence arrive dans les bus en Île-de-France, incertitude autour du statut des agents de la RATP », sur Ouest-France.fr, (consulté le 11 décembre 2019)
  7. « Réforme des retraites : l'intersyndicale appelle à une grève générale le 5 décembre », sur L'Express, (consulté le 15 décembre 2019).
  8. a et b « Retraites : l'intersyndicale appelle à une nouvelle journée de grève mardi 10 décembre », sur Les Echos, (consulté le 11 décembre 2019).
  9. « Réforme des retraites: la CFDT prête à "aller au clash"? », sur BFMTV, (consulté le 11 décembre 2019).
  10. « Unsa, CGT, CFE-CGC, CFDT... Quels syndicats mènent la danse à la RATP et à la SNCF? », sur BFMTV, (consulté le 11 décembre 2019).
  11. Ellen Salvi, « Le mouvement social donne le tournis au pouvoir », sur mediapart.fr, (consulté le 8 décembre 2019).
  12. « Enseignants, conducteurs de train, avocats... Qui fera grève le 5 décembre? », sur L'Express, (consulté le 9 décembre 2019).
  13. « Réforme des retraites : 806 000 manifestants en France selon le ministère de l'Intérieur, 1,5 million selon la CGT », sur La Provence, (consulté le 5 décembre 2019).
  14. a et b « SNCF: le taux de grévistes atteint 55,6 % », sur BFMTV, (consulté le 9 décembre 2019).
  15. a et b « Education nationale, SNCF, EDF... Voici les taux de grévistes pour la journée du 5 décembre », sur FranceTVInfo, (consulté le 9 décembre 2019).
  16. « Grève du 5 décembre : plus du quart des fonctionnaires en grève, selon le gouvernement », sur FranceTVInfo, (consulté le 9 décembre 2019).
  17. « Grève du 5 décembre : au moins 806 000 manifestants en France, du jamais-vu sous l’ère Macron », sur Le Parisien, (consulté le 8 décembre 2019).
  18. « Réforme des retraites : la plus forte mobilisation depuis 2010 », sur Les Échos, (consulté le 8 décembre 2019).
  19. « Grève du 5 décembre : début d'affrontements en marge de la manifestation à Lyon », sur RTL, (consulté le 12 décembre 2019).
  20. a et b « Grève du 5 décembre à Paris : 107 interpellations, le mobilier urbain préservé », sur Le Parisien, (consulté le 12 décembre 2019).
  21. « Grève du 5 décembre : Enquête ouverte après la diffusion d’une vidéo montrant une personne frappée par des policiers », sur 20minutes, (consulté le 12 décembre 2019).
  22. « Manif du 5 décembre : de trop nombreux cas de violences policières contre la presse », sur Télérama.fr, (consulté le 12 décembre 2019).
  23. « Retraites : mobilisation en baisse à la veille des annonces gouvernementales », sur Le Monde, (consulté le 10 décembre 2019).
  24. a b c d et e « Fonction publique, EDF, éducation, SNCF: le point sur les taux de grévistes ce mardi », sur Challenges, (consulté le 11 décembre 2019).
  25. a et b « EN DIRECT - Grève du 17 décembre : entre 615.000 et 1,8 millions manifestants au niveau national », (consulté le 17 décembre 2019).
  26. « Réforme des retraites: pluie de critiques syndicales après le discours d’Édouard Philippe », sur Le Figaro, (consulté le 12 décembre 2019).
  27. « Réforme des retraites: "un bon équilibre" pour le Medef », sur Boursorama, (consulté le 12 décembre 2019).
  28. « Après les annonces d'Édouard Philippe, "il faut que le mouvement social s'arrête", demande la CPME », sur Europe1, (consulté le 12 décembre 2019).
  29. a et b « Une réforme qui oublie les retraités agricoles », sur Le Télégramme, (consulté le 12 décembre 2019)
  30. « Retraites : la CFE CGC appelle à la mobilisation le 17 décembre », sur Libération, (consulté le 12 décembre 2019).
