Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Munich (homonymie).

Munich
München
Munich
À partir du haut à gauche : cathédrale Notre-Dame, château Nymphenburg, siège de BMW, nouvel hôtel de ville, Hofgarten et Allianz Arena.
Blason de Munich
Héraldique
Drapeau de Munich
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau de Bavière Bavière
District
(Regierungsbezirk)
Haute-Bavière
Arrondissement
(Landkreis)
Munich (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
28
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Dieter Reiter (SPD)
(depuis 2014)
Partis au pouvoir SPD, CSU
Code postal 80000–81929
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
09 1 62 000
Indicatif téléphonique 089
Immatriculation M
Démographie
Gentilé Munichois
Population 1 548 319 hab. (30/06/2017)
Densité 4 988 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 00″ nord, 11° 34′ 30″ est
Altitude 520 m
Superficie 31 043 ha = 310,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Munich

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Munich
Liens
Site web www.muenchen.de

Munich [my.nik][1] (en allemand : München [ˈmʏnç][2] Écouter ; en bavarois : Minga [ˈmɪŋ(:)ə] Écouter) est une ville du sud de l'Allemagne et la capitale du Land de Bavière. Avec 1 548 319 habitants intra-muros au 30 juin 2017[3] et 2 351 706 habitants dans son aire urbaine[4], elle est la troisième ville d'Allemagne par la population après Berlin et Hambourg. La Région métropolitaine de Munich, qui englobe également Augsbourg et Ingolstadt, compte quant à elle plus de cinq millions d'habitants. Traversée par l'Isar, affluent du Danube, elle se situe dans le district de Haute-Bavière, au pied des Alpes bavaroises.

Le nom de la ville provient du vieux haut-allemand Munichen (« par les moines »), en raison de la présence d'un monastère bénédictin à l'emplacement actuel de la vieille ville ; l'héraldique fait par ailleurs figurer un moine. Mentionnée pour la première fois en 1158, Munich devient la ville de résidence des ducs de Bavière en 1255 et de l'empereur romain germanique Louis IV. En 1506, après deux siècles de division, les principautés s'unifient pour former la Bavière. Ville catholique - ce dont témoigne la cathédrale Notre-Dame, principal édifice religieux de la ville -, elle est l'un des foyers de la Contre-Réforme. Devenue capitale de l'électorat de Bavière (1623) puis du royaume de Bavière (1805), elle devient un des principaux centres culturels, artistiques et scientifiques allemands au XIXe siècle, sous l'impulsion du roi Louis II.

Au cours du XXe siècle, Munich connaît un important développement industriel, devenant le premier pôle économique de la République fédérale allemande (1949-1990) puis de l'Allemagne réunifiée. Elle accueille notamment le siège de grandes sociétés comme Siemens, Allianz, BMW, Münchener Rückversicherung, Linde, Airbus Deutschland et HypoVereinsbank. Selon Eurostat, la zone urbaine élargie de la région métropolitaine de Munich est la plus importante d'Allemagne en termes de PIB avec 117,6 milliards d'euros, devant Hambourg, Berlin et Francfort. Avec un PIB par habitant de 53 073 euros, Munich est également l'une des villes les plus riches de l'Union européenne[4].

Deuxième destination touristique d'Allemagne après Berlin, Munich est célèbre pour sa traditionnelle fête de la bière, l'Oktoberfest, qui se déroule chaque année de fin septembre à début octobre. Outre la cathédrale, la ville a également un important patrimoine historique, composé notamment du château de Nymphenbourg, de très nombreux musées richement dotés et de deux vastes jardins, le Hofgarten et le Englischer Garten (jardin anglais). Réputée être l'une des villes les plus agréables à vivre au monde, Munich accueille de nombreux évènements internationaux, dont les Jeux olympiques d'été de 1972, qui furent le théâtre d'une sanglante prise d'otages. Enfin, elle est le lieu de résidence de l'un des principaux clubs de football d'Europe, le Bayern Munich, qui joue dans l'Allianz Arena, au nord du centre-ville.

Histoire

Les débuts

Le village de « Munichen » (chez les moines en vieil-allemand) voit le jour au IXe siècle près d'une abbaye bénédictine (le moinillon des armoiries de la ville rappelle cette origine).

Au début du IIe millénaire, le sel avait une importance capitale. Des « routes du sel » permettaient d'acheminer le sel depuis les villes productrices au sud (par ex. Berchtesgaden, Bad Reichenhall, Salzbourg) vers le nord. Une telle route est à l'origine de la ville de Munich.

