Présentation

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique. Lorsqu'un article est labellisé à la suite d'un vote AdQ ou BA, il faut créer une sous-page « Wikipédia:Lumière sur/Nom de l'article labellisé ». Cette dernière comprend le résumé introductif de l'article (avec un maximum de 400 mots). L'article sera ensuite mis en lumière sur la page d’accueil le jour programmé.

Il n'y a pas de « sélection », tous les articles de Wikipédia apparaissent sur la page d'accueil, une fois labellisés. Ils peuvent également repasser une nouvelle fois après plusieurs années, s'ils ont été remis à neuf par le projet Après label.

Pour rédiger une Lumière sur un article, suivez les instructions de la page d'aide.

Aujourd’hui mardi 27 juillet 2021

Gravure de 1612 représentant le théâtre anatomique de Leyde avec des squelettes humains et animaux dans les gradins prévus pour le public.

Pour l'histoire de l'anatomie, un théâtre anatomique est un édifice spécialisé où l'on procédait à des dissections anatomiques en public durant les Temps modernes et au début de l'Époque contemporaine en Occident.

Apparus en Europe du Sud avec le XVIe siècle, soit environ deux cents ans après la résurgence historique de la dissection humaine à vocation scientifique, disparue depuis l'Antiquité grecque, les théâtres anatomiques demeurèrent des structures démontables jusqu'à ce que fussent érigées les premières installations permanentes à Salamanque au début des années 1550, dans d'autres villes espagnoles durant les années qui suivirent, puis surtout à Padoue en 1584.

La plupart du temps, ils étaient conçus sous la forme d'amphithéâtres en bois au centre desquels le cadavre à étudier était placé sur une table de dissection, l'anatomiste conduisant la leçon à proximité, éventuellement installé sur une chaire. Par conséquent, et en plus de parler aussi de « théâtre d'anatomie » ou de « theatrum anatomicum », on emploie souvent les termes « amphithéâtre anatomique » ou « amphithéâtre d'anatomie » pour désigner ces ensembles imposants qui, en ménageant pour l'assistance des gradins concentriques, manifestaient par leur architecture le triomphe du regard en tant que nouveau moyen privilégié d'accéder à la connaissance anatomique, en sus des traités spécialisés jusqu'alors sollicités.

Ainsi disposés, les théâtres anatomiques attirèrent bien au-delà des seuls médecins et étudiants en médecine à qui ces structures d'enseignement universitaire étaient principalement destinées : ils accueillirent de nombreux curieux issus de milieux sociaux variés et donnèrent lieu ce faisant, selon toute vraisemblance, à l'invention de la place de spectacle payante. Rituels sacrés célébrant l'habileté de Dieu en tant que Créateur, les dissections publiques y devinrent dès lors de véritables divertissements mondains, des fêtes inscrites au calendrier des réjouissances proposées par la ville. Mais après avoir vu leur attrait culminer aux XVIIe et XVIIIe siècles, elles perdirent rapidement de leur intérêt au début du XIXe du fait d'une conjonction de facteurs. Ce mouvement entraîna la disparition ou la reconversion des structures dédiées ainsi que la clôture d'un chapitre désormais méconnu de l'histoire de l'architecture, de la médecine et de la scène.

Programme du mois

Jeudi 1er juillet 2021

La Japonaise Chihiro Akami, un exemple de femme jockey.

La place des femmes dans l'équitation a connu une nette évolution sociétale. Jusqu'au XXe siècle, dans la plupart des pays eurasiatiques et africains, puis nord et sud-américains, le cheval est un symbole militaire et viril, associé aux hommes tant pour les besoins des guerres que pour ceux du travail quotidien. En Asie, les Scythes, les Sarmates et les Achéménides pratiquent vraisemblablement une équitation mixte durant l'Antiquité, par opposition aux civilisations gréco-romaines. L'accès à l'équitation est ensuite restreint au Proche-Orient et en Asie centrale, en particulier sous les Séfévides.

Les rares mentions de femmes cavalières et combattantes relèvent souvent de mythes, tel que celui des Amazones, ou d'exceptions limitant l'approche des chevaux aux soins à leur apporter, comme celle des « Servantes du Cheval » dans le royaume Bamoun, au XIXe siècle. En Europe occidentale, l'accès au cheval est restreint par le statut social des femmes, l'équitation étant réservée à une élite. En Asie centrale, au contraire, toutes les classes sociales accèdent en général au cheval pour les migrations saisonnières. À partir de la fin du Moyen Âge, la monte à cheval avec les deux jambes du même côté, dite « en amazone », s'impose en Europe occidentale, limitant l'autonomie des cavalières. La conquête de l'Ouest américain amène des femmes de toutes conditions sociales à monter à cheval et à conduire des attelages, l'une des plus célèbres étant Calamity Jane ; cela contribue à lever l'imposition de la monte en amazone en occident.

Dans les pays occidentaux, le cheval est uniquement un animal de rente jusqu'au début du XXe siècle. Il se répand dans les milieux féminins et urbains au cours de ce siècle, entraînant une évolution de son statut vers celui d'un animal de compagnie et une forte féminisation de l'équitation. Cette diffusion ne s'est pas traduite par une représentation proportionnelle des femmes aux plus hauts niveaux des compétitions équestres, particulièrement dans le saut d'obstacles, en raison d'une répartition du travail appuyée sur les stéréotypes de genre, et d'une culture dominante axée sur les performances de l'animal plutôt que sur la relation affective. Les peuples cavaliers maintiennent des pratiques équestres avec une faible participation féminine, en particulier parmi les Gauchos sud-américains.

La culture équestre accorde une place croissante aux femmes en parallèle de la féminisation des pratiques, depuis les pony books anglo-saxons dès les années 1920, jusqu'aux productions télévisuelles et cinématographiques récentes. Ces œuvres telles que Le Grand National (1944), Sarraounia (1986), Mulan (1998) et Sport de filles (2012) mettent en scène des jeunes filles et des guerrières cavalières.

Vendredi 2 juillet 2021

La clinique rurale de Binga.

Le Zimbabwe dispose d'un système de santé publique accompagné d'une politique sanitaire. Historiquement, le système de santé du Zimbabwe était réputé comme l'un des meilleurs, voire le meilleur d'Afrique, notamment dans les années 1980, dès l'accession à l'indépendance.

Le système sanitaire zimbabwéen a néanmoins grandement perdu en qualité depuis les années 1990 et connaît une situation de crise permanente, les hôpitaux étant délabrés, insalubres et disposant de trop peu de matériel et de personnel, augmentant dès lors le recours aux soins privés tandis que perdure la médecine traditionnelle. Cette situation peut notamment s'expliquer par une forte corruption des politiques et par le détournement des aides internationales. À ce système de santé moderne s'ajoute une importance majeure accordée à la médecine traditionnelle, notamment dans les zones rurales et pauvres.

Le Zimbabwe est un pays confronté à de nombreuses maladies. Le pays a souvent dû faire face à de fortes épidémies, à l'instar de l'épidémie de choléra de 2008, ou de l'épidémie de choléra, survenue en 2018. Le pays connaît également un grand nombre de cas de VIH. À ces deux maladies s'ajoutent le paludisme et la tuberculose.

Les fortes épidémies auxquelles le pays doit faire face sont souvent causées par des facteurs environnementaux favorisant la propagation de maladies et l'affaiblissement du système immunitaire chez les individus. La faible qualité des infrastructures médicales est également un facteur facilitant la propagation des épidémies.

Samedi 3 juillet 2021

Mosaique à Sainte-Sophie représentant Constantin IX. Il porte l’apokombia, contenant des offrandes qu'il est de coutume que l'empereur fasse à l'Église.

Constantin IX Monomaque (en grec : Κωνσταντίνος Θʹ Μονομάχος, Kōnstantinos IX Monomakhos), parfois surnommé « le Gladiateur », né vers 1000, à Antioche et mort le à Constantinople, est un bureaucrate et sénateur devenu empereur byzantin entre le et le .

Issu d'une famille de la noblesse byzantine, il arrive au pouvoir par son mariage avec Zoé Porphyrogénète, dernière représentante, avec sa sœur, de la prestigieuse dynastie macédonienne. Son règne intervient donc à la fin de cette ère d'expansion progressive et de prospérité pour l'Empire byzantin, qui rencontre alors des défis d'ampleur. Longtemps considéré comme hostile à l'armée et peu préoccupé par la défense des frontières, il a pourtant combattu des menaces nouvelles, comme les Normands en Italie du Sud, les Petchénègues dans les Balkans et les Seldjoukides en Orient. Capable d'étendre une dernière fois la frontière orientale par l'incorporation d'Ani en Arménie, il est toutefois en difficultés face à ces forces émergentes qui gagnent peu à peu du terrain.

