Présentation

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique. Lorsqu'un article est labellisé à la suite d'un vote AdQ ou BA, il faut créer une sous-page « Wikipédia:Lumière sur/Nom de l'article labellisé ». Cette dernière comprend le résumé introductif de l'article (avec un maximum de 400 mots). L'article sera ensuite mis en lumière sur la page d’accueil le jour programmé.

Il n'y a pas de « sélection », tous les articles de Wikipédia apparaissent sur la page d'accueil, une fois labellisés. Ils peuvent également repasser une nouvelle fois après plusieurs années, s'ils ont été remis à neuf par le projet Après label.

Pour rédiger une Lumière sur un article, suivez les instructions de la page d'aide.

Aujourd’hui jeudi 4 juin 2020

La Benetton B192 de Michael Schumacher exposée en marge du Grand Prix de Malaisie 2010.

La Benetton B192 est une monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie britannique Benetton Formula dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 1992. Elle est pilotée par l'Allemand Michael Schumacher, présent dans l'équipe depuis la fin de la saison 1991 et qui dispute sa première année complète dans la discipline-reine, et le Britannique Martin Brundle, en provenance de l'écurie Brabham Racing Organisation.

Conçue par les ingénieurs Ross Brawn et Rory Byrne, la B192, équipée d'un moteur V8 Ford-Cosworth HBA, est une évolution de la B191 de la saison précédente et reprend ses bases aérodynamiques, par un nez surélevé qui contraste avec l'architecture des autres monoplaces du plateau.

Après un déverminage effectué par Martin Brundle le sur le circuit de Silverstone, la Benetton B192 fait ses débuts en compétition lors du Grand Prix d'Espagne, quatrième manche du championnat, en remplacement de la B191B utilisée en début de saison. Sa grande fiabilité et ses bonnes performances permettent à Michael Schumacher de remporter sa première victoire en Formule 1 lors du Grand Prix de Belgique et à Martin Brundle de monter à cinq reprises sur le podium.

Forte d'une victoire, de onze podiums et de deux meilleurs tours en course, la B192 permet à Benetton de ravir la troisième place du championnat du monde des constructeurs avec 91 points et à Michael Schumacher, longtemps en lice pour le titre honorifique de vice-champion du monde, d'occuper la troisième place du classement des pilotes.

Programme du mois

Lundi 1er juin 2020

Avers de la pièce d'un dollar en argent de 5 onces.

La série de pièces commémoratives du 50e anniversaire d'Apollo 11 est émise par la Monnaie des États-Unis en 2019 pour commémorer le 50e anniversaire de l'alunissage habité d'Apollo 11, par Neil Armstrong et Buzz Aldrin. Composé d'un half eagle en or (pièce de 5 dollars), de deux pièces d'un dollar en argent de tailles différentes et d'une pièce d'un demi-dollar plaqué de cuivre et de nickel, elles sont émises en qualité de belle épreuve, tous les dollars en argent, sauf le plus gros, étant également émis en brillant universel. Les pièces en or sont frappées à la monnaie de West Point, l'argent à celle de Philadelphie et les demi-dollars en métal non précieux aux Monnaies de Denver et de San Francisco.

Les quatre pièces ont le même dessin. L'avers représente une empreinte de botte sur la surface lunaire, d'après une photographie prise par Aldrin. Ce dessin est l'œuvre du sculpteur du Maine Gary Cooper, et la gravure de Joseph Menna de la Monnaie fédérale. L'envers, comme l'a demandé le Congrès, représente la visière et le casque qui l'entoure de la combinaison spatiale d'Aldrin, avec Armstrong, le drapeau américain et Eagle, le module lunaire Apollo, dans le reflet. Cette image est basée sur une photographie bien connue prise par Armstrong, et est créée et gravée par Phebe Hemphill de la Monnaie américaine. La représentation d'Aldrin fait de lui le septième individu à apparaître sur une pièce de monnaie américaine à être vivant au moment où les pièces sont frappées.

Les pièce Apollo 11 sont courbées, de sorte que l'avers est concave et le revers convexe. Avant la date de diffusion du , on s'attend à ce que certaines d'entre elles s'épuisent rapidement, comme cela s'est produit avec la précédente émission américaine de pièces courbes, celles du temple de la renommée du baseball de 2014. Cela ne s'est pas avéré et aucune d'entre elles n'est épuisée avant la fin des ventes le . Il s'agit néanmoins du programme de pièces commémoratives américain le plus réussi depuis l'émission du Baseball Hall of Fame, avec plus de 600 000 pièces Apollo 11 vendues.

Mardi 2 juin 2020

Les dents du Midi depuis Corbeyrier.

Les dents du Midi sont un chaînon montagneux de trois kilomètres de long, situé dans le Chablais valaisan, dans le canton du Valais en Suisse. Dominant le val d'Illiez et la vallée du Rhône, au sud, elles font face au lac de Salanfe, une retenue artificielle, et font partie de l'ensemble géologique du massif du Giffre. Ses sept sommets sont, du nord-est au sud-ouest : la cime de l'Est, la Forteresse, la Cathédrale, l'Éperon, la dent Jaune, les Doigts et la Haute Cime. Ils sont composés principalement de roches calcaires, notamment du Valanginien dans sa partie supérieure.

Accessibles depuis Champéry, les Cerniers, Mex, Salvan et Vérossaz, les dents du Midi sont escaladées à partir de la fin du XVIIIe siècle. Il est également possible d'en faire le tour depuis 1975. Le chaînon représente un véritable symbole local et est utilisé autant pour promouvoir le val d'Illiez que pour diverses marques et associations de la région.

Mercredi 3 juin 2020

Bacchus par Le Caravage.

Bacchus est un tableau de Caravage conservé à la galerie des Offices de Florence. Il a été peint à la fin du XVIe siècle, mais les experts sont partagés sur sa date précise ; il n'est pas non plus possible d'identifier un commanditaire certain, même s'il est établi que le tableau se retrouve rapidement dans la collection de la famille Médicis, où il est répertorié à partir de 1618. Une hypothèse courante consiste à penser que le premier commanditaire serait le cardinal del Monte, protecteur et mécène de Caravage, qui l'offrirait ensuite au grand-duc de Toscane Ferdinand Ier de Médicis. Dès lors, le tableau reste dans la collection Médicis jusqu'à son passage dans le fonds du musée des Offices. Longtemps oublié et presque abandonné dans les réserves du musée, il est retrouvé au début du XXe siècle puis identifié comme étant de la main de Caravage, essentiellement grâce à l'expertise de deux historiens de l'art italiens : Matteo Marangoni et Roberto Longhi. C'est aujourd'hui l'une des toiles les plus célèbres du peintre lombard ; elle appartient à une série d’œuvres qui traitent de sujets assez similaires et qui emploient le même type de modèle.

