Programme alimentaire mondial
Image illustrative de l’article Programme alimentaire mondial
Organe de l'ONU
Type d'organisation Programme de l'ONU
Acronymes PAM, WFP
Directeur exécutif David Beasley Drapeau des États-Unis
sous-Chef
Statut Actif
Membres
Siège Rome Drapeau de l'Italie
Création 1961
Site web fr.wfp.org
Organisation parente ONU

Le Programme alimentaire mondial (PAM ; en anglais : World Food Programme, WFP) est l'organisme d'aide alimentaire de l'ONU et de la FAO. Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à 80 millions de personnes dans près de 80 pays[1]. Le prix Nobel de la paix 2020, a été décerné au PAM, pour ses efforts dans la lutte contre la faim dans les différentes zones touchées par les conflits dans le monde[2].

Son siège se situe à Rome, en Italie[3].

Historique

Agence de Kinshasa.
Aides alimentaires pour le Soudan

Suite à la demande du président américain Dwight Eisenhower, un programme humanitaire temporaire de 3 ans est créé par des résolutions Nations-Unies et à la FAO ayant eu lieu respectivement le 24 novembre et le 19 décembre 1961[4],[5],[6],[7]. L'idée première du programme est d'alimenter les pays en développement souffrant de la faim, par les surplus alimentaires des pays développés[6],[8]. Cet idée était déjà en application par les États-Unis depuis la fin de la seconde guerre mondiale, mais directement de manière bilatérale avec le pays en faisant la demande[8]. À la suite du tremblement de terre de Buin Zahra en 1962, le Programme alimentaire mondial effectue sa première mission. Son budget à sa création est de 90 millions de dollars pour son premier mandat de 3 ans[8]. À sa création, le PAM pouvait fournir uniquement des produits alimentaires, mais pas de devises, ni assistances techniques ou services[8], mais ce principe n'est plus appliqué assez rapidement. En 1965, le Programme alimentaire mondial n'est plus un programme temporaire, mais devient un programme pérenne de l'ONU et de la FAO[5].

L’orientation stratégique de l’agence est établie dans son plan stratégique qui est revu tous les quatre ans.

Depuis 1992, le PAM est dirigé par un ressortissant des États-Unis. David Beasley a commencé son mandat de cinq ans en avril 2017 et est le treizième directeur exécutif du PAM. Son directeur exécutif adjoint est Amir Mahmoud Abdulla.

Le prix Nobel de la paix 2020 est attribué au PAM « pour ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l'amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits et pour avoir joué un rôle moteur dans les efforts visant à empêcher l'utilisation de la faim comme arme de guerre »[9]..

Mandat

La mission du Programme alimentaire mondial est d'éliminer la faim et la pauvreté dans le monde, en répondant aux besoins d'urgence et en appuyant le développement économique et social. Le PAM vise aussi à réduire le taux de mortalité infantile, à améliorer la santé des femmes enceintes et à lutter contre la carence de micronutriments et contre les maladies comme le VIH/SIDA.

Le PAM a pour objectif de fournir une aide alimentaire :

  • aux victimes de catastrophes naturelles
  • aux personnes réfugiées ou déplacées à l'intérieur de leur propre pays – contraintes de tout abandonner à la suite de conflits, d'inondations, de sécheresses ou d'autres catastrophes naturelles
  • aux pauvres souffrant de la faim qui n'arrivent pas à se sortir du cercle vicieux de la pauvreté et de la malnutrition.

Organisation

À sa création, le PAM était dirigé par un comité intergouvernemental formé de 20 États membres, la moitié choisis par le Conseil économique et social des Nations unies et l'autre choisi par le conseil de la FAO, ce nombre passe à 24 dès 1963[4],[8]. Le PAM est dirigé, depuis 1996, par un Conseil d'administration formé par 18.États membres choisis par le Conseil économique et social des Nations unies et 18 par le conseil de la FAO[10].

Le PAM emploie 11 367 personnes en 2014, 93 % d'entre eux travaillent directement sur le terrain. En 2014, le budget du PAM était de 5,38 milliards de dollars américains[11].

Responsables

Josette Sheeran en 2012 au forum économique mondial.

Le directeur exécutif du PAM est nommé de manière conjointe par le secrétaire général des Nations unies et le directeur général de la FAO[10].