Sur le front intérieur, ses décisions ont été largement débattues, tandis que son pouvoir est à plusieurs reprises contesté du fait de l'extinction à venir de la dynastie macédonienne. S'il sort vainqueur des différentes rébellions auxquelles il fait face, grâce à une habile maîtrise des réseaux de pouvoir, leur survenue atteste de l'instabilité grandissante de la scène politique impériale, tandis que l'économie connaît des signes d'essoufflement. Reconnu pour avoir ouvert le Sénat byzantin à des pans plus vastes de la société byzantine, notamment aux marchands et commerçants, il a été vu par Paul Lemerle comme un symbole de l'ère de prospérité du monde byzantin du milieu du XIe siècle. Ainsi, il ouvre une importante école de droit, fait participer nombre d'intellectuels à son gouvernement et promeut la culture dans l'Empire. Néanmoins, d'autres historiens ont vu en lui un empereur peu préoccupé des troubles les plus urgents qui frappent l'Empire, dépensier, plus intéressé par des plaisirs futiles et qui se refuse à quitter Constantinople, ce qui peut s'expliquer par sa santé fragile.

Enfin, son règne voit la rupture avec l'Église d'Occident en 1054, un événement dont la portée reste limitée à court terme, mais qui symbolise l'écart grandissant entre Rome et Constantinople. À sa mort, l'Empire s'apprête à connaître des défis de grande ampleur qui vont jusqu'à remettre en cause son existence même. C'est probablement ce qui explique les interprétations si différentes qui ont pu émerger à propos du règne de Constantin IX, tantôt jugé responsable de l'aggravation prochaine de la situation de l'Empire, tantôt reconnu pour ses efforts afin d'y apporter des réponses plus ou moins adaptées.

Dimanche 4 juillet 2021

Ángeles Amador en 2011.

María Ángeles Amador Millán est une femme politique espagnole, née le à Madrid.

Diplômée en droit de l'université complutense de Madrid, elle commence à travailler comme avocate en . Elle intègre plus de dix ans après, en , la haute fonction publique en qualité de secrétaire général technique du ministère des Travaux publics. Destituée en , elle est appelée trois mois plus tard au poste de sous-secrétaire du ministère de la Santé. Elle défend la politique d'austérité qui concerne le budget du département et dégage un accord avec les victimes du sang contaminé.

Après les élections générales anticipées de 1993, Felipe González souhaite féminiser son quatrième gouvernement. Il nomme Ángeles Amador, indépendante du Parti socialiste et à l'image de technocrate acquise aux idées libérales, ministre de la Santé et de la Consommation. Elle se charge de réformer la Sécurité sociale en limitant les prestations remboursées et en facilitant le libre choix de leur médecin par les patients relevant du système de santé publique. Un conflit avec les étudiants en médecine et une longue grève salariale des médecins des hôpitaux publics de l'État marqueront son mandat.

Elle est élue députée de Ségovie aux élections de 1996, qui consacrent la victoire du Parti populaire. Nommée porte-parole du groupe parlementaire socialiste pour les questions de santé, elle est la principale interlocutrice du ministre qui lui a succédé, José Manuel Romay. Elle s'oppose à lui sur le déremboursement des médicaments et dénonce l'idée d'instaurer un ticket modérateur, mais permet de dégager un consensus concernant la réforme du mode de gestion des hôpitaux publics nationaux.

Exclue de la liste de Ségovie pour les élections de 2000, elle est repêchée par le secrétaire général du PSOE Joaquín Almunia pour celle de Madrid, où elle occupe la deuxième place. Elle quitte finalement le Congrès des députés en , prenant acte du changement de génération à la direction des socialistes.

Elle retourne ainsi à l'avocature. Entre et , elle siège au conseil d'administration de Red Eléctrica de España.

Lundi 5 juillet 2021

Logo du film.

Lost Highway, ou Route perdue au Québec et au Nouveau-Brunswick, est un thriller psychologique de David Lynch, sorti en 1997.

Le film suit un musicien (Bill Pullman) qui commence à recevoir de mystérieuses cassettes VHS de lui et de sa femme (Patricia Arquette) dans leur maison. Il est soudainement condamné pour meurtre, après quoi il disparaît inexplicablement grâce à un homme mystérieux (Robert Blake). Il est remplacé par un jeune mécanicien (Balthazar Getty) menant une vie différente. Mais, peu à peu, des éléments de son passé ressurgissent.

Lost Highway est financé par la société de production française Ciby 2000 et est tourné en grande partie à Los Angeles. Le film est monté et produit par Mary Sweeney, tandis que la photographie est de Peter Deming. La bande originale du film, produite par Trent Reznor, comprend une musique originale d'Angelo Badalamenti et Barry Adamson ; elle est complétée par des chansons d'artistes tels que David Bowie, Marilyn Manson, Rammstein, Nine Inch Nails et The Smashing Pumpkins.

À sa sortie, Lost Highway reçoit des critiques mitigées qui lui reprochent notamment son manque de cohérence. Il a depuis été réévalué par la presse, et a accédé au statut de film culte. Lost Highway est le premier des trois films de David Lynch situés à Los Angeles, suivi de Mulholland Drive en 2001 et d'Inland Empire en 2006. En 2003, il est adapté en opéra par la compositrice autrichienne Olga Neuwirth.

Mardi 6 juillet 2021

Pikmin (ピクミン, Pikumin?) est un jeu vidéo de stratégie en temps réel et de réflexion édité par Nintendo et développé par Nintendo EAD. Il est sorti sur GameCube en 2001 en Amérique du Nord et au Japon, et en 2002 en Europe. Il s'agit du premier épisode de la série homonyme.

Le système de jeu repose sur l'exploration, la gestion d'unités et la collecte d'objets. Le joueur incarne Olimar, un petit astronaute qui devient piégé sur une planète inconnue après que son vaisseau spatial a été percuté par un astéroïde. Le protagoniste doit quitter la planète avant que son scaphandre ne cesse de fonctionner. L'atmosphère, riche en oxygène, est en effet toxique pour son espèce. Olimar dispose ainsi de trente jours pour retrouver les pièces de son vaisseau dispersées à travers les différentes zones du jeu. Il peut néanmoins compter sur l'aide des Pikmins, des créatures indigènes dont les capacités diffèrent selon la couleur de l'espèce. Le joueur peut leur donner des ordres et doit utiliser leurs capacités stratégiquement afin de progresser dans l'aventure. Il doit en outre veiller à la prolifération des Pikmins, en trouvant des palets dissimulés à travers les niveaux ou en éliminant des ennemis.

Alors que le GameCube est en cours de développement, Shigeru Miyamoto assemble une équipe afin de développer un nouveau concept de jeu vidéo dans lequel de nombreux personnages seraient affichés à l'écran. Shigefumi Hino et Masamichi Abe dirigent chacun une partie différente de la production tandis que Miyamoto supervise le tout. La première idée pour le jeu met le joueur dans un rôle similaire à celui d'un dieu qui observe et influence la vie d'une population pendant l'époque préhistorique. Les développeurs éprouvent de la difficulté à trouver quel sera l'objectif du jeu avant qu'il n'évolue progressivement vers ce qu'est finalement devenu Pikmin.

Pikmin est salué par la critique spécialisée lors de sa sortie, louant notamment la qualité des graphismes du titre, son univers, ainsi que sa jouabilité, mais regrettant sa courte durée de vie. Le jeu engendre deux suites et un spin-off. Il fait également l'objet d'une réédition sur Wii en 2008.

Mercredi 7 juillet 2021

Tétartéron d'or de Michel VI Bringas.

Michel VI Bringas (parfois surnommé le Stratiotique ou Stratiotikos — signifiant le belliqueux, allusion possible à son titre de logothète des armées) (grec : Μιχαὴλ ΣΤʹ ὁ Στρατιωτικός) (?-1059) est brièvement empereur byzantin du au . Haut fonctionnaire déjà âgé, il est choisi par les eunuques pour succéder à la dernière représentante de la dynastie macédonienne, l'impératrice Théodora Porphyrogénète. Le règne extrêmement bref de Michel VI, « moins capable de régner que d'être conduit et régi », constitue une année de transition pendant laquelle hauts fonctionnaires, militaires, patriarche et population de Constantinople luttent pour le pouvoir. Une rébellion militaire conduite par Isaac Comnène y met fin, après quoi l'empereur abdique pour se faire moine et finir ses jours dans un monastère.

