Saskatchewan
Blason de Saskatchewan
Armoiries.
Drapeau de Saskatchewan
Drapeau.
Saskatchewan
Carte de localisation.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Capitale Regina
Plus grande ville Saskatoon
Entrée dans la Confédération  (9e)
Lieutenant-gouverneur Russell Mirasty
Premier ministre Scott Moe (Parti saskatchewanais)
Sièges à la Chambre des communes 14 (sur 338)
Sièges au Sénat 6 (sur 105)
Code postal S
Abréviation postale SK
ISO 3166-2:CA CA-SK
Démographie
Gentilé Saskatchewanais(e)
Population 1 098 352 hab.[1] (2016)
Densité 1,7 hab./km2
Rang 6e
Langue officielle De jure : Aucune
De facto : Anglais
Géographie
Superficie 651 036 km2
Rang 7e
Terre 591 670 km2
Eau 59 366 km2 (9,1 %)
Fuseau horaire UTC -6 (aucune heure d'été)[2]
Divers
Devise Multis e gentibus vires
(Latin : « D'une diversité de peuples, la force »)
Domaine Internet .sk.ca

La Saskatchewan (prononcé en français : /saskatʃewan/, prononcé en anglais : /səˈskætʃəwən/) est une province de l'Ouest du Canada, située dans la région des prairies, entourée à l'ouest par l'Alberta, au nord par les Territoires du Nord-Ouest et à l'est par le Manitoba. La Saskatchewan comporte également une frontière au sud avec les États américains du Montana et du Dakota du Nord. Elle s'étend sur une superficie de 651 900 km2 et compte une population de 1 098 352 habitants en 2016[1]. La plus grande ville est Saskatoon et la capitale Regina.

Avant que les Européens ne l'explorent en 1690 et ne s'y installent en 1774, le territoire a d'abord été habité par de nombreuses communautés amérindiennes. Créée depuis les Territoires du Nord-Ouest, elle devient la 9e province du Canada en 1905.

L'économie de la Saskatchewan se repose principalement sur l'agriculture et l'industrie forestière. Les autres activités sont l'industrie minière, ainsi que la production de gaz naturel et de pétrole, ce qui fait de la Saskatchewan la deuxième province la plus productrice après l'Alberta.

Toponymie

Son nom vient de la rivière Saskatchewan, dont le nom en langue crie signifie « (rivière) rapide » (kisiskatchewan).

Dans le français parlé au Canada, comme dans l'usage officiel des gouvernements fédéral du Canada, du Québec, et de la Saskatchewan, le nom Saskatchewan est exclusivement féminin, qu'il désigne la province ou la rivière éponyme. Ailleurs, il peut y avoir flottement : un usage observé en France est de faire de Saskatchewan un nom masculin quand il désigne la province et féminin quand il désigne la rivière[3].

Géographie

Géographie physique

Carte du relief de la Saskatchewan.

La Saskatchewan est située dans l'Ouest canadien. La superficie de la province atteint 651 036 km2, dont 591 670 km2 de terres et 59 366 km2 d'eaux, ce qui en fait la 7e entité subnationale du Canada en superficie, et la 5e province.

La province prend la forme d'un trapèze, ses frontières suivant essentiellement des méridiens et des parallèles. L'ouest de la Saskatchewan borde l'Alberta et est délimité par la longitude 110° O ; la frontière entre les deux provinces mesure 1 225 km. Au nord, les Territoires du Nord-Ouest en sont séparés par le 60e parallèle ; au sud, la frontière avec les États-Unis est située sur le 49e parallèle. La frontière orientale avec le Manitoba n'est pas un simple arc de méridien, mais une succession de segments de méridiens à l'ouest de 101°30', reliés par de courts arcs de parallèles. La Saskatchewan est la seule province du Canada dont aucune frontière ne correspond à une particularité géographique tangible (bassin versant, cours d'eau, etc.).

La Saskatchewan est constituée de deux principales régions naturelles : le bouclier canadien au nord et les plaines intérieures au sud. La montagne de Cyprès, au sud-ouest, est une région qui est demeurée libre de glaces lors de la dernière glaciation. Le point culminant de la province, à 1 468 m d'altitude, est situé dans les montagnes des Cyprès ; il s'agit du plus haut point du Canada entre les montagnes Rocheuses et le Québec. Le point le plus bas est situé sur les bords du lac Athabasca, à 213 m d'altitude.

Géologie

Carte géologique de la Saskatchewan : en rouge, le bouclier canadien ; en vert, le bassin sédimentaire.