La toile semble représenter le dieu romain Bacchus en position semi-allongée, un verre de vin à la main tendu vers le spectateur comme une offrande, un plateau de fruits devant lui et la tête couronnée de feuilles de vigne. Plusieurs détails montrent qu'en réalité, le peintre ne représente pas directement le dieu mais un jeune homme déguisé en Bacchus. Il existe de nombreux débats d'experts pour déterminer la part du portrait ou de l'autoportrait dans cette œuvre, mais un relatif consensus s'établit désormais pour identifier le modèle comme étant Mario Minniti, un ami proche de Caravage, ce qui exclurait donc l'hypothèse du véritable autoportrait.

Il s'agit de l'une des deux représentations connues de Bacchus par Caravage, l'autre étant Le Jeune Bacchus malade ; l'une comme l'autre datent de sa période romaine, lorsqu'il est encore très jeune et qu'il travaille auprès du cardinal del Monte. Le Bacchus des Offices est donc une œuvre assez précoce dans la carrière du peintre, mais elle présente déjà des caractéristiques techniques remarquables et montre que le jeune artiste a beaucoup avancé dans sa maîtrise de la composition comme de la couleur, dans le droit fil de ses prédécesseurs lombards. Deux motifs importants pour Caravage y apparaissent : celui de la nature morte, dont il est l'un des précurseurs, et celui de l'autoportrait. Le tableau oscille entre la scène naturaliste et l'allégorie, qui souligne le passage du temps et l'évanescence des plaisirs sensuels.

Jeudi 4 juin 2020

La Benetton B192 de Michael Schumacher exposée en marge du Grand Prix de Malaisie 2010.

La Benetton B192 est une monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie britannique Benetton Formula dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 1992. Elle est pilotée par l'Allemand Michael Schumacher, présent dans l'équipe depuis la fin de la saison 1991 et qui dispute sa première année complète dans la discipline-reine, et le Britannique Martin Brundle, en provenance de l'écurie Brabham Racing Organisation.

Conçue par les ingénieurs Ross Brawn et Rory Byrne, la B192, équipée d'un moteur V8 Ford-Cosworth HBA, est une évolution de la B191 de la saison précédente et reprend ses bases aérodynamiques, par un nez surélevé qui contraste avec l'architecture des autres monoplaces du plateau.

Après un déverminage effectué par Martin Brundle le sur le circuit de Silverstone, la Benetton B192 fait ses débuts en compétition lors du Grand Prix d'Espagne, quatrième manche du championnat, en remplacement de la B191B utilisée en début de saison. Sa grande fiabilité et ses bonnes performances permettent à Michael Schumacher de remporter sa première victoire en Formule 1 lors du Grand Prix de Belgique et à Martin Brundle de monter à cinq reprises sur le podium.

Forte d'une victoire, de onze podiums et de deux meilleurs tours en course, la B192 permet à Benetton de ravir la troisième place du championnat du monde des constructeurs avec 91 points et à Michael Schumacher, longtemps en lice pour le titre honorifique de vice-champion du monde, d'occuper la troisième place du classement des pilotes.

Vendredi 5 juin 2020

Jens Hundseid.

Jens Hundseid est un homme d'État norvégien né le à Vikedal (Rogaland) et mort le à Oslo. Il est Premier ministre de son pays entre et .

Membre du Parti des paysans, il est élu député au Storting en 1925 et accède à la présidence de son parti en 1929. Il est nommé Premier ministre trois ans plus tard, dans un contexte de crise économique. Son mandat est marqué par un contentieux avec le Danemark sur la question du Groenland oriental et par des relations difficiles avec son ministre de la Défense, Vidkun Quisling. Il ne reste au pouvoir qu'une année avant que son gouvernement minoritaire ne tombe. Après sa chute, il joue un rôle important dans le rapprochement de son parti avec les travaillistes qui permet à Johan Nygaardsvold d'arriver au pouvoir en 1935.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Hundseid rejoint le Nasjonal Samling, le parti d'extrême droite fondé par Quisling qui gouverne le pays aux côtés de l'occupant nazi. Après la libération du pays, il est reconnu coupable de trahison, ce qui met un terme définitif à sa carrière politique.

Samedi 6 juin 2020

Solidus à l'effigie d'Héraclius et de ses fils Constantin III et Héraclonas.

Héraclius (en latin Flavius Heraclius Augustus), en grec Ηράκλειος (Hérakleios), né vers ou en 575 et mort le , est un empereur romain d'Orient de 610 à 641. Il est le fondateur de la dynastie des Héraclides qui règne sur l'Empire pendant plus d'un siècle (610-711) .

Le règne d'Héraclius est l'un des plus fondamentaux de l'histoire byzantine. Il intervient à un tournant de l'évolution de l'Empire. Dernier empereur de l'époque romaine tardive, il arrive au pouvoir en 610 au terme d'une rébellion dirigée par son père, Héraclius l'Ancien, contre l'empereur Phocas, qui a renversé et tué Maurice quelques années plus tôt. Toutes les premières années de son règne sont consacrées, avec la plus grande énergie, à une lutte à mort contre les Sassanides qui ont profité des désordres internes de l'Empire pour assaillir et conquérir ses provinces orientales, puis menacer Constantinople avec l'aide des Avars dans les Balkans. Grâce à son habileté stratégique et diplomatique, Héraclius renverse progressivement la situation et parvient à reconquérir l'ensemble des territoires perdus, ainsi qu'à conclure la paix avec les Sassanides entre 628 et 630.

Pendant quelques années, Héraclius jouit d'une brève période de paix. Il se consacre au rétablissement de l'autorité byzantine en Orient et tente, sans succès, de réconcilier les différentes branches du christianisme qui coexistent au sein de son Empire. Cependant, en 633-634, une nouvelle menace apparaît. Les Arabes, portés par une nouvelle religion, l'islam, se lancent à l'assaut du Moyen-Orient. Encore épuisé par la guerre contre les Perses qui l'a laissé exsangue, l'Empire cède rapidement. La défaite du Yarmouk oblige Héraclius à abandonner à nouveau la Syrie, la Palestine et bientôt l'Égypte. Sans ressources militaires et financières, il ne peut que constater l'effondrement de l'œuvre de son règne.

À sa mort, en 641, l'Empire byzantin entre dans une nouvelle ère. Ses provinces orientales sont perdues ou en passe de l'être. Les Balkans voient l'installation progressive des Slaves qui menacent la souveraineté byzantine dans la région tandis que la séparation entre l'ancien monde romain occidental et l'Empire d'Orient s'affirme. Le grec a définitivement supplanté le latin sous Héraclius, un premier schisme apparaît entre Rome et Constantinople, tandis que les vieilles structures administratives héritées de l'Empire romain sont contraintes à une transformation profonde qui s'étale sur toutes les décennies à venir. En dépit de la période sombre dans laquelle s'enfonce l'Empire au milieu du VIIe siècle, Héraclius a laissé l'image d'un empereur combattant, déterminé et capable d'audace stratégique pour rétablir une situation compromise face aux Sassanides. Dans l'imaginaire chrétien occidental, il devient un symbole de la défense de la chrétienté et un modèle pour les Croisades, tandis que la tradition musulmane a largement épargné celui qui a pourtant été un adversaire de l'islam.

Dimanche 7 juin 2020

Symbole de l'interlingua de Peano.

