Paul Sobol
Description de cette image, également commentée ci-après
Paul Sobol (2019)
Alias
Robert Sax dans la clandestinité
Naissance
Paris
Décès (à 94 ans)
Bruxelles
Pays de résidence Belgique
Activité principale
Autres activités
Passeur de mémoire
Conjoint
Nelly Vandepaer
L'entrée d'Auschwitz I où Paul Sobol arriva le 2 août 1944.

Paul Sobol, né à Paris le et mort le [1] à Bruxelles issu d'une famille ouvrière d'origine juive polonaise, est un «passeur de mémoire»[2] qui a survécu à la déportation des Juifs de Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Paul Sobol faisait partie du dernier convoi de déportation des Juifs à quitter la caserne Dossin[3] en direction d'Auschwitz.

Publicitaire, il œuvra également au déploiement du tourisme maritime et subaquatique.

Il meurt à Bruxelles le 17 novembre 2020.

Biographie

Paul Sobol naît à Paris en 1926. Deux ans plus tard sa famille s'installe à Bruxelles. Lors de l'invasion allemande, la famille Sobol se fond dans la population belge. Paul Sobol travaille un temps chez un fourreur, mais l'essai n'est pas concluant. En 1941, il reprend des études jusqu'en 1942. Le port de l'étoile juive et l'enregistrement pousseront la famille dans la clandestinité. Paul Sobol s’appellera durant ces années Robert Sax.

Le , tandis que les troupes alliées progressent en France, la famille Sobol est arrêtée par la Gestapo sur dénonciation. Emmenés à la Caserne Dossin à Malines, ils feront partie du convoi n°26 du 31 juillet 1944 qui, au départ de la caserne Dossin, sera le dernier à quitter le territoire belge en direction de Auschwitz.

À son arrivée au camp d'Auschwitz, Paul Sobol est affecté à un Kommando de menuisiers. Il exercera de multiples activités durant sa captivité. Le , en raison de l'avance alliée, il est contraint de prendre part à une marche de la mort vers le camp de Gross-Rosen d'où il sera enfermé avec tant d'autres dans des wagons à destination d'un camp annexe de Dachau (Mühldorf Waldlager) (Camp de Mühldorf (en)). Durant ce voyage, chacun lutte pour sa survie. Seuls 20 % des effectifs survivront à ce voyage. Le , à la suite d'un bombardement, Paul Sobol prend la fuite. Il trouvera refuge dans un village parmi des prisonniers français qui seront libérés par les Américains le et regagnera la Belgique où il retrouvera sa sœur. Son jeune frère et ses parents n'en revinrent jamais[3],[4].

La Famille

Les parents :

  • Papa de Paul Sobol : Rywen (Romain) Sobol, né à Varsovie le , mort à Theresienstadt après la libération du camp par les Soviétiques le (date exacte du décès inconnue).

Les frères et sœur :