Plymouth
Plymouth (Royaume-Uni)
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Devon
Statut Cité et Autorité unitaire (1928)
Maire Peter Brookshaw (PC)
Démographie
Population 258 700 hab. (2011)
Densité 3 243 hab./km2
Population de l'aire urbaine 285 487 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 12″ nord, 4° 08′ 31″ ouest
Superficie 7 978 ha = 79,78 km2
Divers
Devise Turris fortissima est nomen Jehova
(« La tour la plus forte est le nom de Jehovah »)
Comté historique Devon
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
Voir sur la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Plymouth
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
Voir sur la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Plymouth
Liens
Site web http://www.plymouth.gov.uk/

Plymouth (en anglais : [ˈplɪməθ][1] Écouter) est une ville située dans le comté de Devon (sud-ouest de l'Angleterre), à 350 km au sud-ouest de Londres, à l’embouchure de deux fleuves le Plym (en) et le Tamar, qui se rejoignent pour former un port naturel, Plymouth Sound. Celui-ci abrite la principale base navale d'Angleterre (HMNB Devonport)[2], des chantiers navals et des ferries à destination de la France et de l’Espagne.

Le Plymouth d'aujourd'hui correspond à la réunion de trois villes : Plymouth, Devonport et Stonehouse (en) depuis 1914. En 1928, la ville obtient le statut de cité. Puis en 1967, Plymouth intègre deux autres agglomérations : Plympton (en) et Plymstock. En 2011, la population est estimée à 258 700 habitants. L’université de Plymouth était classée 9e par le nombre d’étudiants en 2009 au Royaume-Uni[réf. nécessaire].

En 2019, Plymouth a rejoint le mouvement Fab City, suivant l'appel lancé par le maire de Barcelone, Xavier Trias, à ce que toutes les villes du monde deviennent autosuffisantes pour 2054[3].

Histoire

Carte allemande de Plymouth datant de 1888.
The Belvedere sur The Hoe.

Les vestiges les plus anciens de la ville datent d'il y a plus d'un millénaire. Plymouth vient du nom du fleuve Plym, et de mouth (« embouchure »).

La ville a un riche passé maritime. La ville s’appela Sutton (de Southtown, la « ville du sud »), depuis la conquête normande (1066) jusqu'au XVIe siècle. Le nom ancien survit dans le nom du port original de la ville, Sutton Harbour. En 1339, au début de la guerre de Cent Ans, la ville est prise et pillée par une attaque de la marine française. En 1377, Plymouth subit une deuxième attaque dévastatrice menée par les navires de Jean de Vienne. Elle est de nouveau attaquée en 1403. Aussi est-elle fortifiée vers 1430, à la fin de la guerre de Cent Ans. À partir du XVIe siècle, Plymouth est le port de départ de grandes expéditions maritimes avec notamment Sir Francis Drake, les « Pilgrim Fathers » (l'un des premiers groupes à émigrer vers les États-Unis), le Capitaine Cook, et plus récemment Sir Francis Chichester (premier navigateur à faire le tour du monde en solitaire). Plymouth, très étendu, est un abri sûr pour la marine marchande qui en fait son port de prédilection (XVe et XVIe siècles), en attendant qu'il devienne aussi celui de la Royal Navy[2]. Sous le règne d'Élisabeth Ire, elle est la quatrième plus grande ville d'Angleterre après Londres, Bristol et York.

Son arsenal (fin XVIIe siècle) commence alors à abriter des installations immenses pour construire des vaisseaux de guerre : forges, chantier, magasins, mais aussi pour les armer, notamment Stonehouse (quartier de Plymouth), le Royal Victualling house, en granit de pierre de taille, véritable « magasin de vivre » et provisions de la marine[2]. À Devonport (autre quartier de Plymouth), le Dock Yard est un immense chantier de vaisseaux de guerre, à côté de la poudrière, de la fonderie de canons, de l'hôpital militaire. En 1643, pendant la guerre civile anglaise, Plymouth résiste à un siège de trois mois lancé contre elle par les partisans de Charles Ier. La citadelle est construite en 1670[2]. Guillaume III fait de Plymouth une place de guerre redoutable. En 1755, le phare de bois, planté sur un rocher au milieu de la mer, subit un incendie. Il est remplacé par l'actuel phare en granit d’Eddystone-Lighthouse érigé de 1756 à 1759, en pleine guerre de Sept Ans[2]. Le célèbre brise-lame (breakwater) de 1 700 m de long, qui s'avance à trois milles de la côte, au milieu du détroit, est commencé en 1812 par l'ingénieur Rennie et 800 ouvriers. Le chantier est achevé en 1821 grâce à l'apport de deux millions de tonnes de pierres[2]. C'est de Plymouth qu'appareille en 1815 le Bellerophon qui conduit Napoléon à Sainte-Hélène. Au XIXe siècle, Plymouth Sound abrite les bâtiments marchands et Stonehouse Point est le point d'ancrage des vapeurs[2].

Au XXe siècle, toujours port de pêche et d'escale en plus d'être l'une des principales bases de la Royal Navy, elle est très violemment bombardée par la Luftwaffe pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la destruction des chantiers navals et du centre-ville durant le Blitz de 1941, Plymouth est reconstruit dans un style austère sous la direction de l'architecte Patrick Abercrombie. Plymouth est aujourd'hui l'un des derniers chantiers navals de Grande-Bretagne. C'est encore la plus grande base navale en Europe de l'Ouest (HMNB Devonport). Les sites importants de la ville sont la Citadelle, le chantier naval de Devonport et la Barbacane Royale d'où des Pères pèlerins (« Pilgrim Fathers ») partirent pour le Nouveau Monde en 1620 à bord du Mayflower, où ils fondèrent la colonie de Plymouth et la ville homonyme.

Économie

Du fait de sa situation géographique côtière, l'économie de Plymouth est essentiellement maritime, avec les chantiers de construction navale et le port de la Royal Navy (HMNB Devonport), ainsi qu'un port de commerce. Le chantier naval de Devonport est la seule structure de Grande-Bretagne capable d’assurer la maintenance des sous-marins nucléaires et la marine estime qu’il génère environ 10 % des revenus de la ville [4]. Le pôle d’activités maritime, comportant 270 entreprises, est le plus grand du sud-ouest britannique[5]. La distillerie de gin de Plymouth produit, depuis 1793, le Plymouth Gin qui fut exporté dans le monde entier par la Royal Navy et fut le gin le plus distribué au monde dans les années 1930. Depuis les années 1980, le nombre d’emplois dans le domaine de la défense a diminué de manière significative et le secteur public est maintenant le premier employeur de la ville (administration, santé, éducation et ingénierie)[6]. Parallèlement aux petites industries traditionnelles, des firmes importantes dans l’industrie aérospatiale et électronique se sont implantées. Le tourisme est en plein essor grâce à la valorisation des activités balnéaires.

Monuments et attraits touristiques

Église Charles de Falmouth, dédiée au roi Charles Ier, exécuté par le Parlement, avant d'être érigé en martyr chrétien, à la suite de la publication de l'Eikon Basilike.

Plusieurs monuments et lieux témoignent du rôle historique de Plymouth :