Le projet Pegasus est une enquête journalistique collaborative et internationale, sous l'égide du consortium de journalistes Forbidden Stories et avec l'expertise informatique de l'ONG Amnesty International, publiée en . Elle révèle l'espionnage par onze États, au moyen du logiciel espion Pegasus de l'entreprise israélienne NSO Group, de journalistes, opposants politiques, militants des droits de l'homme, chefs d'États, etc.

Auteurs de l'enquête

Le « Projet Pegasus » est animé par le consortium de journalistes Forbidden Stories ; plus de 80 journalistes appartenant à dix-sept médias participent à l'enquête[1]. Les médias partenaires sont les suivants[2],[3] : Aristegui Noticias (Mexique) ; Daraj (Liban) ; Die Zeit (Allemagne) ; Direkt36 (Hongrie) ; The Guardian (Royaume-Uni) ; Haaretz (Israël) ; Knack (Belgique) ; Le Monde (France) ; Le Soir (Belgique) ; Frontline, sur PBS (États-Unis) ; Proceso (Mexique) ; Organized Crime and Corruption Reporting Project ; Radio France (France) ; Süddeutsche Zeitung (Allemagne) ; The Washington Post (États-Unis) ; The Wire (en) (Inde).

Méthodologie

L'enquête se fonde sur l'exploitation d'une liste — résultant d'une fuite d'information — qui recense 50 000 numéros de téléphone de cibles potentielles du logiciel Pegasus présélectionnées par les États clients de l'entreprise israélienne NSO ; plus d'un millier de ces cibles potentielles ont pu être identifiées nommément[4],[5],[6].

L'ONG Amnesty International (dont l'expertise a été auditée par les chercheurs canadiens du Citizen Lab, rattaché à l'université de Toronto) a exploité 67 téléphones présents dans cette liste, avec l'accord de leur propriétaire : 37 d'entre eux montrent des traces d'infection ou de tentative d'infection[7],[8]. L'association a mis en ligne le 18 juillet 2021 le détail de sa méthodologie dans un article intitulé « Forensic Methodology Report: How to catch NSO Group’s Pegasus »[9],[10].

L'entreprise NSO Group dément que la liste des 50 000 numéros de téléphone utilisée par les journalistes recense des cibles de Pegasus et affirme que les numéros pourraient être ceux entrés par les utilisateurs d'un service « HLR Lookup ». Néanmoins, les auteurs de l'enquête soulignent que les expertises techniques sur les téléphones ont montré à plusieurs reprises que l'ajout de numéros de téléphone dans la liste était suivi, quelques minutes après, de tentatives d'infection par Pegasus ; il est d'ailleurs plausible, indiquent-ils, que le logiciel espion s'appuie sur un service HLR Lookup[5],[8],[11],[12].

Pegasus et NSO Group

Pegasus est un logiciel espion pour iOS et Android, s'installant sur les téléphones mobiles, qui a pour but de collecter des informations et de permettre un accès total aux fonctions des appareils touchés et à l'ensemble des données présentes en mémoire. Il est conçu et commercialisé par l'entreprise israélienne NSO Group.

Personnes notables ciblées

Par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (dont Dubaï)

Les Émirats arabes unis (EAU) sont le deuxième plus grand contributeur (avec le Maroc, et derrière le Mexique) de la liste des cibles potentielles de Pegasus, avec 10 000 numéros présélectionnés[13]. Cet intérêt des services de renseignement pour l'espionnage numérique procède des investissements en la matière entrepris par le principe héritier et ministre de la Défense Mohammed ben Zayed[13]. L'Arabie saoudite a elle sélectionné 800 numéros[13].

Selon les informations de Forbidden Stories, les contrats de NSO avec l'Arabie saoudite et avec Dubaï (l'un des émirats des EAU) ont été rompus par l'entreprise, respectivement au printemps 2021 et à l'hiver 2020[13].

Aux Émirats arabes unis

Plusieurs personnes gênantes pour le pouvoir ont été présélectionnées pour un éventuel espionnage par Pegasus. Il en est ainsi du militant émirati des droits de l'homme Ahmed Mansour (en), dont l'infection du téléphone, dès 2012, a été découverte avant le Projet Pegasus, en 2016[13]. La princesse Latifa Al Maktoum, fille de l'émir de Dubaï, autrice d'une tentative contrariée de fuite de l'émirat en 2018, a également vu son téléphone présélectionné par Dubaï, au moment même de sa fuite. Dans le même intervalle de temps, les numéros de plusieurs de ses proches ont été sélectionnés par les EAU, sans qu'il soit possible de vérifier si Pegasus est responsable de la localisation du voilier utilisé pour la cavale de la princesse[14],[15]. La sixième épouse de l'émir de Dubaï, Haya bint al-Hussein, elle aussi en fuite, mais l'année suivante et avec succès (elle gagne le Royaume-Uni), a fait l'objet d'une présélection pour une éventuelle surveillance par Pegasus, de même que — après son exil — plusieurs de ses proches et son avocat britannique[14],[16].