Le latino sine flexione ([laˈtino ˈsine flekˈsjone]), aussi appelé interlingua de Peano ou interlingua de l'API (Academia pro Interlingua), et abrégé en LsF ou IL, est une langue auxiliaire internationale inventée en 1903 par le mathématicien italien Giuseppe Peano.

Désireux de faciliter les échanges internationaux en mettant fin au morcellement linguistique qui règne dans les cercles scientifiques et intellectuels du début du XXe siècle, Peano propose de simplifier et de moderniser la langue latine pour lui retirer tous les éléments grammaticaux jugés non nécessaires (déclinaisons, conjugaison) jusqu'à obtenir un latino sine flexione, c'est-à-dire un « latin sans flexions ».

Également appelé interlingua (langue internationale), son système réunit des centaines d'adeptes au sein d'une organisation dédiée, l'Academia pro Interlingua, donnant lieu à d'abondantes publications et accédant à une certaine notoriété, notamment dans le monde des mathématiques et des sciences. La mort de Peano en 1932 met néanmoins un coup d'arrêt au projet, qui périclite après la Seconde Guerre mondiale du fait de la montée en puissance de l'anglais sur la scène internationale et de l'apparition en 1952 de l'interlingua de Gode, une langue construite concurrente. L'avènement d'Internet permet toutefois l'émergence d'une nouvelle communauté de locuteurs au début du XXIe siècle.

En partie calquée sur celles de l'anglais et du chinois, la grammaire du latino est principalement analytique et se caractérise par son grand nombre de mots invariables et sa quasi-absence de déclinaisons et de conjugaison. Dérivé du latin selon des règles simples, son vocabulaire se veut le plus international possible, ce qui fait de la langue de Peano une langue a posteriori à tendance schématique. Ce choix d'un vocabulaire latin et d'une grammaire minimaliste, par la suite repris par de nombreux autres projets de langues construites, a été largement commenté, tant de manière approbatrice que critique.

Lundi 8 juin 2020

Carte de la destination Bretagne et de ses 10 aires structurantes, tel que défini par Atout France.

Le tourisme en Bretagne concerne environ 13 millions de visiteurs par an. Secteur important de l'économie de la région, il représente un peu moins de 10 % du PIB de la région Bretagne pour un peu moins de 70 000 emplois directs. Sa saisonnalité est concentrée entre mai et septembre, et se concentre le long du littoral, en particulier dans les départements du Finistère et du Morbihan.

Les premiers touristes fréquentent la région à partir du début du XIXe siècle, attirés par la qualité de ses eaux minérales et par la possibilité d'y bénéficier de bains de mer. Les premières stations balnéaires apparaissent sur la côte dans les années 1830, comme à Saint-Malo, remplaçant peu à peu la motivation thérapeutique par des dynamiques plus hédonistes. Sa base sociale s'élargit progressivement jusqu'à l'entre-deux-guerres pour devenir moins aristocratique et plus bourgeoise. Les activités se diversifient, pour inclure une forme de tourisme culturel, le tourisme s'intéressant aux paysages et à certains aspects de la culture bretonne. L'avènement des congés payés en 1936 va faire basculer la Bretagne dans l'ère du tourisme de masse, et induire la nécessité de protéger son environnement de ses excès.

Si un tourisme balnéaire se concentre sur le littoral et représente le plus gros pôle d'activité, un tourisme vert est aussi notable en centre Bretagne, complété par un tourisme urbain dans les plus grandes villes de Bretagne. La culture de la région et son patrimoine sont des motifs de visites, tout comme ses sites naturels, sa gastronomie, et son offre de loisirs (festivals, équipements sportifs…).

Mardi 9 juin 2020

Portrait de Bakar.

Bakar Bagration (né le ou le à Kharagaouli – mort le à Moscou ; en géorgien : ბაქარ ბაგრატიონი) est un monarque du royaume géorgien de Karthli, un général de la Perse séfévide et un diplomate russe du XVIIIe siècle. Membre de la dynastie des Bagrations de Moukhran, il dirige la Karthli comme régent pour son père (1716-1719) sous le titre persan de Chah Navaz Khan III (en persan : شاه نواز خان), puis comme roi à plein titre pendant près d’un an (1723-1724) sous le titre turc d’Ibrahim Pacha (en turc : İbrahim Paşa).

Né en exil dans une dynastie qui gouverne la Karthli depuis 1658, il est le fils du futur roi Vakhtang VI et est associé aux affaires politiques du royaume dès un jeune âge. Il doit toutefois passer une partie de sa jeunesse de nouveau en exil quand son oncle Jessé impose un règne de terreur sous son règne de 1714 à 1716. À 16 ans, il est appelé par la Perse séfévide à gouverner la Karthli pendant l’activité politique de son père en Perse jusqu’en 1719, une période durant laquelle il bouleverse la puissante noblesse locale et impose de nombreuses réformes intérieures, avant de devoir laisser le trône à son père suite à une invasion des Lezghiens.

En tant que partisan d’une politique pro-persane pour la Géorgie, le Chah Hossein le nomme commandant de sa garde impériale en 1722, mais son père lui interdit de venir en aide aux Séfévides quand ceux-ci font face à une invasion afghane. Le virement vers la Russie de l’orientation diplomatique de Vakhtang VI mène à une guerre brutale entre les forces persanes du Caucase et la famille royale, qui culmine avec le renversement de Vakhtang VI en 1723 malgré les efforts militaires de Bakar. En juin 1723, il retourne au pouvoir suite à l’invasion d’une coalition ottomane qui l’installe comme roi à Tiflis.

Son règne est toutefois éphémère et le contrôle de facto de la politique karthlienne par l’Empire ottoman le pousse à entrer en rébellion contre son propre gouvernement et à mener une guérilla avec son père. Sans aide internationale et devant un ennemi puissant, Bakar et le reste de la famille royale s’exilent en Russie en juillet 1724 et fondent une large colonie géorgienne à Moscou.

Bakar entre au service militaire et diplomatique de l’Empire russe et mène une grande partie de la politique impériale en Ciscaucasie. De nombreuses tentatives de le retourner sur le trône géorgien échouent suite au refus par la Russie de lui venir en aide et il devient prétendant au trône à la mort de Vakhtang VI en 1737. À Moscou, il mène une communauté géorgienne qui s’enrichit sous la protection du gouvernement russe et forme avec son frère Vakhoucht un centre culturel qui inclut une large imprimerie.

Mercredi 10 juin 2020

Une « enveloppe Sieger ».

Le scandale des enveloppes postales d'Apollo 15 est une affaire impliquant les astronautes de la mission lunaire de la NASA, Apollo 15, qui emportent sans autorisation environ 400 enveloppes commémoratives de la mission sur la Lune pour les revendre à un prix élevé. Certaines d'entre elles ont été vendues par la société philatélique allemande Hermann Ernst Sieger GmbH et sont désormais connues sous le nom d'« enveloppes Sieger ». L'équipage d'Apollo 15, David Scott, Alfred Worden et James Irwin, accepte dans un premier temps de recevoir des paiements pour leur transport et, bien qu'ils rendent ensuite rapidement l'argent, sont réprimandés par la NASA. Au milieu de la couverture médiatique de l'incident, les astronautes sont convoqués devant une commission sénatoriale à huis clos et sont interdits de vol.

