Université Harvard
Grand Sceau Harvard.svg
Langdell Hall, Harvard Law School, Cambridge, MA - IMG 5626.JPG
Histoire et statut
Fondation
Type
Université privée
Nom officiel
Harvard University
Régime linguistique
anglais
Fondateur
Président
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Massachusetts
voir sur la carte de Massachusetts
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
36 012 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Divers
Devise
Veritas (vérité) - latin
Membre de
Site web

L’université Harvard (Harvard University), ou plus simplement Harvard, est une université privée américaine située à Cambridge, ville de l'agglomération de Boston, dans le Massachusetts. Fondée le [1], c'est le plus ancien établissement d'enseignement supérieur des États-Unis[2],[3].

Son histoire, son influence, sa richesse et sa réputation en ont fait une des institutions les plus prestigieuses[4],[5],[6],[7],[8],[9]. Selon le classement de Shanghai, elle est la première université au monde.

Elle fait partie de l'Ivy League, regroupement informel des huit universités de la côte Est des États-Unis. Plus de 70 de ses étudiants ont reçu un prix Nobel[10]. Le corps enseignant est constitué de 2 497 professeurs, pour 6 715 étudiants de premier cycle (undergraduate, en anglais) et 12 424 étudiants de cycle supérieur (graduate en anglais). Harvard attire des étudiants du monde entier (132 nationalités représentées en 2004[11]).

Histoire

Harvard à l’époque coloniale

Harvard au XVIIIe siècle.

Le vrai collège, tel que nous le connaissons aujourd'hui, est fondé en 1636[12], par un vote de l'assemblée générale de la colonie de la baie du Massachusetts (Massachusetts Bay Colony). En 1639, il est baptisé « Harvard » en hommage à John Harvard, de Charlestown, jeune pasteur puritain qui en 1638 légua sa bibliothèque et la moitié de ses biens à la jeune institution[3]. Ce legs constitue le fonds originel de la Bibliothèque de Harvard. À ses débuts, l'établissement ne compte que neuf étudiants et un professeur, Nathaniel Eaton[3] ; l'enseignement est proche de celui qui était dispensé en Angleterre mais subit l'influence du puritanisme des premiers colons de la Nouvelle-Angleterre. Harvard forme alors de nombreux pasteurs. La première bourse d'étude est fondée en 1643[3].

Pendant la guerre d'indépendance américaine, les soldats américains sont hébergés dans le Massachusetts Hall[13].

La dénomination d'« université », en revanche, ne date que de 1780.

Développement au XIXe siècle

Dunster House, Harvard.

À mesure que l'université s'agrandit, les cours proposés se diversifient et l'établissement attire des professeurs renommés : les poètes Henry Longfellow (1807-1882) et James Russell Lowell (1819-1891), les philosophes William James (1842-1910), George Santayana (1863-1952) ou encore le scientifique Louis Agassiz (1807-1873). C'est sous la présidence de Charles W. Eliot (en) entre 1869 et 1909 que Harvard devient un établissement moderne : les écoles de commerce, de médecine dentaire, et d'arts et sciences sont fondées. L'université s'ouvre aux femmes avec la création de la Harvard Annex en 1879, qui devient Radcliffe College en 1894[14]. Enfin, le nombre d'étudiants est multiplié par trois[14].

Histoire de Harvard au XXe siècle

Sous la présidence d'Abbott Lawrence Lowell (1909-1933), Harvard est dotée d'un système de tutorat. Le campus est agrandi grâce au « House Plan » qui prévoit la construction de douze résidences universitaires, chacune ayant un réfectoire et une bibliothèque[14]. Chaque maison étudiante propose des activités culturelles, sociales et sportives. Depuis 1933, une association de l’université Harvard, The Loeb Classical Library Foundation, assure la direction éditoriale de la principale collection de classiques bilingues grecs et latins de langue anglaise.

C'est à Harvard le , que le secrétaire d'État George Marshall a prononcé son fameux discours lançant le Programme de rétablissement européen (European Recovery Program ou ERP), connu en France sous le nom de « plan Marshall ».

Dans les années 1960, Harvard a fait partie des premières universités, parmi les business schools américaines, à enseigner la stratégie d'entreprise de façon explicite et sous sa forme moderne[15]. Le cours de business policy (politique d'entreprise), qui traitait la stratégie d'entreprise dans la « tradition distinguée de l'époque, non pas comme un ensemble de formules, mais comme la mission de l'entreprise, sa compétence distinctive, reflétant les valeurs de ses managers », et n'était pas particulièrement populaire, a été ainsi remplacé par un autre cours intitulé « Competition and Strategy » (« Compétition et Stratégie »), dont on avait retiré le contenu sur le directeur général et les « valeurs de la société »[16].

Présidents de Harvard