Au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, parmi les numéros ciblés par les EAU : celui du journaliste du Wall Street Journal Bradley Hope, spécialiste du scandale 1MDB, de 2018 à 2019[17] ; celui du chercheur britannique Matthew Hedges (emprisonné et torturé aux EAU car soupçonné d'espionner pour le compte du MI6), en  ; et celui de la membre de la Chambre des lords Pola Uddin[13],[16]. La rédactrice en chef du quotidien américain Financial Times, Roula Khalaf, a également été sélectionnée en 2018, probablement par les EAU[18].

Les numéros de Gregg Carlstrom, correspondant de The Economist au Moyen-Orient[18], et du fondateur de la messagerie chiffrée Telegram, le Russe Pavel Dourov, ont été intégrés à la liste des potentielles cibles, probablement par les EAU[19].

L'Arabie saoudite, outre les personnes ciblées parallèlement aux EAU, est suspectée d'avoir présélectionné en 2019 Rodney Dixon, un avocat britannique spécialiste des droits de l'homme (qui a entre autres défendu Matthew Hedges et l'épouse de Jamal Khashoggi), dont le téléphone porte la trace d'attaques infructueuses par Pegasus[16],[20].

Au Liban

Au Moyen-Orient, le Liban a été particulièrement ciblé par les EAU et l'Arabie saoudite en 2018 et 2019, avec approximativement 300 numéros listés, dans un contexte d'influence croissante du Hezbollah (financé par l'Iran, ennemi des monarchies du Golfe) dans le pays[21]. Les EAU et l'Arabie ont ainsi présélectionné pour une éventuelle surveillance le Premier ministre du Liban Saad Hariri, qui s'est allié au Hezbollah, dont plusieurs proches ont également été sélectionnés, en 2019, par la monarchie saoudienne[21]. Le président libanais, Michel Aoun, jugé trop proche du Hezbollah, a lui aussi été ciblé par l'Arabie saoudite, de même que son gendre Gibran Bassil (aussi ciblé par les EAU)[21]. Ont aussi été présélectionnés — par l'Arabie saoudite et/ou les EAU — des dirigeants du Hezbollah (dont les députés libanais Ali Fayya et Hassan Fadlallah), des partenaires de celui-ci, tels le ministre des Finances Ali Hassan Khalil et le chef de la Sécurité générale Abbas Ibrahim (en), plusieurs journalistes (Ibrahim Al-Amin d'Al-Akhbar, Ghassan Ben Jeddo de la chaîne télévisée Al-Mayadin) et jusqu'aux ambassadeurs saoudien et émirati au Liban[21].

En Irak et au Yémen

Les EAU ont sélectionné le Premier ministre du Yémen Ahmed ben Dagher (de 2016 à 2019) — ainsi que de nombreux ministres yéménites — et le président de la République d'Irak, Barham Salih[22],[23],[24].

Barham Salih (Irak) a aussi été sélectionné, en parallèle des EAU, par l'Arabie saoudite, qui a par ailleurs listé comme cible potentielle Moustafa Madbouli, le Premier ministre d'Égypte[25].

L'Iran, lui, ne compte aucune cible potentielle de Pegasus, en dépit du fait que ses adversaires sont clients de NSO, relève le média libanais Daraj, qui y voit la volonté d'Israël de conserver le monopole de la surveillance de la république islamique[26],[27].

Par l'Azerbaïdjan

En Azerbaïdjan, la journaliste Khadija Ismayilova est espionnée pendant trois ans par le régime grâce à Pegasus[28], tandis qu'une vingtaine d'autres journalistes figurent parmi les cibles présélectionnées[29].

Par le Kazakhstan

En 2017 et 2018, Bakytjan Saguintaïev, alors Premier ministre du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, qui succédera en 2019 à Noursoultan Nazarbaïev à la tête du pays, et Askar Mamine, devenu entretemps futur Premier ministre, sont listés comme cibles potentielles de Pegasus, probablement par le régime kazakh lui-même[25],[23].

Par le Maroc

Le Maroc, indiquent les auteurs du projet Pegasus, est le second État ayant présélectionné le plus de numéros pour une éventuelle surveillance — 10 000 sur les 50 000 présents dans la liste obtenue par Forbidden Stories —[30]. Selon Le Monde, au vu des personnes ciblées, deux services de renseignement distincts sont susceptibles d'avoir utilisé Pegasus : d'une part la Direction générale des études et de la documentation (DGED), le service chargé du renseignement extérieur ; d'autre part la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), le service chargé de la surveillance intérieure, dirigé par Abdellatif Hammouchi[31].

En France

En 2019, le Maroc a sélectionné le numéro du président de la République française, Emmanuel Macron, ainsi que les numéros du Premier ministre d’alors, Édouard Philippe, de quatorze autres membres du gouvernement, ainsi que de certains proches (l'épouse du premier ministre, son assistante ou encore son conseiller Gilles Boyer) pour un éventuel espionnage de leurs smartphones avec le logiciel Pegasus[32],[33]. Le numéro d'Emmanuel Macron est celui qu'il utilise depuis la campagne de 2017, le système sécurisé Teorem étant dans la pratique réservé aux communications secret défense[33]. Le téléphone de François de Rugy, alors numéro 2 du gouvernement, expertisé par Amnesty International, montre quant à lui trois tentatives infructueuses d'intrusion[34]. Alexandre Benalla, alors chargé de la sécurité du président, fait également partie des personnalités ciblées — avant l'affaire dite de la Contrescarpe[33].