L'affaire commence lorsque les trois astronautes et une connaissance, Horst Eiermann, acceptent que des enveloppes soient emmenées dans l'espace. Chacun d'entre eux doit recevoir environ 7 000 dollars (44 000 dollars aujourd'hui). Scott fait en sorte qu'elles soient timbrées le matin du lancement d'Apollo 15, le . Elles passent la période du au sur la Lune à l'intérieur du module lunaire Falcon. Le , date du retour sur terre, elles sont oblitérées à nouveau sur le porte-avions de récupération USS Okinawa. Apollo 15 a transporté un total d'environ 641 enveloppes. Fin 1971, lorsque la NASA apprend que certaines vont être vendues, le superviseur des astronautes, Deke Slayton, avertit Worden d'éviter toute commercialisation supplémentaire de ce qu'il a été autorisé à emmener dans l'espace. Après avoir entendu parler de l'accord Sieger, Slayton retire les trois membres de l'équipage de réserve d'Apollo 17, bien que les astronautes aient auparavant rendu leur compensation financière. Toutes les enveloppes sont confisquées par la NASA, mais en 1983, Worden intente un procès et les enveloppes sont rendues aux astronautes. Une de celles données à Sieger a été adjugée plus de 50 000 dollars en 2014.

Jeudi 11 juin 2020

Sceau de Gautier III, comte de Brienne.

Gautier III de Brienne est un comte champenois, fils aîné d'Érard II de Brienne, comte de Brienne, et d'Agnès de Nevers. Il succède à son père lorsque ce dernier meurt durant la troisième croisade et devient comte de Brienne à la fin du XIIe siècle jusqu'à sa mort au début du XIIIe siècle.

Il soutient son frère Guillaume de Brienne dans son combat contre le capétien Pierre II de Courtenay, comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre, qui spolie ses vassaux et, avec une armée champenoise, fait le siège de Vézelay afin d'obtenir réparation des dommages subis ainsi qu'une réconciliation. Puis, lors du conflit entre Capétiens et Plantagenêt, il combat aux côtés du roi anglais Richard Cœur de Lion contre le roi français Philippe II Auguste, jusqu'à la mort du monarque anglais.

Il décide de prendre la croix pendant le tournoi d'Écry, mais doit renoncer à participer à la quatrième croisade suite à son mariage quelques mois plus tard avec Elvire de Lecce, héritière du royaume de Sicile, afin d'aller prendre possession des fiefs de sa femme en Italie.

Les deux époux vont à Rome afin de rencontrer le pape Innocent III qui les investit du comté de Lecce et de la principauté de Tarente. Gautier rentre ensuite en Champagne afin de lever des fonds et une armée avant de retourner en Italie pour conquérir par les armes les terres de son épouse et de rétablir l'autorité du pape dans cette contrée.

Après de nombreuses victoires qui l'ont amené à tenir le sud de l'Italie, il est vaincu par Diépold d'Acerra lors d'une ultime contre-attaque. Blessé et prisonnier, il refuse les conditions qui lui sont proposées et préfère se laisser mourir de ses blessures et recommande son âme à Dieu.

Gautier laisse derrière lui un fils posthume, également prénommé Gautier, qui lui succède à la tête du comté de Brienne.

Vendredi 12 juin 2020

Takuma Satō sur la Super Aguri SA05 au Grand Prix des États-Unis 2006.

La Super Aguri SA05 est la première monoplace de Formule 1 de l'écurie japonaise Super Aguri Formula 1 Team, engagée lors des onze premiers Grands Prix du championnat du monde de Formule 1 2006. Elle est pilotée par les Japonais Takuma Satō et Yuji Ide, remplacé par le Français Franck Montagny, troisième pilote de l'écurie, dès le Grand Prix d'Europe. Le Japonais Sakon Yamamoto reprend le poste de troisième pilote laissé vacant, à partir du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Conçue par les ingénieurs Mike Preston, Daniele Audetto, Peter McCool et Ben Wood, la Super Aguri SA05 est en réalité une Arrows A23 de 2002 développée par Mike Coughlan et Sergio Rinland, adaptée à la réglementation technique en vigueur et à laquelle a été greffée un moteur V8 Honda.

Dernière monoplace du plateau, présentée le , la SA05 ne réalise que 600 kilomètres d'essais avant le début du championnat. Particulièrement lente, la monoplace japonaise ne permet pas à ses pilotes de concurrencer ses rivaux du peloton, puisqu'elle rend régulièrement une à deux secondes par tour à la Midland M16, l'autre monoplace de fond de grille engagée par la nouvelle équipe russe Midland F1 Racing.

À son volant, le novice Yuji Ide se distingue par des performances largement en deçà de celles de son expérimenté équipier, Takuma Satō. Après un accrochage avec Christijan Albers lors du Grand Prix de Saint-Marin, la Fédération internationale de l'automobile conseille à Aguri Suzuki, le président de Super Aguri, de le remplacer. Ce dernier fait alors appel à Franck Montagny : malgré une monoplace plus lourde de douze kilogrammes et ne bénéficiant pas d'améliorations techniques contrairement à Satō, le Français parvient à faire jeu égal avec le Japonais.

La SA05 est remplacée par la Super Aguri SA06 à partir du Grand Prix d'Allemagne.

Samedi 13 juin 2020

Chaplin, en 1918, tenant une figurine à l'effigie de Charlot.

Sir Charles Spencer Chaplin, dit Charlie Chaplin, né le peut-être à Londres (Royaume-Uni) et mort le à Corsier-sur-Vevey (Suisse), est un acteur, réalisateur, scénariste, producteur et compositeur britannique.

Devenu une idole du cinéma muet à partir du milieu des années , et plus particulièrement du burlesque, grâce à son personnage de Charlot (ou simplement The Tramp en anglais), il a ensuite acquis une notoriété et une reconnaissance plus large pour ses performances d'acteur comme pour ses réalisations. Durant une carrière longue de 65 ans, il joue dans plus de 80 films. Sa vie publique et privée, ainsi que ses prises de position, font par ailleurs l'objet d'adulations comme de controverses.

Chaplin grandit dans la misère entre un père absent et une mère en grandes difficultés financières, tous deux artistes de music-hall, qui se séparent deux ans après sa naissance. Plus tard, sa mère est internée à l'hôpital psychiatrique alors que son fils a quatorze ans. À l'âge de cinq ans, il fait sa première apparition sur scène. Il commence très tôt à se produire dans des music-halls et devient rapidement acteur. À 19 ans, il est remarqué par l'imprésario Fred Karno et réalise une tournée aux États-Unis. Il joue au cinéma pour la première fois en dans le film Pour gagner sa vie et travaille avec les sociétés de production Essanay, Mutual et First National. En , il est l'une des personnalités les plus connues au monde.