Dans les années 1150, une querelle éclate entre Henri le Lion (Heinrich der Löwe), le duc de Saxe et l'évêque de Freising. En 1156, Henri le Lion reçoit de l'empereur Barberousse le duché de Bavière. Henri fait alors détruire un pont de l'Isar qui se trouvait sur les terres de l'évêché à Föhring, pour détourner la route du sel sur ses terres et profiter ainsi des « droits de douane » et récupérer les taxes sur le sel. Cette route traversait l'Isar un peu plus en amont à l'endroit où une île facilitait la construction d'un pont. Ce pont historique se situait à l'endroit de l'actuel Ludwigsbrücke. À cet endroit se trouvait un monastère bénédictin du VIIIe siècle d'où le nom « bei Munichen ».

Les deux rivaux trouvent un accord lors du conseil de l'empire convoqué par l'empereur Barberousse. Cet accord, l'« Augsburger Vergleich » du 14 juin 1158, le premier document évoquant Munich est donc considéré comme l'acte fondateur de la ville. Ce document entérine le déplacement du marché, du pont et de la douane. En échange de cette « faveur » Henri s'acquitte d'un versement d'un tiers des recettes à l'évêque.

En 1180, Otton de Wittelsbach devient duc de Bavière et fonde une dynastie qui règne sur la région jusqu'en 1918. Au XIIIe siècle, Munich reçoit une charte communale et des fortifications. En 1255, le duché de Bavière est séparé en deux parties ; Munich devient la capitale de la Haute-Bavière.

En 1327, la ville est détruite par un incendie et l'empereur Louis IV la fait reconstruire assez rapidement. Bien que Munich devienne ville de résidence de l'Empereur en 1328, la croissance de Munich en une grande ville ne se fit que 450 ans plus tard.

Après la guerre de Trente Ans

En 1632, durant la guerre de Trente Ans, la ville tombe aux mains de Gustave II Adolphe de Suède. Et en 1634, la peste lui fait perdre les deux tiers de sa population. Entre 1651 et 1679, sous le règne de l'électeur Ferdinand-Marie de Bavière et grâce à sa femme Henriette-Adélaïde de Savoie, Munich s'enrichit de monuments de style baroque italien (Theatinerkirche, château de Nymphenburg...) En 1705, pendant la guerre de Succession d'Espagne, l'électeur Maximilien II ayant pris parti pour les Bourbons, la ville retourne sous le patronage des Habsbourgs. L'Académie bavaroise des sciences est créée en 1759.

Capitale de la Bavière

À partir de la fin du XVIIIe siècle, Munich grandit rapidement. Lorsque la ville devient la capitale du nouveau royaume de Bavière créé sous l'égide de Napoléon Bonaparte en 1806, cette croissance s'accélère. En effet, alors qu'elle n'est peuplée en 1700 que de 24 000 habitants, Munich voit ensuite sa population doubler tous les trente ans : entre 1870 et 1933, la population passe de 170 000 à 840 000 habitants.

Sous le règne du roi Louis Ier de Bavière (1825-1848), Munich devient également un centre artistique réputé. La plupart des bâtiments de la ville datent du XIXe siècle, en particulier du règne de Maximilien II : les architectes classiques Leo von Klenze et Friedrich von Gärtner ont construit la Ludwigstraße, la Königsplatz, le Ruhmeshalle et la Résidence.

Sous le prince régent Luitpold (1886-1912), Munich connaît un important développement culturel et artistique avec, notamment, la construction de la Prinzregentenstraße et du Prinzregententheater. Schwabing devient, au tournant du siècle, le quartier des artistes, accueillant un grand nombre d'écrivains et de peintres célèbres. En 1896, le journal culturel munichois Jugend (Jeunesse) paraît pour la première fois, ainsi que la revue satirique Simplicissimus.

À travers ses cabarets, quelques fois nommés théâtres intimes, la ville attire de nombreux artistes. Nombre d'entre eux, tel Frank Wedekind, rayonnèrent bien au-delà de Munich, et par exemple furent à l'origine de la naissance du mouvement Dada quelques années plus tard, à Zurich[5]. Cette vogue du cabaret entraîne une modification majeure dans le rapport avec la poésie qui, au lieu d'être simplement lue en silence, devint clamée à forte voie. Frank Wedekind, au cabaret des Onze Bourreaux, a été un représentant important de cette approche. Cette innovation influera sur le développement du futurisme et, de là, sur tout le mouvement de la performance artistique[6].

Après la Première Guerre mondiale

Article détaillé : Hauptstadt der Bewegung.