D'autres personnes sont ciblées en raison de « l’obsession » de l'État marocain pour la question du Sahara occidental (dont il ne reconnaît pas l'indépendance), relate Le Monde. Ainsi, le maire de la ville d'Ivry, Philippe Bouyssou, a été la cible d'une tentative d'infection par Pegasus le , une semaine après l'intrusion de militants du maintien du Sahara occidental au sein du royaume lors d'un vote par le conseil municipal d'une subvention aux enfants sahraouis[35]. Les téléphones de Claude Mangin, l'épouse du militant sahraoui Naâma Asfari — détenu depuis 2010 —, ainsi que celui de son avocat, Joseph Breham, ont également été infectés à plusieurs reprises par le Maroc[36],[37].

Ces démarches interviennent dans un contexte d'alliance entre la France et le Maroc, notamment dans la lutte contre le terrorisme et contre l'immigration illégale ; en outre, relève Die Zeit, si « Paris poursuit toujours une politique africaine intensive » — et est le premier investisseur étranger au Maroc —, le royaume souhaite développer son influence sur le continent[38].

Toujours en France, le logiciel a effectivement infecté, pour le compte du Maroc, le téléphone des journalistes de Mediapart Edwy Plenel et Lénaïg Bredoux, d'une journaliste (non nommée) du Monde, de Dominique Simonnot (ancienne journaliste au Canard enchaîné) et de Bruno Delport (directeur de TSF Jazz et président de l'ONG Solidarité sida), tandis qu'une trentaine d'autres journalistes et patrons de presse figurent sur la liste des cibles potentielles[39].

Au Maroc

Au Maroc, au-delà des cas documentés antérieurement — les journalistes Omar Radi et Taoufik Bouachrine —, de nombreux journalistes de médias indépendants (Ali Amar pour Le Desk, Hamid El Mahdaoui pour Badil.info, etc.) font partie des cibles de Pegasus présélectionnées par les services marocains[39].

Le roi du Maroc lui-même, Mohammed VI, ainsi que son entourage proche, ont vu leur numéros de téléphone présélectionnés pour un éventuel espionnage par Pegasus, et ce à la demande du ou des services marocains clients de NSO Group (cf. supra) : le chambellan du roi, son médecin personnel, son garde du corps, divers visiteurs réguliers, mais aussi plusieurs membres de sa famille, dont son épouse Salma Bennani (dont il est séparé), son cousin Hicham ben Abdallah Alaoui, critique du régime (ainsi que la femme, les deux filles et le frère de ce dernier)[31]. Le chef du gouvernement du Maroc, Saad Dine El Otmani, figure également sur la liste des cibles potentielles[25].

En Algérie

En Algérie, plus de 6 000 numéros de téléphone ont été présélectionnés par le Maroc pour être ciblés par Pegasus, témoignant de l'intérêt du régime pour son voisin et rival. Parmi les téléphones ciblés, ceux des frères et sœurs de l'ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika (Saïd, Nacer et Zhor Bouteflika), ceux de chefs des services de renseignement de l'époque (Ali Bendaoud, Wassini Bouazza et Bachir Tartag), celui du chef de l'État-major algérien, Saïd Chengriha, et ceux des ministres successifs des Affaires étrangères (Abdelkader Messahel et Ramtane Lamamra)[40]. Des personnalités politiques algériennes, des hommes d'affaires, des proches du pouvoir et des diplomates algériens dans de nombreux pays étrangers figurent aussi sur la liste obtenue par Forbidden Stories : Noureddine Bedoui (alors Premier ministre), Ali Haddad, Lotfi Nezzar, Khaled Nezzar[40].

Figurent également des personnalités de la société civile, telle l'avocate et opposante Zoubida Assoul et le rédacteur en chef du média TSA, Lounes Guemache[40].

Autres

En 2019, le Maroc a également sélectionné Charles Michel (ainsi que son père Louis Michel, élu au parlement européen), Premier ministre de Belgique et depuis peu président du Conseil européen, pour une éventuelle surveillance[41],[42].

Toujours en 2019, Tedros Adhanom Ghebreyesu, directeur général de l’organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi que plusieurs diplomates des Nations Unies auraient été sélectionnés[43].

Par la Hongrie

L'État hongrois, déjà critiqué pour des atteintes aux principes de l'État de droit et à la liberté de la presse, a présélectionné 300 numéros de téléphone pour être ciblés par Pegasus, indique l'enquête de Forbidden Stories. Outre les numéros de personnes liées au milieu criminel (usage officiel du logiciel), au moins cinq des numéros appartiennent à des journalistes, dix à des avocats, un à un opposant politique de Viktor Orbán[44],[45]. Parmi eux, deux journalistes, Andras Szabo et Szabolcs Panyi — dont l'expertise technique a établi l'infection des smartphones —, du média en ligne d'investigation Direkt36, auteur de plusieurs enquêtes sur Viktor Orbán ; le patron de presse Zoltan Varga ; ou encore le fils et l'avocat de l'homme d'affaires Lajos Simicska[44]. Le Monde relève que « la Hongrie n'est pas le seul pays de l'Union européenne à utiliser les services de NSO », mais le seul à cibler des journalistes, opposants ou militants[44].