En , Chaplin cofonde la société United Artists et obtient ainsi le contrôle total sur ses œuvres. Parmi ses premiers longs-métrages figurent Charlot soldat (), Le Kid (), L'Opinion publique (), La Ruée vers l'or () et Le Cirque (). Il refuse de passer au cinéma sonore et continue de produire des films muets dans les années , comme Les Lumières de la ville () et Les Temps modernes (). Ses œuvres deviennent ensuite plus politiques, avec notamment Le Dictateur (), dans lequel il se moque d'Hitler et de Mussolini. Sa popularité décline dans les années en raison de controverses au sujet de ses liaisons avec des femmes bien plus jeunes que lui et d'un procès en reconnaissance de paternité. Chaplin est également accusé de sympathies communistes et les enquêtes du FBI et du Congrès lui font perdre son visa américain. Il choisit de s'établir en Suisse en . Il abandonne son personnage de Charlot dans ses derniers films, dont Monsieur Verdoux (), Les Feux de la rampe (), Un roi à New York () et La Comtesse de Hong-Kong ().

Chaplin écrit, réalise, produit, compose la musique et joue dans la plupart de ses films. Il est perfectionniste et son indépendance financière lui permet de consacrer des années au développement de ses œuvres. Bien qu'étant des comédies de type slapstick, ses films intègrent des éléments de pathos et sont marqués par les thèmes sociaux et politiques ainsi que par des éléments autobiographiques. En , l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences lui a remis un Oscar d'honneur pour sa contribution inestimable à l'industrie cinématographique et plusieurs de ses œuvres sont aujourd'hui considérées comme faisant partie des plus grands films de tous les temps.

Dimanche 14 juin 2020

Le dépistage prénatal de l'autisme est l'ensemble des pratiques médicales ayant pour but de détecter in utero l'autisme chez l'embryon ou le fœtus, majoritairement via des microdélétions chromosomiques. En cours de développement, il soulève des questions éthiques de par la grande variabilité des profils évolutifs de personnes autistes, et le risque élevé d'avortements sélectifs pouvant en découler. La première autorisation officielle de procéder à une interruption de grossesse en cas de suspicion d'autisme est accordée en Australie-Occidentale en 2013. Plusieurs méthodes ont été explorées : mesure d'hormones dans le liquide amniotique, IRM, recherches de mutations génétiques spécifiques. La plus fiable est l'analyse des puces à ADN chromosomiques. Le dépistage d'une mutation spécifique peut s'effectuer via un prélèvement sanguin depuis 2019, bien que la nature polygénique de l'autisme rende ces tests peu fiables. Un nombre croissant de centres de diagnostic prénatal proposent ces tests, dont celui de l'hôpital américain de Paris.

Les intentions d'avortement sélectif sont variables selon les pays et les cultures concernés. Fin 2019, deux tiers des mères taïwanaises d'enfants autistes sont favorables à l'accès à ces tests, et plus de la moitié demandent l'interruption de leur grossesse en cas de suspicion de trouble du spectre de l'autisme (TSA). La majorité des parents sont favorables à ces tests, considérant qu'il leur revient d'effectuer le choix de donner naissance, ou non, à un enfant autiste. Quelques professionnels de santé, tels que Laurent Mottron et Simon Baron-Cohen, ainsi que la majorité des associations de personnes elles-mêmes autistes, dénoncent le risque eugéniste lié à la commercialisation de ces tests. L'ONU adresse un avertissement officiel fin 2019, quant au risque d'appauvrissement de la diversité humaine qui pourrait découler d'un nombre élevé d'avortements sélectifs ciblant l'autisme.

Lundi 15 juin 2020

Vue générale de la Piazza della Bocca della Verità (partie du forum), avec à gauche le temple d'Hercule Olivarius.

Le forum Boarium (littéralement « marché aux bœufs ») est l'un des plus anciens forums romains.

Ce forum est situé, dans la Rome antique, à proximité du Tibre dans le quartier du Vélabre, entre les collines du Capitole au nord, du Palatin à l'est et de l'Aventin au sud. Il se développe immédiatement au nord-ouest du Circus Maximus. Dans la ville moderne de Rome, centré sur la Piazza della Bocca della Verità, il se trouve dans le rione de Ripa.

C'est, selon la légende de la fondation de Rome, l'endroit où s'échoue le panier de Romulus et Rémus ; bien avant pourtant, dès le XIVe siècle av. J.-C. (Bronze moyen), des tessons de céramique attestent d'une implantation humaine pérenne. Il semble en tout cas que le forum Boarium accueille dès le VIIe siècle av. J.-C. des populations grecques ou phéniciennes, des marchands remontant le Tibre depuis la côte tyrrhénienne. C'est également au niveau du forum Boarium que sont érigés le premier pont enjambant le Tibre (Pont Sublicius) vers 640- et le premier port fluvial de Rome (Portus Tiberinus) accompagné de ses entrepôts au VIe siècle av. J.-C.. Le forum Boarium connaît donc très tôt une activité économique importante, notamment liée au commerce des bovins.

De la Royauté à l'Empire romain, de nombreux temples et sanctuaires sont construits et plusieurs fois réaménagés sur le forum, voués bien souvent à des dieux protecteurs de corporations marchandes de la ville ; Hercule tient une place prépondérante dans cette représentation cultuelle. Des arcs commémoratifs, liés à des associations de commerçants, renforcent la vocation commerciale du forum. Pendant cette période d'un millier d'années, le forum Boarium est à plusieurs reprises la proie d'inondations du Tibre ou d'incendies qui entraînent une reconstruction plus ou moins complète de ses bâtiments. À partir du IVe siècle et l'avènement du christianisme, certains temples sont transformés en églises (temples de Portunus et d'Hercule Olivarius), parvenant jusqu'à l'époque contemporaine dans un remarquable état de conservation. D'autres sont détruits, souvent pour laisser la place à des églises élevées sur leurs substructions (temples à Fortuna et Mater Matuta sur l'aire de Sant'Omobono, Très Grand Autel d'Hercule Invaincu).

L'intérêt des historiens pour le forum Boarium, comme pour l'ensemble de la Rome antique, se manifeste clairement à l'époque napoléonienne puis pendant la période mussolinienne, pour des motifs souvent éloignés de la stricte préoccupation archéologique. Comme l'ensemble de la ville antique, le forum fait l'objet depuis le XXe siècle de représentations en trois dimensions, soit par le biais de maquettes (Plan de Rome à Bruxelles ou Caen, Plastico à Rome), soit plus récemment grâce à des restitutions virtuelles (Université de Caen-Normandie) qui aident le public et la communauté scientifique à mieux appréhender son organisation spatiale et l'architecture de ses monuments.

Mardi 16 juin 2020

La mort de Nova.

Le Secret de la planète des singes (Beneath the Planet of the Apes) est un film de science-fiction américain réalisé par Ted Post, sorti en 1970. Le scénario est de Mort Abrahams et Paul Dehn d'après les personnages créés par Pierre Boulle. Il s'agit de la suite de La Planète des singes (1968) et du deuxième film de la franchise La Planète des singes.

