Vassilis Alexakis
Description de cette image, également commentée ci-après
Vassilis Alexakis en 2013.
Nom de naissance Βασίλης Ἀλεξάκης
Naissance
Athènes, Grèce
Décès (à 77 ans)
Athènes, Grèce
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français, grec
Genres

Vassilis Alexakis (en grec : Βασίλης Ἀλεξάκης), né le à Athènes[1],[2] et mort le dans cette même ville[3],[4], est un écrivain franco-grec, auteur d'une importante œuvre romanesque. Il écrit à la fois en français et en grec, sa langue maternelle.

Biographie

À l'âge de 17 ans, Vassilis Alexakis reçoit une bourse et emménage à Lille pour étudier le journalisme. La bourse étant insuffisante, il doit travailler à la plonge dans un restaurant. Après ses études de trois ans, il rentre en Grèce pour cause de service militaire mais revient s'installer à Paris en 1968 après le coup d'État militaire d'avril 1967.

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille (ESJ), Vassilis Alexakis a collaboré comme journaliste, dessinateur humoristique et chroniqueur à plusieurs journaux, dont Le Monde, La Croix, La Quinzaine littéraire et durant quinze ans Le Monde des livres. À la radio, il a régulièrement participé à l'émission Des Papous dans la tête sur France Culture et a écrit des pièces radiophoniques[5][source insuffisante].

Écriture

Son œuvre, partagée entre deux cultures, est empreinte d'une tendre ironie et nous fait pénétrer au cœur de l'histoire intime et universelle. Au sujet de l'usage de ses deux langues dans son œuvre, Vassilis Alexakis fait remarquer qu'« il y a d'abord eu la période française. J'ai écrit en français les trois premiers romans, où le contact avec la langue est encore relativement distant. Il m'est plus facile de faire de l'humour en français, du coup ce sont des livres plus légers. Il y a, ensuite, un virage avec Talgo, le premier livre écrit en grec où je fais la preuve que ma manière d'écrire reste la même en passant d'une langue à l'autre, que je ne trahis aucune des deux langues et qu'aucune ne me trahit »[6].

Dans la logique de sa revendication d'une double culture, il s'est opposé récemment aux restrictions qui touchent l'immigration en France : « L'identité française est le produit d'un dialogue avec le monde qui a commencé il y a bien longtemps, bien avant la naissance de la France et qui est aussi ancien que le mot dialogue lui-même. L'attachement que j'ai pu avoir pour ce pays quand j'étais adolescent était dû en partie à des étrangers, ou tout au moins à des Français d'origine étrangère, à Van Gogh et à Salvador Dali, à Kopa et à Piantoni, à Beckett et à Ionesco. [...] Dans un pays où le tiers de la population est issu de l'immigration, faire obstacle à l'arrivée de nouveaux étrangers est une façon de mettre en péril plutôt que de sauvegarder l'identité française »[7].

Décorations

Prix et distinctions

Œuvre

Romans et récits