Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Patriot.
Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Casque de l'équipe Logo de l'équipe
Fondé en 1959
Nom(s) précédent(s) Patriots de Boston
1960-1970
Patriots de Bay State
février 1971-mars 1971
Nom officiel New England Patriots
Surnoms Pats
Couleurs Patriots 12uniforms.png
                   
Stade Gillette Stadium
Capacité 68 756 spectateurs
Propriétaire Robert Kraft
Président Jonathan Kraft
Entraîneur Bill Belichick
Siège One Patriot Place
Foxborough, MA 02035
Ville Foxborough,
Drapeau du Massachusetts Massachusetts
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ligue National Football League
Conférence American Football Conference
Division Est
Site web www.patriots.com

Super Bowl XXXVI - XXXVIII - XXXIX - XLIX - LI

Description de l'image Gillette Dec 08.jpg.

Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre (New England Patriots en anglais), souvent appelés les « Pats », sont une équipe professionnelle de football américain basée dans la région de Boston, jouant à domicile dans la ville de Foxborough, dans le Massachusetts, au Gillette Stadium. L'équipe fait partie de la division Est de l'American Football Conference (AFC) de la National Football League (NFL).

En tant que membre original de l'American Football League (AFL), les Patriots ont rejoint la NFL pendant la fusion de 1970 entre les deux ligues. Ils accèdent aux séries éliminatoires quatre fois avant de jouer leur premier Super Bowl en janvier 1986, perdant contre les Bears de Chicago. Ils jouent aussi le Super Bowl XXXI en janvier 1997, perdant contre les Packers de Green Bay.

Entre 2001 et 2005, l'équipe devient la deuxième de l'histoire (après les Cowboys de Dallas) à gagner trois Super Bowls en quatre ans (les Super Bowls XXXVI, XXXVIII et XXXIX), et la huitième équipe à gagner deux Super Bowls d'affilée. Toutefois, les Patriots perdent face aux Giants de New York au Super Bowl XLII après avoir gagné tous leurs matches de la saison 2007. Ils sont de nouveau défaits par les Giants à l'occasion du Super Bowl XLVI, à l'issue de la saison 2011. Le , ils renouent avec la victoire en remportant le Super Bowl XLIX face aux Seahawks de Seattle, et gagnent ensuite en février 2017 le Super Bowl LI face aux Falcons d’Atlanta.

Avec le quarterback Tom Brady et l'entraîneur en chef Bill Belichick, les Patriots détiennent le record de la plus longue série de victoires de l'histoire, soit 21 victoires consécutives entre octobre 2003 et octobre 2004.

Histoire

Débuts (1959-1970)

Le , l'homme d'affaires de la Nouvelle-Angleterre Billy Sullivan reçoit la huitième et dernière franchise de la nouvelle ligue AFL contre 25 000 dollars[1]. Elle participe à la première draft une semaine plus tard sans directeur de l'équipe et ne recrute son premier directeur une semaine plus tard Mike Holovak[1]. L'hiver suivant, les habitants de la région sont sollicités pour trouver un nom à la nouvelle équipe. Après avoir initialement choisi d'appeler sa franchise Bay State Patriots, Sullivan modifie son choix et se porte sur les New England Patriots[2]. L'artiste du Boston Globe Phil Bissel dessine alors le logo « Pat Patriot ».

Les Patriots n'ont jamais de vrai succès pendant leur temps en AFL alors qu'ils n'ont pas de stade à eux. Le Nickerson Field, le Harvard Stadium, le Fenway Park et l'Alumni Stadium sont utilisés par l'équipe. Les Patriots jouent une finale de l'AFL à la fin de la saison 1963, mais perdent 51-10 contre les Chargers de San Diego, et ne jouent plus de finales ni même de playoffs en AFL ou en NFL pendant treize ans.

Installation dans le nouveau stade (1971-1974)

Quand la NFL et l'AFL fusionnent en 1970, les Patriots sont placés dans la division AFC Est, dans laquelle ils jouent toujours aujourd'hui. L'année suivante, ils s'installent dans leur propre stade à Foxborough, Massachusetts. La franchise souhaite alors changer de nom pour les « Bay State Patriots » mais le nom est rejeté par la NFL. Le , le nom officiel de l'équipe devient les « New England Patriots » par rapport à la situation géographique du nouveau stade, soit en français les Patriots de la Nouvelle-Angleterre[3].

La première saison au Schaefer Stadium est difficile pour les Patriots. Elle envoie un seul joueur au match des étoiles, le centre Jon Morris. Les Patriots terminent sur un bilan de 2 victoires pour 14 défaites, ce qui permet au club d'obtenir le choix numéro 1 de la draft 1971. Avec ce choix, la franchise recrute le quarterback Jim Plunkett qui a remporté le championnat universitaire et le trophée Heisman la saison précédente[4].

Pendant l'été 1971, les Patriots recrutent le running back des Cowboys de Dallas Duane Thomas. Rapidement, Thomas se dispute avec l'entraîneur John Mazur obligeant le commissionnaire de la ligue à renvoyer Duane Thomas à Dallas une semaine après son arrivée[4].

Révolution, records et Super Bowl perdu (1975-1986)

Dans la deuxième partie des années 1970, les Patriots connaissent quelques succès, se qualifiant pour les rencontres éliminatoires en 1976 et en 1978, perdant les deux fois dès le premier tour. Sur la bonne voie, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre enchaîné les saisons positives, hormis en 1981, mais échoue de peu à se qualifier ou au premier tour à nouveau en 1982.