L'histoire suit l'astronaute Brent qui cherche à retrouver le capitaine George Taylor, le héros du film La Planète des singes. Aidé par Nova, la compagne de Taylor et sur conseil des amis chimpanzés de celui-ci, Brent s'enfonce dans le désert que les singes nomment « Zone interdite ». Il le retrouve dans les ruines de la cité qui était auparavant New York, prisonnier d'humains mutants qui vénèrent une bombe atomique.

Mis en chantier dès juin 1968 pour capitaliser sur le succès de La Planète des singes, le film est tourné entre février et avril 1969. Il est principalement tourné dans le ranch de la Fox situé à Malibu, au parc d'État de Red Rock Canyon et aux studios de la Fox à Los Angeles. La musique du film est composée et dirigée par Leonard Rosenman.

Le film est plus orienté vers la science-fiction classique que son prédécesseur. Il évoque essentiellement le thème des effets néfastes d'une guerre nucléaire et des conflits militaires comme la guerre du Viêt Nam.

Le Secret de la planète des singes est un succès commercial mais c'est un échec critique et le film n'obtient aucune distinction. Son final nihiliste a cependant marqué les esprits.

Mercredi 17 juin 2020

Un Bombardier CRJ-100ER de Comair, similaire à celui impliqué dans l'accident.

Le matin du , le Bombardier Canadair Regional Jet 100ER effectuant le vol Comair 5191 pour le compte de Delta Connection, et reliant Lexington dans le Kentucky à Atlanta en Géorgie, s'écrase alors qu'il tente de décoller de l'aéroport de Blue Grass, dans le comté de Fayette dans le Kentucky.

L'avion s'était vu attribuer la piste 22 de l'aéroport pour le décollage, mais les pilotes ont utilisé, par erreur, la piste 26. Cette piste était trop courte pour permettre un décollage en toute sécurité et l'avion a dépassé l'extrémité de la piste avant de pouvoir décoller. Il s'est écrasé juste après la fin de la piste, tuant les 47 passagers et deux des trois membres d'équipage. Le copilote du vol a été l'unique survivant.

Dans le rapport final du conseil national de la sécurité des transports américain (NTSB), les enquêteurs ont conclu que la cause probable de l'accident était une erreur de pilotage, notamment dû à l'échec des pilotes à recouper et à vérifier que l'avion était sur la bonne piste avant le décollage.

Jeudi 18 juin 2020

Portrait d'Isabella Beeton vers 1860 à 1865.

Isabella Mary Beeton (née Mayson ; ), plus connue sous le nom de Mrs Beeton, est la plus célèbre écrivaine culinaire de l'histoire britannique, grâce à son ouvrage Mrs Beeton's Book of Household Management en particulier.

Après avoir grandi dans une famille bourgeoise, elle poursuit son éducation à Heidelberg, où elle se passionne pour la pâtisserie. Elle épouse Samuel Beeton, un éditeur dont la famille est voisine des Mayson : il milite pour l’égalité des genres et tient à la présenter comme son égale. Elle devient alors éditrice, comme lui, du journal The Englishwoman's Domestic Magazine. Elle y tient en particulier la rubrique culinaire : bonne pâtissière mais piètre cuisinière, elle plagie de nombreuses recettes d’autres auteurs et publie régulièrement les recettes reçues via le courrier des lectrices. La présentation des recettes se distingue par sa mise en page structurée et standardisée, qui sera ensuite adoptée par la plupart des éditeurs de cuisine.

Après plusieurs fausses couches, elle meurt de fièvre puerpérale le lendemain de l’accouchement de son deuxième fils, le . En difficulté financière, son mari vend les droits de ses ouvrages à un nouvel éditeur, qui s’efforce de cacher sa mort pour vendre plus d’exemplaires.

Vendredi 19 juin 2020

Frank le lendemain de l'éboulement.

L'éboulement de Frank ou l'écroulement de Frank (en anglais : Frank Slide) est un écroulement ayant eu lieu le à Frank, dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada. Plus de 100 millions de tonnes de calcaire tombent rapidement du mont Turtle ; l'éboulis atteint l'autre côté de la vallée, détruisant sur son passage la partie est de Frank, le chemin de fer du Canadien Pacifique et une mine de charbon. C'est l'un des plus importants glissements de terrain de l'histoire du Canada, et le plus meurtrier, tuant entre 70 et 90 personnes. De multiples facteurs conduisent à cet éboulement : la structure géologique du mont Turtle l'a laissé dans un état d'instabilité constant, aggravé par les variations d'humidité et de température. Aussi, l'exploitation du charbon a possiblement affaibli la structure interne de la montagne.

La voie ferrée est réparée en trois semaines et la mine est rapidement rouverte. La partie de la ville la plus proche de la montagne est déplacée en 1911 par crainte qu'un autre glissement advienne. En 1906, la population de la ville a presque doublé par rapport à celle d'avant le glissement de terrain, mais elle diminue après la fermeture définitive de la mine en 1917. La communauté fait maintenant partie de la municipalité de Crowsnest Pass en Alberta, et compte environ 200 habitants. Le site de la catastrophe, qui n'a pratiquement pas changé depuis le glissement de terrain, est aujourd'hui une destination touristique populaire. Il est désigné comme ressource historique provinciale par la province en 1977 et est administré comme site historique provincial de l'Alberta. Un centre d'interprétation ouvert en 1985 lui est dédié.

Samedi 20 juin 2020

Portrait de la personnalité évoquée.

Esperanza Aguirre y Gil de Biedma est une femme politique espagnole membre du Parti populaire (PP), née le à Madrid.

Elle est issue d'une famille aristocratique et a étudié le droit à l'université complutense de Madrid. Elle devient fonctionnaire du ministère de la Culture à la fin des années 1970, puis entre en politique en 1983 comme conseillère municipale d'opposition à Madrid. Elle appartient alors à l'Union libérale (UL), qui fusionne deux ans plus tard avec le Parti libéral (PL). Elle rejoint en 1987 l'Alliance populaire (AP) et intègre l'exécutif municipal après l'arrivée du centre droit au pouvoir en 1989. Elle est nommée première adjointe au maire en 1995.

Après les élections générales de 1996, au cours desquelles elle est élue sénatrice, elle est désignée ministre de l'Éducation et de la Culture par José María Aznar. Elle se fait connaître par sa défense de l'école privée et du libre choix de l'établissement scolaire par les parents, subit un revers dans sa volonté de réformer l'enseignement des lettres en raison d'un affrontement avec les communautés autonomes, engage une nouvelle décentralisation des compétences et soutient le projet d'extension du musée du Prado.

En 1999, elle est la première femme élue à la présidence du Sénat, un poste qu'elle conserve trois ans. Elle se présente en mai 2003 aux élections à l'Assemblée de Madrid mais échoue à conserver la majorité absolue conquise huit ans plus tôt par le PP. La trahison de deux députés socialistes empêchant une quelconque investiture, le scrutin est répété en octobre et permet à Aguirre d'accéder à la présidence de la communauté de Madrid.