Nom Pays Mandat
Addeke Hendrik Boerm (nl) Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1962 - 1967
Sushil K. Dev Drapeau de l'Inde Inde 1968 - 1968 (par intérim)
Franciso Aquino Drapeau du Salvador Salvador 1968 - 1976
Thomas C. M. Robinson Drapeau du Canada Canada 1976 - 1977
Garson N. Vogel Drapeau du Canada Canada 1977 - 1981
Bernardo de Azevedo Brito Drapeau du Brésil Brésil 1981 - 1982 (par intérim)
Juan Felipe Yriart (de) Drapeau de l'Uruguay Uruguay 1982 - 1982 (par intérim)
James Ingram (en) Drapeau de l'Australie Australie 1982 - 1992
Catherine Bertini Drapeau des États-Unis États-Unis 1992 - 2002
James T. Morris Drapeau des États-Unis États-Unis 2002 - 2007
Josette Sheeran Drapeau des États-Unis États-Unis 2007 - 2012
Ertharin Cousin (en) Drapeau des États-Unis États-Unis 2012 - 2017
David Beasley Drapeau des États-Unis États-Unis 2017 -

Financement

Le PAM fonctionne avec des contributions volontaires principalement d'États membres. Il a réussit à collecter en 2019, 8,3 milliards de dollars[10].

Financeur ayant donné plus de 50 millions de dollars au Programme alimentaire mondial en 2019[12].
Donateur Dons (en millions de dollars
1 États-Unis 3 367
2 Allemagne 886
3 Royaume-Uni 698
4 Union européenne 686
5 Arabie Saoudite 387
6 Émirats arabes unis 272
7 Canada 190
8 Suède 159
9 Agences de l'ONU (hors CERF) 158
10 Japon 157
11 CERF 149
12 Dons privés 101
13 Norvège 89
14 Suisse 79
15 Corée du Sud 75
16 Danemark 69
17 Pays-Bas 59

Actions

Un soldat américain donne une caisse de biscuits du Programme alimentaire mondial à un sinistré des inondations dans la vallée de Swat, au Pakistan, en 2010.

En 2014, le PAM a distribué plus de 3 millions de tonnes de nourriture à 80 millions de personnes dans 82 pays. La majorité des personnes assistées (42 millions) ont été atteintes lors d'opérations d'urgence du PAM (dont celles en Irak, au Soudan du Sud, en Syrie et dans les pays affectés par Ebola en Afrique de l'Ouest). En 2014, le PAM a acheté 2,2 millions de tonnes de produits alimentaires dans 92 pays, 81 % des produits alimentaires sont achetés directement dans des pays en développement.

Une aide prioritairement réservée aux enfants

En 2014, les enfants sont demeurés au cœur des efforts déployés par le PAM, ils ont représenté 64 % du nombre total de bénéficiaires. 25 % des personnes souffrant de la faim sont des enfants.

Pour lutter contre la faim chez les enfants, le PAM fournit depuis la fin des années 1960 des repas de midi gratuits dans les écoles du monde entier. Le PAM est aujourd'hui le plus grand fournisseur mondial de repas dans les écoles: le PAM intervient pour distribuer des repas à près de 20 millions d’enfants chaque année. En plus d'apporter aux enfants l'assurance d'avoir un repas chaque jour, les repas scolaires encouragent les familles pauvres à envoyer leurs enfants à l'école.

Dans un nombre croissant de pays, le PAM transfère la responsabilité des programmes de repas scolaires aux gouvernements et aux communautés partenaires : au cours des 45 dernières années, 38 pays ont repris les programmes de repas scolaires du PAM.

En 2014, 7,3 millions d'enfants souffrant de malnutrition ont reçu un soutien nutritionnel spécialisé.

Les difficultés de la corne de l'Afrique

La corne de l'Afrique est une zone où le PAM est particulièrement présent. L'aide alimentaire au Soudan est le programme le plus important de l'agence, qui a fourni des vivres à 6,4 millions de Soudanais en 2006. En 2007, le PAM aura besoin de 685 millions $ de dollars pour venir en aide à 5,5 millions de Soudanais (dont 2,8 million au Darfour).

Après le Soudan, les plus grandes opérations du PAM sont celles en Éthiopie et au Kenya.