Les nombreux troubles qui émaillent l'année du règne de Michel VI, premier empereur à régner après la longue ère d'expansion de la dynastie macédonienne, annoncent les troubles à venir de l'Empire. L'empereur ne parvenant jamais à se concilier les différents clans qui se disputent le pouvoir, son règne est marqué par une guerre civile, tantôt ouverte, tantôt larvée, qui dure jusqu'en 1081.

Jeudi 8 juillet 2021

Le rappeur Gee.

Le rap mongol est un style musical qui apparaît à la fin des années 1980 en Mongolie, durant une période où le régime communiste mongol s'affaiblit et où les espaces d'expression se développent. Le groupe Har Sarnai (Rose noire), créé en 1991, en total décalage avec les courants musicaux alors existants, joue un rôle majeur dans le développement de cet art. Au début des années 2000, la nouvelle génération d'artistes propose des titres aux musiques aux influences variées, mais depuis, cette diversité tend à diminuer quelque peu avec une attention plus poussée portée au modèle américain. Les rappeuses sont rares en raison de la pression sociale.

Le rap mongol est une réappropriation de l'univers musical et des codes du hip-hop américain. Il utilise pour partie ses codes visuels, tel que la pratique symbolique du conflit théâtralisé, le port de vêtements de sport amples, de nombreux bijoux, les comportements et images provocantes, la constitution de crewetc. Il intègre par ailleurs des références culturelles mongoles telles que le Khöömii (chant de gorge) et le Morin khuur, un instrument de musique traditionnel. Les rappels à l'Empire mongol et notamment à la figure de Gengis Khan, figure tutélaire et nationaliste de la société mongole actuelle, sont fréquents. Ils passent par l'emploi de costumes ou de références à la société mongole introduites dans les titres ou les textes.

Les sujets abordés y sont des plus divers même si nombre de productions ont pour sujet l'amour romantique. Les revendications politiques et les messages contestataires sont également souvent traités. Dans certains textes, faisant peut-être écho au rap américain, les femmes sont objectifiées. Une autre thématique régulièrement abordée est celle de l'authenticité du peuple mongol. Elle est de nature nationaliste, et puise ses racines dans la recherche, depuis la chute du régime communiste, d'une identité nationale. Elle passe par la dénonciation de la corruption du sang, le combat contre l'immigration (chinoise notamment) et le rejet des investissements étrangers. Une position plus modérée promeut le développement du peuple mongol par lui-même et la fin du rejet de la faute ailleurs.

La langue mongole est massivement employée, mais d'autres langues, surtout l'anglais parfaitement intégré au paysage linguistique local, sont aussi utilisées. La langue anglaise est un outil que les artistes usent et manipulent à des fins diverses, parfois au moyen de l'invention de termes mongols anglicisés, pour répondre aux nécessités de leurs démarches artistiques. L'emploi d'un langage grossier est perçu comme permettant de donner plus de réalité aux textes et de mieux faire comprendre l'urgence de certains messages.

Avec le développement d'internet et des moyens technologiques à la fin des années 1990, la diffusion du rap mongol s'est accrue et certains artistes ont eu l'occasion de se produire à l'étranger.

Vendredi 9 juillet 2021

Tête de la statue au Musée archéologique de Vieux-la-Romaine.

La tutela de Vieux-la-Romaine est une statue gallo-romaine fragmentaire trouvée dans la commune éponyme en 1988, lors des fouilles de la maison au grand péristyle. Cet édifice, une maison urbaine aristocratique, a pu être fouillé quasiment intégralement et a livré un important mobilier archéologique conservé au musée archéologique de Vieux-la-Romaine créé en 2002 spécialement pour l'abriter.

Les fouilles du site archéologique de Vieux, bien que la ville ait été identifiée dès la fin du XVIIe siècle, ont eu lieu jusqu'à la fin du XIXe siècle et durant ce siècle sous l'impulsion de la société des antiquaires de Normandie. Le produit de ces fouilles anciennes est pour l'essentiel perdu. Au XXe siècle, elles ne reprennent que tardivement, et dans le secteur où a été découverte la tutela.

C'est une des très rares statues d'époque romaine découverte dans l'espace de l'actuelle Normandie. Elle peut être restituée en dépit des lacunes existantes, par comparaison avec d'autres œuvres. Selon son inventeur, Pascal Vipard, elle possède un « intérêt tant artistique que religieux [qui] dépasse les limites de la simple histoire locale ». C'est un rare exemple de mobilier ayant appartenu à un édifice dont le décor a pu être étudié, en dépit des lacunes, et permettant de restituer l'environnement d'une riche famille aristocratique ayant sans doute exercé des responsabilités politiques dans cette ville romaine.

Samedi 10 juillet 2021

Portrait de Léon Walras.

Léon Walras, né à Évreux le et mort à Clarens le , est un économiste français dont la carrière universitaire s’est toute entière déroulée à l'Université de Lausanne en Suisse. S'il a profondément marqué l'histoire de la science économique, sa pensée a eu du mal à s’imposer en France. Ayant pour seuls diplômes deux baccalauréats, Walras a malgré tout toujours été soutenu par son père Auguste Walras, un inspecteur d'académie passionné d'économie, dont il a repris dans une large mesure la doctrine économique. C'est grâce à Louis Ruchonnet, un homme politique radical du canton de Vaud ayant également occupé des fonctions nationales en Suisse, qu'il est nommé professeur dans cette institution. C'est encore lui qui l’aide à diffuser son œuvre. Pour l’homme politique suisse, il s’agit aussi d’asseoir la réputation de l’université de Lausanne.

Pour comprendre l’œuvre complète de Walras, pas seulement la partie la plus connue centrée sur la notion d’équilibre général, il est important de se souvenir qu’il distingue trois types d'économies : l'économie pure, l'économie sociale et l'économie appliquée. L'économie pure est l'objet d'une science pure qui étudie des faits naturels dépendant de forces aveugles et fatales. L'économie sociale, objet d'une science pure morale et d'une science pure appliquée, vise à définir un idéal de justice. L'économie politique appliquée, quant-à-elle, a pour but de donner des lignes directrices pour l'action.

Walras est surtout connu pour son livre Économie politique pure, un ouvrage où les échanges n'ont lieu qu'après qu'un tâtonnement walrasien guidé par le commissaire-priseur ait permis d'atteindre l'équilibre de marché. Sur cette base, il démontre de façon mathématique à partir d'une seule hypothèse, la rareté, l’existence d’un équilibre général. C’est ce concept d’équilibre général qui conduit Joseph Schumpeter à considérer Walras comme « le plus grand de tous les économistes ». La notion d'équilibre général est très rapidement adoptée par des économistes majeurs tels que Vilfredo Pareto, Knut Wicksell ou Gustav Cassel. Se plaçant surtout du côté de l'analyse économique, John Hicks et Paul Samuelson utilisent l'apport walrasien dans l'élaboration de la synthèse néoclassique. De leurs côtés, Kenneth Arrow et Gérard Debreu, se plaçant dans une perspective de logicien et de mathématicien, tenteront de déterminer les conditions nécessaires pour qu'il y ait équilibre.

Les écrits de Walras sur l'économie sociale et l'économie appliquée sont beaucoup moins appréciés par Schumpeter et par Vilfredo Pareto, le successeur de Walras à Lausanne, qui tient l'économie sociale de Walras pour une œuvre de métaphysique. Cette facette de l'œuvre de Walras, a été abordée de façon systématique assez tardivement, notamment grâce aux recherches menées à partir des années 1980 par le centre Auguste-et-Léon-Walras de l'université Lyon-II. Cette partie de son œuvre, très marquée par l’économie politique par différence avec la science économique pure fournit à l'économiste de Lausanne la possibilité de se situer par rapport à ses contemporains. Il critique Proudhon, les saint-simoniens, les fourièristes et les marxistes, mais est influencé par l'école démocratique d'Étienne Vacherot. Cette partie de son œuvre a conduit les spécialistes de Walras à s'interroger pour savoir s’il fallait le considérer comme libéral ou socialiste.