Selon plusieurs journalistes, la proximité politique entre le Premier ministre d'Israël, Benyamin Netanyahou, et Viktor Orbán, a joué dans l'obtention, en 2018, du logiciel Pegasus édité par l'entreprise israélienne NSO Group (qui nie choisir ses clients sur consigne de l'État israélien)[45],[46],[47].

Par l'Inde

Selon l'enquête journalistique « Projet Pegasus », Rahul Gandhi, leader de l’opposition indienne à Narendra Modi, ses conseillers et au moins cinq de ses amis ont été espionnés par le biais du logiciel espion Pegasus[48].

Le téléphone du journaliste indien Siddharth Varadarajan, rédacteur en chef du média indépendant The Wire, a également été infecté par le logiciel espion — faisant notamment courir des risques à ses sources[5].

Parmi les personnes dont les numéros présélectionnés pour une éventuelle surveillance par Pegasus — sans que les journalistes n'aient pu vérifier si le piratage était effectif — figure notamment le Premier ministre du Pakistan Imran Khan, dont deux numéros de téléphone lui appartenant ont été listés en 2019, dans le contexte de la confrontation indo-pakistanaise de 2019[22],[49].

Dix-sept membres de l'entourage du Dalaï-lama — lui-même étant dépourvu de smartphone — ont également été visés pour un éventuel espionnage juste avant une visite de Barack Obama en décembre 2017, qui voulait le rencontrer après être allé en Chine[50],[51].

Par le Mexique

L'État mexicain — chronologiquement le premier acquéreur de Pegasus — est celui responsable du plus grand nombre de numéros de téléphone sélectionnés en 2016 et 2017 pour une éventuelle surveillance par Pegasus, avec 15 000 des 50 000 numéros présents sur la liste obtenue par les journalistes[52],[53],[54].

Le Mexique compte trois clients de NSO, durant le mandat de Enrique Peña Nieto (2012-2018) : le Centro de Investigación y Seguridad Nacional (Cisen), le Secrétariat à la Défense nationale du Mexique (Sedena) et le bureau du procureur général de la République[52].

Parmi les personnes présélectionnées pour une éventuelle surveillance par Pegasus figure Andrés Manuel López Obrador, qui deviendra président en , et de nombreux membres de sa famille et de son entourage, parmi lesquels sa femme, trois de ses enfants, trois de ses frères, ses chauffeurs, les membres de son équipe, son avocat et son cardiologue[55].

D'autres membres du parti d'Andrés Manuel López Obrador, le Mouvement de régénération nationale, ont été sélectionnés pour un éventuel espionnage, dont la future maire du Mexico Claudia Sheinbaum[55]. Nombre de personnalités politiques, toutes formations confondues (y compris du Parti révolutionnaire institutionnel alors au pouvoir) ont été ainsi ciblées, dont 45 gouverneurs sur une période de deux ans[55]. Au total, 700 numéros rattachés à des personnalités politiques figurent parmi les 15 000 numéros ajoutés par le Mexique[52].

Le Mexique, pays en paix où le plus grand nombre de journalistes sont tués chaque année[56], a en outre ciblé (essentiellement le Cisen selon les données analysées par le Projet Pegasus) 25 journalistes a minima[29]. En , The New York Times avait déjà publié des informations, issues du travail du Network in Defense of Digital Rights (Mexique) et du Citizen Lab (Canada), révélant l'espionnage par Pegasus de journalistes mexicains (dont la journaliste Carmen Aristegui et )[57],[53]. Or trois semaines avant cette publication, une agence de renseignement mexicaine, probablement le Cesen, présélectionne le numéro du journaliste du New York Times Azam Ahmed, l'un des auteurs de l'article[29],[53]. Les numéros de téléphone de plusieurs proches de la journaliste Carmen Aristegui précédemment espionnée (cf. supra) ont également été sélectionnés[53],[58].

Cinq journalistes de Proceso, de même que Alejandra Xanic von Bertrab (en) et Ignacio Rodriguez Reyna (co-fondateurs du média Quinto Element Lab), et Marcela Turati (en) (fondatrice de l'association Periodistas de a Pie (en)), font partie des journalistes ciblés pour une éventuelle infection par Pegasus[53],[59],[60].

Le numéro du journaliste Cecilio Pinéda Birto est aussi de ceux ciblés, cette fois-ci vraisemblablement par le Sedena[29], à deux reprises début 2017. Le suivant, quelques heures après avoir publiquement accusé des personnalités politiques locales (dont le gouverneur du Guerrero Héctor Astudillo (en)) et la police fédérale de couvrir un gang local nommé Los Tequileros, il est assassiné[61]. Les numéros d'Héctor Astudillo et du procureur général de l'État, chargé d'enquêter sur le meurtre du journaliste, ont également été listés pour une éventuelle surveillance[61]. L'exécution a été attribuée par les autorités aux Los Tequileros ; The Guardian relève que d'autres forces de sécurité mexicaines sont suspectées d'avoir accès à Pegasus et que le logiciel est susceptible de tomber dans les mains de groupes criminels[53],[61].

