Super Bowl
Description de cette image, également commentée ci-après
Trophée Vince Lombardi
Généralités
Sport Football américain
Création 1966
Organisateur(s) NFL
Périodicité Annuelle (février)
Participants 2 franchises[Note 1]
Statut des participants Professionnel

Palmarès
Tenant du titre Eagles de Philadelphie (Super Bowl LII)
Plus titré(s) Steelers de Pittsburgh (6)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la dernière compétition voir :
Super Bowl LII

Le Super Bowl est la finale du championnat organisé par la National Football League (NFL), ligue américaine de football américain. Elle voit s'y affronter les vainqueurs des matchs éliminatoires des deux conférences du championnat. Il conclut une saison qui commence à la fin de l'été de l'année précédente et a lieu en janvier ou février.

Ce match a été créé à la suite de la fusion entre les ligues NFL et AFL au milieu des années 1960. Les deux championnats se sont mis d'accord pour que leurs champions respectifs s'affrontent lors d'une finale afin de savoir qui est le champion des États-Unis. La fusion est officielle en 1970, et si chaque ligue est renommée en conférence, le match reste dans la NFL comme la rencontre qui détermine le champion de la saison. La franchise la plus victorieuse du Super Bowl est les Steelers de Pittsburgh avec 6 victoires.

Le Super Bowl est l'événement sportif le plus regardé à la télévision aux États-Unis, et l'un des événements sportifs les plus regardés au monde. La télévision utilise la rencontre pour vendre des publicités commerciales à des prix records.

Historique

Origines de la compétition

Le Super Bowl est créé en 1967 sous le nom de NFL-AFL World Championship Game. Cependant, les médias et les fans préfèrent « Super Bowl ». Il faut attendre la troisième édition de la grande finale pour voir apparaître officiellement le nom de Super Bowl[1].

À partir de la cinquième édition, la numérotation est indiquée en chiffres romains, afin de ne pas confondre avec l'année[2]. Seule l'édition 50 (en 2016) fera exception[3].

Premières éditions (1966-1970)

Après les deux victoires de suite des Packers de Green Bay, membres de la NFL, on s’interroge sur le niveau des formations de l’American Football League (AFL). Ces doutes sont vite balayés par les victoires des Jets de New York au Super Bowl III, puis des Chiefs de Kansas City lors du Super Bowl IV. Le quarterback des Jets, Joe Namath, garantit la victoire deux jours avant le Super Bowl et devient une légende à New York[4]. La fusion de la NFL et de l’AFL se réalise après ces quatre premières éditions. Dix franchisés de l’AFL et trois de la NFL forment alors la Conférence américaine, tandis que les treize autres franchises de la NFL constituent la Conférence nationale. Le Super Bowl met désormais aux prises les champions des deux conférences.

Premiers Super Bowls après la fusion (1970-1974)

Après la fusion entre l'American Football League et la National Football League, trois franchises dominent les années 1970, remportant à elles trois huit Super Bowls ; les Cowboys de Dallas, les Dolphins de Miami et les Steelers de Pittsburgh. Les Colts de Baltimore, désormais membre de l'AFC, dominent les Cowboys lors du Super Bowl V, la première finale du championnat NFL. Lors de ce Super Bowl, le linebacker des Cowboys Chuck Howley est nommé meilleur joueur du Super Bowl et est toujours à ce jour le seul joueur d'une équipe perdant à recevoir cette récompense.

Les Cowboys prennent leur revanche l'année suivante en remportant le Super Bowl VI contre les Dolphins de Miami. La saison suivante, les Dolphins réalisent un parcours parfait jusqu'au Super Bowl VII qu'ils remportent sur le score de 14-7, devenant la première et seule équipe à terminer une saison invaincue par une victoire au Super Bowl. Miami réalise le doublé en remportant le Super Bowl VIII un an plus tard.

En 1970, la Wild Card est inventée pour permettre à un non-champion de division de participer aux playoffs. En 1975, Dallas est la première équipe non-championne de division à atteindre le Super Bowl, mais elle chute contre Pittsburgh.

Dynastie des Steelers de Pittsburgh (1975-1980)

Image en noir et blanc d'un joueur à genou cherchant à récupérer un ballon perdu
Le quarterback des Vikings du Minnesota Fran Tarkenton cherche à récupérer un fumble dans la end zone lors du Super Bowl IX contre les Steelers de Pittsburgh.