Pour Pierre Dockès, Walras est un socialiste singulier tandis que pour Pierre Herland il serait surtout libéral et que pour Jean-Pierre Potier c’est un socialiste libéral. Son libéralisme n'est toutefois pas celui de l’école autrichienne, qui en général a peu d'empathie avec l'équilibre général. Pour donner quelques grands traits de la pensée de Walras en ce domaine, il convient de rappeler que, pour lui, l'État a une rationalité supérieure aux individus dans le domaine qui est le sien. Son rôle consiste principalement à réguler l'économie de marché en luttant contre les monopoles et en gérant directement les monopoles naturels. D’un point de vue social, Walras a une vision méritocratique du monde. Aussi, selon lui, l'État n'a pas à corriger les inégalités naturelles, il doit juste veiller à ce que les règles du jeu soient égales pour tous. Enfin, il estime qu'à travers le crédit il est possible de démocratiser à la fois le capital et la société.

Dimanche 11 juillet 2021

Ruines de Carnuntum.

La conférence de Carnuntum, ou conférence impériale de Carnuntum, est une conférence qui se déroule le à Carnuntum (aujourd'hui Petronell-Carnuntum en Autriche), dans la province de Pannonie. Elle est convoquée par l'empereur Galère pour tenter de résoudre le différend sur le titre d'Auguste d'Occident, et ainsi mettre fin aux conflits en cours depuis l'an 307, lorsque Sévère et lui ont envahi l'Italie gouvernée par Maxence et Maximien. Participent également à cette conférence Dioclétien, qui s'était retiré du pouvoir depuis 305, et Maximien, père de Maxence.

Il est convenu lors de cette conférence que Maximien serait définitivement démis de sa position impériale et que Licinius, un ancien général de Galère, serait nommé Auguste d'Occident dans le but de renverser Maxence, considéré comme un usurpateur.

Ces décisions déplaisent cependant à la plupart des empereurs présents, comme Constantin Ier, qui s'attendait à une promotion, et Maximien, mécontent de sa destitution, qui tente une ultime conspiration à la cour de Constantin en Gaule. Licinius ne participe pas aux campagnes militaires menées ultérieurement pour déposer Maxence.

Lundi 12 juillet 2021

Quelques thèmes propres au genre merveilleux-scientifique, dans le sens des aiguilles d'une montre : omniprésence des transports urbains aériens, créatures préhistoriques saccageant Paris, homme artificiel, vol interplanétaire et rencontres extraterrestres… Illustrations de Thomas Girard pour Le Vingtième Siècle. La vie électrique d'Albert Robida, L'Effrayante Aventure de Jules Lermina, La Poupée sanglante de Gaston Leroux et Le Docteur Oméga d'Arnould Galopin.

Le merveilleux scientifique (également orthographié avec un trait d'union : merveilleux-scientifique) est un genre littéraire qui se développe en France de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle. Apparenté aujourd'hui à la science-fiction, cette littérature d'imagination scientifique s'articule autour de thèmes phares, tels que les savants fous et leurs inventions extraordinaires, les mondes perdus, l'exploration du système solaire, les catastrophes ou encore l'avènement de surhommes.

Apparu à la suite des romans scientifiques de Jules Verne, ce courant littéraire se constitue dans la seconde moitié du XIXe siècle en s'éloignant du modèle vernien, autour d'une nouvelle génération d'auteurs comme Albert Robida, Camille Flammarion, J.-H. Rosny aîné et Maurice Renard, ce dernier revendiquant au contraire comme modèle les œuvres des romanciers Edgar Allan Poe et H. G. Wells, plus imaginatifs. Conséquemment, Renard publie en 1909 un manifeste dans lequel il s'approprie un néologisme créé au XIXe siècle, le « merveilleux scientifique », en rajoutant un trait d'union afin de mettre l'accent sur l'articulation entre la modernisation du conte de fée et la rationalisation du surnaturel. Ainsi défini, le roman merveilleux-scientifique, prenant place dans un cadre rationnel, repose sur l'altération d'une loi scientifique autour de laquelle l'intrigue est construite, afin de donner matière à réflexion au lecteur en lui présentant les menaces et les ravissements de la science.

Principalement employé par les romanciers populaires, ce genre s'alimente des sciences et pseudo-sciences qui trouvent un écho dans l'opinion publique, à l'instar des découvertes radiographiques, électriques ou encore biologiques. Cependant, en dépit de l'assise théorique que Maurice Renard lui donne en 1909, la littérature merveilleuse-scientifique échoue à se structurer en mouvement littéraire et ne constitue, au final, qu'un ensemble littéraire hétérogène et éparpillé. Malgré l'arrivée d'une nouvelle génération d'auteurs comme José Moselli, René Thévenin, Théo Varlet, Jacques Spitz ou André Maurois, cette littérature ne parvient pas à se renouveler, et périclite progressivement à partir des années 1930, alors qu'au même moment aux États-Unis, la littérature d'imagination scientifique connaît un grand succès sous le nom de « science fiction » avec un élargissement de ses thèmes. Présentée comme un genre nouveau, la science-fiction arrive en France dans les années 1950 et, séduisant auteurs et lecteurs français, parachève ainsi de faire disparaître le courant merveilleux-scientifique et ses générations d'écrivains.

Subsistant de manière marginale et non assumée durant la seconde moitié du XXe siècle, le merveilleux scientifique fait l'objet d'une nouvelle attention du public depuis la fin des années 1990 avec le travail critique de quelques chercheurs et la réappropriation par des auteurs qui réactualisent ce genre littéraire oublié, notamment sur le support de la bande dessinée.

Mardi 13 juillet 2021

Xylothèque du monastère de Strahov à Prague (République tchèque).

Une xylothèque (du grec ancien ξύλον, xylon, « bois », et θήκη, thêkê, « armoire, caisse ») est le lieu où est conservée et consultée une collection organisée d'échantillons de bois. Par métonymie, la xylothèque désigne aussi la collection elle-même. Le bois, qui reste un matériau omniprésent même dans des sociétés fortement industrialisées, peut être étudié sous divers aspects : la xylothèque est ainsi utile non seulement comme référence pour identifier les espèces dans des études de systématique ou d'anatomie, mais aussi en ethnographie, en archéologie, en criminalistique, pour la restauration d'œuvres d'art, pour déterminer la valeur économique des essences ou pour retracer les variations du climat.

Les plus anciennes collections de bois connues sont rassemblées dans des cabinets de curiosités à la fin du XVIIe siècle. De véritables bibliothèques de bois apparaissent au siècle suivant en Prusse et présentent les échantillons comme des livres ou des petits coffrets en bois de cœur et d'aubier, contenant rameaux, feuilles, fleurs et fruits. Les échantillons peuvent prendre des formes très variées. Ainsi, dans le Japon du XIXe siècle, des collections montrent plutôt une représentation de l'arbre peinte sur une planchette de son bois. Des sculptures en bas-relief et en haut-relief illustrent les essences de panneaux de bois provenant de l'ancien musée colonial de Haarlem. Aux jardins botaniques royaux de Kew, les échantillons de bois récoltés par l'artiste anglaise Marianne North sur tous les continents entre 1871 et 1885 constituent le lambris de la galerie où sont exposées ses peintures. Dans les années 1920, le journaliste américain Rudolph Edgar Block constitue une collection de 1 400 cannes de bois appartenant à 950 essences différentes.

Les premières xylothèques institutionnelles, créées notamment par des musées, des jardins botaniques et des laboratoires de recherche fondamentale ou appliquée, se développent à partir du XIXe siècle. Leurs collections sont désormais composées de disques ou de tranches de bois, ainsi que de blocs ou de planchettes, accompagnés de coupes fines, de préparations microscopiques, de photos et d'un échantillon d'herbier. Elles sont présentes dans le monde entier et les plus importantes se trouvent en Indonésie, aux Pays-Bas, aux États-Unis, au Brésil et en Belgique.

Mercredi 14 juillet 2021

« Quartiers généraux » successifs de Lecoz et de son maquis.

Le maquis Lecoz (ou Le Coz ou Lecoze) est un groupe de résistants qui opère de à dans le sud-est de l'Indre-et-Loire, entre le Cher et l'Indre, durant la Seconde Guerre mondiale.