Après la Première Guerre mondiale, Munich traverse une période révolutionnaire tourmentée, qui commence par la chute de la monarchie le . Le ministre-président social-démocrate Kurt Eisner est assassiné le et, le 7 avril, les conseils révolutionnaires de la ville proclament la république des Conseils de Bavière (Bayerische Räterepublik) qui est finalement écrasée dans le sang le . Dans les années suivantes, Munich voit naître le nazisme et devient le chef-lieu du mouvement d'Adolf Hitler.

En novembre 1923, Adolf Hitler et ses compagnons tentent un coup d'État (le putsch de la brasserie) mais ils échouent et le Führer du NSDAP est emprisonné.

Munich après les bombardements massifs des Alliés, en 1945.

Arrivés au pouvoir, les nazis font de Munich la « capitale du mouvement » et construisent plusieurs édifices entre 1933 et 1945. Le , le premier camp de concentration permanent d'Allemagne est ouvert par Himmler à Dachau dans la banlieue de Munich. En 1938, les accords de Munich sont signés entre Hitler, Mussolini, Chamberlain et Daladier. Ils donnent les Sudètes au dirigeant nazi. En 1939, Johann Georg Elser essaye, en vain, d'assassiner Hitler avec une bombe.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un groupe d'étudiants munichois fonde La Rose blanche (Die Weiße Rose), l'un des plus célèbres mouvement de la résistance allemande au nazisme. Ses six principaux membres seront exécutés par les nazis en 1943 à la prison de Stadelheim, au sud de Munich. Comme la plupart des grandes villes allemandes, Munich subit d'importantes destructions dues aux bombardements massifs des Alliés, mais elle est reconstruite pendant l'occupation américaine et devient la plus importante zone économique de l'Allemagne du sud.

Après la reconstruction, Munich se développe comme place vouée aux nouvelles technologies, à l'instar du groupe MBB. En outre, un grand nombre d'entreprises de services s'y installe, telles que des entreprises de médias, d'assurances et de services bancaires. Les musées (par exemple l’Alte Pinakothek, la Neue Pinakothek et la Pinakothek der Moderne, la Glyptothèque, le Deutsches Museum) connaissent également un regain d'intérêt.

En 1972, Munich accueille les Jeux olympiques d'été à l'occasion desquels la ville inaugure sa première ligne de métro. Le , l'organisation palestinienne Septembre noir tue deux Israéliens et en prend neuf autres en otage. Tous les otages sont tués, ainsi que cinq des huit terroristes et un policier. Les jeux sont interrompus pendant une journée et certains athlètes décident de quitter la compétition[7]. En juin 2012, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, s'appuyant sur un rapport du Service fédéral de Renseignement (BND) révèle que deux militants néo-nazis auraient aidé l'organisation palestinienne dans les préparatifs du massacre des athlètes israéliens [8].

Avec le XXIe siècle, de nouveaux quartiers émergent, au centre comme à la périphérie, qui mêlent immeubles d'habitation et bureaux, commerces et institutions culturelles.

En juillet 2016, une fusillade mortelle a lieu dans un centre commercial de Munich. La fusillade perpétrée par un homme de 18 ans d'origine iranienne fait au moins dix morts (dont l'auteur de l'attaque)[9] et vingt-sept blessés[10].

Géographie

Munich est une des villes allemandes les plus vastes en superficie. Son altitude la plus élevée est Warnberg avec 579 m au-dessus du niveau de la mer, son altitude la plus faible est 482 m au-dessus du niveau de la mer à Feldmoching.

Un surfeur sur l'Eisbach.

L'Isar traverse la ville du sud-ouest au nord-est sur une distance de 13,7 km. L'île sur la rivière la plus connue est l'île aux Musées, sur laquelle se trouve le Deutsches Museum. La deuxième île de la ville étant celle du Prater. Aux alentours de Munich se trouvent un grand nombre de lacs, par exemple le Tegernsee, l'Ammersee, Wörthsee ou le Starnberger See. Les autres rivières sont la Würm, qui coule du Starnberger See et traverse l'ouest de la ville, le Hachinger Bach, l'Eisbach, l'Auer Mühlbach et le Brunnbach. Les ruisseaux de la ville se trouvent pour la plupart au voisinage de l'Isar, d'autres coulent également dans le centre-ville, les ruisseaux dans le centre sont pour la plupart souterrains (dans des canalisations) d'autres ont été asséchés au moment de la construction du réseau de métro (U-Bahn) et du chemin de fer urbain (S-Bahn). Les lacs à l'intérieur de la ville sont le Kleinhesseloher See dans l'Englischer Garten (littéralement « le Jardin anglais »), le lac sur le site olympique et les Feldmochinger See, Lerchenauer See et Fasanerie See, au nord de la ville.