Au pouvoir dans la région madrilène pendant neuf ans avec trois majorités absolues consécutives, elle assure la prolongation du métro de Madrid de 100 kilomètres, dont 90 kilomètres sous son premier mandat, fait construire une dizaine de nouveaux hôpitaux publics en partenariat public-privé, instaure un dispositif régional de financement et renforcement des polices municipales, supprime la carte scolaire et favorise l'enseignement privé. Ses mandats sont marqués par des polémiques concernant la construction d'un complexe rassemblant l'ensemble des institutions judiciaires du territoire, finalement abandonné par ses successeurs, une affaire d'espionnage mené par un de ses proches contre des adversaires politiques, ou encore les malfaçons de l'extension de la ligne 7 du métro de Madrid.

Devenue en 2004 présidente du Parti populaire de Madrid après une guerre fratricide face au dauphin du maire de la capitale Alberto Ruiz-Gallardón, elle mène sans succès une fronde interne contre le président du PP Mariano Rajoy après la défaite de celui-ci aux élections générales de 2008. En 2005, son nom est cité dans une affaire de vente de terrains publics en-dessous du prix du marché à Majadahonda, puis il apparaît en 2009 dans une annexe de l'affaire Gürtel concernant une fondation du PP de Madrid dont elle a été la présidente.

Elle démissionne du gouvernement régional en septembre 2012, invoquant des raisons personnelles, et rejoint le secteur privé. Elle se présente en mai 2015 aux élections municipales à Madrid. Bien qu'arrivée en tête, elle est privée de la mairie par l'alliance de la gauche autour de Manuela Carmena. Elle renonce à ses responsabilités au sein du PPM en 2016, puis au conseil municipal de la capitale l'année suivante, après l'implication de plusieurs de ses proches dans les affaires Lezo et Púnica. Elle-même est inculpée en 2019 dans ce dernier dossier.

Dimanche 21 juin 2020

Jean Alesi au volant de la Ferrari 642 au Grand Prix des États-Unis 1991.

La Ferrari 642, également connue sous la domination Ferrari F1-91, est une monoplace de Formule 1 engagée par la Scuderia Ferrari dans le cadre des six premières manches du championnat du monde de Formule 1 1991. Elle est pilotée par le Français Alain Prost, présent dans l'équipe depuis 1990, qui dispute sa douzième année dans la discipline-reine qu'il a intégrée en 1980, et son compatriote Jean Alesi, en provenance de l'écurie Tyrrell Racing avec laquelle il a disputé sa première saison complète.

Conçue par les ingénieurs Steve Nichols et Jean-Claude Migeot, la 642, équipée d'un moteur V12 Ferrari 037, est une évolution de la 641 de la saison précédente et s'en distingue par un empattement et des pontons allongés. Elle reprend néanmoins le museau en forme de bec de canard de la 640 de 1989 et conserve une transmission semi-automatique, mise au point pour la Ferrari 639, à l'origine des monoplaces de l'écurie italienne depuis 1989.

Après l'excellente première saison de Prost en 1990 (cinq victoires et neuf podiums, à la lutte avec Ayrton Senna pour le titre mondial jusqu'à leur accrochage au premier virage lors de l'avant-dernière course à Suzuka), la 642 porte tous les espoirs de l'écurie de Maranello alors que son coéquipier Nigel Mansell est parti chez Williams, et que le prometteur Jean Alesi rejoint le Professeur déjà triple champion du monde. La monoplace de 1991 est propulsée par un moteur V12 atmosphérique annoncé comme le plus puissant du plateau. Le châssis est censé rivaliser avec ceux de Williams et de McLaren, les principaux protagonistes du championnat.

Mais rien ne se passe comme prévu. Après des premiers essais effectués en janvier 1991 sur le circuit du Castellet au terme desquels Ferrari et Alain Prost, qui s'est d'abord montré hésitant à poursuivre sa carrière en Formule 1, s'annoncent comme les favoris du championnat, la 642 apparaît, dès sa première course à Phoenix, comme une monoplace à la fiabilité incertaine, incapable de se battre pour la victoire face à la McLaren MP4/6-Honda de Senna et les Williams FW14B-Renault de Mansell et Riccardo Patrese.

Les contre-performances s'enchaînent dans les courses suivantes, provoquant une crise interne à Ferrari, très critiquée par les médias italiens, tout comme Prost, qui considère que les titres mondiaux des pilotes et des constructeurs sont déjà assurés pour Senna et McLaren : le directeur sportif, Cesare Fiorio, est limogé à l'issue du Grand Prix de Monaco, et remplacé par Piero Lardi-Ferrari à la direction générale, Claudio Lombardi à la direction des opérations et Marco Piccinini à la gestion des pilotes et des commanditaires.

Pour tenter d'améliorer ses résultats (seulement deux podiums, deux meilleurs tours en course et seize points inscrits), Ferrari, alors quatrième du championnat du monde des constructeurs, engage la 643 dès la septième manche de la saison, en France.

Lundi 22 juin 2020

Logo du film.

Fight Club est un film américain de David Fincher, sorti en 1999 et adapté du roman homonyme de Chuck Palahniuk publié en 1996. Le narrateur du film est un homme qui trouve peu de satisfaction dans son emploi et sa vie en général et crée avec l'énigmatique Tyler Durden, personnage anticonformiste, un club de combats clandestins qui permet à ses membres d'évacuer leur mal-être par la violence. Le film a pour interprètes principaux Edward Norton, Brad Pitt et Helena Bonham Carter.

Les droits du roman de Palahniuk sont achetés par 20th Century Fox et Fincher est engagé comme réalisateur en raison de son enthousiasme pour le projet. Il collabore étroitement avec le scénariste Jim Uhls pour l'écriture du scénario et voit le film comme une métaphore du conflit existant entre une partie de la nouvelle génération et les valeurs véhiculées par la société de consommation et la publicité. Il délivre un message volontairement ambigu qui laisse au spectateur le soin de l'interpréter. Il inclut également des éléments présents dans le roman pour provoquer un sentiment de malaise dans le public et détourner son attention du retournement final dont bénéficie le film.

À sa sortie, Fight Club est un échec commercial aux États-Unis mais réalise de meilleures recettes au niveau international. Il reçoit des critiques très contrastées de la part de la presse, qui se déchire à son sujet en raison des multiples interprétations pouvant en être faites, et demeure l'un des films les plus controversés des années 1990. Cependant, le succès commercial vient lors de la sortie du film en DVD. Il est ensuite considéré par certains comme un film culte.

Mardi 23 juin 2020

Solidus à l'effigie de Phocas.

Phocas (latin : Flavius Phocas Augustus, grec : Φωκάς), né vers 547 et mort le , est un empereur byzantin de 602 à 610.