Reconnu officiellement par les Alliés début août, il bénéficie dès lors de l'assistance matérielle de Londres et de la Direction générale des services spéciaux du général de Gaulle. Il conduit avec succès une douzaine d'actions de guérilla qui occasionnent des pertes sévères à l'occupant allemand et participe à la libération provisoire de Loches le . En parallèle, il mène une intense activité de pillage et de racket (une trentaine de victimes) ainsi que d'exécutions sommaires (17 ou 18 recensées). Les crimes et dérives du maquis Lecoz le définissent comme un « maquis noir ».

Son chef, le « capitaine » autoproclamé Lecoz, est arrêté par les autorités du gouvernement provisoire de la République française le . Son procès révèle qu'il s'appelle en réalité Georges Dubosq, qu'il est un criminel, un voleur multirécidiviste, un ancien agent au service de la Gestapo. Il est accusé d'avoir utilisé la couverture de son maquis pour amasser une fortune estimée à 15 millions de francs, d'avoir commis de nombreux crimes dont l'assassinat de civils prétendument collaborateurs et de maquisards ayant protesté contre ses méthodes. Il est condamné à mort par un tribunal militaire le et fusillé le à Angers. Ses deux principaux lieutenants sont condamnés à des peines de travaux forcés. La plupart des membres de son maquis sont cependant déclarés innocents et leurs faits de résistance sont reconnus à titre individuel : il est établi qu'ils ignoraient tout des motivations réelles d'un chef auquel ils n'osaient désobéir.

Jeudi 15 juillet 2021

Photo des trois principaux acteurs le 18 août 1974 : Ron Harper au premier plan, James Naughton en arrière-plan à gauche et Roddy McDowall grimé en chimpanzé à droite.

La Planète des singes (Planet of the Apes) est une série télévisée américaine en 14 épisodes de 47 minutes, créée par Anthony Wilson et diffusée entre le et le sur CBS.

En France, la série est diffusée à partir du sur Antenne 2.

La série suit deux astronautes, Virdon et Burke, dont le vaisseau s'est écrasé sur une planète inconnue. Ils découvrent rapidement qu'ils sont retournés sur Terre, mais dans un futur lointain où les singes intelligents dominent les humains. Poursuivis par les autorités simiesques du général gorille Urko, les deux astronautes sont aidés par un chimpanzé compatissant nommé Galen. Avec lui ils tentent de trouver une solution pour quitter la planète des singes et retrouver leur époque.

Elle est commandée fin 1973 par CBS à la suite du succès à son antenne des trois premiers films de la franchise La Planète des singes. Le tournage débute en et la diffusion en septembre. La série est principalement tournée au ranch de la Fox situé à Malibu. La musique est composée et dirigée par Lalo Schifrin, Earl Hagen et Richard LaSalle.

Faute de succès critique et public, la série est annulée alors que seuls quatorze épisodes sont réalisés. Les producteurs attribuent cet échec au faible temps de présence des singes et à l'aspect répétitif des épisodes. Le fait que l'action n'avance pas est également pointé du doigt par certains critiques.

Bien qu'ayant une position intéressante au sein de la saga, la série contient cependant beaucoup d'incohérences et ne développe pas l'un des thèmes majeurs de la franchise : le racisme.

La série est ensuite exploitée sous la forme de cinq téléfilms en 1980 puis connait une sortie en VHS et en DVD et a également engendré un nombre important de produits dérivés.

Vendredi 16 juillet 2021

Mosaïque des cinq planètes naines reconnues par l'Union astronomique internationale, par ordre de découverte.

En astronomie, une planète naine est un objet céleste du Système solaire de classe intermédiaire entre une planète et un petit corps du Système solaire. Le terme est adopté le par l'Union astronomique internationale (UAI) après un débat afin d'éclaircir la classification des objets en orbite autour du Soleil. Celui-ci est notamment précipité par la découverte d'Éris, un objet de taille similaire à Pluton — alors considérée comme une planète — et devant la perspective de découvrir à l'avenir de nombreux autres objets d'une taille pouvant faire d'eux des planètes.

Plus précisément, l'UAI explicite qu'une planète naine est « un corps céleste qui (a) est en orbite autour du Soleil, (b) a une masse suffisante pour que sa gravité l’emporte sur les forces de cohésion du corps solide et le maintienne en équilibre hydrostatique, sous une forme presque sphérique, (c) n’a pas éliminé tout corps susceptible de se déplacer sur une orbite proche, (d) n’est pas un satellite ».

Initialement, trois planètes naines sont désignées — Cérès, Pluton et Éris — auxquelles se sont ensuite rajoutées en 2008 Hauméa et Makémaké, ce qui porte à cinq le nombre d'objets reconnus comme planètes naines par l'UAI. Les objets connus les plus susceptibles d'être ajoutés à cette catégorie à l'avenir sont Gonggong, Quaoar, Sedna, Orcus ou encore Charon (dans un système binaire avec Pluton). Le nombre total de planètes naines dans le Système solaire est inconnu car vérifier si un corps est en équilibre hydrostatique nécessite au moins un survol par une sonde spatiale, ce qui n'a été le cas que pour Cérès et Pluton. De nombreux gros objets transneptuniens ont néanmoins des satellites naturels, ce qui permet de précisément déterminer leur masse et donc d'estimer leur densité.

Si la nécessité de distinguer les planètes et une autre catégorie d'objets incluant Pluton apparaît clairement depuis 2000 dans les travaux d'Alan Stern, Harold F. Levison, Steven Soter ou Jean-Luc Margot, de nombreux astronomes — notamment américains dont Alan Stern — s'opposent au moins initialement à l'introduction de ce nouveau terme en raison de la perte du statut de planète pour Pluton.

Samedi 17 juillet 2021

Molécule d'EDTA, un chélateur chimique responsable de la mort d'un enfant autiste, par hypocalcémie.

La chélation des métaux lourds dans l'autisme est une chélation médicale sans preuve d'efficacité sur l'autisme, potentiellement dangereuse, infligée à des personnes autistes sur la base de la théorie controversée selon laquelle elles seraient contaminées par des métaux lourds, en particulier par le mercure. Suivant cette théorie, l'élimination des métaux lourds via la circulation sanguine permettrait une amélioration du comportement, voire une guérison. Ces allégations, soutenues par divers témoignages individuels, n'ont jamais été prouvées.

Devenu populaire aux États-Unis au début des années 2000, le traitement par cette chélation a causé la mort d'au moins un enfant autiste, en 2005, ce qui a entraîné l'arrêt de l'essai clinique du National Institute of Mental Health (NIMH) en cours, pour des raisons bioéthiques. En 2013, la recension de la littérature scientifique ne permet pas d'apporter la preuve d'un bénéfice de la chélation pour les personnes autistes. À compter de 2012, diverses alertes concernant la prescription de ce « traitement » sont émises en France.

Il existe deux types de chélation, l'une à base de plantes (notamment de Chlorella), la seconde étant chimique. Cette chélation chimique, en particulier lorsqu'elle est mal administrée, entraîne de nombreux effets secondaires tels que des troubles du fonctionnement du foie, des reins, et de l'hypocalcémie. Cette balance bénéfice-risque défavorable conduit la collaboration Cochrane, la Haute Autorité de santé (HAS) et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) à déconseiller officiellement la chélation des personnes autistes.

Dimanche 18 juillet 2021

Individu adulte de Discoglosse sarde (Discoglossus sardus).

Discoglossus sardus, le Discoglosse sarde, plus rarement nommé Grenouille peinte tyrrhénienne, est une espèce de petits amphibiens anoures de la famille des Alytidae et du genre Discoglossus.

Qualifié d'endémique de la mer Tyrrhénienne, le Discoglosse sarde présente une aire de répartition restreinte à quelques îles de l'Ouest de la mer Méditerranée, notamment la Corse et la Sardaigne. Espèce à fort enjeu de conservation, elle est morphologiquement très proche du Discoglosse corse (Discoglossus montalentii), avec lequel elle partage une partie de son aire de répartition en Corse.

Peu exigeante en matière d'habitat, supportant même des pollutions aquatiques légères, l'espèce se rencontre dans toute sorte de zones humides, allant du niveau de la mer à plus de 1 700 mètres d'altitude. Elle se nourrit principalement d'invertébrés terrestres de petite taille.