L'enquête de Forbidden Stories indique également que le pouvoir mexicain a présélectionné de nombreuses personnes liées aux 43 étudiants d'Ayotzinapa disparus en 2014 à Iguala, dans l'État du Guerrero, après leur interpellation par la police. Ainsi, trois proches d'étudiants, les deux avocats des familles — dont l'un est le militant des droits de l'homme Abel Barrera Hernández (en) —, le procureur général du Guerrero et un enquêteur ont été ciblés[62],[63].

Par le Rwanda

Le Rwanda a notamment présélectionné pour une surveillance éventuelle le Président de la république d'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, le Premier ministre de l'Ouganda Ruhakana Rugunda et Alain-Guillaume Bunyoni, qui deviendra peu après Premier ministre du Burundi[22],[23].

Par le Togo

L'État tologlais, diplomatiquement proche d'Israël et déjà identifié comme utilisateur de Pegasus en 2020[64],[65], a présélectionné plus de 300 numéros pour une éventuelle surveillance par Pegasus[66],[67]. Certains appartiennent à des militants pour l'alternance politique du pays, dirigé depuis cinquante ans par Faure Gnassingbé et son père, tel le fondateur du mouvement « Togo Debout » David Ekoué Dosseh[66]. D'autres à des journalistes, tels Carlos Ketohou et Ferdinand Ayité, respectivement fondateurs de L'Indépendant Express et de L'Alternative, deux journaux suspendus par le pouvoir[66],[68],[69]. Enfin, plusieurs opposants, parmi lesquels Tipki Atchadam (PNP) et Agbéyomé Kodjo, ont été ciblés pour une éventuelle surveillance[66].

Réactions et conséquences

Réactions des mis en cause

NSO « nie fermement » les éléments apportés par cette enquête, les qualifiant de « théories non corroborées » et indiquant ne pas savoir en temps réel ce que font ses clients du logiciel[4].

Le Rwanda nie avoir jamais utilisé Pegasus et met en cause une campagne de désinformation à son endroit[22]. L'État marocain nie également toute utilisation du logiciel[70] et dépose plainte en France contre Forbidden Stories et Amnesty International pour diffamation[71]. Le ministre des Affaires étrangères hongrois Péter Szijjártó indique que le logiciel n'est pas utilisé par les services de renseignement sous ses ordres et évoque l'hypothèse que le projet Pégasus soit fomenté par des services d'intelligence étrangers[70],[72],[11]. En Inde, le gouvernement nie tout espionnage illégal et plusieurs membres du BJP, le parti au pouvoir, mettent en cause une conspiration étrangère[73],[74],[75].

Autres réactions

Amazon coupe l'accès de son service de cloud computing à l’entreprise de surveillance NSO Group le  ; les services d'Amazon ne sont pas le pilier central de l'infrastructure informatique de Pegasus, mais ils étaient utilisés par celui-ci pour mener des attaques sur les téléphones des cibles[76].

En France, la présidence de la République indique mener des investigations pour déterminer si le téléphone d'Emmanuel Macron a effectivement été infecté ; ce dernier change en outre de téléphone et de numéro[77],[78].

En Algérie, le procureur de la République a indiqué, le , avoir ouvert une enquête préliminaire pour déterminer si Pegasus avait bel et bien visé les intérêts du pays[79]. Dans la foulée, l'Algérie, via son ministère des Affaires étrangères, a condamné « vigoureusement » l'usage du logiciel Pegasus tout en se réservant le droit de « mettre en œuvre sa stratégie de riposte » en visant nommément le Maroc[80],[81].

Edward Snowden a été interviewé par le consortium des dix-sept médias à propos des révélations du Projet Pegasus : il appelle une réponse juridique et donc la promulgation de lois interdisant aux entreprises le commerce de tels dispositifs technologiques[82].

Selon l’organisation non gouvernementale Amnesty International, les révélations sur le logiciel d’espionnage Pegasus mettent en évidence « une crise des droits humains mondiale » qui nécessite un moratoire sur la vente et l’utilisation des technologies de surveillance, avant la mise en place d’un cadre réglementaire « respectueux des droits humains »[83].

La Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, réclame une « meilleure réglementation » du transfert et des technologies de surveillance, à l'instar de Pegasus utilisé pour espionner journalistes et défenseurs des droits. Ces révélations journalistiques, indique-t-elle, « confirment le besoin urgent de mieux réglementer la vente, le transfert et l'utilisation » de ces technologies de surveillance « et d'en assurer un strict contrôle et autorisation »[84],[85].

Poursuites judiciaires

En France, plusieurs personnes morales et physiques effectivement espionnées ou sélectionnées pour un espionnage potentiel déposent ou annoncent déposer plainte, parmi lesquelles : Mediapart et ses journalistes Lénaïg Bredoux et Edwy Plenel ; [86], l'ONG Reporters sans frontières[87], Le Canard enchaîné et son ancienne journaliste Dominique Simonnot aujourd'hui contrôleuse générale des lieux de privation de liberté[88],[89],[90], ainsi que les députés Cédric Villani et Adrien Quatennens[91].

Le parquet de Paris ouvre une enquête, confiée à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC)[86].