En 1975, le système de seeds est mis en place, délivrant un ordre selon le record de saison régulière qui établit les confrontations (et non plus selon un calendrier préprogrammé). Depuis, sur 41 Super Bowls, 12 ont vu les #1 de chaque conférence s’affronter.

Dans la deuxième partie des années 1970, les Steelers de Pittsburgh remportent quatre Super Bowls (IX, X, XIII et XIV) en six saisons. Menés par l'entraîneur principal Chuck Noll, l'équipe comprend les joueurs offensifs suivants : Terry Bradshaw, Franco Harris, Lynn Swann, John Stallworth et Mike Webster et une défense dominante : la ligne offensive appelé Steel Curtain menée par Joe Greene, Ernie Holmes, Dwight White et L. C. Greenwood, mais aussi le cornerback Mel Blount. La franchise sélectionne les derniers éléments de son équipe lors de la draft 1974 de la NFL lors de laquelle elle sélectionne quatre joueurs du Hall of Fame. La dynastie des Steelers est interrompu seulement par les Raiders d'Oakland qui remportent le Super Bowl XI et par la victoire des Cowboys de Dallas de Roger Staubach et Tom Landry qui remportent leur deuxième Super Bowl (XII).

Décennie dominée par les 49ers de San Francisco (1981-1991)

Dans les années 1980, la conférence NFC domine la conférence AFC, remportant treize Super Bowls consécutivement. L'équipe qui domine la décennie est San Francisco, avec la West Coast Offense développée par Bill Walsh et menée par le quarterback Joe Montana, le wide receiver Jerry Rice et le tight end Brent Jones. Les 49ers remportent quatre Super Bowls dans les années 1980 (XVI, XIX, XXIII et XXIV), devenant la deuxième dynastie de l'histoire du Super Bowl après les Steelers de Pittsburgh.

Les Bears de Chicago de Mike Ditka sont également une équipe dominante, avec leur quarterback Jim McMahon et le running back Walter Payton. Ils remportent le Super Bowl XX. Les Giants de New York et les Redskins de Washington font également partie des meilleures équipes. Les Redskins remportent les Super Bowls XVII, XXII et XXVI, les Giants les Super Bowls XXI et XXV. Comme dans les années 1970, les Raiders d'Oakland glanent deux Super Bowls XV et XVIII et est la seule franchise de l'AFC à remporter des titres pendant cette période. Oakland, en 1980 (XV) devient la première équipe non-championne de division à remporter le titre.

En 1990, la seconde Wild Card ou seed #6 est ajoutée : Pittsburgh (2005) et Green Bay (2010) sont les seules équipes à avoir gagné le Super Bowl en étant seed #6, et donc en ayant gagné trois matchs à l’extérieur en playoffs (plus la finale).

Dynastie des Cowboys de Dallas (1992-1996)

Après plusieurs saisons avec des mauvais bilans, les Cowboys de Dallas reviennent au sommet au début des années 1990. Au début de cette décennie, la franchise remporte trois Super Bowls (XXVII, XXVIII et XXX) avec la triplette de Dallas : Troy Aikman, Emmitt Smith et Michael Irvin. Une autre franchise domine l'American Football Conference, les Bills de Buffalo. Ils se qualifient pour quatre Super Bowls consécutifs entre 1990 et 1994 mais n'en remportent aucun. Pendant la dynastie des Cowboys, les 49ers de San Francisco remportent un cinquième Super Bowl avec le quarterback Steve Young, le wide receiver Jerry Rice et le cornerback Deion Sanders.

Duel des quarterbacks Favre et Elway (1997-2000)

Les Packers de Green Bay, emmenés par leur quarterback Brett Favre sort vainqueur du Super Bowl XXXI, leur premier championnat depuis les Super Bowl I et II à la fin des années 1960. Le Super Bowl XXXII voit le quarterback des Broncos de Denver John Elway battre le champion sortant des Packers lors d'une victoire surprise. La saison suivante, Denver réalise le doublé en battant les Falcons d'Atlanta lors du Super Bowl XXXIII, la cinquième apparence d'Elway au Super Bowl.