L'espèce n'est pas menacée d'extinction à court terme et est inscrite comme « préoccupation mineure » (LC) sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), mais est néanmoins fragile et sujette à de nombreuses menaces qui justifient son statut de protection fort, tant en France qu'en Italie, où elle est intégralement protégée et inscrite en annexe 2 de la directive habitats. Outre la destruction de son habitat, notamment par l'urbanisation, elle se révèle sensible à la chytridiomycose, une maladie de peau menaçant de très nombreuses espèces d'amphibiens à travers le monde.

Peu connu du grand public, le Discoglosse sarde fait partie des espèces emblématiques de plusieurs aires protégées, notamment du parc national de Port-Cros, en France.

Lundi 19 juillet 2021

Cosplay de Leatherface, inspiré par le personnage du film de 2003.

Massacre à la tronçonneuse (The Texas Chainsaw Massacre) est un film d'horreur américain réalisé par Marcus Nispel, produit par Michael Bay et écrit par Scott Kosar, sorti en 2003. Il s'agit du remake du film éponyme de 1974. Ce long-métrage fait partie de la série de films Massacre à la tronçonneuse dont il est le cinquième opus par sa date de sortie et le second dans la chronologie concernant les remakes.

Il met en scène Jessica Biel dans le rôle d'Erin et R. Lee Ermey dans le rôle du shérif Hoyt tandis qu'Andrew Bryniarski joue le rôle de Thomas Hewitt, alias Leatherface. Le reste de la distribution est composé des acteurs Eric Balfour dans le rôle de Kemper, le petit-ami d'Erin, tandis que Jonathan Tucker et Mike Vogel jouent leurs amis, Morgan et Andy. Erica Leerhrsen interprète le rôle de Pepper, une jeune femme récupérée à bord de leur van peu avant les événements du film.

Même si Marcus Nispel décide de se réapproprier l'œuvre originale en reprenant les bases de son scénario, il présente également une relecture de celle-ci en y changeant considérablement l'intrigue et en y apportant une vision plus moderne, évitant un remake plan par plan du film de Hooper. Kosar insiste aussi sur la psychologie du tueur et de ses complices pour, en quelque sorte, les humaniser.

L'intrigue suit une bande de jeunes amis qui, en 1973, sont victimes dans l'État du Texas d'une famille de cannibales, la famille Hewitt, dont l'un des fils Thomas poursuit les gens avec un masque fabriqué en peau humaine et armé d'une tronçonneuse.

Le film, qui coûte 9 500 000 $, rencontre un grand succès commercial, engrangeant plus de 80 500 000 $ de recettes rien que dans son pays d'origine et plus de 107 000 000 $ à travers le monde. Ses recettes font du film le plus gros succès financier de toute la saga et ce, malgré des critiques négatives à sa sortie, souffrant en particulier de la comparaison avec le film original. Le film se voit être notamment nommé dans plusieurs catégories lors de plusieurs cérémonies de récompenses de prix, notamment pour le Saturn Award du meilleur film d'horreur et remporte le Teen Choice Award du meilleur thriller de l'année en 2004.

De ce succès naît Massacre à la tronçonneuse : Le Commencement, qui est très vite mis en chantier et sert de préquelle au remake. Racontant les débuts et les raisons des actes horribles de la famille Hewitt, ce film sort en 2006. Pour certains, le succès du Massacre à la tronçonneuse de Marcus Nispel est à l'origine du démarrage d'une vague de remakes apparus au cours des années suivantes comme La Maison de cire, Black Christmas ou Halloween.

Mardi 20 juillet 2021

Un Anglo-arabe sarde au travail.

L'Anglo-arabe sarde (italien : Cavallo anglo-arabo-sardo), appelé aussi Sarde, Sardinian ou Sardinier, est une race de chevaux de selle italiens, de type Anglo-arabe, originaire de Sardaigne. Ses origines remontent à l'époque sarrasine, lorsque l'Arabe et le Barbe sont croisés aux petits chevaux indigènes sardes. La race prend sa forme actuelle durant la seconde moitié du XXe siècle, avec l'apport du Pur-sang. Son stud-book est créé en 1981, peu après ses victoires notables aux Jeux olympiques de Moscou. Elle décline au début du XXIe siècle, en raison du désengagement de l'État italien dans un contexte de crise économique.

L'Anglo-arabe sarde sert historiquement la police montée italienne, et constitue une bonne monture de sports hippiques et de sports équestres, avec plusieurs victoires internationales à son actif en saut d'obstacles et en concours complet durant les années 1980. Les effectifs sont désormais réduits, avec moins de 500 naissances annuelles.

Mercredi 21 juillet 2021

Galadriel devant son miroir (fan art de Tessa Boronski).

Galadriel est un personnage de fiction du légendaire créé par l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien en 1954 et qui apparaît dans ses romans Le Silmarillion et Le Seigneur des anneaux. C’est une Elfe de la lignée royale des Ñoldor, fille de Finarfin et sœur de Finrod Felagund.

Elle est considérée comme l’une des plus grandes des Eldar, avec Fëanor et Lúthien. Son rôle et son importance ont émergé au fur et à mesure du récit et subi de constants remaniements. Il est donc très difficile de concilier tous les faits marquants de l’histoire du personnage.

Son désir de pouvoir l’amène à se joindre à l’exil des Ñoldor en Terre du Milieu, promu par son oncle Fëanor dans les dernières des Années des Arbres. En Terre du Milieu, elle réside dans le royaume de Doriath, où elle reçoit l’enseignement de Melian. Refusant de revenir en Valinor à la fin du Premier Âge, malgré le pardon des Valar, elle reste en Terre du Milieu avec son mari Celeborn, et après un temps, le couple s’installe dans la forêt de Lothlórien, dont ils deviennent les seigneurs jusqu’à la fin du Troisième Âge ; la Lórien devient un havre elfique, protégée par Nenya, l’Anneau donné à Galadriel par Celebrimbor. Pendant la Guerre de l’Anneau, Galadriel offre l’hospitalité à la Fraternité de l'Anneau, et à la fin du conflit, elle part pour l’Ouest.

J. R. R. Tolkien conçut le personnage de Galadriel durant la rédaction du Seigneur des anneaux, et l’ajouta par la suite aux textes du Silmarillion. Tolkien envisagea plusieurs versions de l’histoire de Galadriel, qui présentent de nombreuses différences sur des points comme les raisons de son départ d’Aman et de son refus d’y revenir, le moment de sa rencontre avec Celeborn (et l’identité de celui-ci) ou ses pérégrinations en Terre du Milieu avant son établissement en Lothlórien. Le Silmarillion publié en 1977 lisse ces difficultés en présentant une unique version des événements ; Christopher Tolkien a ultérieurement détaillé les hésitations de son père dans les Contes et légendes inachevés, où il écrit que « nulle part, dans l’histoire de la Terre du Milieu, on ne se heurte à tant de difficultés que dans le récit de Galadriel et de Celeborn ».

Galadriel apparaît dans plusieurs adaptations du Seigneur des anneaux, parmi lesquelles le film dirigé par Ralph Bakshi, la trilogie cinématographique de Peter Jackson (interprétée par Cate Blanchett), la série radiophonique de la BBC Radio, le jeu vidéo La Bataille pour la Terre du Milieu II, et la trilogie du Hobbit.

Jeudi 22 juillet 2021

Dessin représentant un vieil homme barbu et majestueux dans un char flottant sur la mer, tiré par des chevaux formant l’écume des vagues.

La symbolique du cheval est l'étude de la représentation du cheval dans la mythologie, les religions, le folklore populaire, l'art, la littérature et la psychanalyse en tant que symbole, dans sa capacité à désigner, à signifier un concept abstrait, au-delà de la réalité physique de l’animal quadrupède. De nombreux rôles et des dons magiques s'associent au cheval à toutes les époques et dans toutes les régions du monde où des populations humaines se sont trouvées en contact avec lui, faisant du cheval l'animal le plus symboliquement chargé, avec le serpent.

Les chevaux mythiques et légendaires possèdent souvent des pouvoirs merveilleux comme celui de parler, de traverser les eaux, de se rendre dans l'Autre Monde, les enfers et le ciel, ou de porter un nombre infini de personnes sur leur dos. Ils peuvent être aussi bons et ouraniens que mauvais et chtoniens. À travers le « mythe du centaure », exprimé dans la plupart des histoires mettant un cheval en scène, le cavalier cherche à faire corps avec sa monture en alliant l'instinct animal à l'intelligence humaine.