  31. a et b « Réforme des retraites : les syndicats réformistes, CFDT en tête, se joignent à la contestation », sur France24, (consulté le 12 décembre 2019).
  32. a et b « Retraites. CFDT, CFTC et Unsa listent leurs demandes au gouvernement », sur OuestFrance, (consulté le 12 décembre 2019).
  33. a b et c « Grève du 17 décembre : mobilisation en hausse à la SNCF », sur boursier.com, (consulté le 17 décembre 2019).
  34. « Grève : mobilisation en légère hausse dans la fonction publique territoriale », sur Lagazette des communes, (consulté le 17 décembre 2019).
  35. a b c et d « Retraites-La mobilisation fléchit contre la réforme, discussions vendredi à Matignon », sur Reuters, (consulté le 9 janvier 2020).
  36. « Polémique à Toulouse : un policier filmé en train de faire un croche-pied à une manifestante », sur La Depêche, (consulté le 11 janvier 2020).
  37. « "Je saignais énormément, j'ai commencé à faire un malaise" : une manifestante frappée à coups de matraque à Paris témoigne », sur FranceInfo, (consulté le 11 janvier 2020).
  38. « Enquête après un tir de LBD à Paris : ce qu'il s'est passé », sur Le Figaro, (consulté le 11 janvier 2020).
  39. a et b « Réforme des retraites : le taux de grévistes à la SNCF en forte hausse ce jeudi 9 janvier », sur Le Figaro, (consulté le 9 janvier 2020).
  40. « Education: moins de 20% de grévistes selon le ministère, le double selon les syndicats », sur Challenges, (consulté le 9 janvier 2020).
  41. « La mobilisation contre la réforme des retraites s'essouffle », sur Les Echos, (consulté le 9 janvier 2020).
  42. « Réforme des retraites : une grève plus longue que le record de 1986-1987 à la SNCF ! », sur Capital, (consulté le 9 janvier 2020).
  43. a b et c « Retraites : 149.000 manifestants en France dont 21.000 à Paris (ministère de l'Intérieur) », sur Le Figaro, (consulté le 11 janvier 2020).
  44. a et b « Retraites : Philippe propose de «retirer» provisoirement l’âge pivot, CFDT et UNSA satisfaites », sur Le Parisien, (consulté le 11 janvier 2020).
  45. « Retraites : retrait de l'âge pivot, compromis... qui a dit quoi ce samedi », sur Le Dauphiné Libéré, (consulté le 12 janvier 2020).
  46. a b c d et e « Retraites : 187.000 manifestants en France selon les autorités, la mobilisation en baisse », sur France Bleu, (consulté le 16 janvier 2020).
  47. a et b « Réforme des retraites : le taux de grévistes à la SNCF remonte à 10,1% ce 16 janvier », sur Le Figaro, (consulté le 16 janvier 2020).
  48. a b et c « Réformes des retraites : la grève à la RATP suspendue à partir de lundi sur une majorité des lignes de métro », sur Le Monde, (consulté le 18 janvier 2020).
  49. « Les grandes grèves dans les transports », sur Libération, (consulté le 9 janvier 2020).
  50. « Grève RATP et SNCF, mercredi 22 janvier à Paris : les perturbations sur les métros et RER », sur Actu.fr, (consulté le 22 janvier 2020).
  51. a et b « Samuel Hayat, spécialiste de l'histoire des mouvements sociaux : «On a plus de chance de faire parler en balançant sa robe d'avocat» », sur Cnews, (consulté le 22 janvier 2020).
  52. a et b « Jets de blouses, intrusion à la CFDT: comment la mobilisation contre la réforme des retraites évolue », sur BFMTV, (consulté le 22 janvier 2020).
  53. « A l'Opéra de Paris, un ballet contre la réforme des retraites | AFP News » (consulté le 12 janvier 2020).
  54. « Clermont-Ferrand : pourquoi des professeurs ont jeté des manuels scolaires devant le rectorat ? », sur LCI, (consulté le 22 janvier 2020).