Schéma des principales étapes de l'intervention d'urgence

  • Appel à l'aide d'un pays.
    À la suite d'une catastrophe naturelle ou d'un conflit, le gouvernement local demande une aide alimentaire d'urgence.
  • Déclenchement de l'aide.
    À Rome, l'équipe de préparation aux urgences utilise des techniques de pointe (images satellites, télédétection, modélisation informatique) afin d'évaluer rapidement la situation à distance.
  • Livraison des premiers colis.
    Parfois en 24 heures à peine, le PAM livre kits médicaux et biscuits énergétiques stockés en Italie, au Panama, au Ghana, à Dubai et en Malaisie. Les équipes d'évaluation d'urgence envoyées sur place quantifient les besoins.
  • Élaboration d'un plan d'action d'ensemble.
    Le bureau local le plus proche monte une opération d'urgence, qui précise le budget, la durée, les rations, les corridors humanitaires disponibles et les moyens de transport (de l'hélicoptère aux yacks).
  • Appel aux dons.
    Via le bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, qui émet un appel d'urgence, le PAM attire l'attention des pays donateurs.
  • Début des opérations d'approvisionnement.
    Le PAM n'attend pas que l'argent arrive sur son compte. Simultanément, sur le terrain, les équipes s'assurent qu'il n'y a pas rupture de l'aide amorcée, et les infrastructures sont préparées pour la réception des marchandises.
  • Distributions des denrées.
    Le PAM travaille avec des relais locaux pour apporter la nourriture aux personnes les plus fragiles : femmes enceintes, enfants, personnes âgées. Les bénéficiaires de l'aide sont avertis par affichage, SMS ou radio.
  • Évaluation.
    Le PAM fait le bilan de l'opération en recherchant les bonnes pratiques apprises sur le terrain mais aussi les erreurs à ne pas reproduire.

De l'aide alimentaire à l'assistance alimentaire

L'économiste kényan James Shikwati a déclaré dans un entretien[13] avec Der Spiegel en 2005 : « l'aide à l'Afrique fait plus de mal que de bien » et « les Africains sont poussés à être des mendiants et non à être indépendants ». Selon lui, l'aide alimentaire augmente la corruption car les politiciens locaux ont la possibilité de voler une partie de l'aide pour soudoyer les électeurs, de vendre l'aide à prix réduits sur les marchés noirs en tuant l'agriculture locale voire de l'exporter vers les pays développés en réalisant un profit. Il suggère que le PAM répond trop facilement aux appels des gouvernements corrompus, et fournit trop d'aide alimentaire conduisant à une réduction de la production des agriculteurs locaux car « personne ne peut rivaliser avec le Programme alimentaire mondial des Nations unies ».

Le PAM, à partir des années 2000, repense son action et parallèlement aux aides alimentaires d'urgence, développe la notion d'assistance alimentaire, qui vise au travers de plans pluriannuels à apporter des solutions plus durables en intégrant des actions structurelles. Une partie des dons en nature sont remplacés par des dons en espèces, afin d'« autonomiser les individus pour qu'ils puissent subvenir eux-mêmes à leurs besoins alimentaires »[14]. Son catalogue d'aide s'enrichit d'actions autres que la stricte aide alimentaire, en identifiant et ciblant les points faibles des systèmes alimentaires d'une région[15]. Un exemple au Niger montre comment l'achat de denrées alimentaires aux petits producteurs locaux s'accompagne de fourniture d’intrants, de matériel et de facilitations à l’accès à des formations techniques[16].

Notes et références

  1. « PAM : Notre Action », sur wfp.org (consulté le 21 avril 2018).
  2. Cartooning for Peace, « Prix Nobel de la Paix attribué au Programme alimentaire mondial », sur Cartooning for Peace, (consulté le 16 octobre 2020)
  3. « Statut - Règlement général - Lieu du Conseil d’administration », sur wfp.org.fr (consulté le 11 octobre 2020), p. 8
  4. a et b « 12. Le programme alimentaire mondial ONU / FAO », sur FAO
  5. a et b « Histoire », sur Programme alimentaire mondial
  6. a et b « Qu’est-ce que le PAM, le Programme alimentaire mondial de l’ONU qui vient de recevoir le Nobel de la paix ? », sur Le Monde,
  7. Elga Zalite, « World Food Programme – An Overview », sur Stanford University Library
  8. a b c d et e A. Dollinger, « Le programme alimentaire mondial », sur Persée,
  9. « Le prix Nobel de la paix décerné au Programme alimentaire mondial des Nations unies », sur Le Monde,
  10. a b et c « Présentation du PAM », sur Représentation permanente de la France auprès des organisations des Nations Unies à Rome (OAA/FAO, FIDA, PAM)
  11. ONU : le PAM, première agence humanitaire mondiale (2/7), Les Échos, 29 septembre 2015
  12. « Contributions to WFP in 2019 », sur Programme alimentaire mondial
  13. (en) « SPIEGEL Interview with African Economics Expert: "For God's Sake, Please Stop the Aid!" », Spiegel Online,‎ (lire en ligne, consulté le 7 août 2020).
  14. « Aide alimentaire: en espèces et en nature | World Food Programme », sur fr.wfp.org (consulté le 12 octobre 2020)
  15. « Systèmes alimentaires | World Food Programme », sur fr.wfp.org (consulté le 12 octobre 2020)
  16. Saley Maman, Les achats locaux des vivres : une stratégie pour améliorer la sécurité alimentaire au Niger, CTA, (ISBN 978-92-9081-644-7, lire en ligne)

Annexes

Bibliographie