La géologie de la Saskatchewan peut être divisée en deux régions, le bouclier canadien datant du Cambrien ou du Précambrien et le bassin sédimentaire de l'Ouest canadien datant du Phanérozoïque. Le bouclier canadien contient en outre le bassin sédimentaire de l'Athabasca. Les processus géologiques les plus récents datent du quaternaire, lorsque les prairies furent touchées par des épisodes glaciaires[4].

Plusieurs impacts météoriques ont altéré les processus géologiques terrestres. Les impacts de Carswell, Deep Bay et Gow Lake se sont produits sur le bouclier canadien au nord. Ceux de Viewfield, Elbow et Maple Creek dans les plaines du sud[5]. Le cratère de Carswell est le plus grand astroblème de la province, avec 35 km de diamètre[6].

Hydrographie

La province de la Saskatchewan possède plus de 100 000 lacs et rivières[7].

Les eaux douces recouvrent 59 366 km2 de la Saskatchewan, soit 6,5 % de la superficie totale[8]. La province regroupe 14 principaux bassins versants[9], se déversant dans l'océan Arctique, la baie d'Hudson et le golfe du Mexique. Les deux principaux bassins, ceux du Nelson et du Churchill, se déversent dans la baie d'Hudson. Outre le Churchill, les principaux cours d'eau sont la Qu'Appelle, l'Assiniboine, la Souris, la Saskatchewan Nord et la Saskatchewan Sud (dont la confluence forme la Saskatchewan), qui font toutes partie du bassin du Nelson. La Frenchman, au sud de la province, fait partie du bassin du Mississippi et s'écoule donc vers le golfe du Mexique. Au nord, le bassin du Mackenzie rejoint l'océan Arctique.

La Saskatchewan comprend plus de 10 000 lacs, principalement dans la région au nord de la limite des arbres sur le bouclier canadien[10]. Le plus grand est le lac Athabasca, à cheval sur la Saskatchewan et l'Alberta. Le deuxième est le lac Reindeer, à cheval sur la Saskatchewan et le Manitoba. Parmi les autres lacs, on trouve le lac Wollaston, le lac Cree, le lac Frobisher et le lac la Ronge. Le point le plus profond, 220 m de profondeur, est situé dans le lac des Rennes, dans le cratère de Deep Bay, un astroblème de 13 km de diamètre[11].

La Saskatchewan contient également des zones humides[12], des tourbières et des lacs salés, comme les lacs Quill (en).

Climat

La Saskatchewan repose loin de toute étendue d'eau de taille significative. Avec sa situation septentrionale, la province possède un climat continental tempéré dans le centre et l'est, s'asséchant en climat de steppe semi-aride dans le sud et le sud-ouest. Au nord, à partir de La Ronge, le climat est subarctique. Les étés sont chauds, avec des températures pouvant dépasser 30 °C. Les hivers sont très froids. L'amplitude thermique entre l'été et l'hiver peut dépasser 65 °C[13]. L'été, les rafales descendantes, les orages supercellulaires ou les tornades sont des événements possibles.

La Saskatchewan est la province la plus ensoleillée du Canada (2 206 heures par an), la deuxième recevant le moins de neige par an (145 cm) et dont l'été est le plus chaud (22 °C), et la quatrième recevant le moins de précipitations à l'année (428 mm)[14]. En moyenne, la Saskatchewan connaît 272 jours de gel dans le nord (à Prince Albert), 241 jours dans le sud (à Estevan)[15].

Géographie humaine

La majorité de la population de la Saskatchewan est située dans le tiers sud de la province, au sud du 53e parallèle.

Saskatoon (202 000 habitants) est la plus grande ville de la province. Regina (180 000 habitants), la capitale, est la deuxième. Parmi les autres villes figurent Estevan, Flin Flon, Humboldt, Lloydminster, Melfort, Melville, Moose Jaw, North Battleford, Prince Albert, Swift Current, Weyburn et Yorkton.

Histoire

Famille autochtone, 1919.

Avant l'arrivée des Européens, la Saskatchewan est peuplée par les Athabaskans, les Algonquiens et les Sioux. Le premier Européen en Saskatchewan est Henry Kelsey en 1690, qui descend la rivière Saskatchewan, cherchant une traite de fourrure avec les autochtones. Le premier établissement européen est un comptoir de la Compagnie de la Baie d'Hudson à Cumberland House (en), fondé par Samuel Hearne en 1774. Le peuplement de la région, qui fait alors partie des Territoires du Nord-Ouest, s'accélère pendant les années 1870 grâce à la construction du Canadien Pacifique et à la concession de terres gratuites aux colons volontaires. La Police montée du Nord-ouest établit plusieurs postes à travers la Saskatchewan moderne.