  55. « Bac : nouvelle opération filtrage ce mardi matin devant les grilles du lycée Palissy à Agen », sur Le Petit Bleu d'Agen, (consulté le 22 janvier 2020).
  56. « Manifestation aux flambeaux contre la réforme des retraites à Grenoble : un homme interpellé pour un jet de canette », sur FranceTVInfos, (consulté le 22 janvier 2020).
  57. a et b « «Des clients retrouvés coincés dans les ascenseurs» : coupure d’électricité géante au sud de Paris », sur Le Parisien, (consulté le 22 janvier 2020).
  58. « « Une quinzaine » de membres de la CGT s’introduisent dans le siège de la CFDT pour y couper l’électricité », sur Le Monde, (consulté le 22 janvier 2020).
  59. « Emmanuel Macron : une soirée au théâtre perturbée », sur FranceInfo, (consulté le 22 janvier 2020).
  60. « Bac: des lycées perturbés lors des premières épreuves de contrôle continu (E3C) », sur Le Figaro, (consulté le 22 janvier 2020).
  61. a b c d et e « Retraites : entre 249.000 personnes et 1,3 million de manifestants en France », sur France Bleu, (consulté le 24 janvier 2020).
  62. a b c et d « DIRECT. Réforme des retraites : 180 000 manifestants à Paris selon la CGT, 13 000 selon le ministère de l'Intérieur », sur France Info, (consulté le 29 janvier 2020).
  63. a b c et d > « DIRECT. Réforme des retraites : 180 000 manifestants à Paris selon la CGT, 13 000 selon le ministère de l'Intérieur », sur Le Figaro, (consulté le 6 février 2020).
  64. a b c et d « DIRECT. Réforme des retraites : 7 800 personnes ont manifesté à Paris selon l'Intérieur, 50 000 selon la CGT, soit la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement », sur France Info, (consulté le 20 février 2020).
  65. Modèle {{Lien web}} : paramètre « url » manquant. « Réforme des retraites : L’intersyndicale appelle à des mobilisations mardi après le recours au 49-3 », sur 20 minutes, (consulté le 2 mars 2020).
  66. « Éducation : pourquoi syndicats et ministère ne sont jamais d’accord sur le taux de grévistes », sur FranceTVInfo, (consulté le 11 décembre 2019).
  67. « site du ministère »
  68. « Café pédagogique »
  69. « Grévistes: dire ou taire les chiffres, la SNCF et la RATP ont chacune leur principe », sur L'Opinion, (consulté le 14 janvier 2020).
  70. a b c d et e « RATP: les vrais chiffres de la grève contre la réforme des retraites », sur L'Opinion, (consulté le 14 janvier 2020).
  71. a et b « SNCF: le taux de grévistes chez les conducteurs reste élevé, à 77,3 % », sur BFMTV, (consulté le 9 décembre 2019).
  72. « Grève du 11 décembre : 15,5 % de grévistes à la SNCF, une mobilisation en baisse », sur Le Parisen, (consulté le 11 décembre 2019).
  73. « SNCF: le taux de grévistes reste à plus de 70% chez les conducteurs », sur BFMTV, (consulté le 12 décembre 2019).
  74. « Réforme des retraites : le taux de grévistes à la SNCF descend à 13,3% ce vendredi », sur L'Express, (consulté le 13 décembre 2019).
  75. « SNCF: Le taux de grévistes en baisse », sur Le Figaro, (consulté le 16 décembre 2019).
  76. « 13,6 % de grévistes à la SNCF ce mercredi », sur Le Figaro, (consulté le 18 décembre 2019).
  77. « SNCF: nouvelle baisse du taux de grévistes qui descend à 11,7% », sur Le Figaro, (consulté le 19 décembre 2019).
  78. « SNCF : le taux de grévistes au plus bas à 9,5%, 58,3% chez les conducteurs », sur Le Figaro, (consulté le 20 décembre 2019).