Analyses

Relations entre NSO et l'État israélien

L'État d'Israël indique ne pas avoir accès aux données récupérées par les clients de NSO, ce que confirme l'entreprise[92]. Néanmoins, plusieurs officiels américains interrogés par The Washington Post estiment que l'État, dont le ministère de la Défense accorde des licences d'exportations à NSO pour chaque État client[93], connaît les clients de l'entreprise et entretient des liens étroits avec elle[92]. Les relations entre NSO et l'État s'inscrivent en outre dans un contexte de liens étroits entre les entreprises israéliennes de la cybersécurité ou du cyberespionnage et les services de renseignement[92],[94].

Les révélations du projet Pégasus sont lues par plusieurs médias comme une illustration de l'usage diplomatique fait de l'exportation de Pegasus par l'État israélien ; NSO Group apparaît ainsi comme un outil du soft power israélien[95],[94],[96],[97].

Notes et références

  1. (en) Laurent Richard et Sandrine Rigaud, « The Pegasus Project: A Worldwide Collaboration to Counter a Global Crime », Forbidden Stories, (consulté le 20 juillet 2021).
  2. (en) « The Pegasus Project », Organized Crime and Corruption Reporting Project (consulté le 20 juillet 2021).
  3. (en) Sally Buzbee, « Letter from the editor », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  4. a et b « « Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2021).
  5. a b et c (en) Dana Priest, Craig Timberg et Souad Mekhennet, « Private Israeli spyware used to hack cellphones of journalists, activists worldwide », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  6. Jacques Monin, « Le "projet Pegasus" : un logiciel espion utilisé par des États pour cibler des politiques, des journalistes, des avocats... y compris des Français », sur France Info, (consulté le 18 juillet 2021).
  7. Florian Reynaud, « « Projet Pegasus » : dans les coulisses de la traque d’un logiciel espion sophistiqué », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. a et b « Comment les données du « Projet Pegasus » ont été analysées », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. (en) « Forensic Methodology Report: How to catch NSO Group’s Pegasus », sur www.amnesty.org (consulté le 20 juillet 2021).
  10. Nicolas Six, « « Projet Pegasus » : comment savoir si l’on a été infecté par le logiciel de surveillance ? », Le Monde, .
  11. a et b (en) Nina Lakhani, Michael Safi, Dan Sabbagh, Shaun Walker, Stephanie Kirchgaessner et Hannah Ellis-Petersen, « Pegasus: NSO clients spying disclosures prompt political rows across world », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  12. (en) « About the Project », Organized Crime and Corruption Reporting Project, (consulté le 21 juillet 2021).
  13. a b c d e et f Benjamin Barthe, « « Projet Pegasus » : de la répression domestique à l’espionnage géopolitique aux Emirats », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. a et b Madjid Zerrouky, « « Projet Pegasus » : les princesses qui voulaient fuir leur prison dorée aux Emirats arabes unis dans les filets de la cybersurveillance », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  15. (en) Drew Harwell, « A princess raced to escape Dubai’s powerful ruler. Then her phone appeared on the list. », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  16. a b et c (en) Dan Sabbagh, David Pegg, Paul Lewis et Stephanie Kirchgaessner, « UAE linked to listing of hundreds of UK phones in Pegasus project leak », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  17. « Bradley Hope », Forbidden Stories (consulté le 22 juillet 2021).
  18. a et b (en) David Pegg, Paul Lewis, Michael Safi et Nina Lakhani, « FT editor among 180 journalists identified by clients of spyware firm », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  19. (de) Christian Baars, Florian Flade et Georg Mascolo, « Telegram-Gründer auf der Ausspähliste », sur tagesschau.de, (consulté le 21 juillet 2021).
  20. (en) Shaun Walker, Stephanie Kirchgaessner, Nina Lakhani et Michael Safi, « Pegasus project: spyware leak suggests lawyers and activists at risk across globe », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  21. a b c et d Benjamin Barthe, « Au Liban, les monarchies du Golfe surveillent autant leurs amis que leurs ennemis », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  22. a b c et d (en) Angelique Chrisafis, Dan Sabbagh, Stephanie Kirchgaessner et Michael Safi, « Emmanuel Macron identified in leaked Pegasus project data », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  23. a b et c (en) Craig Timberg, Michael Birnbaum, Drew Harwell et Dan Sabbagh, « On the list: Ten prime ministers, three presidents and a king », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  24. (en) Hala Nasreddine, « Pegasus leaks: UAE Spies on Yemen’s Ministers! », sur daraj.com, Daraj, .
  25. a b et c (en) Pete Jones, Vyacheslav Abramov et Miranda Patrucic, « World Leaders on Pegasus List Include France’s President Macron, Morocco’s King Mohammed, Kazakhstan’s President Tokayev », Organized Crime and Corruption Reporting Project, .
  26. Rami El-Amin, « Pegasus: Providing Saudi and Emirati Eyes in Iraq », Daraj, .
  27. « Projet Pegasus. Dans le Golfe, une surveillance à grande échelle », Courrier international, (consulté le 22 juillet 2021).
  28. Fabrice Arfi, Camille Polloni et Ilyes Ramdani, « « Projet Pegasus » : des révélations d’une ampleur mondiale sur la surveillance », sur Mediapart (consulté le 19 juillet 2021).