Le cheval a surtout une fonction de véhicule, c'est pourquoi il est devenu un animal chamanique et psychopompe, chargé d'accompagner les hommes dans tous leurs voyages. Allié loyal du héros dans les épopées, compagnon d'aventures infatigable du cow-boy, il est devenu un symbole de guerre et de domination politique au fil de l'Histoire, s'est fait maléfique par son association au cauchemar et aux démons, ou encore symbole érotique à travers l'ambiguïté de la chevauchée. Le cheval est familier des éléments, surtout de l'eau dont est issu le cheval aquatique connu des pays celtiques. L'air a donné le cheval ailé, connu tant en Grèce qu'en Chine ou en Afrique.

La littérature, les jeux de rôle et le cinéma ont repris ces perceptions symboliques du cheval.

Vendredi 23 juillet 2021

Affiche des Jeux olympiques de 1920.

Les Jeux olympiques de 1920, officiellement nommés Jeux de la VIIe olympiade, sont la sixième édition des Jeux olympiques modernes. Ils ont lieu à Anvers en Belgique du 23 avril au . Le comité de candidature est créé le et comprend notamment le président du Comité olympique belge Édouard de Laveleye et le membre du Comité international olympique Henri de Baillet-Latour. Les Jeux olympiques de 1916 sont annulés en raison de la Première Guerre mondiale et, après l'armistice de 1918, ceux de 1920 sont attribués à la ville flamande le en hommage à la souffrance et à la bravoure des Belges pendant la guerre. Les épreuves sont disputées à Anvers et dans d'autres villes du pays telles que Bruxelles et Ostende.

Vaincus et considérés comme responsables de la guerre, les Empires centraux et leurs successeurs (Allemagne, Autriche, Bulgarie, Empire ottoman et Hongrie) ne sont pas invités aux Jeux. La participation atteint tout de même un record de 29 nations et 2 626 athlètes (dont 65 femmes). Ils s'affrontent dans 22 sports et 29 disciplines qui regroupent un total de 156 épreuves. Six délégations font leurs débuts aux Jeux olympiques : le Brésil, l'Estonie, Monaco, la Nouvelle-Zélande, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie.

En ont lieu les épreuves de patinage artistique et de hockey sur glace, sport présent aux Jeux olympiques pour la première fois. Ils seront intégrés aux nouveaux Jeux olympiques d'hiver à partir de 1924. Deux symboles font leur apparition lors de la cérémonie d'ouverture le  : le drapeau olympique imaginé par le baron Pierre de Coubertin en 1913 et le serment olympique prêté pour la première fois par l'athlète belge Victor Boin. Le , le korfbal est disputé en tant que sport de démonstration.

Comme lors des Jeux de 1912, les nations les plus médaillées sont les États-Unis, la Suède, la Grande-Bretagne et la Finlande. La Belgique remporte 36 médailles dont 14 en or et termine au cinquième rang, ce qui constitue le meilleur résultat de son histoire. Le tireur américain Willis Lee est l'athlète le plus médaillé avec sept distinctions dont cinq en or alors que l'escrimeur italien Nedo Nadi remporte les cinq épreuves auxquelles il participe. Le tireur à l'arc Hubert Van Innis, Belge le plus titré de l'histoire aux Jeux olympiques, gagne six médailles dont quatre en or. Lors des épreuves d'athlétisme le Finlandais Paavo Nurmi remporte les trois premiers des neuf titres olympiques de sa carrière. La nageuse américaine Ethelda Bleibtrey (trois médailles d'or en trois épreuves) et la joueuse de tennis française Suzanne Lenglen (trois médailles dont deux d'or) dominent leur discipline respective et le nageur américain Duke Kahanamoku conserve le titre olympique du 100 mètres nage libre qu'il a obtenu en 1912. Deux Suédois établissent des records qui sont toujours d'actualité un siècle plus tard : le plongeur Nils Skoglund devient à 14 ans le plus jeune médaillé olympique lors d'une épreuve masculine individuelle alors que le tireur Oscar Swahn est à 72 ans le médaillé le plus âgé aux Jeux olympiques.

Samedi 24 juillet 2021

Ninja du Cassou, ponette landaise, dans son pré.

Le Landais, poney landais, poney des barthes ou Barthais, est une race de poneys originaire du département des Landes. Souvent qualifié de Pur-sang arabe miniature, le landais est un poney très ancien, à l'histoire riche. Il existe à l'origine deux populations de poneys sauvages dans les Landes, mais seule celle des barthes de l'Adour perdure jusqu'à nos jours, le poney du littoral ayant disparu au milieu du XXe siècle. Le Landais est réorienté vers l'équitation sur poney à destination des enfants dans les années 1970, ce qui assure désormais sa sauvegarde.

C'est un poney harmonieux à la robe sombre et unie, de bon caractère. S'il a perdu en rusticité, il reste adapté à la vie en semi-liberté. Il est monté pour l'équitation de loisir et lors de compétitions pour poneys. Certains représentants de la race ont obtenu des résultats remarquables à l'attelage, en saut d'obstacles et en concours complet. La majorité des éleveurs de landais se trouve désormais hors du berceau de la race. Les nouvelles naissances ont doublé entre 2005 et 2008 mais avec moins de 200 femelles reproductrices et une vingtaine d'étalons, le landais reste critiquement menacé de disparition.

Dimanche 25 juillet 2021

Le satellite de météorologie GOES O avant son lancement en orbite géostationnaire.

Un satellite artificiel est un objet fabriqué par l'être humain, envoyé dans l'espace à l'aide d'un lanceur et gravitant autour d'une planète ou d'un satellite naturel comme la Lune. La vitesse imprimée par le lanceur au satellite lui permet de se maintenir pratiquement indéfiniment dans l'espace en décrivant une orbite autour du corps céleste. Celle-ci, définie en fonction de la mission du satellite, peut prendre différentes formes — héliosynchrone, géostationnaire, elliptique, circulaire — et se situer à des altitudes plus ou moins élevées, classées en orbite basse, moyenne ou haute.

Le premier satellite artificiel, Spoutnik 1, est lancé par l'URSS en 1957. Depuis cette époque, plus de 5 500 satellites artificiels sont placés en orbite (2007). Les satellites jouent désormais un rôle important à la fois sur les plans économique (télécommunications, positionnement, prévision météorologique), militaire (renseignement) et scientifique (observation astronomique, microgravité, observation de la Terre, océanographie, altimétrie). Ils sont, en particulier, devenus des instruments incontournables pour notre compréhension de l'univers physique, la modélisation des changements climatiques et le fonctionnement de la société de l'information.

Un satellite artificiel est composé d'une charge utile, définie spécifiquement pour la mission qu'il doit remplir, et d'une plate-forme souvent standardisée assurant les fonctions de support comme la fourniture d'énergie, la propulsion, le contrôle thermique, le maintien de l'orientation et les communications. Le satellite est suivi par un centre de contrôle au sol, qui envoie des instructions et recueille les données collectées grâce à un réseau de stations terriennes. Pour remplir sa mission, le satellite doit se maintenir sur une orbite de référence en orientant ses instruments de manière précise : des interventions sont nécessaires à intervalles réguliers pour corriger les perturbations naturelles de l'orbite générées, dans le cas d'un satellite terrestre, par les irrégularités du champ de gravité, l'influence du Soleil et de la Lune ainsi que la traînée créée par l'atmosphère qui subsiste en orbite basse.

Les progrès techniques permettent aujourd'hui de mettre en orbite des satellites plus lourds (jusqu'à 6 tonnes et demie pour les satellites de télécommunications), capables de remplir des missions toujours plus sophistiquées (satellites scientifiques), avec une grande autonomie. La durée de vie d'un satellite, variable selon le type de mission, peut atteindre 15 ans. Les progrès de l'électronique permettent également de concevoir des microsatellites capables d'effectuer des missions élaborées.

La construction de satellites donne naissance à une industrie très spécialisée mais les instruments les plus complexes sont encore souvent réalisés par des laboratoires de recherche. La conception d'un satellite, difficilement reproductible lorsqu'il ne s'agit pas d'un satellite de télécommunications, est un processus qui peut prendre une dizaine d'années dans le cas d'un satellite scientifique. Les coûts de fabrication qui peuvent monter à plusieurs centaines de millions d'euros et ceux de lancement (de l'ordre de 10 000 à 20 000 dollars américains/kg) limitent aujourd'hui le développement de cette activité qui, hormis le secteur des télécommunications très rentable pour les opérateurs, est subventionnée pour l'essentiel par les budgets publics.