On déplace les autochtones par la force vers des réserves et les métis qui s'y sont établis, dirigés par Louis Riel, mènent la Rébellion du Nord-Ouest afin de former leur propre gouvernement indépendant du Canada. Riel se rend deux mois plus tard et est reconnu coupable de trahison.

Le peuplement de la Saskatchewan continue par le biais du chemin de fer ; avec la croissance de sa population, elle devient une province en 1905. Mis à part les Canadiens-français qui viennent du pays, plusieurs peuples d’Europe contribuent au peuplement de la Saskatchewan. Aujourd'hui, la majorité de la population est composée des descendants d’Allemands, d’Anglais, d’Écossais, d’Irlandais, d’Ukrainiens, de Norvégiens, de Polonais, de Néerlandais, de Suédois, etc. qui s'établissent dans la région à l’époque de la colonisation.

En 1944, la Fédération du Commonwealth coopératif (FCC), parti agrarien et ouvrier de gauche, remporte les élections provinciales au Saskatchewan et constitue le premier gouvernement socialiste de l'histoire de l’Amérique du Nord. Reconduite à plusieurs reprises, la FCC fait campagne au début des années 1960 sur le thème d'un projet de couverture santé universelle et, après avoir à nouveau gagné les élections, le met en œuvre, le premier du Canada. Il est toutefois violemment contesté par le syndicat des médecins de la province qui déclencha une grève massive le jour même de l'entrée en vigueur du nouveau système. Soutenu par la chambre de commerce du Saskatchewan, par la plupart des journaux et par le collectif d’extrême droite Laissez-nous nos médecins (KOD), le syndicat des médecins conduit une efficace campagne de communication décrivant le système de couverture santé universelle comme un projet communiste qui favoriserait la propagation des maladies. La grève, devenue très impopulaire en raison des discours outranciers de certains de ses meneurs (l'un d'eux avait appelé à faire couler le sang) prend finalement fin au bout de quelques semaines, et le système de couverture santé universelle est adopté par l’ensemble du pays cinq ans plus tard[16].

Démographie

Évolution de la population
AnnéePop.±%
1901 91 279—    
1911 492 432+439.5%
1921 757 510+53.8%
1931 921 785+21.7%
1941 895 992−2.8%
1951 831 728−7.2%
1956 880 665+5.9%
1961 925 181+5.1%
1966 955 344+3.3%
1971 926 242−3.0%
1976 921 325−0.5%
1981 968 313+5.1%
1986 1 009 613+4.3%
1991 988 928−2.0%
1996 976 615−1.2%
2001 978 933+0.2%
2006 985 386+0.7%
2009 1 023 810+3.9%
2011 1 033 381+0.9%
2016 1 098 352+6.3%
Graphique retraçant l'évolution de la population de la Saskatchewan depuis 1901.

En 2016, la population de la Saskatchewan est estimée à 1 098 352 habitants[18].

Autochtones et minorités visibles[19]
Recensement de 2016 Population % de la population totale
Philippins 32 340 2,94
Minorités visibles Asie du Sud 29 960 2,73
Chinois 15 545 1,42
Noirs 14 925 1,36
Autre minorité visible 23 105 2,10
Total de la population des minorités visibles 115 875 10,55
Autochtones Premières Nations 114 570 10,43
Métis 57 880 5,27
Inuits 360 0,03
Total population autochtone 175 020 15,93
Canadiens européens 807 457 73,52
Total population 1 098 352 100,00

Origines

Selon le recensement fédéral de 2001, les principales origines ethniques de la Saskatchewan sont[20] :

18,1 % des personnes s'identifient cependant comme Canadiens.

Religion

Selon le recensement fédéral de 2001, les principales affiliations religieuses des Territoires sont[21] :

148 535 personnes (15 %) se considèrent comme sans religion.

Langues

La Saskatchewan ne possède aucune langue officielle. L'anglais joue cependant de facto ce rôle.

Langue maternelle en 2016[22]
Langue maternelle Locuteurs %
Anglais 892 615 82,4 %
Allemand 21 320 1,97 %
Tagalog 20 045 1,85 %
Langues algonquiennes 19 965 1,84 %
Français 15 100 1,39 %
Langues chinoises 12 460 1,15 %
Ukrainien 11 270 1,04 %
Déné 7 855 0,73 %
Ourdou 6 520 0,6 %
Pendjabi 5 250 0,48 %
Anglais et une autre langue 17 970 1,66 %
Autres 52 870 4,88 %

Télévision

Les chaînes principales de télévision en Saskatchewan sont[23] :