  79. « SNCF : le taux de grévistes au plus bas à 9,2%, moins de la moitié des conducteurs en grève », sur Le Figaro, (consulté le 23 décembre 2019).
  80. « Pour cette grève du 24 décembre à la SNCF, le taux de grévistes en légère hausse », sur HuffPost, (consulté le 25 décembre 2019).
  81. « SNCF : le taux de grévistes à 9,6%, 42,1% des conducteurs en grève », sur Le Figaro, (consulté le 26 décembre 2019).
  82. « SNCF: le taux de cheminots grévistes au plus bas depuis le début de la grève, à 8,5% », sur Le Figaro, (consulté le 27 décembre 2019).
  83. « SNCF : le taux de grévistes descend à 7,1%, un tiers des conducteurs en grève », sur Le Figaro, (consulté le 30 décembre 2019).
  84. « SNCF : 7,7% de grévistes mardi, plus d'un tiers des conducteurs en grève », sur Libération, (consulté le 1er janvier 2020).
  85. « SNCF: le taux de grévistes tombe sous les 7% jeudi, un tiers des conducteurs en grève », sur Le Figaro, (consulté le 2 janvier 2020).
  86. « Grève à la SNCF : la mobilisation continue de baisser », sur Le Figaro, (consulté le 3 janvier 2020).
  87. « Retraites: le taux de grévistes à la SNCF stable à 6,3% », sur Le Figaro, (consulté le 6 janvier 2020).
  88. « Réforme des retraites: le taux de grévistes à la SNCF reste très faible, à 6,6% », sur Le Figaro, (consulté le 7 janvier 2020).
  89. « Réforme des retraites: le taux de grévistes à la SNCF augmente légèrement », sur Le Figaro, (consulté le 8 janvier 2020).
  90. « Réforme des retraites: le taux de grévistes à la SNCF tombe à 10,2% », sur Le Figaro, (consulté le 10 janvier 2020).
  91. « Réforme des retraites: le taux de grévistes à la SNCF au plus bas depuis le début de la mobilisation », sur Le Figaro, (consulté le 13 janvier 2020).
  92. « SNCF: le taux de grévistes remonte à 6%, un quart des conducteurs en grève », sur Le Figaro, (consulté le 14 janvier 2020).
  93. « SNCF: le taux de grévistes rechute à 4,7%, moins d'un quart des conducteurs en grève », sur Le Figaro, (consulté le 15 janvier 2020).
  94. « Réforme des retraites: le taux de grévistes à la SNCF chute à 4,6% », sur Le Figaro, (consulté le 17 janvier 2020).
  95. « Réforme des retraites : 806 000 manifestants en France selon le ministère de l'Intérieur, 1,5 million selon la CGT », sur La Provence, (consulté le 8 décembre 2019).
  96. « Grève du 5 décembre : combien y avait-il de manifestants à Paris ? », sur Franceinfo, (consulté le 18 décembre 2019).
  97. « "On ne prétend pas faire autre chose que de compter à l'endroit où l'on est", se défend le président du cabinet de comptage Occurrence », sur Franceinfo, (consulté le 18 décembre 2019).
  98. « Grève du 5 décembre : combien y avait-il de manifestants à Paris ? ».
  99. « Grève : 339 000 manifestants aujourd'hui en France selon le ministère de l'Intérieur, 885 000 pour la CGT », (consulté le 10 décembre 2019).
  100. « Grève du 10 décembre en direct : 339 000 manifestants en France selon le ministère de l’intérieur, 885 000 selon les syndicats, deux fois moins que le 5 décembre ».
  101. « Grève du 17 décembre: 615.000 manifestants en France selon l'Intérieur, 1,8 million selon la CGT ».
  102. « Réforme des retraites : 44000 manifestants à Paris selon Occurrence », (consulté le 9 janvier 2020).
  103. « Retraites: 39.000 manifestants à Paris, selon le cabinet de comptage indépendant Occurrence », (consulté le 24 janvier 2020).