  29. a b c et d Mathieu Tourlière, Forbidden Stories et Aristegui Noticias, « Du Mexique à l’Inde, en passant par l’Azerbaïdjan, l’obsession de la surveillance des journalistes », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  30. Jacques Monin, « Le "projet Pegasus" : de nombreux États utilisent un logiciel espion pour cibler leurs concitoyens », France Inter, .
  31. a et b Damien Leloup, « « Projet Pegasus » : au Maroc, le cyberespionnage s’étend jusqu’à la famille et à l’entourage du roi Mohammed VI », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  32. Elodie Guéguen, « Projet Pegasus : un micro marocain à l’Élysée ? », sur FranceInter.fr, (consulté le 20 juillet 2021).
  33. a b et c Damien Leloup et Martin Untersinger, « « Projet Pegasus » : un téléphone portable d’Emmanuel Macron dans le viseur du Maroc », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  34. (en) Angelique Chrisafis et Stephanie Kirchgaessner, « French minister’s phone shows traces linked to NSO spyware », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  35. « Val-de-Marne. Ivry-sur-Seine : le conseil municipal sous protection policière », sur actu.fr (consulté le 21 juillet 2021).
  36. « « Projet Pegasus » : l’obsession du Sahara occidental pousse le Maroc à tenter d’espionner le maire d’Ivry-sur-Seine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2021).
  37. « «Ça fait très bizarre» : le maire d’Ivry et la militante Claude Mangin visés par le logiciel espion Pegasus », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2021).
  38. (de) Gero von Randow, « Frankreichs Präsident Macron im Visier der Spione », ZEIT ONLINE,‎ (lire en ligne).
  39. a et b Damien Leloup, « Au Maroc comme en France, des journalistes mis sous surveillance avec le logiciel Pegasus », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  40. a b et c Madjid Zerrouky, « « Projet Pegasus » : l’Algérie très surveillée par le Maroc », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  41. Joël Matriche, « « Projet Pegasus » : le téléphone de Charles Michel sélectionné quand il était premier ministre de la Belgique », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  42. Joël Matriche, « Charles Michel et Emmanuel Macron, sélectionnés comme cibles pour le logiciel espion Pegasus », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  43. Cellule investigation de Radio France, « Pegasus : Emmanuel Macron n’est pas le seul chef d'État ou de gouvernement à avoir été ciblé », sur www.franceinter.fr, (consulté le 21 juillet 2021).
  44. a b et c Jean-Baptiste Chastand, « En Hongrie, le pouvoir vise les journalistes et les patrons de presse », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  45. a et b (en) Shaun Walker, « Viktor Orbán using NSO spyware in assault on media, data suggests », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  46. « Projet Pegasus : la proximité entre Viktor Orban et Benyamin Nétanyahou a eu un rôle "évident" dans l'acquisition du logiciel, selon un journaliste », France Info, (consulté le 20 juillet 2021).
  47. Corentin Léotard, « L’usage de Pegasus en Hongrie, fruit de la collusion entre Orbán et Netanyahou », Mediapart, .
  48. « Rahul Gandhi, l’opposant de Narendra Modi dans le viseur de Pegasus », sur LeMonde.fr, (consulté le 20 juillet 2021).
  49. (en) Devirupa Mitra, « Pegasus Project: 14 World Leaders in Leaked Database », The Wire, .
  50. Michael Safi et Jacques Monin, « Projet Pegasus : l'entourage du Dalaï Lama apparaît dans le listing du logiciel espion », sur francetvinfo.fr, France Info, (consulté le 22 juillet 2021).
  51. Par Julien Bouissou, « « Projet Pegasus » : faute de pouvoir espionner le dalaï-lama, dépourvu de smartphone, l’Inde mise sur son entourage », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  52. a b et c Nina Lakani (The Guardian), Lilia Saul (OCCRP), Mary Beth Sheridan (The Washington Post) et Mathieu Tourlière (Proceso) (trad. Angeline Montoya), « Le Mexique, premier client de NSO Group, devenu un « gouvernement espion » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  53. a b c d e et f (es) « Peña Nieto, el desenfrenado espionaje contra periodistas », Proceso,‎ (lire en ligne).
  54. (en) Mary Beth Sheridan, « How Mexico’s traditional political espionage went high-tech », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  55. a b et c (en) Nina Lakhani, « Fifty people linked to Mexico’s president among potential targets of NSO clients », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  56. Antonella Francini, « Affaire Pegasus: au Mexique, un journaliste assassiné parmi les personnes espionnées », Radio France internationale, (consulté le 23 juillet 2021).
  57. (en) Azam Ahmed et Nicole Perlroth, « Using Texts as Lures, Government Spyware Targets Mexican Journalists and Their Families », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  58. « Carmen Aristegui », sur forbiddenstories.org, Forbidden Stories (consulté le 23 juillet 2021).
  59. « Alejandra Xanic Von Betrab », sur forbiddenstories.org, Forbidden Stories (consulté le 23 juillet 2021).
  60. « Marcela Turati », sur forbiddenstories.org, Forbidden Stories (consulté le 23 juillet 2021).