En 1985, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre jouent à nouveau les rencontres éliminatoires et pour la première de son histoire, se qualifient pour le Super Bowl XX, qu'ils perdent brutalement 46 à 10 face aux Bears de Chicago. Vainqueur de division l'année suivante, ils retrouvent les matchs éliminatoires en 1986 mais perdent à nouveau au premier tour.

Un club en ruines (1987-1992)

Le club connaît un tournant à la fin des années 1980 lorsque Victor Kiam devient propriétaire de l'équipe. Sa gestion est catastrophique et plonge une franchise au bilan positif à une équipe non compétitive, dernière de sa division. Son échec l'oblige à trouver un nouveau propriétaire, et James Orthwein achète la franchise en 1992. Ce dernier souhaite déplacer l'équipe dans sa ville natale de Saint-Louis, échoue et la vend après seulement deux années à l'actuel propriétaire, Robert Kraft.

Dans cette période difficile, le club n'a aucune saison avec un bilan positif. Jamais qualifié pour une rencontre éliminatoire, les Patriots repartent de zéro. De 1990 à 1992, l'équipe compte dans ses rangs, Richard Tardits le premier joueur français à évoluer en National Football League[5].

Changements majeurs et renouveau (1993-2000)

Même si le temps d'Orthwein en tant que propriétaire est court, il fait des changements majeurs pour l'équipe. L'ancien coach des Giants de New York, Bill Parcells, est engagé en 1993, et de gros changements sont apportés à l'uniforme, changeant leurs couleurs de rouge et blanc à l'actuel bleu et argent, et introduisant un nouveau logo. Parcells amène les Patriots en séries éliminatoires deux fois, dont une fois au Super Bowl XXXI qu'ils perdent face aux Packers de Green Bay 35 à 21. Pete Carroll, le successeur de Parcells, amène aussi son équipe deux fois en matchs éliminatoires.

Première dynastie (2001-2005)

Bill Belichick est recruté comme entraîneur principal en 2000. Deux saisons plus tard, la franchise inaugure un nouveau stade, le Gillette Stadium. Dès sa première année avec les Patriots, Belichick sélectionne le quarterback Tom Brady en 199e position de la draft. Suite à la blessure de Drew Bledsoe lors de la 2001, Brady devient titulaire de l'équipe et le reste pendant plus d'une décennie. Dès sa première saison, les Patriots et Brady remportent le premier Super Bowl de leur histoire. Après une saison blanche en 2002, les Patriots ajoutent deux nouveaux sacres à leur dynastie lors du Super Bowl XXXVIII et du Super Bowl XXXIX.

En embuscade (2006-2013)

Lors de la saison 2007, l'équipe réussit une saison régulière parfaite et historique avec 16 victoires pour aucune défaite. Les Patriots deviennent la cinquième équipe à finir une saison invaincue, mais aussi la première à le faire depuis le rallongement de la saison régulière à seize matches au lieu de quatorze. Atteignant le Super Bowl XLII, soit leur 4e en sept ans, les Patriots sont battus par les Giants de New York. Durant cette saison, une controverse surnommée « Spygate » concernant des enregistrements vidéo éclate et l'entraîneur Bill Belichick reçoit une amende de 500 000 $, soit le maximum possible.

L'équipe atteint le Super Bowl XLVI lors de la saison 2011 de la NFL, mais s'incline de nouveau face aux Giants de New York.

Deuxième dynastie (2014- )

Après près d'une décennie d'échecs en rencontres éliminatoires, les Patriots soulèvent de nouveau le trophée Lombardi en 2014 lors du Super Bowl XLIX face aux Seahawks de Seattle. Sur la dernière action de la partie, Malcolm Butler réalise une interception décisive pour arrêter l'attaque des Seahawks alors qu'elle se situe à un yard de l'en-but. Ce sacre est marqué par une controverse nommée « Deflategate » sur d'éventuels ballons sous-gonflés pour avantager les Patriots lors de la finale de conférence contre les Colts d'Indianapolis[6].

Suite au Deflategate, une bataille juridique s'engage entre la ligue et le quarterback Tom Brady suite au rapport Wells[7],[8],[9]. Après de multiples rebondissements, Brady est suspendu quatre rencontres au début de la saison 2016[10],[11]. En 2015, les Patriots échouent aux portes du Super Bowl sur une conversion à deux points contre les Broncos de Denver de Peyton Manning et Von Miller.

Lors de la saison 2016, les Patriots font leur retour au Super Bowl après une saison dominée de bout en bout. Au Super Bowl LI, les Patriots sont menés à 28 à 3 contre les Falcons d'Atlanta avant de faire un retour historique pour emporter la victoire dans la première prolongation de l'histoire du Super Bowl.

Palmarès

Bannières au Gillette Stadium

Avant les années 2000, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre est l'un des clubs les moins victorieux de la National Football League. L'équipe initiale, créée en 1960 dans l'American Football League, a atteint une fois la finale de l'AFL en 1963 mais s'est lourdement incliné 51 à 10 contre les Chargers de San Diego. Au virage de l'année 2000, les Patriots embauchent Bill Belichick et Tom Brady, changeant le destin de la franchise. Lors d'une première dynastie, les Pats remportent trois Super Bowls en quatre saisons. Ils en ajoutent deux nouveaux en 2014 et 2016. Pendant plus d'une décennie, le club de la Nouvelle-Angleterre est le plus victorieux de la ligue. Il enchaîne les titres de champions de division, ne ratant que les titres de 2002 et 2008 entre 2001 et 2016.

Palmarès des Patriots de la Nouvelle-Angleterre en National Football League

Super Bowls Conférence Division

Vainqueur des Super Bowls XXXVI (2001), XXXVIII (2003), XXXIX (2004), XLIX (2014) et LI (2016)

Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont remporté cinq Super Bowls depuis leur premier succès en 2001 :