Simple centurion dans l'armée impériale, il participe à une campagne militaire dans les Balkans en 602 quand il prend la tête d'une révolte des soldats contre l'empereur Maurice, alors profondément impopulaire du fait des difficultés économiques et financières de l'Empire. Rapidement, Phocas profite de la fragilité du pouvoir impérial pour pénétrer dans Constantinople, s'emparer du pouvoir et faire exécuter la famille de Maurice. C'est le début d'un règne tyrannique, marqué autant par une instabilité interne que par des frontières assaillies par des adversaires de l'Empire, qui profitent de l'incompétence de Phocas. En effet, ce dernier est largement reconnu pour son incapacité à s'imposer à la tête de l'Empire. Sa légitimité est contestée du début à la fin et fait le lit de nombreuses révoltes, souvent réprimées dans le sang, ce qui ne fait qu'accroître son impopularité. Dans le même temps, l'empereur des Sassanides, Khosro II, lance un assaut général sur les provinces orientales de l'Empire que Phocas ne parvient pas à repousser. Peu à peu, les provinces périphériques cèdent tandis qu'à Carthage, le gouverneur Héraclius l'Ancien lance une rébellion qui s'empare rapidement de l'Égypte, avant qu'une flotte conduite par son fils, Héraclius, ne prenne Constantinople sans combattre. Phocas, abandonné de toutes parts est capturé et mis à mort. Si certains historiens estiment qu'il souffre parfois injustement de la sévérité des chroniqueurs de l'époque, rares sont ceux qui remettent en cause le souvenir d'un empereur incapable de gouverner un Empire alors en proie à de grandes difficultés, qu'il a parfois contribué à aggraver.

Mercredi 24 juin 2020

Insigne de la mission Apollo 8.

Apollo 8 est le premier vaisseau spatial avec équipage à quitter l'orbite terrestre basse et le premier à atteindre la Lune, à s'y mettre en orbite et à en revenir. Les trois astronautes constituant l'équipage — Frank Borman, James Lovell et William Anders — sont les premiers à se rendre à proximité de la Lune, à assister à un lever de Terre, à le photographier et à échapper à la gravité d'un corps céleste.

Apollo 8 est lancé le . C'est la deuxième mission de vol spatial avec équipage du programme spatial américain Apollo après Apollo 7, qui est resté en orbite terrestre. Apollo 8 est le troisième vol et le premier lancement avec équipage de la fusée Saturn V, et le premier vol spatial humain depuis le Centre spatial Kennedy (cap Canaveral, Floride).

Initialement prévu comme le deuxième vol d'essai du module lunaire Apollo avec équipage et du module de commande, devant être effectué sur une orbite terrestre moyenne elliptique au début de 1969, le profil de la mission est modifié en pour un vol orbital lunaire plus ambitieux avec le module de commande uniquement, programmé en décembre de la même année, car le module lunaire n'était pas encore prêt à effectuer son premier vol. L'équipage de l'astronaute Jim McDivitt, qui s'entraîne à effectuer le premier vol du module lunaire en orbite basse terrestre, devient l'équipage de la mission Apollo 9, et l'équipage de Borman est transféré à la mission Apollo 8. Ils bénéficient ainsi de deux à trois mois d'entraînement et de préparation en moins que prévu, et remplacent l'entraînement prévu pour le module lunaire par un entraînement à la navigation translunaire.

Apollo 8 met 68 heures pour parcourir la distance qui le sépare de la Lune. L'équipage effectue dix orbites autour d'elle en vingt heures, au cours desquelles il réalise une émission télévisée la veille de Noël dans laquelle il lit les dix premiers versets du livre de la Genèse. À l'époque, cette émission est la plus regardée de tous les temps. Le succès de la mission Apollo 8 permet à Apollo 11 d'atteindre l'objectif du président américain John F. Kennedy de faire atterrir un homme sur la Lune avant la fin des années 1960. Les astronautes reviennent sur Terre le , lorsque leur vaisseau spatial amerrit dans le nord de l'océan Pacifique. À leur retour, ils sont nommés « hommes de l'année » par le magazine Time pour 1968.

Jeudi 25 juin 2020

Macaron de la face A du single.

The Laughing Gnome est une chanson écrite par David Bowie. Elle a paru en single en au Royaume-Uni sur le label Deram Records.

Cette chanson humoristique est dominée par le son du basson et du hautbois. Ses paroles, pleines de calembours, racontent la rencontre entre le narrateur et un gnome hilare. Ce dernier est interprété par Bowie et l'ingénieur du son Gus Dudgeon, qui passent leurs voix en accéléré pour les rendre suraigües. Pour le reste de la chanson, Bowie imite l'accent et le phrasé d'Anthony Newley, l'une de ses principales influences à l'époque. À sa sortie, le single est un échec commercial.

The Laughing Gnome devient par la suite une source d'embarras pour le chanteur. En 1973, alors que Bowie est devenu célèbre sous les traits de Ziggy Stardust, Deram relance la publicité autour du single et il se vend à plus de 250 000 exemplaires au Royaume-Uni. En 1990, l'hebdomadaire musical britannique NME tente en vain d'obtenir que Bowie intègre la chanson au répertoire de sa tournée Sound + Vision Tour. The Laughing Gnome a depuis été réhabilitée par plusieurs biographes de Bowie qui saluent sa mélodie accrocheuse et son humour.

Vendredi 26 juin 2020

Le Parkhotel Kurhaus à Bad Kreuznach, siège de l'Oberste Heeresleitung, du 2 janvier 1917 au 8 mars 1918.

La conférence de Kreuznach du est une conférence gouvernementale allemande destinée à élaborer la réponse du gouvernement du Reich aux propositions faites à Vienne le par le ministre austro-hongrois des affaires étrangères Ottokar Czernin en vue de négocier une sortie honorable du conflit. Cette conférence constitue également la première rencontre officielle entre Georg Michaelis, le nouveau chancelier impérial, d'une part, et les deux principaux animateurs du haut-commandement allemand, Erich Ludendorff et Paul von Hindenburg. Lors de cette rencontre, les militaires, appuyés sur le procès-verbal de la conférence du tentent d'imposer aux membres du gouvernement civil les buts de guerre qu'ils assignent au conflit.

Samedi 27 juin 2020

Cheval anglo-normand « de la plaine de Caen », correspondant à un carrossier noir exporté. Encyclopédie pratique de l'agriculteur, 1852.

Le Carrossier noir du Cotentin est une race de grands chevaux de traction légère à la robe noire, propre au Cotentin. Peut-être issue de chevaux danois, elle est décrite et citée de façon régulière sous l'Ancien Régime. Comme son nom l'indique, ce cheval sert essentiellement à la traction carrossière, son unité de couleur permettant de composer des attelages homogènes. Très réputé jusqu'au début du XIXe siècle, le Carrossier noir du Cotentin s'éteint ensuite dans des croisements à l'origine de la race Anglo-normand, en raison du cornage et de la dépréciation de sa couleur de robe. La race est historiquement élevée au haras national de Saint-Lô. Le dernier étalon Carrossier noir de ces haras, « Le Corbeau », meurt en 1836.

Ce cheval plutôt lourd présente un profil de tête convexe, un dos et un rein longs. Son caractère est réputé franc et docile, bien que parfois lymphatique.

Dimanche 28 juin 2020

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

Lundi 29 juin 2020

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

Mardi 30 juin 2020

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.