Otia de Mingrélie
Fonctions
Prince de Mingrélie
Biographie
Décès
Famille
Père
Mère
Conjoint
Enfant

Otia de Mingrélie (Otia Dadiani géorgien : ოტია დადიანი; mort en 1757), de la maison des Dadiani, est prince de Mingrélie de 1728 jusqu'à sa mort. Comme ses prédécesseurs, Otia Dadiani est entrainé dans les guerres civiles qui déchirent la Géorgie occidentale et il accorde une fidélité fluctuante au roi Alexandre V d'Iméréthie. Toutefois dans les dernières années de son règne, Otia se réconcilie avec le royaume d'Iméréthie.

Accession au trône

Otia est le fils aîné de Bejan Dadiani, Prince de Mingrélie, et de son épouse Thamar Gelovani. En 1728, Otia accompagne Bejan lors de l'entrevue fatale avec des représentants de l'Empire Ottoman à Geguti en Iméréthie, où le Dadiani tombe dans le piège tendu par le noble Zourab Abachidzé. Bejan est tué par un dignitaire turc, mais Otia s’échappe et succède à son père comme prince de Mingrélie[1], non sans un confit avec son frère cadet Katso qu'il doit capturer et faire emprisonner par le duc de Ratcha, dans le château de Kvara.[2] Une fois au pouvoir, Otia refuse la requête des Ottomans de se joindre à l'expédition contre les Abkhazes et les Circassiens, à laquelle le roi Alexandre V d'Iméréthie, l'ancien beau-frère d'Otia prend part. le Dadiani voit dans cette campagne, qui implique inévitablement ses possessions, une attaque contre les intérêts de la Mingrélie. Le roi Alexandre comprend tardivement que sa décision menace la sécurité de la Mingrélie et retire ses troupes d'Abkhazie, mais Otia songe à se venger.[1]

Guerres civile en Iméréthie

En , Otia fait cause commune avec la famille Abashidzé et le duc de Ratcha dans une tentative de chasser le roi Alexandre V du trône et d'y installer son frère Mamouka. Ils bloquent la capitale Kutaisi, mais ne parviennent pas à attaquer la citadelle de peur d'une réaction des Ottomans et se retirent. Ils renouvellent leur tentative mais ils sont repoussés par l'armée royale lors de la bataille de Chikhori au cours de laquelle Otia est blessé et capturé et son frère Katsia tué. Alexandre victorieux essaie de ce réconcilier avec lui et pendant que son adversaire captif recouvre sa santé et il lui offre le gouvernement du Letchkhoumi. Toutefois les Ottomans, qui craignent l’émergence d'une nouvelle alliance contraignent Alexandre V à restaurer Otia en Mingrélie.[3]

Le conflit entre les deux souverains reprend lorsque le prince Zourab Abachidzé entrainent le duc de Ratcha et Otia dans une autre conspiration. Informé Alexandre V engage des tribus de Lezghiens qui ravagent les domaines de ses ennemis. le Dadiani et Abachidzé ripostent en 1740 et, avec l'aide de mercenaires abkhazes, et incendient le palais royal de Vartsikhe. Otia fait par la suite la paix avec Alexandre V et maintint de bonnes relations avec son successeur, Salomon Ier, qui a épousé sa Mariam.[4] En 1757, le prince Otia vieillissant envoie son fils Katsia et l'armée de Mingrélie à l'aide de Solomon Ier, qui remporte une victoire décisive sur une armée d'invasion ottomane appuyée par ses alliés locaux, lors de la bataille de Khresili.[5]

Union et postérité

Otia Dadiani épouse Gulkan, fille de Shoshita III, duc de Ratcha Ils ont comme enfants:[6]