  104. Les Français et la réforme des retraites (Elabe pour BFMTV).
  105. Les Français et les mobilisations sociales (Elabe pour Institut Montaigne et Radio Classique).
  106. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Elabe pour BFMTV ; 27/11/19).
  107. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Elabe pour BFMTV ; 4/12/19).
  108. a et b Les Français et la réforme des retraites (Elabe pour BFMTV ; 11/12/19).
  109. a et b Les Français et la réforme des retraites (Elabe pour BFMTV ; 18/12/19).
  110. Les Français et la réforme des retraites 7e vague (Elabe pour BFMTV).
  111. a et b Les Français et la réforme des retraites 8e vague (Elabe pour BFMTV).
  112. a b et c Observatoire de la mobilisation contre la réforme des retraites (Harris Interactive pour RTL et AEF info) 3e vague.
  113. Observatoire de la mobilisation contre la réforme des retraites (Harris Interactive pour RTL et AEF info) 4e vague.
  114. a b et c Observatoire de la mobilisation contre la réforme des retraites (Harris Interactive pour RTL et AEF info) 5e vague.
  115. Observatoire de la mobilisation contre la réforme des retraites (Harris Interactive pour RTL et AEF info) 6e vague.
  116. Observatoire de la mobilisation contre la réforme des retraites (Harris Interactive pour RTL et AEF info) 7e vague.
  117. Observatoire de la mobilisation contre la réforme des retraites (Harris Interactive pour RTL et AEF info) 8e vague.
  118. a b c et d Les Français et la réforme des retraites (Ifop pour Le Journal du dimanche) 7/12/19.
  119. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop pour Le Journal du dimanche) 13/12/19.
  120. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio) 18/12/19.
  121. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop pour Le Journal du dimanche) 20/12/19.
  122. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop pour Le Journal du dimanche) 3/01/20.
  123. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio) 8/01/20.
  124. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop pour Le Journal du dimanche) 10/01/20.
  125. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio) 15/01/20.
  126. Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop pour Le Journal du dimanche) 10/01/20.
  127. a et b Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Ifop pour Le Figaro)
  128. Les Français et la radicalisation du mouvement social contre la réforme des retraites (Ifop pour La Lettre de l’Expansion)
  129. Enquête d'actualité : réforme des retraites (Ipsos pour France 2) 7/01/20.
  130. La perspective du mouvement de grève le 5 décembre (Odoxa pour Le Figaro et France Info).
  131. a et b La grève du 5 décembre (Odoxa pour Le Figaro et France Info).
  132. Réforme des retraites : réactions aux annonces d'Edouard Philippe (Odoxa pour Le Figaro et France Info).
  133. a et b Regard des Français sur le mouvement de grève contre la réforme des retraites (Odoxa pour Le Figaro et France Info) 19/12/2019.
  134. Regard des Français sur le mouvement de grève contre la réforme des retraites (Odoxa pour Le Figaro et France Info) 3/01/2020.
  135. a et b Regard des Français sur le mouvement de grève contre la réforme des retraites (Odoxa pour Le Figaro et France Info) 8/01/2020.
  136. a et b Les Français et la mobilisation contre la réforme des retraites (Odoxa pour Le Figaro et France Info) 16/01/2020.
  137. a b et c Le mouvement de grève contre la réforme des retraites et les violences policières (Odoxa pour Le Figaro et France Info) 23/01/2020.
  138. (OpinionWay -Square Management pour Les Echos et Radio Classique ; 18/12/19).
  139. « Grève du 5 décembre : les prévisions de trafic de la SNCF et de la RATP », sur Capital, (consulté le 11 décembre 2019).
  140. « Grève: record matinal d'embouteillages en Ile-de-France, 631 km de bouchons enregistrés », sur BFMTV, (consulté le 9 décembre 2019).
  141. « Jusqu'à 630 km de bouchons enregistrés ce lundi en Ile-de-France », sur BFMTV, (consulté le 16 décembre 2019).