Bords du Lac de Feldmoching, le Feldmochinger See.

Expansion

La surface totale de la ville de Munich est de 31 043 hectares, ce qui fait de Munich, après Berlin, Hambourg, Cologne, Dresde et Brême la sixième ville la plus vaste d'Allemagne. Sur les 310 kilomètres carrés, 44 % sont constitués de bâtiments et des surfaces libres y attenant, 16,9 % sont des surfaces de campagne, 14,7 % des surfaces de récupération, 4,4 % des surfaces boisées, 1,2 % des surfaces d'eau et 2,2 % des surfaces pour d'autres utilisations. Les points extrêmes nord et sud de la ville sont séparés de 20,9 km tandis que ses points extrêmes est et ouest le sont de 26,8 km.

Secteurs et municipalités voisines

Article détaillé : Liste des secteurs de Munich.

Avec la réorganisation de la ville en 1992, le nombre de secteurs (appelés Stadtbezirke) de la ville a été réduit de 41 à 25.

Les communes suivantes sont attenantes à la ville (citées dans le sens horaire en commençant par le nord) : Oberschleißheim, Garching, Ismaning, Unterföhring, Aschheim, Feldkirchen, Haar, Putzbrunn, Neubiberg, Unterhaching, Perlacher Forst, Oberhaching, Grünwald, Pullach, Forstenrieder Park, Neuried, Planegg, Taufkirchen et Gräfelfing (tous du landkreis de Munich), Germering, Puchheim et Gröbenzell (du Landkreis de Fürstenfeldbruck) et Karlsfeld (Landkreis de Dachau).

Climat

La ville de Munich se trouve dans une zone de transition entre le climat humide atlantique et le climat sec continental. D'autres facteurs influant sur le climat sont les Alpes et le Danube. En raison de cette configuration, le temps est relativement changeant. Le foehn apporte du sud de manière non régulière de l'air chaud et sec vers Munich. Ainsi la visibilité est souvent très bonne - le célèbre ciel bleu bavarois - et il est possible de voir très clairement les Alpes bavaroises depuis Munich. La température la plus élevée mesurée par le service météorologique allemand est de 37,2 °C en à Munich-Nymphenburg. La ville est très souvent frappée par des orages (l'orage du a causé des dommages évalués à 1,5 milliard d'euros). En raison de la proximité des Alpes, Munich est également la grande ville la plus enneigée d'Allemagne. Localement, une étude sur les statistiques météorologiques a montré que la partie méridionale de la ville est la plus ensoleillée, que la partie nord est plus nuageuse, ou encore que les quartiers occidentaux sont plus secs que les quartiers orientaux. C'est l'une des conséquences des différences d'altitude à l'intérieur de la ville, qui génèrent des microclimats et expliquent les variations climatiques d'est en ouest, de part et d'autre de l'Isar[réf. nécessaire].

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −5 −3,7 0,4 2,9 7,1 10,4 12 11,7 8,8 4,5 0,2 −3,5 3,8
Température moyenne (°C) −2,2 −0,4 3,4 7,6 12,2 15,4 17,3 16,6 13,4 8,2 2,8 −0,9 7,8
Température maximale moyenne (°C) 1,1 2,5 8,4 13,3 18 21,4 23,8 22,9 19,4 13,6 6,5 2,3 12,8
Ensoleillement (h) 61 84 128 157 199 209 237 213 173 129 69 49 1 708
Précipitations (mm) 54 45 60 70 93 124 118 115 90 69 71 58 967
Source : Le climat à Munich (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1879) meteostats-bzh.


Population

Munich est la troisième ville la plus peuplée d'Allemagne avec 1 540 000 habitants. La population augmente sans discontinuer depuis la fin du 19ème siècle, Munich attirant toujours en raison de son dynamisme économique et de ses débouchés professionnels. En contrepartie, Munich est l'une des villes les plus chères d'Allemagne pour se loger. La capitale bavaroise est très cosmopolite, et les diverses nationalités cohabitent en toute quiétude. 26 % de la population munichoise est d'origine étrangère, le groupe le plus important est constitué de personnes originaires d'ex Yougoslavie.

Religion et Immigration

La Bavière étant historiquement à majorité catholique, Munich a une population issue du catholicisme. La ville est le siège de l'archidiocèse de Munich et Freising depuis 1821, toutefois depuis une trentaine d'années ses habitants tendent à abandonner la pratique religieuse catholique, dont 40 % se réclament encore, et à se déclarer athées ou adeptes de nouvelles confessions. Ses églises sont nombreuses, surtout dans la vieille ville dominée par la Frauenkirche qui sert de cathédrale et l'église Saint-Pierre. Certaines sont remarquables par leur style architectural comme l'église Saint-Michel, la célèbre Asamkirche baroque, ou la Bürgersaalkirche qui abrite la tombe du résistant Rupert Mayer, SJ.

