SAS
Image illustrative de l’article SAS (série littéraire)
Premiers SAS.

Auteur Gérard de Villiers
Pays Drapeau de la France France
Genre Aventures, espionnage
Date de parution 1965-2013

SAS est une série de romans d'espionnage (deux cents ouvrages publiés entre 1965 et ) écrite par Gérard de Villiers, parfois qualifiés de « romans de gare » à cause de leur style léger et de leur lecture rapide. La série est intitulée ainsi en référence au prédicat honorifique Son Altesse Sérénissime du héros de la collection, Malko Linge.

Selon la Revue des deux Mondes, « si l'on mesurait le talent au nombre d'exemplaires vendus, SAS écraserait James Joyce au compteur (...) et SAS tient, dans l'imaginaire national, une place qu'occupe James Bond chez nos voisins d'Outre-Manche »[1].

Les quatre premiers romans de la collection SAS parurent d'ailleurs simultanément sous une présentation fortement similaire à celle des James Bond en plein succès à la même époque : couverture en bristol blanc comportant juste, outre le nom de l'auteur et le titre, un dessin au trait du personnage principal.

Titres de la série

Contenu et caractéristiques des romans

Le héros de la collection, Malko Linge, est un agent de la CIA et un prince autrichien, propriétaire du château de Liezen[2] et fiancé à Alexandra Vogel, une blonde sulfureuse. La référence au Special Air Service n'est pas loin car Malko est un soldat souvent envoyé en territoire ennemi.

Ces romans ont la particularité de mêler voyages exotiques, sexe et intrigue violente. Les propos sont parfois considérés comme racistes envers certaines populations ou certaines cultures[3], mais l'auteur conteste être raciste[4]. La cible privilégiée de Gérard de Villiers est le communisme, mais on a vu Malko combattre avec une égale conviction des nazis expatriés[5], des néonazis, des escadrons de la mort, des narco-trafiquants, des islamistes radicaux et toutes sortes de méchants, dépeints sans complaisance. De même, bien que Malko soit agent de la CIA, certaines dérives de cette organisation ou de la politique extérieure des États-Unis ne sont pas tues. Chaque roman tente de coller au plus près de l'actualité immédiate.

Chaque ouvrage donne l'impression que l'auteur fait preuve d'une grande précision documentaire et d'une connaissance privilégiée de la géopolitique. Le lecteur peut avoir l’impression d’une découverte, d’une plongée dans la réalité, que lui dissimuleraient les médias.

Plusieurs romans concernent des coups d'État ayant eu lieu (L'ordre règne à Santiago), ou ayant avorté (Putsch à Ouagadougou) ; d'autres évoquent l'assassinat programmé de personnalités politiques de premier plan (Kill Henry Kissinger ! (SAS no 34), Mort à Gandhi (SAS no 81), Tuez Rigoberta Menchu (SAS no 110), Tuez le Pape (SAS no 142), Tuez Iouchtchenko (SAS no 158).

Le tome 194 (Le Chemin de Damas - seconde partie) se termine sur un coup de théâtre : Malko désobéit aux ordres donnés et fait volontairement échouer une mission tendant à organiser un coup d'État contre Bachar El-Assad.

Le dernier volume de la série (La Vengeance du Kremlin - no 200 - 2013) est tout à fait représentatif de la plausibilité des informations de l'auteur et de la qualité de ses enquêtes. Dans cet épisode en effet, il est question du suicide d'un oligarque russe, Boris Berezovski, réfugié à Londres. L'enquête menée par Malko conclut à un meurtre, contrairement à la version officielle. Cinq mois après la publication de cette aventure, la justice britannique reconnaît que l'éventualité d'un meurtre paraît plausible[6].

Structure habituelle des romans

Introduction

De nombreux romans commencent par une introduction très agressive :

  • un chantage[7] ;
  • un suicide par défenestration[8] ;
  • un meurtre par étranglement[9],[10] ;
  • un meurtre par étranglement dans un ascenseur[11] ;
  • un interrogatoire avec tortures suivi de meurtre[12] ;
  • un assassinat par balle[13] ;
  • un assassinat par empoisonnement[14] ;
  • un assassinat par égorgement[15] ;
  • un assassinat par décapitation[16] ;
  • un assassinat par explosion avec dynamite dans l'anus[17] ;
  • un viol[18] ;
  • un viol suivi d'un double assassinat[19] ;
  • un attentat terroriste[20] ;
  • l'explosion d'une voiture piégée[21] ;
  • un détournement d'avion[22] ;
  • l'empoisonnement à grande échelle des habitants d'une ville américaine [23] ;
  • la perte d'un navire ou d'un sous-marin[24] ;
  • un homme qui se fait dévorer par une panthère[25] ;
  • un homme qui se fait écraser le corps par un éléphant[26] ;
  • la mise en place d'une intrigue mettant en scène :
    • l'arraisonnement d'un navire chargé d'armes[21] ;
    • un ordre difficile à exécuter venu d'un chef d'État[27] ;
    • la perte d'un engin spatial[28] ;
    • le passage à l'Ouest d'un transfuge soviétique

      Le développement de chaque roman est très souvent émaillé de scènes de violences entrecoupées de scènes sexuelles ou de torture, avec de multiples rebondissements.

      La fin de chaque roman donne lieu, très souvent, à une conclusion amère et sans illusions.

      Sort des personnages féminins

      Dans de nombreux romans, une femme courageuse qui a grandement aidé Malko est assassinée ou grièvement blessée par ceux qu'il combat. À titre d'exemples : Lili Hua[30] ; Jill[31] ; Carole Ashley ; Phœbe[32] ; Po-yick[33] ; Daphné[34] ; Mary-Linh et Chi-Tu[35] ; Swanee[36] ; Birgitta[37] ; Solweig[11] ; Anjeli et Jane[38] ; Oliveira[39] ; Jennifer[9] ; Fulvia [40] ; Tina[41] ; Androula [42] ; Ann Grimm[12] ; Leïla Galata [43] ; Jessica[44] ; Jane Baron et Sopia Sen[45] ; Galina[46] ; Zahra Sirb[47] ; Nada, Tamara et Slavica[48] ; Dorothy[49] ; Ruxandra[50] ; Nilufer, Mimoza et Sergueva[51] ; Larissa et Irina[52] ; Marina [53] ; Maureen Kieffer[54].

Personnages récurrents

Si Malko Linge est le héros de la série, il est aidé par plusieurs personnes : Chris Jones et Milton Brabeck, ses gardes du corps de la CIA (« baby sitters ») qui interviennent dans un tiers des romans environ, ainsi que par Elko Krisantem, son majordome turc, ancien tueur à gages.

Malko a comme correspondants au niveau décisionnel de la CIA, David Wise (directeur de la Division des Plans et Opérations) dans les romans des années 1960 et 1970 ; son interlocuteur, à partir du milieu des années 1990, est Frank Capistrano.

Alexandra Vogel, la compagne de Malko, apparaît parfois dans certains ouvrages, ou est évoquée lorsque Malko la trompe, le plus souvent sans aucun état d'âme.

Malko rencontre dans ses aventures des femmes « croqueuses d'hommes » :