  61. a b et c (en) Nina Lakhani, « Revealed: murdered journalist’s number selected by Mexican NSO client », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  62. Nina Lakani, Angeline Montoya et Lilia Saul, « Les familles des étudiants disparus d’Ayotzinapa suivies de près par Mexico », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  63. (en) Lilia Saúl, Pavla Holcova et Marlen Castro, « Grieving Parents of Murdered Mexican Students on List of Suspected Targets of Military-Grade Israeli Spyware », sur occrp.org, Organized Crime and Corruption Reporting Project, (consulté le 23 juillet 2021).
  64. Agnès Faivre, « Affaire Pegasus : ce que les médias d’Afrique en disent », Le Point,‎ (lire en ligne).
  65. Joan Tilouine, « Comment le Togo a utilisé le logiciel israélien Pegasus pour espionner des religieux catholiques et des opposants », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  66. a b c et d Christophe Châtelot, « « Projet Pegasus » : au Togo, les opposants au président Gnassingbé surveillés comme des criminels », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  67. « Au Togo, plus de 300 numéros de téléphone ciblés par Pegasus », sur rfi.fr, Radio France internationale, (consulté le 25 juillet 2021).
  68. « Carlos Ketohou », sur forbiddenstories.org, Forbidden Stories (consulté le 25 juillet 2021).
  69. « Ferdinand Ayité », sur forbiddenstories.org, Forbidden Stories (consulté le 25 juillet 2021).
  70. a et b Jean-Baptiste Chastand, « De Rabat à Budapest, les révélations sur l’usage en Europe de Pegasus créent une onde de choc », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  71. Agence France-Presse, « Pegasus : le Maroc attaque Forbidden Stories et Amnesty international en diffamation à Paris », Europe 1, .
  72. (en) « Response from NSO and governments », The Guardian, .
  73. (en) Hannah Ellis-Petersen, « Ban Amnesty over Pegasus leaks role, Indian politician urges », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  74. (en) « No illegal surveillance possible in India: IT Minister », The Hindu, .
  75. Julien Bouissou, « Les révélations du « Projet Pegasus » déclenchent une tempête politique en Inde », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  76. « « Projet Pegasus » : Amazon débranche les serveurs de l’entreprise de surveillance NSO Group », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2021).
  77. « Pegasus : Macron change de téléphone et de numéro après le possible piratage », sur www.rtl.fr, RTL (consulté le 22 juillet 2021).
  78. Alexandre Lemarié, « Affaire Pegasus : la France tente de vérifier si le portable d’Emmanuel Macron a été « infecté » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  79. « Scandale Pegasus : l'Algérie ouvre une enquête », TSA, (consulté le 22 juillet 2021).
  80. « Espionnage marocain : l'Algérie réagit », TSA, (consulté le 22 juillet 2021).
  81. Agence France-Presse, « Pegasus : le Maroc attaque en diffamation, une enquête ouverte en Algérie », Le Parisien, (consulté le 22 juillet 2021).
  82. « Edward Snowden sur les révélations du « Projet Pegasus » : « La seule façon de lutter est de changer les lois qui permettent à ces entreprises d’opérer et de commercer » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2021).
  83. « « Projet Pegasus » : Amnesty International demande un moratoire sur l’utilisation des technologies de cybersurveillance », Le Monde avec AFP, (consulté le 27 juillet 2021).
  84. « Pegasus : l'ONU veut une meilleure régulation des technologies de surveillance », sur laprovence.com avec AFP, (consulté le 24 juillet 2021).
  85. « Face au scandale Pegasus, l'ONU réclame une meilleure réglementation », Le Temps avec AFP, (consulté le 25 juillet 2021).
  86. a et b « Projet Pegasus : le parquet de Paris ouvre une enquête sur l’espionnage de journalistes de « Mediapart » », Le Monde, (consulté le 21 juillet 2021).
  87. « Scandale Pegasus : pourquoi Reporters sans frontières porte plainte », Le Point, (consulté le 25 juillet 2021).
  88. « Logiciel espion : le "Canard" porte plainte pour la deuxième fois de son histoire », Le Canard Enchaîné,‎ .
  89. Agence France-Presse, « Espionnés par le Maroc, Mediapart et Le Canard enchaîné portent plainte », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  90. Damien Leloup et Martin Untersinger, « Pegasus : au cœur d’une enquête mondiale sur l’espionnage de téléphones » [audio], sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 21 juillet 2021).
  91. Maxence Kagni, « Affaire Pegasus : plusieurs députés ciblés, Villani et Quatennens portent plainte », LCP, .
  92. a b et c (en) Shane Harris et Souad Mekhennet, « U.S. and E.U. security officials wary of NSO links to Israeli intelligence », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  93. Thierry Oberlé, « Pegasus: Israël embarrassé par les affaires de NSO », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  94. a et b René Backmann, « En Israël, les noces dangereuses de l’armée et des sociétés d’espionnage », Mediapart, .
  95. (en) Stephanie Kirchgaessner, Oliver Holmes et Shaun Walker, « Pegasus project turns spotlight on spyware firm NSO’s ties to Israeli state », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  96. (en) Mehul Srivastava, « How Israel used NSO spyware as diplomatic calling card », Financial Times,‎ (lire en ligne).
  97. Louis Imbert, « « Projet Pegasus » : NSO Group au cœur du « soft power » d’Israël », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Voir aussi

Articles connexes