14 % de la population de Munich est de confession luthérienne. La population d'origine turque de plus de 43 000 personnes bénéficie de nouvelles mosquées et s'affirme par son dynamisme démographique. La communauté juive rassemble 9 700 personnes (0,4 %). Enfin l'immigration de populations est-européennes a permis l'ouverture de paroisses orthodoxes. On peut aussi noter l'apparition depuis une trentaine d'années de cultes d'origine américaine comme les adventistes ou les mormons. Voici un tableau qui montre les habitants de Munich nés hors de l'Allemagne en 2013.

Pays de naissance Population
Drapeau de la Turquie Turquie 39 857
Drapeau de la Croatie Croatie 26 070
Drapeau de la Grèce Grèce 25 574
Drapeau de l'Italie Italie 24 337
Drapeau de l'Autriche Autriche 21 579
Drapeau de la Pologne Pologne 20 103
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 15 836
Drapeau de la Roumanie Roumanie 14 293
Drapeau de la Serbie Serbie 13 631
Drapeau de l'Irak Irak 10 394

Politique et administration

La chancellerie, siège du gouvernement de la Bavière.

En tant que capitale de Land, Munich est le siège du Landtag (parlement du Land) de Bavière et du gouvernement de l'État de Bavière. En plus, Munich est le siège du gouvernement de Haute-Bavière (Oberbayern), du secteur de Haute-Bavière et du Landkreis de Munich.

Conseil municipal

Traditionnellement, les partis de centre-gauche dominent la vie politique munichoise, ce qui est assez rare en Bavière. C'est ainsi que la circonscription de Munich Nord fut la seule de Bavière à élire en mandat direct un député SPD (Sozialdemokratische Partei : Parti social-démocrate) aux élections législatives de 2002 et 2005. Depuis 2014, la ville est dirigée par le maire (Oberbürgermeister) social-démocrate Dieter Reiter. Depuis, le conseil municipal de Munich est dirigé par une coalition entre le SPD et CSU.

Résultats des élections 2008.
Partage des sièges au conseil municipal depuis 1978[11].
Année SPD CSU Grüne FDP ödp REP Rosa Liste PDS/Linke autres Total Pourcentages
1978 31 42 - 6 1 80 61,8
1984 35 35 6 4 80 63,6
1990 36 25 8 4 6 1 80 65,4
1994 29 30 9 3 1 4 4 80 59,2
1996 31 32 8 2 1 1 1 - 4 80 52,8
2002 35 30 8 3 1 1 1 1 - 80 51,0
2008 33 23 11 5 1 - 1 3 3 80 47,6
2014 25 26 13 3 2 - 1 2 7 80 42

Districts

La ville de Munich est divisée en 25 districts dont la population élit pour chacun un parlement. Ces parlements de districts sont chargés des tâches locales.

Les dernières élections ont eu lieu en 2002, en même temps que les élections communales. Les sociaux-démocrates du SPD occupent la présidence de seize de ces districts, contre seulement huit pour les démocrates-chrétiens de la CSU et un pour la Rosa Liste.

Les 649 sièges de ces 25 parlements de districts se divisent ainsi : 285 sociaux-démocrates, 262 démocrates-chrétiens, 77 Verts, 19 libéraux, 3 membres de la Rosa Liste et 3 représentants d'autres partis.

Armoiries

Le blason de la ville de Munich montre sur fond d'argent un moine en robe noire à bords dorés et chaussures rouges tenant un livre dans sa main gauche et bénissant de la main droite. Les couleurs de la ville sont le noir et le jaune. Le blason actuel est constitué des « petites amoiries » votées en 1957 par le conseil municipal. Mais il existe également les « grandes armoiries » qui montrent une porte de la ville rouge flanquée de deux tours rouges dont les toits noir et or ont des bandes en zig-zag ; un lion d'or rugissant et couronné surplombe le moine des petites armoiries. Dans l'administration, les grandes armoiries ne sont plus utilisées.

Le moine des armoiries se transforma au fil du temps en un « enfant munichois » (Münchner Kindl[12], devenu le symbole de la ville - et dont personne ne peut dire avec certitude s'il s'agit d'un garçon ou d'une fille...)

Jumelages

La ville de Munich est jumelée avec :