Les Rams de Saint-Louis remportent le Super Bowl XXXIV contre les Titans du Tennessee avec un quarterback non drafté Kurt Warner pour conclure les années 1990. Dans une partie serrée, les Titans ont l'occasion d'arracher les prolongations et se font arrêter à un mètre de la ligne à la dernière seconde. Lors du Super Bowl XXXV, les Ravens de Baltimore battent les Giants de New York sur le score de 34–7.

Dynastie des Patriots de la Nouvelle-Angleterre (2001-2005)

Au début des années 2000, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre remportent trois Super Bowls en quatre ans. La dynastie des Patriots est menée par le jeune quarterback Tom Brady et une défense de fer. Lors du Super Bowl XXXVI, le débutant Brady mène son attaque à un field goal décisif d'Adam Vinatieri pour une victoire surprise 20 à 17. Les Patriots gagnent également les Super Bowls XXXVIII et XXXIX en battant les Panthers de la Caroline et les Eagles de Philadelphie. La domination des Pats est interrompue par le succès des Buccaneers de Tampa Bay aux dépens des Raiders d'Oakland sur le score de 48-21 lors du Super Bowl XXXVII. Encore aujourd'hui, les Patriots sont une force dominante dans la ligue et ce depuis les années 2000, avec 4 Superbowls en 15 ans et ayant manqué les séries a seulement deux occasions durant cette période.

Ère moderne et multiples vainqueurs (2006-2016)

Les Steelers de Pittsburgh de Ben Roethlisberger et les Colts d'Indianapolis de Peyton Manning remportent les Super Bowls XL et XLI, en battant respectivement les Seahawks de Seattle et les Bears de Chicago.

Lors de la saison 2007, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre deviennent la deuxième équipe à réaliser une saison régulière parfaite mais ils échouent lors du Super Bowl XLII contre les Giants de New York d'Eli Manning, battus sur le score de 17-14. Ben Roethlisberger et les Steelers ajoutent un sixième Super Bowl à leur palmarès en battant à la dernière minute les Cardinals de l'Arizona lors du Super Bowl XLIII. Les Saints de La Nouvelle-Orléans de Drew Brees remportent leur premier Super Bowl en battant les Colts en février 2010. Les Packers de Green Bay gagnent ensuite leur quatrième Super Bowl (XLV). Les Giants dominent à nouveau les Patriots lors du Super Bowl XLVI. Les Ravens de Baltimore remportent le Super Bowl XLVII sur le score de 34-31 contre les 49ers de San Francisco.

Le Super Bowl XLVIII disputé au MetLife Stadium en février 2014, est le premier Super Bowl joué en extérieur, dans un environnement froid. La défense des Seahawks de Seattle domine l'attaque des Broncos de Denver de Peyton Manning tout au long du match pour une large victoire finale 43-8. Lors du Super Bowl XLIX, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre battent les Seahawks de Seattle sur une interception de dernière minute de Malcolm Butler. Lors du Super Bowl 50, les Broncos de Denver, meilleure défense de la saison, battent les Panthers de la Caroline, meilleure attaque de la saison.

Le Super Bowl XLIX voit les Patriots de la Nouvelle-Angleterre battre les tenants du titres les Seahawks de Seattle.

Le Super Bowl 50 oppose la meilleure défense de la saison, les Broncos de Denver à la meilleure attaque de la saison, les Panthers de la Caroline. Pour le dernier match de sa carrière, QB Peyton Manning conduit son équipe à la victoire, remportant sa deuxième bague.

Le Super Bowl LI est le premier à se jouer en prolongation. Il oppose l'équipe de la décennie les Patriots de la Nouvelle-Angleterre emmenée par son QB emblématique Tom Brady aux Falcons d'Atlanta. Le match restera dans les mémoires puisque les Patriots menés 28 à 3, rattraperont leur retard de 25 points pour l'emporter 34 à 28.

Les Super Bowls des années 2000 et début 2010 sont marqués par les performances (et les pedigrees) de plusieurs quarterbacks, et par une certaine stagnation (surtout du côté de l'AFC) à cause des apparitions répétées des mêmes équipes et des même joueurs.

On peut citer en particulier trois QB de l'AFC qui se partagent toutes les participations au Super Bowl entre la saison 2001 et 2017 à l'exception de deux éditions :

Pour la NFC la liste des QB différents sur les saisons 2001 à 2017 est de 14 dont notamment :