Lundi 26 juillet 2021

Hongre selle français lors d'une compétition internationale de saut d'obstacles.

Le selle français (SF) est un registre généalogique (stud-book) de chevaux de sport français, sélectionnés pour le saut d'obstacles. Il est issu de la fusion de toutes les races dites de « demi-sang » en 1958. Sans standard fixe, ce cheval ne répond plus à la notion de race. Il est caractérisé par une grande taille, un modèle harmonieux et robuste, de la force et du sang. Le selle français est élevé sur l'ensemble du territoire français et dans de nombreux pays, notamment grâce à l'utilisation de l'insémination artificielle. Sa sélection est gérée par l'Association nationale du selle français (ANSF), qui assure sa promotion et son amélioration génétique.

Le selle français est un cheval polyvalent, qui permet la pratique de nombreuses disciplines en compétition comme en loisir. Élevé et sélectionné pour le saut d'obstacles, il peut aussi briller en concours complet de haut niveau sur la scène internationale. Au cours de ces dernières décennies, des chevaux comme Galoubet A, Flambeau C, Jappeloup, Quito de Baussy, Rochet Rouge, Espoir de la Mare, Galan de Sauvagère, Expo du Moulin, Kraque Boom, Myrtille Paulois et Atout d'Isigny, parmi de très nombreux autres, ont apporté de la notoriété à ce registre généalogique (stud-book).

Mardi 27 juillet 2021

Gravure de 1612 représentant le théâtre anatomique de Leyde avec des squelettes humains et animaux dans les gradins prévus pour le public.

Pour l'histoire de l'anatomie, un théâtre anatomique est un édifice spécialisé où l'on procédait à des dissections anatomiques en public durant les Temps modernes et au début de l'Époque contemporaine en Occident.

Apparus en Europe du Sud avec le XVIe siècle, soit environ deux cents ans après la résurgence historique de la dissection humaine à vocation scientifique, disparue depuis l'Antiquité grecque, les théâtres anatomiques demeurèrent des structures démontables jusqu'à ce que fussent érigées les premières installations permanentes à Salamanque au début des années 1550, dans d'autres villes espagnoles durant les années qui suivirent, puis surtout à Padoue en 1584.

La plupart du temps, ils étaient conçus sous la forme d'amphithéâtres en bois au centre desquels le cadavre à étudier était placé sur une table de dissection, l'anatomiste conduisant la leçon à proximité, éventuellement installé sur une chaire. Par conséquent, et en plus de parler aussi de « théâtre d'anatomie » ou de « theatrum anatomicum », on emploie souvent les termes « amphithéâtre anatomique » ou « amphithéâtre d'anatomie » pour désigner ces ensembles imposants qui, en ménageant pour l'assistance des gradins concentriques, manifestaient par leur architecture le triomphe du regard en tant que nouveau moyen privilégié d'accéder à la connaissance anatomique, en sus des traités spécialisés jusqu'alors sollicités.

Ainsi disposés, les théâtres anatomiques attirèrent bien au-delà des seuls médecins et étudiants en médecine à qui ces structures d'enseignement universitaire étaient principalement destinées : ils accueillirent de nombreux curieux issus de milieux sociaux variés et donnèrent lieu ce faisant, selon toute vraisemblance, à l'invention de la place de spectacle payante. Rituels sacrés célébrant l'habileté de Dieu en tant que Créateur, les dissections publiques y devinrent dès lors de véritables divertissements mondains, des fêtes inscrites au calendrier des réjouissances proposées par la ville. Mais après avoir vu leur attrait culminer aux XVIIe et XVIIIe siècles, elles perdirent rapidement de leur intérêt au début du XIXe du fait d'une conjonction de facteurs. Ce mouvement entraîna la disparition ou la reconversion des structures dédiées ainsi que la clôture d'un chapitre désormais méconnu de l'histoire de l'architecture, de la médecine et de la scène.

Mercredi 28 juillet 2021

Centrale solaire thermodynamique avec stockage de la chaleur dans des sels fondus en Espagne. L'énergie durable implique l'augmentation de la production d'énergie renouvelable, la mise à disposition universelle d'une énergie sûre et la conservation de l'énergie.

L'utilisation d’énergie est considérée comme durable si elle répond aux besoins du présent sans compromettre les besoins des générations futures. Les définitions de l'énergie durable incluent généralement des aspects environnementaux, comme les émissions de gaz à effet de serre, et des aspects sociaux et économiques, comme la précarité énergétique.

Les sources d'énergie renouvelables telles que l'énergie éolienne, l'énergie hydroélectrique, l'énergie solaire et l'énergie géothermique sont généralement beaucoup plus durables que les sources de combustibles fossiles. Toutefois, certains projets d'énergie renouvelable, comme le déboisement pour la production de biocarburants, peuvent causer de graves dommages environnementaux. L'énergie nucléaire est une source à faible émission de carbone et son bilan de sécurité est comparable à celui de l'énergie éolienne et solaire, mais sa durabilité fait l'objet de débats en raison des préoccupations liées à la prolifération nucléaire, aux déchets nucléaires et aux accidents. Le passage du charbon au gaz naturel présente des avantages pour l'environnement, mais retarde le passage à des options plus durables.

La transition énergétique visant à répondre de manière durable aux besoins mondiaux en électricité, en chauffage, en refroidissement et en transport est l'un des plus grands défis auxquels l'humanité est confrontée au XXIe siècle. La production et la consommation d'énergie sont responsables de plus de 70 % des émissions de gaz à effet de serre qui provoquent le changement climatique, la pénurie d'eau et la perte de la biodiversité, et peuvent générer des déchets toxiques. La consommation de combustibles fossiles et de biomasse contribue largement à la pollution atmosphérique, qui est à l'origine de quelque 7 millions de décès chaque année. 770 millions de personnes n'ont pas accès à l'électricité et plus de 2,6 milliards de personnes utilisent des combustibles polluants comme le bois ou le charbon de bois pour cuisiner.

Les coûts de l'énergie éolienne, solaire et des batteries ont rapidement baissé et devraient continuer à baisser grâce à l'innovation et aux économies d'échelle. Pour accueillir une part plus importante de sources d'énergie variables, le réseau électrique a besoin d'infrastructures supplémentaires telles que le stockage de l'énergie sur le réseau. Ces sources ont généré 8,5 % de l'électricité mondiale en 2019, une part qui a augmenté rapidement. Un système énergétique durable verra probablement une évolution vers une utilisation accrue de l'électricité dans des secteurs tels que les transports, les économies d'énergie et l'utilisation d'hydrogène produit par des énergies renouvelables ou à partir de combustibles fossiles avec capture et stockage du carbone. L'électricité et les combustibles propres se démocratisent pour remplacer l'utilisation de combustibles de cuisson très polluants dans les pays à faible revenu. L'accord de Paris sur le climat visant à limiter le changement climatique et les objectifs de développement durable des Nations unies visent une transition rapide vers l'énergie durable. Les gouvernements utilisent diverses politiques pour promouvoir une utilisation plus durable de l'énergie, comme les normes d'efficacité énergétique, la tarification du carbone, les réglementations sur la pollution par les combustibles fossiles, les investissements dans les énergies renouvelables et la suppression progressive des subventions aux combustibles fossiles.

Jeudi 29 juillet 2021

Jacques André Fouilhoux, né le à Paris et mort le à New York, est un ingénieur et architecte d'origine française actif aux États-Unis de 1904 à 1945. Il est surtout connu pour son travail sur la Tribune Tower qui héberge le très respecté Chicago Tribune, le Rockefeller Center et les premiers gratte-ciel tels que le Daily News Building ou le RCA Building à New York. Il conçoit également, avec Wallace Harrisson, le Trylon et Perisphere, deux structures modernistes monumentales temporaires, emblématiques de l'Exposition universelle de New York 1939-1940 qui se tient dans le Corona Park à Flushing Meadows dans le Queens.

Selon la commission de conservation des monuments de la ville de New York, la plus grande qualité de Jacques André Fouilhoux « était sa faculté, en tant qu'ingénieur, de parvenir à concrétiser techniquement les plans de ses partenaires. »

Plusieurs de ses premières réalisations sont également répertoriées dans le registre national des lieux historiques, notamment les immeubles résidentiels du 705 Davis Street et les appartements Wickersham à Portland, dans l'Oregon.

Vendredi 30 juillet 2021

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

Samedi 31 juillet 2021

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.