  142. « Grève du 5 décembre : les prévisions de trafic de la SNCF et de la RATP », sur RTL, (consulté le 11 décembre 2019).
  143. a et b « Grève du 11 décembre : TGV, TER, métro, RER... Retrouvez les prévisions de transports pour mercredi », sur FranceTVInfo, (consulté le 11 décembre 2019).
  144. « Les examens de milliers d’étudiants reportés à cause de la grève », sur Le Figaro, (consulté le 16 décembre 2019).
  145. a b et c « Grève du 18 décembre: SNCF, RATP... le point sur le trafic », sur Le Figaro, (consulté le 18 décembre 2019).
  146. « Grève SNCF et RATP : les prévisions de trafic pour le mercredi 25 décembre », sur France Bleu, (consulté le 25 décembre 2019).
  147. a b et c « Grève SNCF et RATP : les prévisions de trafic pour le jeudi 26 décembre », sur France Bleu, (consulté le 25 décembre 2019).
  148. « Grève à la SNCF: 1 TGV sur 2 et 5 TER sur 10 ce jeudi », sur BFMTV, (consulté le 1er janvier 2020).
  149. a b c et d « Grève RATP: la circulation des métros encore largement perturbée », sur BFMTV, (consulté le 1er janvier 2020).
  150. a b et c « Grève : les prévisions de trafic à la SNCF et la RATP mercredi 8 janvier », sur Le Figaro, (consulté le 7 janvier 2020).
  151. a b et c « Grève SNCF et RATP : l'amélioration du trafic se poursuit, les prévisions pour mercredi 15 janvier », sur FranceBleu, (consulté le 14 janvier 2020).
  152. « TGV, métro, RER… Trafic « quasi normal » à la SNCF ce week-end, encore perturbé à la RATP », sur L'Obs, (consulté le 17 janvier 2020).
  153. « Grève : retour à la normale sur les réseaux SNCF et RATP », sur Le Figaro, (consulté le 19 janvier 2020).
  154. « Retraites : poursuite du retour à la normale sur les réseaux RATP et SNCF », sur Le Figaro, (consulté le 21 janvier 2020).
  155. « Deux syndicalistes agents d'Enedis en garde à vue après une coupure sauvage d'électricité en Dordogne », sur Le Figaro, (consulté le 22 janvier 2020).
  156. a b et c « Réforme des retraites : cinq questions sur les coupures de courant volontaires revendiquées par la CGT », sur Franceinfo, (consulté le 19 décembre 2019).
  157. a b et c « La CGT a-t-elle coupé l’électricité à des cliniques et une caserne de pompiers ? », sur Capital, (consulté le 19 décembre 2019).
  158. « Assises de la Marne : le procès du petit Tony renvoyé en 2021 en raison de la grève des avocats », sur La Provence, (consulté le 13 février 2020).
  159. « Réforme des retraites : Près de 10.000 affaires renvoyées à Toulouse en raison de la grève des avocats », sur 20 Minutes, (consulté le 13 février 2020).
  160. « Normandie. Grève des avocats : des reports parfois délicats », sur Ouest France, (consulté le 13 février 2020).
  161. « Grève des avocats : des procès reportés de plus d'un an à Valence », sur France Bleu, (consulté le 13 février 2020).
  162. « Philippe Martinez, un colosse aux pieds d’argile », sur lemonde.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  163. « Derrière la contestation contre la réforme des retraites, un parfum d’anarcho-syndicalisme », sur lemonde.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  164. « « La grève, malgré tous les obstacles » », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  165. « Pour Karel Yon, "les grèves et la contestation syndicale sont de plus en plus politiques" », sur Revolutionpermanente.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  166. « Syndicalisme : « Nous assistons à la résurgence du mythe de la grève générale » , », sur lemonde.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  167. Laurent Frajerman, « L’engagement des enseignants : une culture conflictuelle en mutation », Hommes & Libertés,‎ mars 2020, n° 189 (lire en ligne)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes